Voyage à Naples

Dumas (A.), Voyage à Naples (présentation Claude Aziza). Paris : Vendémiaire, 2021. – 456p. – ISBN : 978-2-36358-347-5

Crédit image. Première de couverture – Vendémiaire

En ces temps de confinements successifs et de mauvaises passes sanitaires, il est toujours utile de voyager immobile, livre en main. Et si celui qui tient la plume n’est autre qu’Alexandre Dumas, c’est à un périple à la fois spatial et temporel que l’intrépide lecteur est convié.

Voyage à Naples, recueil d’articles parus dans Le Siècle en 1842, relate le séjour mouvementé et romancé – forcément ! – de l’écrivain entre août et novembre 1835 à Naples, Pouzzoles, Pompéi et autres cités du Vésuve. Le recueil est proposé par Claude Aziza, dont la curiosité n’a d’égale que l’érudition, qu’il s’agisse de culture populaire (science-fiction, peplums, westerns, Tarzan, la bande dessinée…) ou de sujets plus classiques (Pompéi, Néron, Tertullien, le judaïsme antique…).

Alexandre Dumas : ce mythe du roman d’aventures français, hôte du panthéon depuis 2002, propose en courts chapitres des descriptions hautes en couleur et des anecdotes historiques dont la véracité, à vrai dire, importe peu. Qu’il s’agisse des descriptions de telle ou telle rue de Naples, de la personnalité du roi Nasone, de la jettatura (le mauvais œil napolitain, dont Théophile Gauthier fit en 1856 une nouvelle fantastique se déroulant à… Naples), de l’héroïque combat naval d’un vaisseau français contre plusieurs navires anglais, de saint Janvier et son miracle, d’une église de la ville… Alexandre Dumas esquisse un paysage, trousse des portraits, raconte des histoires au pas de charge. Nelson ou Lady Hamilton ne sont pas absents de ces nouvelles, cette dernière étant appelé à revenir plusieurs fois dans son œuvre (Emma Lyonna, ou La San Felice, paru en 1864, lui est consacré) : elle apparaît dans notre recueil p. 97, en déesse Hygie, avant de devenir modèle pour un tableau de Vénus et d’enchaîner les conquêtes…

Dans cette première série de chapitres, l’Antiquité est présente à titre d’exemples et de comparaisons, à la manière dont un honnête homme du XIXe siècle renvoie à un référent culturel connu de tous. Parfois, Alexandre Dumas est plus précis, par exemple lorsqu’il se moque (p. 21) d’« une certaine quantité de savants (…) qui s’injurient à propos de la grande mosaïque de Pompéi », sans aucun doute celle d’Alexandre et Darius III découverte en 1831, ou bien encore (p. 138) des bijoux féminins de la même cité, porteurs de l’attribut de Priape – et pour les curieux, dans le même passage relatif aux talismans contre la jettatura, l’auteur rappelle qu’avant de devenir une insulte obscène, le medium dressé était recommandé par Martial pour conjurer les maléfices (la référence, que ne donne pas A. Dumas, paraît être dans la deuxième Épigramme, 28, à moins qu’il ne s’agisse de la sixième, 70 ?).

L’amphithéâtre de Pouzzoles est le premier édifice antique d’importance cité par A. Dumas (p.207 : « … dont les ruines existent encore aujourd’hui… »). Les fouilles débutèrent en 1839, donc après le passage de l’écrivain, mais dans un récit consacré au martyre de saint janvier, Dumas rapporte l’anecdote de Néron et Tiridate tirée de Dion Cassius LXIII, 3.

Dans son exploration des cités ensevelies, il revient plus longuement sur Pouzzoles, décrit la via Antonina bordée de tombeaux, évoque la maison de Cicéron et sa mort (qu’il attribue p. 325 à une malheureuse remarque de l’orateur sur « les faux cheveux de Livie »), imagine un roman à propos de Sextus Pompée (projet réalisé en 1857 dans le feuilleton Octave Auguste), le pont érigé par Caligula à travers le golfe (treize arches encore visibles de son temps) ou encore les « étuves de Néron » (dans lesquelles sont cuits les œufs d’un pique-nique, mais l’écrivain pimente l’historiette : le gardien du lieu manque lui-même d’être cuit par les émanations).

Le chapitre « Une visite à Herculanum et à Pompéi » (p. 333) intéressera au plus haut point les touristes et les antiquisants. Qui ne voudrait de Dumas pour guide ? Il conseille de ne pas débuter par le musée de Naples (p. 395), mais par la visite de la cité. La date, discutée, de sa destruction est justifiée par les monnaies retrouvées sur le site : aucune postérieure à 79 (p. 335), mais celle de Boscoreale et Boscotrecase est repoussée de quatre siècles, en raison du style des objets qui y furent mis au jour. Une première découverte de Pompéi est attribuée à l’architecte Dominique Fontane qui, en 1592, à l’occasion de l’édification d’un aqueduc, aurait marché dans les rues souterraines de la cité : « aujourd’hui encore, on peut suivre sa marche par les soupiraux du canal qu’il traça » (p. 338). Herculanum aurait quant à elle été localisée dès 1720 (mais il faut descendre dans des puits pour y avoir accès, ce qui ne séduit guère l’écrivain), et une première fouille sur le site de Pompéi aurait été réalisée en 1689, et surtout en 1748 : « l’Antiquité, racontée par les historiens, chantée par les poètes, rêvée par les savants, a pris tout à coup un corps : le passé se fait visible pour l’avenir » (p. 340).

L’accès à Pompéi se fait par la rue des Tombeaux et la maison de Diomède, et au seuil de l’expédition, en bon guide, le malicieux Alexandre Dumas rassure son auditoire : « nous ne comptons pas emmener [le lecteur] dans une excursion domiciliaire ; nous visiterons trois ou quatre des maisons les plus importantes, nous entrerons dans une ou deux boutiques, nous passerons devant un temple, nous traverserons le Forum, nous ferons le tour d’un théâtre, nous lirons quelques inscriptions, et ce sera tout » (p. 342).

Laissons au lecteur curieux le plaisir de visiter en si bonne compagnie les bains de la maison de Diomède, aux fenêtres bel et bien pourvues de verre (d’où ce savoureux persifflage : « au moment où on les retrouva, un savant italien venait de prouver, dans un ouvrage en quatre volumes inquarto, que les anciens ne connaissaient pas le verre. Le libraire qui avait imprimé l’ouvrage fut ruiné ; mais l’auteur n’en resta pas moins un savantissime » : p. 347), de croiser quelques squelettes, le moulage d’un sein, des sépulcres, des bas-reliefs dont les interprétations opposent (déjà !) les écoles de spécialistes (« positivistes et allégoristes » : p. 353), enfin d’entrer dans la ville par la Porte d’Herculanum et de lire les « petites affiches » visibles sur les murs : A. Dumas use avec maestria des graffiti urbains pour redonner une âme aux vieilles pierres.

Dernière étape pompéienne : la maison du Faune, « découverte en 1830 par le savant directeur des fouilles, Charles Bonucci » (p. 371), et sa fameuse mosaïque : « nous touchons à un chef d’œuvre antique, dont l’exhumation a failli produire une trente-troisième révolte dans la très fidèle ville de Naples » (p. 372). Et Alexandre Dumas d’expliquer la communauté scientifique : « Les savants forment une race à part, bien autrement entêtée, bien autrement rancunière, bien autrement ergoteuse que les autres races. Les haines politiques ne sont rien auprès des haines archéologiques, et c’est tout simple : les haines politiques tuent, les haines archéologiques ne font que blesser » (p. 373). Après avoir décrit la mosaïque, l’écrivain résume les identifications de la bataille, d’Issus à… Marathon, Delphes, ou encore d’Achille et Hector ! Il examine chaque théorie (« dix systèmes ») et les écarte, l’une après l’autre, autant par les détails iconographiques que par le recours aux sources littéraires. La pirouette littéraire par laquelle Dumas conclut sa démonstration est savoureuse.

La visite s’achève par le musée archéologique de Naples. « Après avoir vu l’écrin [les sites archéologiques], c’était regarder les bijoux [les œuvres qui en sont issues] » (p.396). Galerie de statues, des petits bronzes (de la vie quotidienne), galerie des comestibles, chambre des bijoux, la peinture (« la majeure partie des peintures d’Herculanum et de Pompéi ne sont rien d’autre que des fresques pareilles à celles de nos théâtres et de nos cafés » : p.399) : Dumas en sélectionne cependant quelques-unes parmi les dix-sept cents de la collection et confesse que l’impression produite sur lui par Médée méditant la mort de ses fils, sept ans plus tôt, ne s’est toujours pas estompée… Avant de sortir, ne pas oublier de s’attarder dans le cabinet des papyrus.

Le dernier chapitre explique l’expulsion d’Alexandre Dumas de Naples en janvier 1836, mais l’essentiel de ce recueil, pour un antiquisant, réside dans le regard de ce spectateur curieux et éclairé sur les grandes cités ensevelies, et dans le caractère enlevé des récits proposés. Entre érudition et invention, ce Voyage à Naples peut figurer sans honte dans la bibliothèque du savant comme dans celle de l’amateur de littérature d’aventure.

L’ouvrage de Chantal Grell, Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du XVIIIe siècle, 1982, et les Actes du colloque Pompéi à travers le regard des artistes français du XIXe siècle, 2016, permettront au lecteur de replacer ce volume dans un cadre plus large.

Martin Galinier, 

Université de Perpignan

Citer cet article comme : Martin Galinier, à propos de Voyage à Naples, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 07/03/2022, https://reainfo.hypotheses.org/24198.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search