Aux frontières de l’Antiquité : tous barbares ?

Nous, Européens du XXIe siècle, lorsque entendons “Antiquité”, pensons presque uniquement à l’Antiquité gréco-romaine comme s’il n’y avait que Rome, la Grèce et si peu autour. Pourtant, des palais Mycéniens aux conquêtes d’Alexandre, de la Péninsule ibérique à la Bactriane, les mondes antiques étaient des espaces de friction, d’échanges, de transferts multiples avec des sociétés autres. Dans cette série intitulée “Aux frontières de l’Antiquité : tous barbares ?”, nous proposons un regard sur ces transferts et ces métissages à partir de quelques exemples bien documentés.

Durant les vacances d’été, il sera ainsi question de croisements, de conflits et de pollinisation culturelle à différentes échelles et dans des espaces variés de l’Afrique à l’Asie et de l’Inde à l’Arménie.

Du 6 juillet au 31 août, rendez-vous tous les mercredis pour découvrir un texte inédit.

La question de l’art gréco-bouddhique

Les fables d’Esope dans la culture du Japon

L’hellénisme en bactriane

La légende de Romulus : une approche comparative

La littérature géographique antique chez les géographes arabes

L’Inde vue de la Grèce

Rencontres entre les Grecs et les Kouchites à l’époque hellénistique

Classiques grecs entre l’Iran, l’Inde et la Chine : l’héritage inespéré des vases en argent “bactriens”

Contacts et emprunts ou histoire partagée ?


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
admin (1 juillet 2022). Aux frontières de l’Antiquité : tous barbares ? Actualités des études anciennes. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc4o


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search