Les Femmes de la mythologie

Rachmuhl (F.), Les femmes de la mythologie. – Paris : Flammarion, 2021. – 128p. – ISBN : 9782080237521

Crédit image. Première de couverture – Flammarion jeunesse

La grande autrice jeunesse Françoise Rachmuhl a écrit de nombreux ouvrages sur les contes et légendes européens et sur la mythologie gréco-romaine en particulier, traitant de personnages comme Ulysse, Eurydice ou Hercule. Dans cet ouvrage destiné aux jeunes lecteurs, elle se propose de raconter le destin de femmes des mythes grecs car explique-elle dans sa préface : « dans la plupart des récits mythologiques, les femmes n’apparaissent que si leur sort est lié à celui des hommes »1. L’autrice arrive-elle donc à faire prendre vie à ces personnages et leur donner enfin la visibilité qu’ils méritent ?

L’ouvrage se compose de onze portraits de dix à quinze pages chacun. Il s’agit d’humaines, ce qui explique l’absence de personnages immortels comme Athéna, Artémis ou même Circé. Le choix de l’autrice s’est surtout porté sur des destins issus de l’Iliade et l’Odyssée (4 sur 11) et sur des héroïnes dramatiques, célébrées dans des tragédies (Electre, Antigone, Médée…). Ces choix sont assez logiques et tous les personnages sont traités équitablement. Cependant, deux choses nous surprennent. Tout d’abord, l’absence d’Atalante qui fut pourtant une héroïne de premier plan, combattant avec les Argonautes et lors de la chasse au sanglier de Calydon avant de connaitre un destin funeste2. Deuxièmement, en choisissant de raconter séparément Pénélope et Euryclée, il y a une répétition du retour d’Ulysse à Ithaque entre les deux voix.

Chaque épisode est précédé d’un petit paragraphe introductif qui présente son personnage et ses références dans les arts. On peut ici regretter, comme souvent dans ce type d’ouvrages, que seuls sont citées les œuvres issues de la peinture, sculpture, littérature, et chanson française de patrimoine (Pénélope de Georges Brassens) alors que la bande dessinée ou les jeux-vidéos, qui se sont aussi emparés de ces personnages, sont absents. Une œuvre vidéoludique comme The Next Penelope3 rend pourtant justice à cette reine qui dans un vaisseau futuriste part elle-même à la recherche de son bien-aimé. De même, dans leur albums sur Médée4, Blandine Le Callet et Nancy Peña peignent une princesse de Colchide à la fois attachante et terrifiante.

Le style est très agréable. Françoise Rachmuhl a un réel talent, sa carrière en témoigne, pour raconter des histoires et rendre vivant en quelques phrases tout un univers. Les descriptions sont courtes mais parlantes, les dialogues vifs et entrainants. Il y a un réel plaisir à lire ainsi des histoires pourtant très connues. Presque tous les récits sont écrits à la troisième personne du singulier et on peut alors s’interroger sur l’unique exception, le chapitre sur Euryclée qui est à la première personne du singulier. Même si c’est l’un de nos passages préférés par son ton très vivant, pourquoi avant changer de forme juste pour celui-ci ?

Au niveau du contenu, lié au sujet, l’autrice met véritablement en avant les femmes en montrant toutes leurs actions et leur force de caractère. Elle trouve toujours le bon ton et la distance nécessaire pour ne pas actualiser à outrance les thématiques abordées.

Les épisodes mythologiques sont plutôt conformes aux versions des textes anciens. L’autrice précise même parfois ses sources où elle se réfère à telle version plutôt qu’une autre. Elle a ainsi privilégié les sources grecques : poètes, tragédiens, mythographes. Nous avons tout de même noté plusieurs types d’erreurs. Certaines sont un peu grossières comme la date du film de Pasolini sur Médée qui date de 1969 et non de 1939. D’autres sont plus dut à des formulations maladroites comme « La guerre de Troie a bel et bien eu lieu [… ] à l’emplacement supposée de la ville de Troie »5 ; rien ne prouve en effet que la guerre de Troie ait bien eu lieu et le site d’Hissarlik en Turquie reste une forte hypothèse quant à son identification à Troie.

Notre principal reproche vient des trop nombreux raccourcis et approximations pris par l’autrice. C’était le risque en résumant parfois en quelques lignes des épisodes entiers de la mythologie. Ainsi page 10, Hector est mort avant et non après Pâris ; page 48, la fidélité d’Ulysse est somme toute relative (histoires avec Circé et Calypso) ; page 110, les parents de Jason furent tués lorsqu’il était enfant et non pas pendant son voyage en Colchide… Heureusement, si ces détails ne nuisent pas à la compréhension du récit, ils n’en restent pas moins étranges dans un ouvrage qui se veut vulgarisateur tout en étant proche de ses sources.

En conclusion, l’ouvrage de Françoise Rachmuhl est très riche et donne à voir toute l’importance des héroïnes dans la mythologie grecque à travers des destins variés quoique très souvent tragiques. Il est juste dommage qu’il souffre de plusieurs raccourcis, erreurs et manquements au niveau de son contenu qui n’enlèvent cependant rien aux qualités de conteuse de l’autrice.

Cyrille Ballaguy,

Docteur en muséologie et chercheur associé au laboratoire IRHiS – Université de Lille

1 P.5

2 Ovide, Les Métamorphoses, Livre X.

3 Aurélien Regard, Plug In Digital, 2015.

4 Casterman, 4 tomes de 2013 à 1019.

5 P.10

Citer cet article comme : Cyrille Ballaguy à propos de Les Femmes de la mythologie, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 17/01/2022, https://reainfo.hypotheses.org/23779.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search