Les formes du sacré. Les pratiques religieuses au miroir de l’épigraphie

Date limite de proposition. 15 juin 2022

Date de la rencontre. Du 8 au 10 juin 2023

Lieu. La Sapienza – Università di Roma

La prochaine Rencontre franco-italienne se tiendra à Rome du jeudi 8 au samedi 10 juin 2023. L’hébergement et l’organisation pratique sont assurés par La Sapienza – Università di Roma, l’École française de Rome et le Museo Nazionale Romano. Les frais de transport restent à la charge des participants. L’organisation scientifique est du ressort du Comité français et italien des Rencontres.
En 2023 le regretté Silvio Panciera aurait eu 90 ans. Pour honorer sa mémoire et son œuvre, il a été décidé de dédier la XXVe édition des Rencontres franco-italiennes sur l’épigraphie du monde romain, dont il fut l’un des pères fondateurs, à un thème qui lui fut particulièrement cher : l’épigraphie du sacré.
À ce thème, Silvio Panciera a consacré de nombreux articles et travaux fondamentaux. En outre, il a lancé et publié le premier fascicule (qui va jusqu’à l’entrée Furrinae) d’une mise à jour des notices du CIL dédiées aux inscriptiones sacrae de Rome (CIL, VI, 8, 1) ; il a conçu l’aménagement des salles du rez-de-chaussée du Musée épigraphique du Museo Nazionale Romano aux Thermes de Dioclétien ; il a enfin rédigé un chapitre d’un manuel d’épigraphie auquel il avait consacré beaucoup d’énergie. C’est cette contribution à laquelle il avait donné un titre significatif : “Interagir avec les dieux et les démons” qui servira ici de point de départ.

Deux remarques préliminaires sont toutefois nécessaires.
Il est couramment admis qu’étudier la religion signifie étudier la pratique religieuse, c’est-à-dire avant tout les inscriptiones sacrae. En effet les inscriptions, plus et mieux que les sources littéraires et archéologiques, permettent d’entrevoir ce que fut le noyau essentiel de la religion romaine (et pas seulement) : le rituel. Leges sacrae, commentarii, acta, pour ne citer que quelques types de textes, offrent une riche moisson de données à partir desquelles il est possible de reconstruire la pratique cultuelle effective, même si parfois on doit faire face à des ambiguïtés de formulation. En outre, en sus de leur apport documentaire, ces textes invitent à s’interroger sur la fonction de l’écriture en contexte rituel, qui souvent, mais pas toujours, peut avoir, à côté du rôle qu’elle est appelée à jouer dans le rituel lui-même, une dimension spécifique en termes de communication et de fixation mémorielle, une dimension caractéristique de “l’écriture exposée”. Le choix pour cette étude du médium épigraphique est ainsi dicté par le fait qu’il constitue un observatoire privilégié.
Ce n’est pas tout. Nous sommes en effet convaincus qu’à l’intérieur du système polythéiste, les religions du monde romain, et en premier lieu de l’Italie romaine, ne peuvent être considérées comme de simples subdivisions locales d’une religion universelle, mais qu’elles forment des micro-systèmes certes homologues, mais autonomes. Cela signifie qu’il faut chercher à saisir la singularité de chaque culte au sein même du contexte dans lequel il s’inscrit. En ce sens, les inscriptions sont un moyen privilégié pour étudier des segments entiers des religions du monde romain qui, autrement, resteraient totalement inconnus, tant d’un point de vue sociologique que géographique.
C’est ainsi que le point central de l’enquête sera l’épigraphie du sacré comme miroir des pratiques religieuses ; une attention particulière sera accordée à la spécificité des contextes. C’est pourquoi on dessinera en préliminaire les contours du ius sacrum comme ensemble de règles et de modèles destinés à fixer, à travers l’accomplissement des rites, les comportements des individus et des cités, et à instituer un lien entre les hommes et les dieux. Puis on s’écartera des subdivisions habituelles des inscriptiones sacrae pour adopter les propositions d’organisation du matériel épigraphique qui étaient celles de Silvio Panciera, soit quatre sessions :
1) sacrifier, dédier, consacrer ;
2) prier, faire un vœu, l’accomplir (preces, defixiones, supplicationes, carmina, laudes, etc.) ;
3) interroger, obéir, expier (auspicia, auguria, oracula, piacula, fulgur conditum, etc.) ;
4) offrir des dispositifs cultuels.

L’enquête portera sur les polythéismes entre le IIe s. av. J. -C. et le IIIe s. ap. J. -C. sur l’ensemble de l’empire de Rome. On distinguera en outre :
1) honorer les dieux à titre public : lieux de culte publics dans les cités ; dieux honorés à titre public ; charges religieuses et acteurs du culte public ; séquences du calendrier ; fêtes régulières et extraordinaires ; honorer l’empereur et sa famille ;
2) honorer les dieux à titre privé (dans le cadre d’une association, d’une famille, à titre individuel) : lieux de culte privés ; dieux honorés à titre privé ; charges religieuses et acteurs du culte privé.

Communications sur le thème, varia et posters.
Le nombre des communications est limité à dix-huit, dont au moins les deux-tiers (soit douze) devront être consacrés au thème de la Rencontre ; un tiers au maximum (soit six) pourra être “hors thème” et dédié à des nouveautés épigraphiques à condition qu’il s’agisse de documents de première importance.
Les propositions relatives au thème proposé, qui ne pourront faire l’objet d’une communication, mais auront reçu l’agrément du Comité des Rencontres, au nombre de dix au maximum, pourront être présentées sous forme de posters, et seront ensuite publiées dans les Actes, qui seront édités dans la collection Tituli chez Quasar.
Le Comité aura pour mission de déterminer les noms de quatre collègues (deux français(es) et deux italien(ne)s) en charge des conférences introductives à chacune des quatre sessions proposées.
Pour les autres communications sur le thème (au nombre de huit), pour les nouveautés épigraphiques (six au maximum), et pour les posters (dix au maximum) un appel sera lancé et diffusé, pour la partie italienne via le site Terra Italia Onlus et la CUSGR, pour la partie française via la SOPHAU et la SFER.
Les propositions de communication des collègues français devront être adressées aux collègues français du Comité à l’adresse électronique du porte-parole (michelyves.perrin@ephe.sorbonne.fr) avant le 15 juin 2022. Les propositions de communication des collègues italiens devront être adressées aux collègues italiens du Comité à l’adresse électronique de la porte-parole (liberta@unive.it).

Comité scientifique
France
Anne Daguet-Gagey, Patrice Faure, Michel-Yves Perrin, Emmanuelle Rosso, Catherine Saliou
Italie
Simona Antolini, Maria Letizia Caldelli, Giovannella Cresci Marrone, Fara Nasti, Cecilia Ricci

Comité organisateur
Maria Letizia Caldelli, Antonella Ferraro, Gian Luca Gregori, Nicolas Laubry, David Nonnis, Silvia Orlandi

Source. Sophau


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search