Gisacum : un jardin archéologique qui fête ses 20 ans d’ouverture

Vu des bâtiments thermaux depuis le frigidarium-est ©Philippe Dutel

Un sanctuaire imposant au nord de la Gaule

Le sanctuaire de Gisacum se trouvait sur le territoire des Aulerques Eburovices. Ce peuple gaulois vivait sur ce qui correspond un peu près au département actuel de l’Eure. Or mise à part quelques fermes isolées, leur oppidum n’a pas été retrouvé même si leur capitale était vraisemblablement Mediolanum Aulercorum (Évreux). Gisacum, distant de 6 km, était alors leur centre religieux. Cependant, les archéologues n’y ont pas retrouvé de traces d’occupations significatives avant la conquête romaine. Le nom de Gisacum est d’ailleurs une construction du XIXe siècle basée sur deux inscriptions découvertes dans le sanctuaire, dont l’une mentionne le dieu Gisacus. Cette divinité aurait été assimilée à Apollon par les Romains dont une statue en bronze d’un mètre fut retrouvée en 1840[1]. Le dieu des arts et de la médecine y est représenté nu avec une couronne crénelée sur sa chevelure, signe qu’il pourrait être le dieu central du lieu.

Plan de la ville antique au IIIe siècle ©CD27-MADE

Après une première phase d’urbanisation au Ier siècle avec un temple central et des quartiers structurés, tout est rasé au début du IIe siècle pour la réalisation d’un complexe monumental. À la place d’un temple rond et de deux petits temples carrés, est construit un sanctuaire de 8 hectares avec 3 temples reliés par des galeries, d’une longueur totale de 140 m de long et 27 m de hauteur. À l’ouest, des thermes, un macellum demi-circulaire (marché couvert) et un fanum (temple carré d’origine gauloise) sont construits ; à l’est, un théâtre, un forum et un deuxième fanum. L’ensemble est englobé dans un hexagone de près de 250 hectares. Cette forme est tout à fait originale et ne trouve pas à ce jour d’explications probantes. De plus, toutes les habitations privées sont installées en périphérie de l’hexagone, ce qui semble confirmer le caractère sacré de l’ensemble avec de grandes zones vides à l’intérieur.

Aux alentours de 250, suite à la crise économique qui sévit dans l’Empire romain, le sanctuaire est clôturé, désacralisé et démoli. Une enceinte fortifiée ovoïdale de 200 m de long sur 90 m de large est aménagée autour des temples avec un talus et un fossé. Y ont été retrouvés de nombreuses monnaies et ossements animaux et humains montrant une occupation active jusqu’au milieu du IVe siècle. Puis le site est définitivement abandonné et des blocs récupérés ou jetés dans des puisards. Il servira, pendant le Moyen Âge et l’époque moderne, de carrière de pierres pour la construction des maisons du village du Vieil-Evreux. Ce dernier prit ce nom du fait de l’amalgame entre les ruines visibles de Gisacum et celles déjà ensevelies sous d’autres constructions de Mediolanum Aulercorum. Les fouilles débutèrent dès 1801 avec le prêtre François Rever puis entre 1835 et 1841 par Alexis Robillard et Théodose Bonnin. Les thermes, fouillés minutieusement à partir de 1996 par le département de l’Eure, ont donné lieu à l’ouverture au public d’un jardin archéologique en 2002 puis d’un centre d’interprétation en 2005. Cette même année a débuté un chantier de fouilles programmées sur une partie du sanctuaire proprement dit[2]. Le site est aujourd’hui le lieu de résidence de la MADE : la Mission archéologique du département de l’Eure.

Le jardin archéologique et le centre d’interprétation

Que peut donc voir aujourd’hui le visiteur du riche passé de Gisacum ? Il peut tout d’abord visiter le centre d’interprétation, gratuit, pour en apprendre plus sur le site. Après la présentation de quelques objets antérieurs à la période gallo-romaine comme un biface ou une hache polie, est présentée une copie de la statue en bronze de Jupiter. Une grande maquette ainsi que des reconstitutions en 3D des principaux monuments permettent de se rendre compte de la grandeur du site. Ces représentations ont été possibles tant grâce à des fouilles qu’à la prospection aérienne qui lors de la grande sécheresse de 1976 a révélé de nombreux vestiges. Après quelques évocations de l’aqueduc et du macellum, la deuxième partie de l’exposition se concentre sur le matériel découvert lors de la fouille des thermes, suivant des vitrines thématiques : hygiène, parure, canalisations… Autour d’une maquette de l’édifice, le visiteur peut ainsi comprendre que l’habitant du IIIe siècle adorait manger des huîtres et des moules, qu’il jouait à des jeux avec des pions en os, verre et argile ou encore qu’il utilisait des poteries avec de l’argile local. Une dernière vitrine d’actualité change chaque année pour présenter un focus sur le fond et les découvertes de la MADE. Elle sera cette année dédiée aux représentations de divinités féminines.

Vu sur l’hypocauste des thermes ©CD27-MADE

Il faut ensuite prendre un petit sentier sur quelques centaines de mètres pour accéder au jardin archéologique. Des poiriers à feuilles de saules, faisant penser à des oliviers, accueillent le visiteur qui en apprendra plus sur l’époque gallo-romaine grâce à de nombreux panneaux. Puis il entrera dans l’enceinte des thermes proprement dit, formant un quadrilatère de 109 sur 84 m. Ils sont composés d’une aile de latrines (toilettes publics), d’une cour de service pour les esclaves, des bâtiments thermaux proprement dits et d’une palestre (gymnase à ciel ouvert) entourée de portiques. Les bâtiments thermaux sont composés de deux ailes symétriques, réunies par le foyer central permettant de chauffer les salles. Un choix a alors été fait par les paysagistes et archéologues de ré-ensevelir une aile pour construire par-dessus un cheminement pour le visiteur afin qu’il puisse comprendre l’utilisation des différentes salles. Il y avait un vestiaire rond pour laisser ses affaires (apodyterium), une salle d’eau froide (frigidarium), deux salles tièdes pour se laver et se détendre (tepidarium) et une salle d’eau chaude (caldarium). La seconde aile a été laissée dans l’état tel qu’elle fut trouvée quasiment par les archéologues[3].

Des silhouettes en métal ont récemment été installées qui évoquent des habitants de Gisacum dans leur vie quotidienne : un esclave dans le sous-sol de la chaufferie, une lanceuse de disque dans la palestre… Le site est aussi une espace naturel protégé qui comporte plusieurs zones refuges, non fauchées, pour favoriser la biodiversité de la faune et la flore ainsi que la présence d’un troupeau de brebis solognotes.

 

Un site vivant

Depuis ses débuts, Gisacum se veut un lieu pédagogique de connaissance de l’archéologie et des cultures gauloises et romaines. Il est ouvert chaque année du 1er mars au 15 novembre et est centré tant sur l’accueil de scolaires que sur celui du grand public. En effet, le site accueille chaque année des milliers d’élèves de la maternel au lycée autour de visites libres ou guidées et de treize ateliers. Les enfants peuvent ainsi essayer une toge, lancer un disque ou reconstituer une poterie cassée. Pour les visiteurs individuels, de nombreux ateliers et visites sont proposées lors des vacances scolaires et des journées spécifiques comme celles de l’archéologie ou du patrimoine. Le site accueille et organise aussi régulièrement des expositions, spectacles de reconstitutions, cinéma en plein air…

Cette année 2022 est particulière car le jardin archéologique fête ses 20 ans d’existence. Cela sera l’occasion, lors de l’événement Nature en fête, les 4 et 5 juin prochains, de souffler ces bougies : visite ornithologique, tonte des moutons, spectacle, jeux en bois…

Puis pour aller dans la continuité de l’exposition de 2021 « Les Playmobils rejouent l’Antiquité », celle de 2022 sera consacrée à de célèbres jouets danois avec « Archéo’briques, Gisacum à l’assaut des clichés ». Celle-ci sera composée de petites saynètes dans les collections permanentes, évoquant de manière ludique la vie quotidienne des Gallo-romains et le travail des archéologues. Les pirates du manga One Piece, très lu par les adolescents, seront ainsi placés près de sesterces romains, ce qui sera l’occasion d’expliciter ce qu’est véritablement un trésor pour un archéologue de terrain. Puis dans la salle d’exposition temporaire, de grands dioramas continueront dans cette déconstruction des stéréotypes avec des représentations d’Astérix, d’Indiana Jones et des thermes de Gisacum, accompagnés de panneaux et cartels explicatifs. Autres points forts de la saison estivale : deux jours de cinéma en plein air le vendredi 26 et samedi 27 août ainsi qu’une série de concerts dans les thermes pour les Journées européennes du patrimoine du 17 septembre.

Figurines One Piece découvrant un trésor et une sépulture ©CD27-MADE

Cyrille Ballaguy,

Docteur en muséologie
Chercheur associé – Univ. Lille, CNRS, UMR 8529-IRHiS, F-59000 Lille

[1] Avec une autre statue, de Jupiter, des statuettes et des éléments d’une statue équestre. Elles sont conservées au Musée d’Art, Histoire et Archéologie d’Évreux.

[2] Sous la direction de l’archéologue Sandrine Berthaudière (co-)autrice de nombreux articles et synthèses sur le sujet.

[3] Qui ont restauré et consolidé les vestiges afin qu’ils résistent aux conditions météorologiques normandes

Citer cet article comme : Cyrille Ballaguy, à propos de Gisacum : un jardin archéologique qui fête ses 20 ans d’ouverture, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 16/05/2022, https://reainfo.hypotheses.org/25109.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search