Aux frontières de l’Antiquité : tous barbares ?

Nous, Européens du XXIe siècle, lorsque entendons “Antiquité”, pensons presque uniquement à l’Antiquité gréco-romaine comme s’il n’y avait que Rome, la Grèce et si peu autour. Pourtant, des palais Mycéniens aux conquêtes d’Alexandre, de la Péninsule ibérique à la Bactriane, les mondes antiques étaient des espaces de friction, d’échanges, de transferts multiples avec des sociétés autres. Dans cette série intitulée “Aux frontières de l’Antiquité : tous barbares ?”, nous proposons un regard sur ces transferts et ces métissages à partir de quelques exemples bien documentés.

Durant les vacances d’été, il sera ainsi question de croisements, de conflits et de pollinisation culturelle à différentes échelles et dans des espaces variés de l’Afrique à l’Asie et de l’Inde à l’Arménie.

Du 6 juillet au 31 août, rendez-vous tous les mercredis pour découvrir un texte inédit.

La question de l’art gréco-bouddhique

Les fables d’Esope dans la culture du Japon

L’hellénisme en bactriane

La légende de Romulus : une approche comparative

La littérature géographique antique chez les géographes arabes


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search