Les amours de Zeus, la jalousie d’Héra et autres histoires amusantes

Bravi (S.), Les amours de Zeus, la jalousie d’Héra et autres histoires amusantes. Paris : Rue de Sèvres, 2021. – 208p; – ISBN : 9782810201105

Crédit image. Première de couverture – Editions Rue de Sèvres

Soledad Bravi est une auteure prolifique. Elle a publié, entre autres, la série des Avez-vous lu les classiques de la littérature ?1 dans laquelle elle propose des résumés humoristiques et caricaturaux des grands classiques de la littérature. Elle s’était déjà attaquée à la littérature grecque antique dans son Iliade et l’Odyssée2 dans laquelle elle usait du même procédé pour synthétiser l’œuvre du grand Homère. Elle revient maintenant avec sa version brève et fantasque de la mythologie grecque dans Les amours de Zeus, la jalousie d’Héra et autres histoires amusantes. À travers sa plume satirique et percutante, Soledad Bravi nous conte vingt histoires issues de la mythologie gréco-romaine, la plupart centrées sur les amours et les conquêtes du roi de l’Olympe, Zeus.

Les amours de Zeus commence avec la naissance du roi de l’Olympe et la légende de son ogre de père, Cronos, qui avalait ses propres enfants pour éviter qu’ils le détrônent. Si Soledad Bravi se concentre sur les conquêtes de Zeus comme l’indique le titre de sa bande dessinée – Léto de laquelle sont nés Apollon et Artémis, Io, Lamia, Léda, mère de Castor, Pollux, Hélène et Clytemnestre, Sémélé qui a donné naissance à Dionysos ou encore sa femme, Héra – , elle nous conte également d’autres mythes. Les enfants de Zeus y apparaissent qu’ils soient divins comme Perséphone ou Athéna, ou encore demi-dieux ou héros tels Héraclès et Persée. D’autres dieux ou héros grecs sont également présents, qui n’ont rien à voir avec les amours à proprement parler du roi de l’Olympe. Ainsi, le lecteur peut croiser dans l’ouvrage Héphaïstos, Sisyphe, Narcisse, Œdipe ou encore Thésée ou même découvrir les Enfers dans un bref chapitre ce qui rend le titre de l’ouvrage trompeur car le lecteur aura l’impression qu’il est avant tout centré sur les conquêtes de Zeus alors qu’une majeure partie de l’ouvrage n’a rien à voir avec cela.

Certaines légendes contées par Soledad Bravi sont célèbres, comme les douze travaux d’Héraclès, d’autres beaucoup moins. C’est le cas du mythe de Lamia, une conquête du roi des dieux, qui encourt la colère d’Héra, laquelle tue ses enfants les uns après les autres. Désespérée, par vengeance, la pauvre Lamia s’attaque aux enfants de ses semblables et devient hideuse. Zeus, pour se faire pardonner, lui permet alors d’enlever ses yeux pour lui permettre de s’endormir malgré ses crimes. La version de Soledad Bravi est inspirée de celle de Diodore de Sicile3. Elle est peu transmise aussi bien par les auteurs antiques que dans les catalogues de mythes contemporains. De même, l’auteure choisit de raconter la conspiration menée par Héra, Poséidon et Athéna – ou Apollon dans quelques versions dont celle des Amours de Zeus – qui décidèrent de se rebeller contre Zeus et de l’enchaîner par cent nœuds à un siège, conspiration brisée par Thétis qui alla chercher Briarée, le géant aux cents bras pour libérer le roi des dieux. Or, cette rébellion est devenue rare dans les recueils contemporains de mythologie alors même qu’elle est présente dans l’Iliade d’Homère4.

Soledad Bravi a même donné son crédit à une version contemporaine du mythe de Rhéa, la mère de Zeus. Dans cette version, qui ne paraît nulle part dans les sources antiques mais abonde sur les sites internet contemporains dédiés aux mythes grecs, Zeus aurait violé sa mère en se transformant en serpent. Cette variante n’est pas présente dans les sources que présente l’auteure à la fin de sa bande dessinée, ni dans le fameux livre de mythologie de Pierre Grimal5, ni même dans Les mythes grecs de Robert Graves6.

Quelques petites bévues se cachent également dans Les amours de Zeus. Ainsi, Déméter ne s’est jamais mariée à Zeus, Prométhée n’est pas un Géant mais un Titan, Héra ne s’est pas mariée à Zeus parce qu’il l’a violé. Ces quelques imprécisions sont compensées par les commentaires de Jean Boutan, historien de la littérature, à la fin de l’ouvrage qui précise quelques détails : les noms des personnages qui apparaissent sous la plume de sa fille, les versions différentes qui existent pour certains mythes qu’elle raconte comme ceux de Léda ou Thésée, ou encore d’autres mythes liés à ceux présents dans la bande dessinée comme celui de Prométhée et de la création des animaux par son frère Épiméthée.

En conclusion, Les amours de Zeus de Soledad Bravi est un ouvrage idéal pour les amateurs de mythes grecs mais il ne leur permet pas de développer leurs connaissances sur le sujet. C’est plutôt une bande dessinée humoristique qui apporte un point de vue burlesque et personnel sur les mythes grecs abordés. Soledad Bravi est une passeuse de mythes, elle réinvente la mythologie gréco-romaine à sa façon, de la même manière que les auteurs antiques racontaient les mythes comme ils le souhaitaient et pouvaient aussi bien s’en servir pour illustrer des déclarations pendant des débats comme les tourner en ridicule.

Emilie Druilhe

1BRAVI, Soledad, Avez-vous déjà lu les classiques de la littérature ?, Rue de Sèvres, 3 tomes, 2018, 2019 et 2020.

2BRAVI, Soledad, L’Iliade et l’Odyssée, Rue de Sèvres, 2015.

3Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, XX, 41.

4Homère, Iliade, I, 396-406.

5GRIMAL, Pierre, Mythologie grecque et romaine, PUF, 1951.

6GRAVES, Robert, Les mythes grecs, Lgf, 2002.

Citer cet article comme : Émilie Druilhe, Les amours de Zeus, la jalousie d’Héra et autres histoires amusantes, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 21/02/2022, https://reainfo.hypotheses.org/24061.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search