Les épidémies dans l’Antiquité

Des pestes antiques à aujourd’hui…

L’université de Lille présente une exposition numérique sur les épidémies antiques dirigée par Caroline Husquin. L’exposition fait le choix de la longue durée et couvre une vaste aire géographique : le parcours mène de Mari à la Carthage de Cyprien en passant par l’Athènes de Thucydide et la Rome républicaine et impériale. L’avant propos fait explicitement le lien avec les difficultés contemporaines, voulant défendre « l’utilité de l’histoire, en particulier de l’Antiquité, pour penser des problèmes d’aujourd’hui ». C’est dans ce cadre qu’il a été demandé aussi à une artiste plasticienne, Elodie Wysocki, de réaliser une œuvre d’art pour clore l’exposition. Le questionnement porte surtout sur les désordres sociaux nés de l’épidémie arguant que les considérations « sur la nature des affections épidémiques, de leur contagiosité et modalités de transmission, ainsi que de leurs conséquences démographiques et biologiques » seraient « tristement habituelles ». Un élément fort pour montrer « l’utilité » des études sur le sujet a peut-être alors été manqué par ce choix. L’arrivée récente des données paléogénétiques permet précisément de sortir des habitudes en apportant des données nouvelles, mais dialogue aussi directement avec notre actualité en inscrivant l’histoire des relations homme-microbes dans la longue durée et les techniques de PCR que tout le monde a découvert récemment sont aussi à la base de ces recherches. Le souci d’interroger les discours des sociétés sur les crises peut, à notre avis, se conjuguer à l’interrogation la plus concrète sur ces crises et leur matérialité biologique et archéologique.

Assez brève, et avant tout destinée au grand public, l’exposition est organisée autour de sept thèmes accessibles par un menu, une carte ou une frise chronologique, on y navigue facilement. Une section « pour aller plus loin » propose une bibliographie succinte. Il est possible de télécharger la plus grande partie des textes et illustrations sous la forme d’un pdf. Chaque thème est développé sur une page propre avec de brefs textes, des illustrations et une pastille vidéo qui donne la parole aux scientifiques et à l’artiste. Le propos cherche assez souvent, en particulier par les illustrations, à montrer les échos que le thème peut trouver après sa période : la peste de Thucydide est ainsi illustrée par la couverture du roman de Camus, et la théorie miasmatique par une lithographie du XIXe siècle. Une gouache représentant une fabrique de thériaque en 1818 témoigne de la longue durée des héritages antiques. De ce point de vue, puisqu’il était question de longue durée, il était possible à notre avis d’insister plus fortement sur deux éléments de rupture dans les discours et les usages sociaux de l’épidémie. D’une part la révolution pastorienne qui mit précisément fin aux héritages des conceptions antiques et place inévitablement notre regard à distance. D’autre part aussi, le parti pris de la médecine hippocratique et ensuite gréco-romaine de considérer et de traiter les maladies hors de la sphère divine, les inscrivant pleinement dans le corps du malade et les dégageant d’une intentionnalité non-humaine ou persécutrice, récusant, en théorie du moins, la part religieuse et rituelle des soins : c’est l’écart qui existe par exemple entre le thème consacré à la peste à Mari et celui consacré à Thucydide. Pour autant les maladies pestilentielles représentent une limite au postulat hippocratique : l’impuissance visible des médecins, la difficulté à penser la contagion ramènent la question de l’intentionnalité malveillante, la colère des dieux ou la méchanceté de matrones empoisonneuses, comme dans le cas de la Rome républicaine. À cet égard, le propos général aurait pu chercher à distinguer « peste », au sens ancien du terme, et épidémie. Les anciens étaient bien conscients du fait que certaines épidémies étaient bien plus catastrophiques et mortelles que d’autres, ayant une intensité, une ampleur géographique et temporelle plus grande. La pestilentia ou le loimos ont des dimensions de fléau et de catastrophe qui les distinguent. Ce sont aussi, à ce titre, des constructions de discours qui auraient pu être plus interrogées : une approche parfois plus inspirée de l’anthropologie était possible, au moins pour clarifier le propos (en distinguant point de vue émique et étique). Dans la volonté de tisser un lien entre le présent et le passé on aurait pu aussi envisager de lire les discours anciens en tenant compte des biais cognitifs observés par les recherches contemporaines, et bien visibles, hélas, dans ce que furent certaines approches du covid. Dès lors que l’on se situait avant tout dans le discours il aurait été aussi possible d’envisager les approches plus fictives ou théoriques des pestilences, celles des poètes, des philosophes, d’un érudit comme Macrobe ou d’un romancier comme Apulée. Le discours sur l’ordre menacé par la crise pouvait lui-même être interrogé plus fortement : on regrette la faible part donnée à l’archéologie et l’absence complète de l’archéologie funéraire qui permet pourtant de confronter le lieu commun littéraire, bien visible chez Thucydide, du désordre des sépultures. L’approche archéologique retenue est toutefois intéressante, mais il aurait fallu insister plus sur la non spécificité des éléments retenus : bien des causes peuvent expliquer la thésaurisation monétaire, il en va de même pour la contraction des villes et l’abandon de sites ruraux. Il est même difficile de directement passer nécessairement de ces signes à l’idée un déclin démographique. Enfin, la présentation du cas de Cyprien nous semble perfectible : elle donne l’impression d’une épidémie isolée sur laquelle nous aurions peu de documentation alors qu’il faut l’inscrire clairement dans la pandémie des années 250, attestée par de nombreuses sources comme l’a montré Kyle Harper dans son bilan dans le Journal of Roman Archaeology. Selon l’interprétation proposée, le terme de lues serait en lien avec l’expiation des péchés (avec un malheureux accent circonflexe dans le titre du pdf !), c’est ignorer sa place habituelle dans le lexique de la pestilence et de la catastrophe, hors de tout contexte chrétien. Autre point de regret : nombre d’illustrations sont créditées « licence Creative Commons ». Il existe un grand nombre de ces licences et elles ne sont pas toutes équivalentes, beaucoup, sinon la plupart exigent d’indiquer l’attribution de l’auteur du cliché : ces éléments sont apparemment ignorés ou négligés. Claire, concise et pédagogique, l’exposition s’attache à créer un dialogue entre les époques, il était possible, il nous semble, d’aller plus loin dans le dialogue disciplinaire et dans l’explicitation des méthodes des sciences humaines.

Benoît Rossignol,

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – ANR Pscheet

Citer cet article comme : Benoit Rossignol, Les épidémies dans l’Antiquité, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 27/06/2022, https://reainfo.hypotheses.org/25605.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search