Musée gallo-romain de Claracq-Lalonquette

Nous avons la chance que Marine Ibanez, directrice du musée gallo-romain de Claracq-Lalonquette réponde à nos questions. A l’issue de cet entretien, vous saurez tout du musée de Claracq et de la villa gallo-romaine de Lalonquette.

Marine Ibanez, vous êtes directrice et responsable scientifique des collections du musée gallo-romain de Claracq-Lalonquette, voulez-vous vous présenter, dire quelques mots sur vous-même et sur votre parcours.

Après des études en Histoire de l’Art et Archéologie qui m’ont permis de participer à de nombreux chantiers de fouilles programmées, j’ai commencé à travailler comme archéologue dans une association sud-girondine avant de rejoindre le Centre archéologique du Var à Toulon.

Pour autant, j’ai toujours eu un vif intérêt pour la médiation scientifique et la valorisation, ce pourquoi j’ai réalisé en parallèle un diplôme universitaire de valorisation du patrimoine archéologique.

J’ai intégré la Communauté de communes des Luys en Béarn et son service Musée gallo-romain Claracq-Lalonquette comme médiatrice en 2014 (deux ans après son ouverture), avant d’être nommée à la direction peu de temps après.

Qu’est-ce qu’une villa gallo-romaine, de quoi se compose-t-elle ? Qu’elle(s) est/sont la/les particularité(s) de la villa de Lalonquette ? Et quelle en est la chronologie ?

© IRAA-CNRS (Pau) – Plan de la villa toutes phases confondues (1972)

Le site, connu sous le nom de l’« Arriberà deus Gleisiars » est implanté dans la vallée du Gabas en Nord Béarn, à une trentaine de kilomètres de Pau (64). Situé dans la partie méridionale de la cité de Dax (Aquae Tarbellicae) sous le Haut Empire, il fut rattaché, à la faveur des remaniements administratifs de la fin du IIIe et du début du IVe siècle, à la cité des Beneharnenses dont le chef-lieu était établi à Lescar (Beneharnum).

Il fut mentionné pour la première fois en 1843 dans le Mémorial des Pyrénées et fit l’objet de plusieurs campagnes de fouilles entre 1959 et 1972 d’abord, puis dans les années 2000.

L’ampleur des vestiges découverts, correspondant essentiellement à la partie résidentielle, témoigne de l’existence d’un établissement d’importance dont la superficie totale approcherait vraisemblablement les 2 hectares. Si l’on ne dispose d’aucune donnée précise concernant l’identité ou la fonction des propriétaires des lieux, l’envergure des constructions successivement entreprises, conjuguées à la découverte de certains vestiges spécifiques, indique un niveau de vie élevé.

Siège d’une production agropastorale clairement identifiée par l’archéologie, la villa régissait un domaine foncier important (fundus) dont l’étendue et le mode d’exploitation ne sont pas précisément définis à ce jour. Elle représente néanmoins un pôle de peuplement important de ce secteur du piémont pyrénéen – l’établissement étant implanté non loin de la voie antique reliant Bordeaux à Saragosse.

La villa gallo-romaine de Lalonquette s’est développée du Ie au Ve siècle de notre ère. Durant près de cinq siècles, le visage de cette demeure aristocratique évolue, au gré de remaniements ponctuels. Les extensions successives apportées aux premières installations aboutissent au IIe siècle à l’émergence d’un ensemble résidentiel d’envergure. Un remaniement général de la pars urbana est ensuite opéré au cours du IVe siècle, faisant évoluer le plan de l’établissement vers une conception plus complexe où la décoration se fait ostentatoire. C’est à cette époque que les propriétaires, à l’instar de nombre de leurs semblables, commandent à un atelier de mosaïstes aquitains une série de pavements destinés à orner les espaces importants de la demeure.

Comme de nombreuses villae gallo-romaines, son abandon au cours du Ve siècle marque le déclin de l’encadrement des campagnes environnantes par ses habitats aristocratiques. Le domaine agricole passe alors progressivement aux mains du pouvoir de l’Eglise.

Le site sera réoccupé entre le VIe et le VIIIe siècle par une communauté rurale chrétienne, qui y implante une petite chapelle et une nécropole avant d’être définitivement abandonné.

© Musée gallo-romain – Mosaïque du vestibule, IVe siècle

Que sait-on des formes d’implantation des populations dans le piémont pyrénéen à l’époque gallo-romaine ? Que révèle la villa de Lalonquette sur les pratiques et modes de vie de ces populations ?

Le territoire sur lequel est implanté la villa, historiquement nommé « Vic-Bilh » (le vieux pays), est situé entre la chaîne des Pyrénées et la vallée de l’Adour. Ce relief vallonné parcouru de nombreux petits cours d’eau présente dans sa partie orientale des vallées asymétriques tandis que de grandes terrasses alluviales composent sa partie occidentale.

Les recherches archéologiques menées ces dernières années ont amené les spécialistes à s’interroger sur les modalités d’occupation du sol et de leur évolution entre le Ier et le Ve siècle de notre ère. Il s’avère qu’en raison de la diversité des paysages, il existe dans le piémont nord-occidental pyrénéen un spectre assez large de formes d’occupation, dont la fonction et la hiérarchie sont encore pour certaines difficiles à définir. Nous retiendrons seulement les formes les mieux identifiées.

Bien qu’elles soient lacunaires, nos connaissances de l’occupation à la fin de l’âge du Fer montrent des signes de faible densité d’occupation. Pourtant, ce territoire connait de profonds bouleversements entre le Ier et le IIe siècle. Les zones de peuplement vont progressivement se multiplier et se densifier mais les formes d’occupations observées dans les campagnes s’apparentent pour la majorité à des installations légères et temporaires. Ces aires devaient être destinées à l’élevage local ou au pastoralisme.

Dans le même temps, à l’exemple du monde rural italique, les campagnes se dotent progressivement de petites villae constituant progressivement de nouveaux pôles de peuplement et participant ainsi grandement à la structuration des territoires ruraux et au développement de la trame d’occupation du sol.

De nombreuses fermes, encore peu ou mal connues, viennent également contribuer à ce panorama. Malgré leurs formes et leurs tailles réduites, elles constituent un tissu assez dense autour des centres domaniaux et participent à la mise en valeur du terroir. Alors que certaines sont identifiées comme de petites unités de productions, d’autres semblent avoir servi d’habitat pour la main d’œuvre agropastorale.

© Benoît Pace, chercheur associé IRAA-ITEM (Pau), Etablissements et principaux axes de circulation autour de la villa de Lalonquette

L’ensemble des habitats de ce terroir était relié par un important réseau de chemins locaux mis en évidence par les recherches : les poudges. Ces chemins anciens parcourant les plateaux et les vallées sont d’ailleurs pour certains encore utilisés de nos jours.

A plus grande échelle, nous savons que la villa gallo-romaine de Lalonquette profitait de la voie qui reliait les agglomérations de Lescar (Beneharnum) et d’Aire sur l’Adour (Atura). Elle garantissait ainsi la communication entre les campagnes et les agglomérations principales les plus proches et a permis un développement économique important des campagnes. Véritables pôles de dynamisme économique dès le début de l’Empire et après une phase de monumentalisation rapide et un certain déclin durant le IIe s., ces deux villes deviennent des capitales de cité lors des réformes du IVe s., au sein de la province de Novempopulanie.

Dans ce cadre, les fonctions résidentielles et l’aspect monumental de la villa gallo-romaine de Lalonquette fait d’elle un parfait exemple de la villégiature romaine sud-aquitaine. Elle témoigne ainsi d’une transposition à la campagne d’idéaux et de valeurs aristocratiques romains. Cela se traduit notamment par le confort recherché dans l’architecture, et l’organisation du territoire environnant. Cette « monumentalisation » semble se généraliser en Aquitaine méridionale dès la fin du IIIe siècle et prend un véritable tournant au cours du IVe siècle et du début du Ve. Cette rapide prospérité s’accompagne d’une multitude de signes de dynamisme, notamment en matière de production (céréaliculture et élevage). Cela se traduit par une extension considérable de sa pars rustica (secteur agricole).

Pour autant, le caractère « traditionnel » de l’architecture privée n’en est pas moins oublié, comme en témoigne l’importance accordée au paysage dans le choix de son implantation – où la proximité et la vue sur l’eau semblent avoir été recherchées. En effet, le cours d’eau du Gabas constitue un élément important dès le Ier siècle. Cet attrait semble s’accroitre à la fin de l’Antiquité, la villa s’ouvrant alors davantage sur le paysage. Cela se traduit notamment par l’ajout d’une importante galerie-belvédère surplombant la rivière lors des grands travaux d’embellissement entrepris dès le milieu du IVe siècle.

En quoi la villa de Lalonquette est-elle parfaitement représentative d’un mode d’occupation du sol ou, au contraire, a-t-elle un caractère singulier et exceptionnel ?

Même si les villae gallo-romaines ne constituent pas un modèle exclusif de mise en valeur des terres, elles représentent toutefois un bel exemple de la romanisation des zones rurales durant l’Antiquité, de la structuration des paysages agraires et de leur contrôle accru par les élites.

Les résultats des recherches menées par Jean Lauffray dans les années 1960 puis François Réchin dans les années 2000, associés aux prospections aériennes et pédestres opérées entre les années 1980/1990, tendent à démontrer que la villa de Lalonquette témoigne clairement du vaste mouvement d’adoption en Aquitaine méridionale des modèles italiques, qui structurent progressivement les territoires. La villa gallo-romaine de Lalonquette n’échappe pas à la règle et constitue en ce sens un parfait exemple des modes d’usage et de la valorisation des espaces ruraux durant l’Antiquité.

Sa permanence d’occupation entre les Ier et Ve siècle semble jouer un rôle déterminant dans l’organisation de la vallée du Gabas. En effet, un certain nombre de petits sites ruraux découverts récemment par l’archéologie préventive et interprétés comme des établissements temporaires de tradition indigène ou des sites de campements liés au pastoralisme, semblent disparaitre dès le courant du IIe siècle au profit d’établissements de production ou de fermes, dépendants de la villa gallo-romaine. L’ensemble de ces données permettent d’appréhender le cadre paysager et le rôle structurant de l’établissement, dont on observe l’empreinte et la mainmise croissante de ses propriétaires sur les terres avoisinantes. Au cours des siècles, elle a ainsi polarisé de plus en plus l’activité autour d’elle au détriment des installations satellites.

© Studio Reverb’Air, proposition de restitution du péristyle de la villa gallo-romaine

De plus, son vaste programme d’embellissement au IVe siècle (qui marque certainement l’apogée de son système d’exploitation), reflète bien le phénomène général qui s’est imposé en Aquitaine méridionale : l’essor spectaculaire de l’architecture domestique des notables durant l’Antiquité tardive, en particulier dans les campagnes.

De quelle façon valorisez-vous les collections, les fonds ?

L’exposition permanente du musée est divisée en quatre thématiques qui permettent de balayer l’histoire de la villa sous divers aspects et de mettre en lumière les us et coutumes de ses habitants. La visite est introduite par un historique des fouilles et la recontextualisation du site dans l’histoire de l’Aquitaine méridionale. S’en suit une présentation de la vie quotidienne, puis du domaine et enfin de l’architecture et de l’ornementation.

© Xavier Dumoulin – Exposition permanente

Le musée, qui conservait déjà dans ses collections quatre pavements de mosaïque a obtenu dans le cadre de son agrandissement le transfert de trois pavements supplémentaires conservés depuis les années 1970 au Musée d’Aquitaine à Bordeaux. Ces pièces remarquables, encore méconnues sur le territoire, prennent désormais place au sein du parcours.

En raison de l’état fragmentaire des collections, il nous est très vite apparu que la restitution en images de synthèse de la villa gallo-romaine constituerait un élément clé du parcours. Nous nous sommes dotés en 2014 d’un dispositif numérique, et nous travaillons actuellement sur une nouvelle version en vue de l’actualiser mais aussi de recontextualiser certains objets présentés en vitrine. Elle prendra place au sein de l’exposition au cours du printemps et permettra de clôturer la visite.

Et les réserves du musée ? 

© Xavier Dumoulin, réserves du Musée gallo-romain

Les nouvelles réserves du musée gallo-romain rassemblent aujourd’hui près de trois tonnes de mobiliers archéologiques divers. Pensées comme un véritable outils de médiation, elles sont en partie dévoilées au grand public et dotées d’une frise d’interprétation qui présente le parcours de l’objet de sa découverte sur site à sa mise en vitrine. Il s’agit d’un dispositif « vivant », qui évolue en fonction des travaux en cours. Il permet de balayer en un même temps la diversité des métiers concernés par l’archéologie et les pratiques de conservation du patrimoine.

Complémentaire de cette « fenêtre » sur les réserves, le musée dispose en son sein d’un module d’initiation à l’archéologie. Les visiteurs, en particulier le jeune public, sont ainsi invités à chausser les bottes de l’archéologue un instant et à toucher du doigts l’émotion de la découverte. Ce module, qui restitue sur une dizaine de mètres certains vestiges de la villa gallo-romaine, constitue un formidable prétexte pour valoriser différemment le patrimoine local et sensibiliser aux enjeux de sa préservation.

Vous l’aurez compris, l’approche didactique et pédagogique du discours que l’on tient est essentielle et constitue les fondements de notre politique de médiation et de valorisation.

Quelle est l’inscription du musée et de la villa dans le territoire ? Les liens avec les écoles, les habitants, les collectivités ?

Inauguré en 2012, le musée reste encore aujourd’hui le seul musée de site exclusivement consacré à l’archéologie antique dans les Pyrénées-Atlantiques. L’établissement, associé au sentier de découverte et au site valorisé de la villa gallo-romaine est devenu en quelques années un véritable outil de développement culturel du territoire des Luys en Béarn, dont la médiation constitue le cœur du propos.

A l’appui d’une fréquentation en constante augmentation, la Communauté de communes des Luys en Béarn a décidé de donner au musée une nouvelle dimension. Durant l’année 2020, une ambitieuse campagne de travaux a été menée pour lui permettre de mieux accueillir public et collections, dans des espaces renouvelés, fonctionnels et attractifs.

Cette réorganisation renforce le musée dans son rôle d’acteur de développement territorial au service de la conservation et de la valorisation du patrimoine local et témoigne du fort engagement politique de l’intercommunalité. Ce nouvel établissement n’est pas un achèvement, mais un point de départ permettant de répondre à des objectifs stratégiques de proximité et de création de liens avec les usagers, qu’il s’agisse des habitants, des écoles, des structures associatives ou des services intercommunautaires (écoles de musique, bibliothèques, pôle jeunesse, etc).

Le musée a-t-il des partenariats avec d’autres structures, musées, organisations, sous forme de réseaux à l’échelle locale, régionale ou nationale ? Quels sont les liens avec des chercheurs, notamment ceux de l’UPPA ?

Oui, absolument. Le musée gallo-romain Claracq-Lalonquette vise à proposer à travers l’établissement un lieu d’accueil et d’expérimentation pour les élèves, les étudiants et les chercheurs du territoire. L’équipe s’engage régulièrement dans de nouvelles collaborations en lien étroit avec les objectifs de développement de ses services, à savoir : l’étude et la conservation du mobilier archéologique, la valorisation des vestiges ou encore la vulgarisation des résultats scientifiques auprès du grand public.

© Musée gallo-romain, Initiation aux pratiques de l’archéologie

La DRAC, le Service régional de l’Archéologie, l’Université de Pau et des Pays de l’Adour ainsi que l’Institut de Recherches en Architecture Antique (IRAA-NRS) représentent des partenaires de longue date et ont largement contribué au développement et au renouvellement de l’offre publique de l’établissement, qui donne lieu à de nombreux rendez-vous annuels (Journées de l’Archéologie, Fête de la Science, etc). Nous accueillons également chaque année en stage des étudiants de Licence et Master dans le cadre de leur formation universitaire, notamment sur des missions de médiation ou de conservation des collections.

En parallèle, nous nous attachons depuis plusieurs années à co-construire avec l’Education nationale un véritable projet pédagogique qui vise à offrir aux élèves du territoire et des départements limitrophes un parcours culturel adapté. La programmation du musée intègre par ailleurs cette année un module de formation pour les enseignants et présente l’établissement comme une offre de ressources importantes pour la classe, en lien étroit avec les programmes scolaires.

Peut-on déjà faire un premier bilan de la rénovation du musée et de cette politique de mise en valeur ? Que peut-on dire de la fréquentation de la villa et du musée ?

Le nouveau musée a ouvert ses portes après plus d’une année de travaux le 3 juillet 2021, à l’occasion de la Nuit Européenne des Musées. Malgré un contexte particulier lié à la pandémie de Covid-19, la fréquentation est très honorable et les grands événements culturels ont pu être maintenus.

Nous avons eu le plaisir de retrouver un public local d’habitués mais aussi de constater que les profils de visiteurs saisonniers ce sont diversifiés. La surprise provoquée par ce nouvel établissement et la qualité de ses équipements est au rendez-vous. Le travail mené sur l’amélioration et l’enrichissement de l’exposition permanente a porté ses fruits et les retours sont très positifs.

En plus du musée, il y a le site de la villa et un sentier pédagogique, comment s’organise la visite ? 

Intégré au plan local de randonnée, le sentier permet de relier le musée situé sur la commune de Claracq à la villa gallo-romaine de Lalonquette et invite à une découverte du site dans sa dimension paysagère et territoriale. Il est balisé et jalonné de dispositifs d’interprétation et de bornes pédagogiques, qui racontent l’histoire des hommes qui ont habité la vallée du Gabas et le coteau de Claracq.

Le projet de valorisation de la villa gallo-romaine a quant à lui permis de concilier les objectifs de sauvegarde des vestiges tout en donnant les clés de lecture d’un tel patrimoine à ses visiteurs. Grâce à une valorisation moderne et épurée, il est désormais aisé de se rendre compte de la dimension monumentale de cet établissement antique, de déambuler dans les pièces identifiées qui le constituent et d’imaginer le site dans son environnement.

Le sentier d’interprétation et le site valorisé de la villa sont en accès libre toute l’année et se visitent librement. Ils s’intègrent comme une introduction ou un complément à la visite du musée, selon l’ordre de visite retenu.

© A. Basse-Cathalinat, La villa et son sentier © A. Basse-Cathalinat, La villa et son sentier

Quels sont vos projets pour les mois et les années qui viennent ?

Dans le cadre de l’obtention de l’appellation « musée de France » en 2017 et de l’agrandissement du musée en 2021, la Communauté de communes des Luys en Béarn a obtenu la dévolution de propriété de l’ensemble des collections dont l’Etat était encore propriétaire. Il s’agit des collections constituées par Jean Lauffray lors des fouilles archéologiques menées entre 1959 et 1972.

Un vaste chantier des collections a démarré en début d’année (tri, reconditionnement, inscription à l’inventaire, etc) et se poursuivra jusqu’en 2023. A terme l’étude minutieuse de certains ensembles, comme les marbres, les enduits peints, le verre ou le mobilier métallique par exemple, participera à l’enrichissement des connaissances du site. Certains de ces objets remarquables pourront intégrer le parcours d’exposition permanente, alors que d’autres serviront de support à la construction d’expositions temporaires.

Le musée est également dépositaire des collections de la villa gallo-romaine de Taron, distante de quelques kilomètres, et de l’ensemble des collections issues des nombreuses campagnes de prospections pédestres menées sur le secteur. Aussi, le travail mené sur ces collections permettra d’étendre le discours à l’échelle du territoire. Plus largement, nous entendons bien entendu profiter de nos nouveaux équipements, notamment d’une galerie d’exposition temporaire, pour valoriser l’histoire locale et mettre ainsi en lumière le patrimoine des communes voisines. Ces actions sont discutées et impulsées en dialogue permanent avec les élus du territoire, déjà très investis dans leur rôle de prescripteurs.

Nous remercions chaleureusement Marine Ibanez d’avoir accepté de répondre à nos questions!


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search