Rome : naissance d’une cité géante

ROME. De Romulus à César. Naissance d’une cité géante, dans L’Histoire, n° 494, avril 2022, p. 32 – 57

Crédit image. Première de couverture – L’Histoire

En 2021 a été publié à Paris, chez Belin, le monumental Rome, naissance d’un empire. De Romulus à Pompée, 753-70 av. J.-C. de Stéphane Bourdin, professeur à l’université Lumière-Lyon II, et Catherine Virlouvet, professeure émérite de l’université d’Aix–Marseille et ancienne directrice de l’École Française de Rome. C’est sans doute la raison pour laquelle le magazine L’Histoire consacre le dossier de son numéro d’avril 2022 à l’Urbs jusqu’à la fin de la République (avec quelques allusions à la suite). On remarque d’emblée des différences dans l’intitulé (que les auteurs n’expliquent pas) : « empire » a été remplacé par « cité géante », ce qui correspond peut-être mieux à la thèse défendue ici, à savoir « qu’on pouvait être citoyen hors de Rome. La cité devenait universelle » (p. 33) ; César a été substitué à Pompée, ce qui repousse la limite de la fourchette chronologique — les curieux auraient aimé savoir pourquoi ! —. (Dans l’ouvrage de 2021, la date de 70 avant notre ère était justifiée dans l’Introduction par le fait que le recensement de cette année-là, pour la première fois, vit « l’enregistrement au nombre des citoyens romains de tous les Italiens, qui avaient reçu la citoyenneté au début des années 80 avant J.-C. »)

Raconter l’histoire de la Ville aurait été banal ; c’est un thème qui a été maintes fois traité. L’originalité réside ici dans le point de vue adopté : les universitaires invités par la revue se sont attachés à mettre en lumière le processus qui a conduit des quelques cabanes originelles à la création d’un empire allant « de l’Espagne à l’Anatolie » (p. 33) englobant l’ensemble du pourtour méditerranéen. En d’autres termes, la problématique était d’étudier comment et pourquoi la bourgade primitive s’est forgé un destin très différent de celui des autres cités-États de la même époque qui a priori pouvaient lui être comparées.

Certes, ces articles ressortissent à la vulgarisation, mais une vulgarisation de qualité, car les contributeurs sont tous des scientifiques chevronnés, spécialistes reconnus de ces questions depuis longtemps ou venant de publier des recherches sur ces sujets. Et ils ont tous su, ce qui est pourtant d’une extrême difficulté, se mettre à la portée des profanes sans rien sacrifier de leur science, en dégageant les lignes de force, en mettant en valeur l’essentiel avec concision et en employant un langage accessible à tout un chacun. Tout cela en évitant la schématisation et en nuançant les jugements.

Le dossier est construit grosso modo en trois parties : d’abord une présentation générale, puis la conquête de l’Italie, enfin les aspects économiques et sociaux. Le premier article, le plus long, est dû à S. Bourdin et C. Virlouvet : « De Romulus à César. Les raisons d’une hégémonie ». Les auteurs partent du IXe s. avant notre ère avec sa « fusion de communautés villageoises » (p. 36) et analysent les diverses étapes du chemin menant de la cité-état à « l’empire-monde » (p. 40). De leurs récits et de leurs remarques se dégage le point essentiel : « L’originalité de leur conception de la citoyenneté est un facteur clé pour comprendre comment les Romains étendirent leur domination » (p. 42) et nos deux collègues d’expliquer en détails cette « citoyenneté très ouverte ». Au passage, pour que leur lecteur ait une idée claire des réalités, ces deux mêmes historiens décrivent la Rome du dernier siècle de la République (« Mégapole antique. Aqueducs, ruelles et emporium ») et relatent comment « l’Urbs s’est modelée au fil des conquêtes » (p. 42-43).

Dans un encadré S. Bourdin expose la documentation sur ce thème dont disposent aujourd’hui les savants : des textes anciens à caractère historique d’époques diverses, conservés intégralement ou de façon fragmentaire, à croiser entre eux ou avec d’autres sources telles que les inscriptions et les données archéologiques de toutes sortes. Dans la foulée, Maurice Sartre, professeur émérite de l’université de Tours, consacre un article d’une page, « Polybe, la vision d’un étranger » (p. 44), à l’un de ces écrits si utiles à notre connaissance de cette histoire. Il met en lumière, non sans en souligner les nuances, la valeur unique de ce témoignage issu d’un Grec, homme de culture, otage à Rome où il fréquente les notables, vivant à « l’instant où l’empire se constitue », « admirateur du système politique romain », mais en même temps tout à fait « conscient des exactions, violences, pillages, dont Rome se rend coupable ».

Un autre professeur émérite, celui-là de l’université de Paris–Sorbonne, Dominique Briquel, explique comment des fouilles ont récemment mis au jour sur le Palatin des fonds de cabanes, prouvant qu’il existait là un habitat dès le Xe s. avant notre ère et il montre que ce qui est raconté au sujet du personnage appelé Romulus — nom qui signifie simplement « le Romain » — « relève d’une légende classique de héros fondateur » (p. 47). Cet article illustre la nécessité rappelée plus haut aux chercheurs modernes par S. Bourdin de croiser les narrations des Anciens avec d’autres sources.

C’est également un point évoqué dans la synthèse de S. Bourdin et C. Virlouvet qu’approfondit et développe Audrey Bertrand, maîtresse de conférences à l’université Gustave Eiffel de Nantes, dans « Et l’Italie devint romaine » (p. 48-51) : il s’agit de la fondation des colonies dans la péninsule. Elle esquisse un panorama chronologique et géographique de ce phénomène, indique les diverses sortes de colonies possibles avec les droits liés à chaque type, met en évidence le pragmatisme des Romains et le fait qu’ils n’avaient pas de programme préconçu. Elle souligne que cette colonisation « polymorphe et évolutive » en Italie « a œuvré à l’émergence d’une société romano-italienne » (p. 51) et que les bons résultats de « cette forme de gestion des peuples et des territoires soumis » convainquirent Rome de « continuer de fonder des colonies dans l’ensemble des provinces de l’empire » (p. 51). Avec impartialité, elle ne manque pas de signaler toutefois que cela ne se fit pas sans dégâts collatéraux. Tout au long de ses lignes, elle prouve que pour mesurer l’impact de la conquête romaine, les textes ne suffisent pas et qu’il faut utiliser en plus les informations fournies par l’archéologie.

Ce dossier se termine sur un entretien entre C. Virlouvet et André Tchernia, directeur d’études émérite à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales : « Du blé, du vin et des esclaves » (p. 52-57). Après avoir dessiné à grands traits les étapes qui ont abouti à la mise en place d’un réseau commercial qu’on peut qualifier de mondial pour l’époque, A. Tchernia lui aussi met en évidence la manière dont les progrès des techniques archéologiques et les découvertes qu’ils engendrent ont changé le travail des chercheurs qui auparavant ne pouvaient s’appuyer que sur quelques textes antiques et leur ont permis d’arriver à une bien meilleure connaissance de la réalité. Ce sont ces résultats qu’il évoque ensuite en exposant brièvement « quels étaient les principaux produits échangés » p. 55 (au nombre desquels les Anciens comptaient les esclaves), « qui se chargeait de ces échanges » p. 56, « quelle part l’État lui-même prenait-il dans l’organisation de ce commerce » p. 57.

L’ensemble est accompagné d’illustrations, de cartes commentées très éclairantes, d’un tableau chronologique simple en apparence mais qui permet de bien suivre l’évolution, ainsi que d’une courte bibliographie de 14 titres « pour en savoir plus ».

Ce dossier intéressera potentiellement des lecteurs de tous niveaux. Certes, les spécialistes seront moins concernés par cette initiation ; cependant, ils y apprécieront un exposé clair — mais sans que soient cités des noms de philosophes ou de sociologues modernes —. Les étudiants néophytes y verront comment travaillent les historiens — et c’est même susceptible de faire naître des vocations, tant est enthousiasmante la collaboration entre diverses disciplines pour ressusciter la vie antique, coopération dont tant la nécessité que les bénéfices reviennent ici comme un leitmotiv — ; enfin le grand public, non seulement y apprendra beaucoup de choses, mais y découvrira aussi des pistes de réflexion sur les problèmes qui se posent actuellement, et qui en réalité se posaient déjà, mutatis mutandis, aux Romains : l’intégration, la mondialisation…

Lucienne Deschamps,

Université Bordeaux – Montaigne, UMR 5607 Institut Ausonius

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, à propos de Rome : naissance d’une cité géante, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 23/05/2022, https://reainfo.hypotheses.org/25211.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search