L’Antiquité en détresse. Catastrophes et épidémies dans le monde gréco-romain

Poirier (J.-L.), L’Antiquité en détresse. Catastrophes et épidémies dans le monde gréco-romain. Paris : Les Belles Lettres, 2021. – 296 p. -ISBN : 978-2-251-45155-8

Crédit image . Première de couverture – Les Belles Lettres

Cet ouvrage, le trente-quatrième publié dans la collection Signets aux Belles Lettres, est consacré aux catastrophes et aux épidémies dans le monde antique. Son auteur, Jean-Louis Poirier, philosophe, passionné à la fois de philosophie antique et de culture italienne, y a rassemblé des extraits d’une quarantaine d’auteurs antiques, classés par thèmes. Cette sélection est précédée par un entretien avec Emanuela Guidoboni, grande spécialiste de la sismicité et des tremblements de terre, à qui on doit notamment la direction de l’ouvrage collectif Catalogue of Ancient Earthquakes in the Mediterranean up to 11th century, Bologne-Rome 1994, qui recense les séismes et rassemble les sources à leur sujet. Au cours de l’entretien mené par J.-L. Poirier, Emanuela Guidoboni souligne les liens qui existent entre deux disciplines a priori fort éloignées, l’histoire et la sismologie, et explique comment s’est constituée une nouvelle discipline, la sismologie historique, qui est une histoire du temps long. L’archéosismologie, quant à elle, peut indiquer les traces des tremblements de terre, mais leur datation reste parfois délicate. L’utilisation des données issues de l’étude du passé pour établir une prévision à moyen terme n’est pas évidente. E. Guidoboni insiste sur le fait que c’est essentiellement la perception du séisme et de son impact qui ont changé par rapport au monde antique. Les réactions restent largement dépendantes du contexte historique et social.

L’ouvrage se divise en sept chapitres. Le premier, intitulé « Au commencement », présente tout d’abord une analyse des théories antiques à propos de la récurrence des catastrophes naturelles et de leur rôle dans la formation du globe, à travers des extraits de philosophes, épicuriens, stoïciens et platoniciens. Les textes présentés à la suite sont consacrés aux catastrophes remontant à une époque légendaire, en particulier l’engloutissement de l’Atlantide et le Déluge. J.-L. Poirier s’interroge, chemin faisant, sur la possibilité que des textes considérés comme légendaires témoignent au moins en partie d’événements effectivement survenus.

Dans le chapitre suivant, intitulé Instabilis terra, l’auteur se penche sur les catastrophes qu’il qualifie de « géologiques », à savoir les mouvements de la terre, séismes et phénomènes liés au volcanisme, et s’intéresse aux descriptions que les auteurs antiques en fournissent. Dans certains cas, tel le séisme qui ravagea la ville d’Antioche en 458 ap. J.-C., plusieurs auteurs, ici Evagre et Sévère d’Antioche, relatent le même événement dans des perspectives différentes. On retrouve dans cette collecte des textes très célèbres, comme la description par Pline le Jeune de l’éruption du Vésuve en 79 ap. J.-C., au cours de laquelle son oncle Pline l’Ancien trouva la mort en allant secourir les habitants pris au piège sur le littoral de la Campanie. La question de la prévention de telles catastrophes est ensuite abordée : certains auteurs recensent des signes annonciateurs d’une catastrophe imminente, mais il ne semble pas y avoir en revanche de véritables mesures mises en place pour éviter le retour de tels événements meurtriers, ce qui s’explique par le manque de connaissances scientifiques sur le sujet. Il reste cependant que les tremblements de terre ont suscité des réactions, tant sur le moment, avec des opérations de secours, que dans les mois et les années qui ont suivi, pendant lesquels sont souvent attestées des opérations de reconstruction. J.-L. Poirier souligne en outre que l’inventaire des séismes et les théories explicatives qui en sont proposées varient beaucoup selon les auteurs antiques et s’intéresse en particulier à la théorie aristotélicienne, dont il estime qu’elle est la seule à proposer des hypothèses cohérentes.

Un troisième chapitre, Innabilis unda, rassemble les témoignages antiques sur les catastrophes dues à l’élément liquide, d’une part raz de marée et tsunamis, d’autre part crues et inondations, avec une attention particulière portée à deux fleuves dont l’importance symbolique est forte, le Nil et le Tibre. Le chapitre 4, centré sur les épidémies, s’avère particulièrement intéressant pour les lecteurs dans le contexte actuel. Parmi ces grandes calamités, quelques-unes ont fait l’objet de développements particulièrement nourris, en raison de leur durée et de leur taux de létalité. C’est le cas de la peste d’Athènes, de la peste antonine et de celle dite de Justinien. On peut regretter toutefois que ne soit proposé qu’un bref passage d’Hérodien à propos de la peste antonine, alors que plusieurs autres sources, par exemple Cassius Dion et l’Histoire Auguste, ont consacré des développements à cette épidémie. Le chapitre suivant rassemble sous l’expression de « fléaux environnementaux » un certain nombre de phénomènes naturels, à savoir les aléas climatiques tels que la sécheresse, les orages et les tempêtes, mais aussi les invasions de nuisibles telles les sauterelles et les problèmes de ravitaillement qui peuvent entraîner des disettes, voire des famines. Le chapitre 6, consacré aux accidents dramatiques, s’intéresse aux naufrages, aux avalanches et aux incendies. Enfin, l’ultime chapitre revient sur la question de « La fin du monde » et examine les différences entre les doctrines épicurienne et stoïcienne. Une présentation des auteurs anciens et une rapide bibliographie complètent l’ouvrage. On pourra regretter le recours à des traductions très anciennes pour certains auteurs, comme Hérodien ou la Correspondance de Cicéron, et l’absence de mention des travaux récents de Benoît Rossignol sur la peste antonine ou de ceux d’Yves Burnand sur les tremblements de terre, pour ne citer que des ouvrages en français. Trois cartes permettent de mieux localiser les régions et les cités mentionnées par les sources antiques. Il est parfois délicat pour le lecteur de se repérer dans la progression mise en place par J.-L. Poirier et de saisir les raisons qui ont présidé à l’insertion de tel passage d’un auteur antique dans tel sous-chapitre. Il n’en reste pas moins que cet ouvrage a le grand mérite de rassembler des témoignages variés et éclairants sur ces phénomènes qui restent souvent encore mal connus et que leur lecture amène à s’interroger sur la perception que les Anciens pouvaient avoir de phénomènes sur lesquels ils n’avaient bien souvent aucune prise.

Agnès Bérenger,

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Citer cet article comme : Agnès Bérenger à propos de L’Antiquité en détresse. Catastrophes et épidémies dans le monde gréco-romain, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 14/02/2022, https://reainfo.hypotheses.org/23936.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search