La Clémence de Rome

Bianchi (S.), La Clémence de Rome. Paris : Editions Amalthée, 2021. – ISBN : 9782310051682

Crédit image. Première de couverture – Editions Amalthée

Au départ, il y a une découverte. Des traces écrites surgissant du passé à Alexandrie. Puis un archéologue irlandais fictif du XXe siècle. De là commence l’histoire de Tullius, citoyen romain dont la seule ambition au travers de lettres à un ami est dépassée par l’apport historique qu’elles représentent. Ainsi, l’on se retrouve immergé dans le quotidien et les réflexions fictives d’un Romain du Ier siècle de notre ère. Les lettres sont rédigées entre 78 et 80, c’est-à-dire durant l’époque des Flaviens. Après les tumultueux débuts du Principat du fait des intrigues julio-claudiennes, l’époque suivant la fameuse année 69, dite des quatre empereurs, opère une transition réussie qui pérennise le régime. L’intervalle se situe ainsi entre les principats de Vespasien et de Titus, plutôt apaisés en comparaison de leurs prédécesseurs, et également de leur successeur direct, Domitien le cadet de la famille. Voilà pour le contexte historique des lettres. Mais alors, que peut bien substantiellement raconter La Clémence de Rome, au-delà de la simple recomposition fictionnelle d’un Romain vivant dans une période faste de l’Empire ? Il convient de fait de se pencher plus avant sur les significations inhérentes au livre. Il s’agit ici de la transposition et de la reconstitution d’une époque. L’auteur le dit lui-même, il ne cherche qu’à livrer une vision particulière, inspirée par ce qu’il a pu étudier pendant de nombreuses années en tant que professeur agrégé. Par le prisme de Tullius, c’est la fixation d’un moment charnière qu’il évoque. L’évolution des mentalités, de quelle manière vivre ces dernières, quel regard porter sur les mutations sociétales. A plus forte raison, le vecteur historique présente en réduction la figuration d’un univers. Univers bien singulier du reste. Néanmoins, là où réside le point intéressant, c’est que les idées de Tullius ainsi que ses réflexions ne sont pas auto-référencées. Certes, elles dépendent d’un contexte et d’un état d’esprit particulier. Ceci dit, il n’est pas interdit de voir dans quelques assertions des concepts qui traversent le temps, et qui peuvent nous pousser à nous interroger nous-mêmes. Tullius est témoin de la grande histoire tout autant que de la petite. Le canal épistolaire est conséquemment le moyen de transmettre un message. C’est son point de vue qui nous est livré. En s’adressant à un autre qui ne lui répond (presque) jamais, le roman adopte un parti pris particulier. La voix de Tullius est celle qui détient le plus de résonance. En outre, elle est celle dont nous, lecteurs, nous préoccuperons donc le plus. Nous aurons de façon quasiment exclusive la vision de Tullius, citoyen romain qui nous dépeint son monde avec son œil aiguisé et adoptant parfois un ton volontiers caustique. L’histoire de Tullius n’est en réalité qu’un prétexte destiné à mettre en avant ce que pouvait être la vie dans l’empire romain. Aux faits historiques se mêlent des anecdotes plus triviales, ceci afin de composer au mieux la restitution d’un état d’esprit et d’une certaine conception de la vie. Semblant de prime abord éloignés de la nôtre, ces idées sont de fait à l’occasion étrangement familières. Tullius est la voix d’une civilisation disparue, qui peut résonner de manière troublante en de certaines occasions. Par exemple, la première persécution contre les chrétiens, telle qu’elle est dépeinte dans une lettre, pousse à s’interroger sur la façon dont l’on peut concevoir le rapport à la religion et à la croyance. De surcroît, Tullius est le parangon d’un ordre bien particulier, celui de la citoyenneté romaine, qui ne compose à l’époque, rappelons-le, qu’une partie restreinte de la population. Au fait de sa supériorité militaire et intrinsèque (si l’on suit ses propos), mais également consciente de ses limites et de la vacuité de l’existence. La nature humaine transcende toute appartenance à quelque ethnie que ce soit, dans les yeux de notre héros. Le bref intermède mettant en scène Poppée, alors maîtresse de Néron, est à ce titre révélateur. Elle constitue un contact entre Tullius et la grande Histoire, contact qui se révèle au travers d’une note d’archive traduite par l’archéologue que l’on rencontre au début du récit. A cet égard, à quelques occasions, l’on est témoin des réactions de ce traducteur bien plus contemporain de notre époque, en dépit des soixante-dix ans qui le séparent de nous. Ces apartés ramènent à la réalité, sans toutefois rompre le fil du récit. En effet, le rappel pragmatique rompt sans briser. Il s’insère et nourrit le propos d’ensemble. Il est même salutaire, en ce sens qu’il est facile de se perdre dans les propos de Tullius. Comme dit précédemment, l’absence presque chronique de réponse instaure une impression de proximité avec celui qui parle. Ce faisant, l’on pourrait croire que ces lettres nous sont adressées, à nous lecteurs. Que Tullius est une connaissance nous communiquant des nouvelles, et in extenso des concepts sur lesquels réfléchir. En définitive, le postulat de donner la voix à un Romain de l’ancien temps fonde la manifestation d’une culture entière et de ses différents synchrétismes. Même si, bien entendu, tout ceci relève d’une forme de partialité, il n’en demeure pas moins que l’intention reste louable. Et que La Clémence de Rome est avant tout une déclaration d’amour à un peuple qui a inspiré et continuera à le faire nombre d’auteurs et de chercheurs.

Rémi Illi,

Titulaire d’un master en histoire – Université de Reims Champagne-Ardenne

Citer cet article comme : Rémi Illi, à propos de La Clémence de Rome, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 25/04/2022, https://reainfo.hypotheses.org/24856.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search