Talon d’Achille

Waysbord (H.), Talon d’Achille. – Paris : Les Belles Lettres, 2022. – 144p. – ISBN : 9782251451169

Un petit livre (144 pages), dans une présentation d’une élégante simplicité ; mais un texte dont la beauté parfois serre le cœur.

Au soir d’une vie riche d’expériences – y compris la proximité du pouvoir – l’auteure évoque les moments cruciaux de son enfance, « petite fille de la Shoa », sauvée de justesse quand ses parents sont arrêtés, séparés et déportés à Auschwitz où ils disparaissent. Élevée dans un village de la Mayenne, l’orpheline, la fillette à part, la « parisienne » brillante à l’école, se plonge dans la lecture et découvre les épopées homériques.

Hélène Waysbord est agrégée de lettres classiques ; sa culture est profonde et personnelle. Elle est bien informée sur Homère, sans en être spécialiste[1]. Du reste, il ne s’agit ici ni d’un essai philologique ni d’une biographie à proprement parler, mais d’une méditation poétique où s’entrecroisent et se répondent les souvenirs d’enfance, les rêveries suscitées par les mots, les belles histoires (comme la vie de Schliemann), les événements contemporains, les mythes, l’Iliade et l’Odyssée.

« L’enfant prend tout au sérieux, d’où la profondeur de son champ. » (p. 33). La petite fille, et celle qui écrit beaucoup plus tard après une analyse, sont d’abord sensibles à la poésie des mots « qui portent le corps du monde » (p. 126), et surtout à celle des noms propres. Ceux des habitants du village, Lhirondel ou Lelièvre, fascinent la fillette, surtout quand le nom convient à la personne qui le porte : M. Poulain est éleveur des chevaux… C’est, notons-le, l’éponymie de l’épopée, où les noms ont un sens, fût-il énigmatique ; on sait aussi le rôle des noms propres dans le roman moderne, en particulier dans l’œuvre de Proust[2].

Son propre prénom, Hélène, ouvre son imaginaire vers la Guerre de Troie, vers ce personnage « insubmersible », qui vit « dans un pur présent de désir immédiat, sans remords ». « On peut être privé de son histoire et continuer sa propre vie. J’étais trop jeune pour en avoir conscience. N’empêche, ma vie par le nom ancien avait reçu son estampille, garante d’avenir. » (p. 36).

Ainsi s’organise, dans l’aventure de l’écriture, un dialogue entre la vie vécue par l’enfant, remémorée par l’adulte, et les mythes d’Homère. Au père cordonnier disparu, au charpentier qui prend soin d’elle se superpose l’image d’Héphaïstos fabriquant le fameux bouclier pour Achille.

Comme tous les jeunes lecteurs, elle a préféré d’abord l’Odyssée, ses aventures et ses voyages. Le temps passant, elle reconnaît dans les errances d’Ulysse sa propre recherche, qui commence à partir du moment où l’on est Personne pour aboutir à la révélation de son identité.

La rêverie de l’enfant s’enrichit, s’approfondit au long des années. Les naufrages odysséens annoncent ceux des migrants qui se noient chaque jour pour rejoindre l’Europe. La rencontre du héros et de sa mère Anticlée dans l’Hadès évoque de façon tragique la quête d’Hélène Waysbord qui n’a gardé de sa mère qu’une trace presque totalement effacée. A l’Hadès répond Auschwitz : « Ces lieux ne s’offrent pas au regard des vivants… ».

Les scènes de violence guerrière de l’Iliade l’avaient d’abord rebutée. « J’avais mal lu l’Iliade. ». Elle y a trouvé ensuite « la première cartographie du monde », qui l’émerveille. Elle en retient surtout la scène sublime du chant XXIV, « d’une audace inouïe », où Achille découvre en Priam, le vieillard ennemi, l’image de son propre père.

Ces lignes, écrites comme au réveil d’un rêve, toucheront tous les « lecteurs pensifs » comme disait Victor Hugo, et l’helléniste plus encore, parce qu’il y entend l’écho de sa curiosité, de ses inquiétudes.

Je souhaite en tout cas avoir fait comprendre et sentir la beauté de ce texte. « Talon d’Achille » : le titre de l’œuvre recèle tout son sens. « La possible blessure toujours prête à s’ouvrir, liée aux commencements de la vie, ne serait-elle pas la forme d’humanité que chacun recèle au plus profond ? » (p. 17).

Pierre Sauzeau,

Professeur émérite – Université Paul Valéry

 

[1] J’ai relevé une erreur, à l’évidence une étourderie (p. 117) : ce n’est pas à Pylos qu’Ulysse raconte son histoire, mais en Schérie, l’île des Phéaciens. Beaucoup plus grave (p. 57) : ce ne sont pas les Dalton qui tirent plus vite que leur ombre, c’est Lucky Luke…

[2] Hélène Waysbord a publié en 2021 un livre sur Marcel Proust, La chambre de Léonie, éd. Le Vistemboir, Caen.

Citer cet article comme : Pierre Sauzeau, à propos de Talon d’Achille, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 30/05/2022, https://reainfo.hypotheses.org/25279.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search