Icare. L’Histoire du garçon qui vola trop près du soleil

Vogele (C.), Icare. Dessin animé sorti le 30 mars 2022 dans les salles françaises – Bac Films

Après avoir travaillé huit ans à Pixar, le réalisateur luxembourgeois Carlo Vogele vient de réaliser son premier long métrage d’animation qui traite des aventures du jeune fils de l’architecte Dédale. Alors que les textes disent peu de chose de ce jeune garçon1, comment le réalisateur et sa coscénariste Isabelle Andrivet l’ont-ils traités dans un film grand public ?

Tout d’abord, on ne peut que saluer le parti pris esthétique et l’ambiance visuelle du film. Toute la 2D et 3D du directeur artistique Edouard Cour baignent dans une lumière chaleureuse, propre à la Crète et au climat méditerranéen. Dès le départ, nous sommes avec Icare sur les plages proches de Knossos à entendre le bruissement des vagues et les cris des mouettes. Le soleil, qui causera la chute du héros, est ainsi mis en scène aussi clairement que son opposée, la lune, lors de flashbacks sur la reine Pasiphaé. Concernant l’architecture et les objets utilisés par les Crétois, on sent un vrai intérêt pour l’archéologie de la période minoenne. Dédale sculpte ainsi une déesse au serpents géante, proche des statuettes conservées au musée d’Héraklion. Des références explicites aux fresques (des danseurs, des dauphins…) du palais de Minos sont aussi visibles tout comme les amphores à décors d’animaux marins et dolia spécifiques à cette culture. La reproduction du palais est, elle, malheureusement plus proche des reconstructions fantaisistes de l’archéologue Arthur John Evans que l’on retrouve aujourd’hui in situ sur le site archéologique. On ne peut trop en vouloir au réalisateur d’utiliser ces fameuses images d’Epinal qui donnent une profusion de couleurs éclatantes et servent son propos. Le film flirte parfois avec l’impressionnisme notamment lors des scènes de foules (spectacle de danse d’Ariane, scène de marché, inauguration du labyrinthe) où les individus sont à peine esquissés. On y retrouve une cohérence autour de cette lumière omniprésente qui éblouit et floue l’environnement en renforçant l’isolement du héros. Si Icare est en effet en phase avec la nature, il se sent mal à l’aise dès qu’il franchit les portes de la cité et cherche des visages amis.

La mise en scène magnifie tout cela avec un réel travail sur le rythme, lent quand Icare se perd dans ses pensées, rapide quand les personnages sont dans l’action. Le passage de Thésée dans le labyrinthe est de ce point de vue incroyable. Puisque le prince athénien ne voit rien dans l’obscurité du lieu, tout est en noir et blanc dans un style crayonné qui rend compte du danger. Certains découpages empruntent aussi au manga, lorsque les personnages apparaissent dans des cases ayant leurs actions propres. D’autres plans viennent de jeux vidéo de type action-RPG2 où l’on voit dans une vue d’ensemble, les habitants du palais qui avancent chacun à leur rythme comme des ombres dans le dédale de couloirs trop grands pour eux.

Venons-en au scénario en lui-même dont certains critiques ont regretté la trop grande liberté3 vis-à-vis du matériau originel, qui pourrait perturber la compréhension des plus jeunes. Le film tout entier est en effet basé sur un élément absent des textes antiques : l’amitié possible entre Icare et Astérion (le futur Minotaure). Pourtant celle-ci est très bien traitée et permet d’apporter un nouveau point de vue sur la psychè des personnages : Pasiphaé devient une mère aimante sombrant dans la folie4, Thésée un bellâtre, ivre de reconnaissance et de sang… Les mythes sont par leur nature même des histoires destinées à être transformées pour raconter quelque chose de nos sociétés, de notre époque. Les scénaristes empruntent d’ailleurs autant à l’Antiquité qu’aux tragédiens de l’époque moderne pour étayer leur propos. Un dialogue entre Ariane et Thésée fait penser à du Racine ou du Marivaux tandis que des compositions au violon de Vivaldi rythment le récit. Sortant d’un machiavélisme parfois trop présent dans les mythes grecs avec la figure du héros civilisateur contre les monstres barbares, les auteurs apportent une vision pleine de compassion et d’amour pour la différence. Leur Minotaure devient une victime de la folie des hommes et du destin divin tout comme Ariane qui finit abandonnée sur l’île de Naxos. Tant dans le graphisme que dans le message délivré, on peut rapprocher ce travail de celui d’un jeune illustrateur jeunesse anglais Joe Todd-Stanton. Dans son ouvrage Léo et la Méduse5, il renverse aussi les codes d’un certaine virilisme pour apporter un peu de sensibilité et de bienveillance dans la coexistence entre hommes et monstres antiques.

Or Carlo Vogele assume aussi la violence des mythes et garde tout ce qui en fait la dureté et l’étrangeté. Rien n’est ainsi éludé dans son long-métrage. Sans être montré frontalement, l’acte sexuel entre Pasiphaé et le taureau blanc est clairement explicité tout comme la violence de Minos envers son beau-fils (qui utilise un fouet et même une hache pour lui couper ses cornes) et les morts du Minotaure et d’Icare. Cela est cependant fait avec assez de poésie et de délicatesse pour ne pas heurter la sensibilité des plus jeunes qui comprendront donc ce qu’ils voudront : Icare tombe t-il vraiment dans la mer Égée ou retrouve t-il simplement son ami disparu ? Aux parents cependant de juger de l’âge minimum de visionnage en fonction de la sensibilité de leurs ouailles.

C’est un bel exploit que de rendre hommage à la mythologie grecque et à ses excès tout en y apportant une sensibilité et une humanité plus contemporaine. Sur l’écriture des personnages on pourrait juste regretter la psychologie de la princesse Ariane6 qui n’est caractérisée que comme une adolescente rebelle dont l’émancipation passe surtout par sa relation inégale et sexualisée avec Thésée. Le film ne durant que 1h16, tout va très (trop) vite et certains épisodes et personnages sont parfois expédiés. Le film arrive néanmoins, souvent, à retomber sur ses pattes comme avec l’épisode du coquillage traversé par une fourmi qui normalement apparait après la mort d’Icare7 mais qui est ici utilisé par lui comme un fusil de Tchekhov8 plutôt habile.

Les films sur la mythologie gréco-latines sont rares au cinéma, les bons films le sont encore plus. Loin d’être une adaptation aseptisée ou un blockbuster sans saveur, Icare est une vraie proposition qui éblouie nos rétines. Faire du Minotaure et d’Icare des victimes sacrificielles dans un film pour enfant était un paris osé, relevé brillement avec poésie et couleurs éclatantes. On se met alors à espérer que Carlo Vogele s’attelle, comme le fait Joe Todd-Stanton dans ses ouvrages, à dépoussiérer d’autres mythes de notre enfance. Voir des héros masculins sensibles et respectueux, loin des clichés machistes et plein de testostérones, fait du bien. Il y a là un véritable courant salutaire dans la pop culture contemporaine comme en témoigne aussi les personnages de Nezir dans la série Netflix Drôle ou de Norbert Dragonneau dans la saga des Animaux Fantastiques.

Cyrille Ballaguy,

Docteur en muséologie
Chercheur associé – Univ. Lille, CNRS, UMR 8529-IRHiS, F-59000 Lille

1 Quelques lignes chez Ovide, Diodore de Sicile et Apollodore.

2 Comme le récent et salué jeu Hadès, Supergiant Games, 2018.

4 Pas très éloignés de certaines représentations antiques comme sur un kylix attique conservé au Cabinet des médailles à Paris qui la montre tenant son fils dans ses bras.

5 Éditions Sarbacane, 2020. Cet ouvrage fait partie d’une série traitant des différentes mythologies autour de la fictive famille Vieillepierre.

6 Doublée pourtant par l’excellente Camille Cottin. Le doublage dans son ensemble est d’ailleurs de très bonne facture.

7 C’est une énigme que pose Minos (comment faire traverser un coquillage par un fil sans le casser ?) pour pouvoir retrouver et tuer Dédale après que celui-ci se soit échappé du labyrinthe.

8 Principe dramaturgique où un élément scénaristique, a priori insignifiant, permet finalement de résoudre une intrigue plus tard dans le déroulement du récit.

Citer cet article comme : Cyrille Ballaguy, à propos de Icare. L’Histoire du garçon qui vola trop près du soleil, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 19/04/2022, https://reainfo.hypotheses.org/24786.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search