Aminorix médecin de César

Boutaric (J.-J.), Aminorix médecin de César (roman). Sucy-en-Brie : Anfortas (collection Impressions), 2021. – 405 p. – ISBN : 9782375221389

Crédit image. Première de couverture – Anfortas Éditions

Nous ne savons rien du médecin personnel de César, ni même s’il en avait un. Le seul médecin en rapport avec lui est un certain Antistius, qui examina son corps après son assassinat (évoqué d’ailleurs p. 381), et dont rien n’indique qu’il ait appartenu à la grande gens plébéienne Antistia (peut-être en était-il un affranchi). Le champ était donc libre pour l’imagination romanesque de proposer un personnage qui aurait ainsi vécu dans l’ombre de César, en l’occurrence – pourquoi pas ? – un fils de notables galates hellénisés, massacrés par Mithridate, Aminorix, qui aurait dû son salut au fait qu’il était parti à Alexandrie faire ses études de médecine.

Dans la première partie du roman, César est donc absent. On croise des professeurs de médecine grecs qui donnent à l’auteur, lui-même médecin, l’occasion de dresser un panorama intéressant des différentes écoles de la médecine antique. Puis le jeune médecin retourne en Asie Mineure ; il y rencontre Mithridate, et enfin, au siège de Mytilène, César, qui en fait son médecin personnel. De manière invraisemblable (mais soit), il est alors fait citoyen romain sous le nom (non moins invraisemblable, mais passons) d’Aminorix Caius Lucius Fidei Acus (=l’aiguille de la fidélité), en récompense d’une intervention chirurgicale en pleine bataille.

Dès lors, le récit se déroule en suivant les différentes étapes de la vie de César. Et c’est là que l’intérêt du récit faiblit considérablement. Qu’il s’agisse en effet de l’enlèvement de César par des pirates, de son activité politique à Rome, puis de la conquête des Gaules, c’est toujours César qui occupe le devant de la scène, dans un long et fastidieux développement (près de 200 pages) qui suit étroitement et aveuglément (ô mânes de M. Rambaud !) d’abord les biographes antiques, puis le récit césarien de la guerre des Gaules. Aminorix, réduit au pâle rôle de médecin aux armées chargé d’un « service de santé » (inconnu des sources avant l’époque impériale), se contente de commenter avec César les actions de celui-ci. Il ne prend quelque consistance que pour une mission, aux buts incertains, dont l’aurait chargé César à Lutèce, et à l’occasion d’idylles, d’abord avec une charmante Arverne, dont le père, un druide pacifique (en réalité, ils l’étaient fort peu), échange avec lui de savants propos, puis avec la fille d’un vergobret, blessée, qu’il épousera, en s’installant dans la ville de celle-ci.

Aminorix, promu bientôt à la tête de cette cité cadurque (la fin du livre le montre y menant une vie paisible jusqu’à sa mort sous Auguste), n’en sortira plus que pour rejoindre César pendant la guerre civile, jusqu’en Égypte, où il retrouvera un amour de jeunesse et échangera ses connaissance sur les poisons avec une autre spécialiste, Cléopâtre. Il est encore à Rome lors de l’assassinat de César. Auparavant, il – ou plutôt l’auteur – avait diagnostiqué, comme cause des malaises récurrents de César, une tumeur au cerveau, au lieu de l’épilepsie supposée par les sources antiques. La proposition, émanant d’un spécialiste, mérite intérêt, comme est amusante l’idée de faire prononcer à César, après son fameux « toi aussi, fils ! », un dernier mot évoquant son fils Césarion. Plus difficile à admettre, la fiction du bouche-à-bouche administré par Aminorix à César agonisant. Mais on ne peut souscrire à l’affirmation que César aurait été assailli par les conjurés à coups de stylets à écrire – seule « arme » autorisée au sénat – ce qui explique qu’il aurait peu saigné ; ainsi s’expliquerait, selon l’auteur, qu’une seule blessure, ayant touché un organe vital, fut mortelle. Si les sources sont d’accord sur ce dernier point, elles disent au contraire que le sang avait giclé jusque sur le socle de la statue de Pompée et que la toge de César exposée par Marc Antoine était pleine de sang. Toutes les sources parlent des poignards – voire des épées – des conjurés, qui n’avaient évidemment pas improvisé leur acte ; le denier du césaricide Casca montre bien deux poignards encadrant le bonnet d’affranchi (= la liberté par les poignards) ; et il était facile de dissimuler un poignard sous l’aisselle couverte par la toge, dans une sorte de holster, comme l’avait fait au Vè siècle Servilius dit Ahala (= l’aisselle).

Ces remarques sont les ultimes qu’on peut faire sur ce livre. Car, sans parler des anachronismes (« subconscient », « haricot ») tout au long du roman les erreurs abondent, qui ne tiennent pas toutes, à en juger par les fautes, à l’ignorance du latin. Passe encore qu’on fasse porter à César la cuirasse à lamelles qui sera en usage à l’époque impériale, au lieu de la cotte de mailles ou, pour un général, la cuirasse bivalve ; qu’on donne pour effectif d’une légion ses six mille hommes théoriques, alors que pratiquement il n’y en eut jamais que cinq mille « opérationnels » ; qu’on parle, comme dans un roman médiéval, de « droit de bourgeoisie », au lieu de droit de cité (ciuitas) ; que les lieutenants de Pompée en Espagne soient dits venir de Maurétanie (comme Franco !) et que l’un des deux soit obstinément appelé, au lieu d’Afranius, Sertorius, sans doute par confusion avec le général marianiste qui tint longtemps les Espagnes ; que l’haruspice qui mit en garde César contre les Ides de mars soit appelé Spirinna, au lieu de Spurinna. On sera plus surpris de lire que Caton était « natif d’Utique », et que Rome n’avait pas encore d’aqueducs (alors qu’elle en avait quatre, le plus ancien remontant à 312 av. J.C.). Mais qu’on fasse du père de César un plébéien et, inversement, de la gens Aurelia une famille patricienne, de César un tribun de la plèbe (chose impossible à un patricien) et du sénat un repaire de patriciens « réacs » témoigne d’une méconnaissance totale des structures gentilices, politiques et sociales de la Rome républicaine.

On dira que ces critiques sont celles d’un spécialiste. Mais induire ainsi le lecteur en erreur, même involontairement, me semble une faute qui n’est pas vénielle, justement parce que le lecteur, lui, fait confiance à l’auteur et à sa science, laquelle, ici, n’est réelle que quand il parle de ce qu’il connait  : la médecine. Cela, ajouté à la faiblesse d’intérêt du cœur du récit, fait qu’on peut ne pas lire ce roman.

Paul Marius Martin,

Université de Montpellier

Citer cet article comme : Paul-Marius Martin à propos de Aminorix médecin de César, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 20/06/2022, https://reainfo.hypotheses.org/25556.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search