Laissez-vous guider au temps des Gallo-Romains

Laissez-vous guider au temps des Gallo-Romains, histoire, 133 min, 2021, tous publics, France télévision. Réalisation : Pierre Leix-Cote. Présentation : Stéphane Bern et Stéphane Bern et Lorànt Deutsch.

Laissez-vous guider est un documentaire-fiction destiné aux petits et aux grands dans lequel Stéphane Bern et Lorànt Deutsch jouent pour les téléspectateurs les guides-conférenciers. La promenade en différents lieux permet ainsi de découvrir les divers aspects de la vie des Gallo-romains. Chaque séquence est ponctuée de l’intervention d’archéologues, d’historien(ne)s, de professeurs de lettres classiques mais aussi de professionnels de la reconstitution historiques (vêtements, gladiature, courses de chars). Le caractère novateur du programme tient surtout aux reconstitutions en 3D des monuments disparus qui projettent le téléspectateur dans la splendeur des édifices de la Gaule romaine. L’émission se donne pour ambition de pourfendre quelques idées reçues au travers des visites et des explications apportées. Parole est donnée aux professeurs de lettres classiques et aux expressions latines puisées dans les souvenirs des deux animateurs ; on sent poindre la volonté de convaincre les jeunes téléspectateurs de faire du Latin. Au programme de cette balade guidée et virtuelle, trois villes qui capitalisent et font leur marketing sur leur romanité : Nîmes, Arles et Lyon.

L’émission est séquencée en sept chapitres où les interventions de Pierre Barron, Mathieu Poux, Eric Teyssier, Isabelle Cogitore, Virginie Girod, Gérard Coulon, Benjamin Clément, Jean-Christophe Courtils et Jean-Paul Thuillier complètent celles des deux animateurs projetés dans les reconstitutions virtuelles des édifices visités. Un rappel chronologique sur les rôles de Jules César et d’Auguste ouvre le propos. La visite commence à Nîmes avec la reconstitution de l’Augusteum, à la gloire de l’Empereur puis se poursuit autour du forum, cœur battant de la cité. La visite guidée se fait pédagogique avec un focus sur le culte impérial et la fonction des différents bâtiments du forum. S. Bern et L. Deutsch plongent ensuite dans les cases de la BD d’Astérix le Gaulois pour un quizz sur les idées reçues autour des Gaulois : mangeaient-ils des sangliers, leurs chefs se déplaçaient-ils sur des boucliers…Ils rencontrent ensuite Sylvie Uderzo qui revient sur la création du personnage par son père. Les animateurs soulignent le caractère fédérateur de la bande-dessinée qui constituerait par sa touche humoristique une aide précieuse pour les professeurs de latin. L’intervention d’une archéostyliste offre alors une évocation du marqueur social qu’est la garde de robe des Gallo-romains.

Le chapitre trois conduit le téléspectateur sur le site archéologique d’Ambrussum à la découverte de la Via Domitia et du réseau routier romain puis la visite se poursuit sur le Pont du Gard pour souligner le génie des constructeurs romains et le rôle des thermes comme lieux de sociabilité et de soin des corps. Arles, porte commerciale la Gaule, constitue la troisième étape du voyage avec un détour par son pont de bateaux, son amphithéâtre et son cirque. La gladiature et les courses de char tiennent le spectateur en haleine tandis que l’intervention de Stéphane Solier, professeur de lettres classiques sur la cuisine romaine lui ouvre l’appétit. Que vaudrait un panorama de l’empire romain qui ne mentionnerait pas les légendes noires des empereurs, rien probablement. On n’échappe donc pas au podium de la cruauté impériale qui classe ainsi, en toute originalité, dans l’ordre : Caligula, Néron et Commode. De même, les factions au cirque sont comparées aux ultras de nos stades contemporains et nous voici plongés dans les séditions à Constantinople, bien loin de la Gaule. Le dernier chapitre est consacré à Lyon, fragile capitale des Gaules. Les dernières minutes se focalisent sur les martyrs chrétiens dans l’arène à l’été 177et le personnage de Blandine. La dernière séquence se tient à la table d’un bouchon lyonnais où les deux animateurs concluent sur la modernité de la Gaule romaine.

Ce documentaire est assez convenu si ce ne sont les reconstitutions virtuelles de certains lieux emblématiques de la romanité en France. La qualité esthétique et les couleurs des images 3D apportent davantage que les longues explications et donnent à voir le mode de vie des Gallo-romains dans les colonies romaines que sont Lyon, Arles et Nîmes. Les aquarelles de Jean-Claude Golvin illustrent abondamment le propos. Les explications pédagogiques autour de la construction de la Via Domitia et du Pont du Gard ou encore de la médecine romaine illustrent les avancées technologiques de l’époque romaine. Pourtant, le documentaire n’est pas à la hauteur de ses prétentions. S’il bat en brèche quelques idées reçues qui ont la vie dure, les deux animateurs en perpétuent bien d’autres. Leur volonté de faire miroir entre notre société et le temps des Gallo-romains contribuent à des anachronismes risibles quand S. Bern souligne que les bâtiments du forum devaient coûter « un pognon de dingue » puis lorsque son comparse L. Deutsch nous explique que les Gaulois se sont jetés à bras-ouvert dans le « Roman Way of life ». Le téléspectateur n’échappe pas aux codes télévisuels et à la sacro-sainte promotion du dernier album d’Astérix ou à l’intervention du « lyonnais » Laurent Gerra chargé de nous expliquer le lien entre les Lyonnais et l’empereur Claude ; il précise avec honnêteté que les Lyonnais connaissent davantage Guignol que Claude.

Et que dire du choix des lieux retenus, la Gaule n’est qu’urbaine et la Gaule ne se limite qu’aux frontières de la Provincia. Le téléspectateur n’aura aucune idée du patrimoine gallo-romain près de chez lui ni des découvertes réalisées quotidiennement par les archéologues. Nous atteignons la limite de l’exercice de la visite guidée télévisuelle qui fait la promotion de lieux connus du plus grand nombre qui n’en ont pas besoin et néglige des lieux plus confidentiels comme les arènes de Saintes ou le sanctuaire de Grand qui auraient pu tirer profit de cette exposition en prime-time. Le téléspectateur aurait pu ainsi préférer son Loire gaulois au Mont Palatin mais la Gaule était davantage un prétexte qu’une finalité pour une évocation du luxe et de la volupté du confort romain. D’ailleurs, S. Bern résume le propos en affirmant que les Grecs préfèrent la beauté tandis que les Romains obéissent au confort. Les Gallo-romains des cités intérieures et des campagnes resteront bien loin de ces considérations dans l’anonymat le plus complet.

Du pain et des jeux pour les Gallo-romains sert de leitmotiv à l’émission, un cliché tiré d’un ouvrage intitulé Satire. Le divertissement a changé de nature par la magie du documentaire-fiction. Nous voici plongés dans des reconstitutions virtuelles sous le soleil et des idées fixes sur la romanité. Le grand public aurait sûrement mérité un peu plus de recul critique et de rigueur scientifique mais les images auraient sûrement été moins belles et ensoleillés : Omnia sol temperat.

Florian Blanchard

Citer cet article comme : Florian Blanchard à propos de Laissez-vous guider au temps des Gallo-Romains, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 12/01/2022, https://reainfo.hypotheses.org/23775.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search