Le Tombeau de la cigale. Figures de l’écriture et de la lecture en Grèce ancienne

Svenbro (J.), Le Tombeau de la cigale. Figures de l’écriture et de la lecture en Grèce ancienne. – Paris: Les Belles Lettres, 2021. – 184p. – ISBN : 9782251451176

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

Avec la publication simultanée de La Parole et le Marbre et du Tombeau de la cigale en juin 2021, les éditions des Belles Lettres ont choisi de mettre à l’honneur l’éminent académicien, poète et helléniste suédois Jesper Svenbro. Le Tombeau de la cigale se présente comme un « choix de textes », selon les propres termes de l’a., précédé d’une préface, qui prolonge les importantes réflexions proposées dans Phrasikleia. Anthropologie de la lecture en Grèce ancienne (La Découverte, 1988). Le livre reproduit ainsi une dizaine d’articles rares (ch. 1 ; ch. 3), initialement parus en italien (ch. 5), en suédois (ch. 6) ou en allemand (ch. 7) et un chapitre inédit (ch. 9). Ils sont désormais aisément accessibles au public francophone. On en trouvera le sommaire sur le site de l’éditeur.

Le recueil permet ainsi de se faire une idée des évolutions des idées de Jesper Svenbro entre 1990 et 2008 concernant les rapports entre lecture et écriture en Grèce ancienne. Les usages de l’écrit dans l’Antiquité y sont replacés dans le contexte d’une culture essentiellement orale. D’après l’auteur, les Anciens considéraient les écritures comme des objets inertes, n’existant que pour être actualisés par une lecture à haute voix or cette subordination de l’écrit à la parole vive n’est pas sans risque : en lisant, le lecteur devient l’instrument servile du scripteur tandis que la parole figée par l’écriture se meurt. Les dix chapitres du livre explorent chacun à leur manière une facette de cette thèse générale.

Puisqu’il ne sied pas à un citoyen de se soumettre passivement à la parole d’un autre, les Anciens concevaient la lecture comme une tâche d’esclave (ch. 1). Ainsi, c’est pour éviter d’asservir leurs disciples que Pythagore ou Socrate refusent d’écrire, et si Platon s’adonne à l’écriture, ce n’est qu’à destination des élèves de l’Académie, préalablement formés pour parvenir à lire l’œuvre du maître sans y être assujettis. Le ch. 2 prolonge cette démonstration en étudiant le lexique grec afin de montrer que les Grecs conçoivent avant tout la lecture comme une lecture à haute voix, une « distribution orale », dont l’écriture en scriptio continua ne permet guère de s’émanciper. Les chapitres suivants sont tout particulièrement consacrés aux allégories de la lecture, entendues comme « les façons figurées dont l’acte de lire de lire est mise en scène dans la littérature grecque » (p. 94). Le ch. 3, qui donne son titre à l’ensemble de l’ouvrage, propose d’interpréter la fable ésopique de la cigale et des fourmis comme une métaphore de la voix chantée (la cigale) que l’écriture (les fourmis) met à mort. Svenbro identifie ensuite d’autres allégories. Métaphores jusqu’ici insoupçonnées, elles permettent chacune à leur manière de signifier les avantages et les risques comparatifs de l’écriture et de la lecture. C’est ainsi le cas du palmier (phoinix), homonyme des lettres écrites, les phoinikeia grammata, auquel les Grecs attribuent longévité et stérilité, à l’instar de l’écriture (ch. 4). Le trajet régulier du char qu’Annicéris de Cyrène se vante de conduire avec tant de précision auprès de Platon, au cœur du ch. 5 équivaut quant à lui à la lecture servile et prisonnière d’un texte, à contre-pied de la lecture critique pratiquée à l’Académie. Métaphore encore que le pharmakon que dispense Socrate au jeune Charmide, une incantation qui ne peut fonctionner que si le patient est doué de sôphrosunê, la qualité nécessaire pour qu’un lecteur capable de s’émanciper du texte qu’il lit (ch. 6). Les derniers chapitres quittent le registre de la métaphore tout en continuant à interroger les rapports entre l’écriture et la lecture. Svenbro étudie ainsi un passage de la Vie d’Ésope qui montre le fabuliste, alors réduit en esclavage, capable de déchiffrer les multiples sens d’une énigmatique inscription acrophonique. Si la tâche de lecture est bien celle qui incombe à un esclave, il faut ici que l’esclave soit inspiré par les Muses pour parvenir à résoudre l’énigme et à donner du sens à cette écriture (ch. 7). Le chapitre suivant observe dans l’abrasion de l’épigramme du roi spartiate Pausanias après la bataille de Platées la première apparition dans la documentation d’un auteur, défini d’après Foucault comme une personne punie pour son écrit. Le neuvième chapitre, le seul inédit, reprend essentiellement des idées développées dans les chapitres précédents (les pp. 133-136 rappellent les p. 12-13, les pp. 139-142 reprennent le ch. 3, les pp. 143-145, le ch. 8). Le dernier chapitre commente des scholies à la Grammaire de Denys le Thrace pour parvenir à distinguer les grammata des stoikheia: les deux termes peuvent être employés en grec ancien pour désigner les lettres écrites mais le premier vocable désigne les lettres comme unités graphiques de manière générales tandis que le second se limitent aux grammata organisées en ensemble signifiant, destiné à être déchiffré par une lecteur. Un appendice, enfin, étudie les termes du grec ancien pour dire « citer » (nemein, legein, eirein, etc.) qui sont aussi ceux qui permettent de dire « lire ».

C’est donc bien un choix d’article qui se trouve proposé au le lecteur du Tombeau de la cigale, lequel reproduit les textes de Svenbro tels qu’ils furent publiés. Certaines formulations paraîtront vieillies (voir par exemple les pages sur le Banquet dans le premier chapitre où la notion d’homosexualité est anachronique), de même que les références aux sources (particulièrement sensible dans le domaine épigraphique) et à la bibliographie. Le fait serait anecdotique si Le Tombeau ne reposait pas tant sur quelques travaux largement réédités, à commencer par les références au propre ouvrage de Svenbro, La Parole et le marbre, cité ici (p. 27, n. 20 et passim) dans la version dactylographié en 1976 et non dans l’édition de 2021. On regrette également et l’absence d’une bibliographie générale ou d’index et, plus marginalement, d’une certaine harmonisation éditoriale, par exemple dans la présentation des sources (e. g. l’inscription SEG 29, 938, citée différemment p. 19, n. 23 et p. 94, n. 5). La forme du recueil d’article reproduit à l’identique conduit à plusieurs redondances (e. g. sur Platon et l’écriture à l’Académie, p. 23-25, p. 62-63 et p. 96) et les mêmes exemples reviennent souvent (e. g. l’épitaphe de Mnésithéos, citée p. 29 et p. 95). Ces quelques points de détail ne nuisent cependant en rien la très grande cohérence de l’ensemble.

Les textes réunis ici, distants pour certains de près de vingt ans, montrent en effet une remarquable unité. Ils mettent en lumière toute la fertilité des thèses de Svenbro sur le rapport complexe et ambivalent que les Grecs anciens entretiennent avec l’écriture en les confrontant à des documents aussi variés que les épitaphes archaïques, les dialogues platoniciens ou les ouvrages érudits d’époque impériale. On ne peut désormais qu’espérer que la parution du Tombeau de la cigale soit bientôt suivie d’une réédition de l’incontournable Phrasikleia, aujourd’hui introuvable ainsi que d’une traduction française des poèmes suédois de Svenbro. Car, comme l’illustre une très belle série de conférences données au Collège de France en février 2013, la pensée si originale de ce savant se nourrit aussi de sa qualité de poète.

Antoine Chabod,

ATER en Histoire grecque – GRHis

Citer cet article comme : Antoine Chabod, à propos de Le Tombeau de la cigale. Figures de l’écriture et de la lecture en Grèce ancienne, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 07/02/2022, https://reainfo.hypotheses.org/23918.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search