La question de l’art gréco-bouddhique

Bodhisattva, provenant de Shahbaz-Garhi, schiste, mission Alfred Foucher

Le concept d’art gréco-bouddhique renvoie à la thèse d’Alfred Foucher (1865-1952) soutenue à la Sorbonne en 1905 sur l’art du Gandhara, un terme de géographie antique qui désigne la région de Peshawar, de la passe de Khyber, à la frontière afghane, aux rivages de l’Indus. Foucher développe les travaux d’Emile Senart (1847-1928), qui longtemps fut son mentor. C’est dans le Gandhara que se développe en effet un art essentiellement en schiste qui voit l’une de toutes premières représentations du Buddha sous une forme humaine et raconte à longueur de reliefs la geste du Buddha, en suivant fidèlement les textes canoniques. (FIG) La région est connue également par son monnayage de facture hellénique aux temps des souverains indo-grecs qui dominent le Pendjab à la suite de sa conquête par Demetrios (200-190 av. J-C), l’un des rois du royaume grec de Bactriane, apparu en 250 av. J-C, quand les successeurs d’Alexandre le Grand se disputent le fruit de ses conquêtes. Le plus célèbre de ces monarques est le roi Ménandre (160-140 av. J-C), donné dans les sources indiennes comme le roi Milinda, souvent cité pour son dialogue avec le sage indien Nagasena. A une question que lui pose le premier, celui-ci répond que rien ne vient du néant, et que par définition l’image vient bien de quelque part. Comme l’écrit André Malraux (1901-1976) dans les « Voix du silence », en 1951, l’art gréco-bouddhique est cette rencontre entre hellénisme et bouddhisme, même si les termes de cette dernière ne nous sont pas connues. Et de résumer avec ses propres mots ce passage des styles de l’Occident à l’Orient. L’art venu de Grèce, dit-il, se métamorphose ici en art bouddhique. Dans une conférence tenue au musée Guimet en 1912, Alfred Foucher avait soutenu l’origine grecque de l’image du Buddha, résumant cette idée de façon lapidaire. Pour lui, l’artiste gandharien était grec par son père, et par là-même sculpteur, mais indien par sa mère et par là-même bouddhiste. Fasciné par cet art hybride qui s’épanouit à la frontière afghane, Foucher le donne comme une école métisse où se mêlent apport des steppes, vocabulaire indien avec l’idée de la sculpture, Foucher s’oppose ainsi à ses amis anglais qui, le plus souvent, s’étaient ralliés aux vues de Vincent Smith, faisant, en 1889, le parallèle entre le Gandhara, et Rome, et ce même si Rudyard Kipling (1865-1936) souligne tout ce qu’il y a de grec dans la fameuse stèle de Mohammed Nari du musée de Lahore devant laquelle le moine tibétain tombe en admiration au tout début de « Kim » (1901), subjugué par cette apothéose du Buddha assis sur le lotus au sein d’une assemblée céleste et au dessus duquel volent deux angelots, aux allures de putti, en tenant une couronne de laurier. Alfred Foucher, en fait, milite pour une chronologie haute et relativement courte pour faire le lien avec le royaume grec de Bactriane (250-130 av. J-C), puis les souverains indo-grecs du Pendjab (145-40 av. J-C), afin d’expliquer l’apparition de l’image sous une forme humaine dans le sous-continent, alors que jusqu’alors l’art bouddhique est aniconique et le buddha suggéré seulement par son absence. En sens inverse, la partie anglaise parie sur une chronologie basse (entre 200 et 450 de notre ère) et plus qu’un art gréco-bouddhique voit dans l’école du Gandhara un style romano-bouddhique, parallèle au bas-empire romain. Arguant de la première image du buddha connue sous une forme humaine sur les monnaies du souverain Kanishka, à la tête d’un immense empire des steppes, qui couvre du 1er au 3ème siècle l’Inde du nord, l’Afghanistan, voire une partie de l’Asie centrale russe, elle défend la thèse d’un épanouissement de l’art du Gandhara sous la période Kouchane. Dans les années 1930, sur fond de nationalisme naissant, dans l’Inde Britannique, à fortiori dans les années 1950, sur fonds de conférence de Bandoeng (1955), la partie indienne soutient l’idée d’une création autochtone de l’image du Buddha, opposant au style du Gandhara, que Foucher voulait gréco-bouddhique, le style de Mathura, dans la région de Delhi, lui aussi englobé dans l’empire des Kouchans, et vu par certains comme contemporain, même s’il est beaucoup moins prolixe que l’art du Gandhara. Sur fond de flou chronologique, puisque les inscriptions datées s’appuient sur des ères bien souvent inconnues, au point que même les dates de Kanishka ont fait longtemps débat, les discussions s’enlisent finalement, même si les positions pourraient en fait se combiner si l’on admet une période d’activité très longue de l’école gandharienne, vu la masse de sa production et la diversité des styles. Le dossier rebondit dans les années 1920 avec les fouilles franco-afghanes, sur le site de Hadda, près de Jelalabad, et les fouilles anglo-indiennes des monastères bouddhiques situés autour de Taxila, non loin d’Islamabad. Toutes deux révèlent un art du stuc, parfois franchement hellénisant, et souvent bien plus « grec » que les schistes gandhariens, même si le stuc est vu comme postérieur à ceux-ci.

profil féminin, Hadda, monastère de Tapa-Kalan, stuc, fouilles de Jules Barthoux

C’est ce que souligne Alfred Foucher dans son article paru en 1929, dans les « Monuments et Mémoires publiés par l’Académie des inscriptions et belles-lettres (Fondation Eugène Piot) », sur le génie aux fleurs de Hadda, qu’avait exhumé Jules Barthoux (1881-1965), lors des fouilles du monastère de Tapa-Kalan, en 1927, pour le compte de la DAFA (Délégation Archéologique Française en Afghanistan). N’empêche que pour André Malraux, cet art du stuc gréco-afghan apparait comme la quintessence de cette rencontre entre la Grèce et l’Inde, un art qui du ciel ne connaitrait que les anges. Il renvoie par là-même les schistes du Gandhara au bas-empire romain, comme le voulaient les Anglais. Le paradoxe, toutefois, est que l’apogée du stuc que dégage Jules Barthoux, sur le site de Hadda, est situé par Zemryalai Tarzi, le dernier directeur de l’institut archéologique afghan, qui y reprend les fouilles, dans les années 1970, à l’époque des Chionites-heptalites (VIème – VIIIème s.), ces « huns blancs » qui semèrent la terreur dans le sous-continent, au temps de l’empire indien des Gupta (320-480). Plus étonnant encore, il date de la période kouchane (IIème s.) le décor en terre crue des niches qu’il met lui-même au jour, dans le monastère de Tape Shotor, donnant sur la grande cour. Or, dans l’une d’elle (niche V 2), le Buddha assis est flanqué d’un côté par Vajrapani, le porteur de foudre et fidèle compagnon, représenté sous la forme d’Héraclès, avec la dépouille du lion de Némée sur l’épaule, de l’autre par la déesse de la fortune, Shri, habillée à la grecque et tenant la corne d’abondance qui déborde de fruits. Tous deux démarquent l’iconographie développée sur le monnayage du royaume de Bactriane, quatre siècles auparavant, sous le roi Euthydème (235-200 av. J-C). Les fouilles soviétiques ont souligné la forte empreinte hellénique en Asie centrale russe, à Nisa, la capitale du royaume parthe, fondé en 250 av. J-C, à Takht-i-Sangin (actuel Tadjiskistan), ou dans le palais de Khalchayan, avec son décor modelé en terre crue, daté de 50 av. notre ère. Les fouilles françaises l’ont confirmé aussi, en Bactriane afghane, sur le site d’Ai Khanoum, une ville grecque déjà largement orientale. Le lien avec l’école du Gandhara reste cependant toujours à préciser. Le concept d’un art gréco-bouddhique est donc dû à des savants français, repris par un écrivain comme Malraux, féru d’antiquité classique. Paradoxalement, néanmoins, la Grèce aujourd’hui y est indifférente, Alexandre le grand perçu comme conquérant macédonien, et les confins du monde hellénistique vus comme très au-delà du périmètre méditerranéen qui seul l’intéresse réellement.

Pierre Cambon,

Conservateur général – Musée national des Arts asiatiques-Guimet

Citer cet article comme : Pierre Cambon, La question de l’art gréco-bouddhique, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 06/07/2022, https://reainfo.hypotheses.org/25686.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search