La Fontaine et l’Antiquité

Tonazzi (P.), Mythologie et Monde Antique dans les Fables de La Fontaine. — Château-Thierry : Tautem, 2021. — 144 p. : bibliogr., index, ill. — ISBN : 979-10-97230-26-5.

Le guitariste et les Fables

Un guitariste s’abreuvait

A l’eau d’une « source féconde »[1]

Il vit que sur le bord de l’onde

Un gros volume se trouvait.

Alors il entendit dire du haut du ciel :

« L’apologue est un don qui vient des Immortels »[2] ;

Prends ce livre, lis-le, tu t’en apercevras ».

C’étaient les Fables de La Fontaine.

Il l’ouvrit, s’y plongea et, de façon soudaine,

Dans un merveilleux monde à sa suite il entra.

En artiste sensible il sut y trouver l’or

Et généreusement partagea ce trésor.

Crédit image. Première de couverture – Tautem Editions

Vous ne connaissez pas cette fable ? C’est normal : je viens de la composer pour présenter Pascal Tonazzi, musicien appartenant à plusieurs ensembles de musique de chambre et professeur de guitare[3] dans des conservatoires d’Île de France. J’ai voulu également y définir l’esprit de son livre. Car, si l’on réalisait un micro-trottoir en demandant aux passants à quoi ils pensent quand on leur dit « Jean de La Fontaine », ils répondraient sans doute : « à des fables mettant en scène des animaux qui vivent des aventures dont on peut tirer des leçons » : certains citeraient peut-être Le loup et l’agneau, La cigale et la fourmi, Le corbeau et le renard ; mais, dans la majorité des cas, cela n’irait guère plus loin. P. Tonazzi s’adresse à ces gens-là, au grand public.

Passionné de musique baroque, il s’est, de ce fait, passionné aussi pour le XVIIè siècle. En artiste qu’il est, il s’est intéressé à tous les arts qui fleurissaient à cette époque : peinture, architecture, littérature ; cette voie lui a fait rencontrer La Fontaine.  Il a déjà écrit plusieurs ouvrages sur le fabuliste : Le Vocabulaire des Fables de La Fontaine en 2017, Morales, maximes et pensées des fables de La Fontaine en 2018 ; Il faut que je vous apprenne jusqu’à mes songes en 2020 (qui contient la correspondance de l’écrivain) ; Jean de La Fontaine et son époque au fil des fables en 2021. En 2021 la célébration du 400ème anniversaire de la naissance du poète par la ville de Château-Thierry où ce dernier a vu le jour, par le département de l’Aisne et par la Région Bourgogne – Franche – Comté, lui a offert l’occasion de publier Mythologie et Monde Antique dans les Fables de La Fontaine avec le soutien de cette région.

Ce que P. Tonazzi a voulu montrer au grand public grâce à ce fascicule, c’est que le monde des Fables de La Fontaine ne se limite pas à un univers animalier, comme de vagues souvenirs d’école pourraient le laisser croire, mais qu’y évoluent, en nombre aussi important, des « dieux, déesses, demi-dieux et nymphes des mythologies grecque et romaine […] accompagnés par des philosophes, des guerriers et des empereurs » (p. 5). C’est pourquoi son travail se présente sous la forme d’un dictionnaire où sont classés par ordre alphabétique personnages, lieux, notions du « Monde Antique » y compris celui des Perses avec les satrapes et celui de l’Ancien Testament, puisqu’y figurent par exemple Belphégor, Job ou encore Mathusalem (le nom des personnages se distingue parce qu’écrit en lettres majuscules). Chaque rubrique est suivie d’une courte notice explicative de quatre à cinq lignes en moyenne, puis d’un extrait de trois ou quatre vers environ du poème où le mot apparaît de la façon la plus significative, le tout se terminant par la liste des autres fables dans lesquelles se lit ce vocable s’il y en a. P. Tonazzi aurait eu intérêt à y mentionner chaque fois l’origine de ses informations car certaines de ses indications surprennent.

Ce livre ne vise pas à être un livre scientifique, Son but est de donner sur chaque sujet quelques notions au grand public en évitant d’être pesant. Certes, la petite bibliographie classée témoigne que l’auteur s’est livré à des recherches. Certes, les étymologies indiquées parfois ou les anecdotes qu’il raconte par moments apprendront des choses à certains lecteurs. Mais il ne faut pas s’attendre à y trouver des discussions approfondies sur des points litigieux. Toutefois même sans entrer dans des exposés très pointus de spécialistes, certaines affirmations auraient gagné à être nuancées comme à l’article « HOMÈRE », la phrase « Poète grec auteur de l’Iliade et de l’Odyssée »[4] ou comme la déclaration péremptoire : « ZÉPHIRE ou ZÉPHYRE : Du grec zephoros “qui porte la vie” »[5] (ce ne sont que des exemples parmi d’autres). C’est que l’objectif de P. Tonazzi est de faire sentir une atmosphère, non de rédiger une savante œuvre de recherche. C’est pourquoi, il ne faut pas trop se formaliser de certains énoncés approximatifs ou discutables. Par exemple, le retour d’Ulysse de Troie à Ithaque n’a pas duré vingt ans (ce qui est la durée totale de son absence : dix ans de guerre de Troie + dix ans de retour) comme il est dit p. 38 et p. 115 ; Pétrone n’a pas pu être « proconsul puis consul » ainsi que l’indique la p. 86, puisque ces fonctions étaient gérées dans l’ordre inverse ; en juillet 1664, La Fontaine ne devient pas l’intime de « Maxime de La Rochefoucauld » (p. 125), mais de François de La Rochefoucauld, auteur d’un ouvrage qu’on désigne de façon abrégée par Maximes (et dont le titre intégral est Réflexions ou sentences et maximes morales) ; etc.

Dans son Avant-propos, l’auteur livre à ses lecteurs quelques clés pour comprendre l’utilisation de l’Antiquité dans les Fables. Il en signale les causes : il rappelle les excellentes études poursuivies par le poète à une époque où l’éducation se fondait sur la culture gréco-latine ; il évoque (p. 8) les bases de la littérature classique du XVIIè. :  Raison, imitation de la nature et imitation des Anciens. Il en indique les buts : par les caractéristiques psychologiques que la tradition attache à chacun de ces êtres, les personnages mythologiques ont « la fonction […] de représenter les vertus et les vices des hommes » écrit-il (p. 7) ; il note que la convocation de certains d’entre eux  (Pomone, Cérès) suggère la force de la vie animée de la nature ; il relève que les personnages mythologiques pouvaient être employés comme  masques pour éviter de désigner nommément des personnalités contemporaines et permettaient ainsi d’éviter la censure ; il analyse avec finesse que « le cadre païen des aventures mythologiques laisse entrevoir un La Fontaine détaché de la morale tout imprégnée du catholicisme de son époque » (p. 7). Il faudrait ajouter que dans certains poèmes, le recours à l’Antiquité peut renforcer le caractère enjoué en introduisant une touche de burlesque vu le décalage entre le signifiant et le signifié[6] ; ainsi dans L’âne chargé d’éponges et l’âne chargé de sel, La Fontaine décrit de la manière suivante un ânier conduisant deux ânes avec un bâton : « Un ânier, son sceptre à la main, / Menait, en empereur romain, / Deux coursiers à longues oreilles. » C’est, d’ailleurs, une occurrence que P. Tonazzi n’a pas notée et, pourtant, lui qui a accordé une rubrique à « satrape », aurait pu en attribuer une à « empereur romain » où il aurait expliqué que comme le général (imperator) honoré par la cérémonie du triomphe sous la République, les empereurs romains plus tard lorsqu’ils étaient en tenue d’apparat portaient un sceptre, ce qui était, semble-t-il, une façon de s’assimiler à Jupiter.

Malgré les quelque 256 entrées de ce dictionnaire, on constate que la liste des êtres et choses antiques fournie ici comme étant évoquées par La Fontaine  n’est pas complète. Mais comment l’exhaustivité aurait-elle été possible tant l’Antiquité affleure dans chaque vers ?  Quelques exemples ? j’ai déjà fait allusion à celui de l’empereur romain. Ne sont pas pris en compte non plus les « Dieux hospitaliers » qu’invoque Janot Lapin dans Le chat, la belette et le petit lapin, qui sont pourtant la francisation des Dei hospitales, les dieux qui président aux relations d’hospitalité, que bafoue Verrès selon Cicéron (Verr., 4, 48) par exemple. Dans La Fortune et le jeune enfant, récit inspiré de la fable d’Ésope Le voyageur et la Fortune, la Fortune qui passe près du lieu où dort le garçon, le réveille et l’admoneste, n’a-t-elle pas pour origine la déesse Tyché (c’est elle qui parle chez Ésope), alias Fortuna dans le monde latin, et ne méritait-elle pas quelques lignes ? Parfois la Tyché est représentée aveugle[7] ; n’est-ce pas à cela que renvoie le vers « La Fortune a-t-elle des yeux ? » de la fable L’homme qui court après la Fortune et l’homme qui l’attend dans son lit ? Les « Amazones » qui apparaissent dans Les deux chèvres demandaient une glose ; et j’en passe…

Je l’ai déjà dit : P. Tonazzi est un homme de goût qui s’intéresse à tous les arts. Cela se révèle dans les illustrations qu’il a choisies pour son livre, sélection opérée au sein de la magnifique collection de gravures du Musée Jean de La Fontaine à Château-Thierry. Parmi les images retenues, certaines sont dues à quatre des plus grands illustrateurs des Fables, Chauveau, Oudry, Grandville, Doré, à chacun desquels il consacre une notice (vie, œuvres, caractéristiques artistiques) d’une demi-page environ en fin de volume.

L’ouvrage se termine par une « Chronologie abrégée de la vie de Jean de La Fontaine » et par un index des Fables.

Bref un livre sympathique, un cadeau élégant autant dans l’inspiration que dans la présentation[8] offert à Jean de La Fontaine pour les quatre cents ans de sa naissance, témoignant du même amour que les concerts que ce musicien a également dédiés au poète (comme celui du 3 octobre 2021, « Soirée littéraire et musicale autour de Jean de La Fontaine » en compagnie d’Anne-Isabelle Tonazzi) !

Pour aller plus loin et voir un autre aspect des rapports de La Fontaine avec l’Antiquité

            400ème anniversaire de la naissance de La Fontaine oblige, France culture a proposé une série intitulée « La Fontaine, une histoire en héritage » en quatre épisodes dont chacun cherchait à éclairer une facette de cet écrivain. Le premier épisode, le 18 octobre 2021, examinait « L’Antiquité, aux sources de La Fontaine ». Xavier Mauduit, l’animateur bien connu de l’émission « Le cours de l’histoire », y accueillait deux universitaires spécialistes du sujet : Antoine Biscéré, professeur agrégé à l’Université de Nice – Côte d’Azur, qui a soutenu une thèse sur Jean de La Fontaine et la fable ésopique, et Ariane Guieu – Coppolani, maîtresse de conférences en histoire ancienne à Sorbonne Université.

            Le fabuliste ayant déclaré « Je chante les héros dont Ésope est le père », les intervenants ont raconté ce qu’on savait d’Ésope et ce que recouvrait ce nom, quelle était l’origine de la fable en remontant jusqu’au IIème millénaire avant notre ère en Mésopotamie, aux courts récits de ce type qu’on lit dans Homère, Hésiode, dans la comédie grecque, chez les orateurs, les poètes et autres auteurs hellènes, chez les Latins, puis au Moyen Âge et ensuite à la Renaissance. C’est peu à peu que la fable est devenue un genre à part entière ; l’expression « fable ésopique » désigne ce genre de sorte qu’il est paru des recueils de fables ésopiques dont Ésope n’était pas l’auteur ; c’est pour cela que La Fontaine se revendique d’Ésope, alors qu’il puise à beaucoup de sources, y compris des textes indiens.

            Les interlocuteurs de X. Mauduit se sont également intéressés à ce qui fait le caractère d’une fable, la mise en scène d’animaux qu’ils ont analysée, la présence d’une morale.

            Les échanges entre l’animateur de l’émission et ses invités ont montré comment La Fontaine s’inscrivait dans la tradition tout en la personnalisant. Par exemple, à l’époque antique, la fable était un élément de discours qu’on utilisait en l’adaptant à un but et à un public ; c’est au fond ainsi qu’en use également l’habitué de la cour de Louis XIV.

            Aux détours des conversations ont surgi des excursus inattendus, comme des remarques sur « La vie de Lazarillo de Tormes », par exemple.

            Les esprits curieux se régaleront avec cette émission passionnante qui met l’érudition à la portée de tous !

Lucienne Deschamps,

Professeur émérite Université Bordeaux – Montaigne. Institut Ausonius

[1] P. Tonazzi utilise cette expression pour désigner La Fontaine p. 3, expression particulièrement heureuse car elle fait un joli jeu de mots !

[2] La Fontaine, Fables VII, dédicace « A Madame de Montespan », vers 1.

[3] Classique, jazz, variété, accompagnement.

[4] Dans l’Avant-propos (p. 5), il est question d’une « multitude d’écrits dont les plus vieux datent d’Homère et d’Hésiode » ; l’emploi du mot « écrits » étonne.

[5] L’étymologie populaire, « Zephuros quasi Zoephoros », est encore donnée par le Thesaurus Graecae linguae d’Henri Estienne au XVIe siècle ; on lit couramment que Zephyros s’explique par to zen pheron « qui porte le fait de vivre » (avec l’infinitif zen) chez les anciens lexicographes (en latin dans les Origines d’Isidore de Séville (VIe – VIIe s.), en grec dans l’Etymologicum magnum au XIIe s., dans le commentaire à l’Iliade et l’Odyssée d’Homère d’Eustathe de Thessalonique (XIIe s.), etc. Les ouvrages savants modernes (le Dictionnaire étymologique de la langue grecque de P. Chantraine, le Greek-English Lexicon de Liddell – Scott, le Griechisches etymologisches Wörterbuch de H. Frisk, par exemple) ne parlent pas de cette étymologie, car elle n’a rien de scientifique. On remarquera que P. Tonazzi écrit Ze- le premier terme du supposé composé Zephoros, là où le Thesaurus présente Zoe-, qui signifie « vie » en grec (-phoros se rattachant à la racine de « porter ») ; est-ce volontaire ? Est-ce une erreur typographique ?

[6] Tout le monde connaît le « Phaéton d’une voiture à foin » de la fable Le Chartier embourbé, (évoqué par P. Tonazzi p. 87).

[7] Voir P. Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris 1958, p. 465.

[8] On corrigera quelques inadvertances : p. 6 le dieu est Quirinus (et non Quirinius) ; p. 27 ce n’est pas la périphrase « fils de Sélène » qu’emploie La Fontaine pour désigner Bacchus, mais « fils de Sémèle » ; p. 36 Cicéron est né à Arpinum (et non Arpigum) ; p. 42 Didon est originaire de la ville de Tyr ; la même œuvre est tantôt appelée Batrachomyomachie, tantôt Batrachomachie sans explication et p. 56 elle est attribuée à Homère sans aucune mention des doutes qui existent à ce sujet ; p. 73 le nom du roi est écrit tantôt « Minyas », tantôt « Mynias » ; p. 86 il faut lire « Locride » (et non « Léocride ») ; p. 109 et 111 la fable Philomèle et Progné est appelée Philomène et Progné ; p. 119 « Xanthe » est l’autre nom du « Scamandre » (non du Scaramandre) ; on corrigera aussi quelques étourderies orthographiques.

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, à propos de La Fontaine et l’Antiquité, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 10/01/2022, https://reainfo.hypotheses.org/23752.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search