Les fables d’Ésope dans la tradition culturelle du Japon

La « fortune d’Ésope » au Japon est véritablement extraordinaire, comme l’a montré Jean-Noël Robert[1]. Avec des œuvres du corpus aristotélicien, les Fables constituèrent le premier élément de littérature occidentale introduit sous la forme d’une traduction dans l’Empire du Soleil Levant. Des dernières années du XVIe siècle (1593) jusqu’à nos jours, elles n’ont cessé d’être lues dans des versions successives, dont chacune a fait date, parce que les thèmes narratifs dont elles étaient porteuses ont été assimilés sous des formes différentes par la pensée des lecteurs japonais.

C’est à cette influence culturelle, vieille de plusieurs siècles (éditions de traductions, insertions dans des programmes et des manuels scolaires), qu’une jeune érudite japonaise, Ikue Koyabu, a consacré sa thèse de doctorat, La tradition des Fables d’Ésope au Japon, soutenue à l’Université de Limoges le 13 novembre 2018, après avoir été préparée sous la direction de l’auteur de cette brève présentation. Inédite, cette thèse remarquable peut être librement consultée sur le site dédié de l’Université de Limoges.

Pour réaliser son ambition, qui était d’exposer « sous ses multiples aspects la grande et prodigieuse aventure culturelle et éditoriale des Fables d’Ésope au Japon », Ikue Koyabu a orienté ses recherches dans les trois directions qui correspondent aux différentes parties de son ouvrage, les Fables d’Isoho, c’est-à-dire d’Ésope, première version publiée (étude de leurs contenus, de leur morale, analyse de citations, remarques philologiques, linguistiques et littéraires), les traditions ésopiques après les Fables d’Isoho (les vicissitudes liées à l’histoire politique du Japon, les principales versions successives, notamment celle de Watanabe On (1873) qui, élevée au rang de manuel scolaire au niveau national, ouvrit une nouvelle période particulièrement féconde de l’histoire des Fables au Japon, l’adaptation des Fables et leur adoption, l’infiltration dans la culture japonaise), l’insertion des Fables dans des ouvrages pédagogiques et populaires (période des manuels traduits qui s’étend jusqu’à nos jours). Ikue Koyabu examine et analyse de nombreuses fables en japonais (ancien et moderne), compare les versions traduites ou réécrites avec les originaux grecs, étudie leur influence dans toute l’histoire culturelle du Japon, montre avec érudition les adaptations successives, parfois très subtiles, au patrimoine de connaissances des lecteurs potentiels héritiers de traditions locales liées au shintoïsme, au bouddhisme et surtout au confucianisme.

C’est ainsi toute l’histoire des Fables au Japon qui est décrite et étudiée avec exactitude, rigueur et finesse. Tous les développements ainsi proposés permettent de constater qu’aucun auteur grec ou latin n’a connu un tel succès au Japon et de comprendre comment s’explique cet important fait culturel. Continuité, évolution, transformations, rebondissements caractérisent cette longue aventure d’un texte occidental, étudiée tant dans sa chronologie révélatrice de phases successives plus ou moins importantes que dans les multiples facettes de sa réalité philologique, elle-même très riche, des origines jusqu’au XXIe siècle. Avec Ikue Koyabu, on apprendra que le destin du texte ésopique est « d’une richesse véritablement prodigieuse et extraordinairement passionnante ».

Les conclusions d’Ikue Koyabu méritent d’être citées : « Il est merveilleux d’imaginer l’échange culturel entre deux pays ou même plusieurs pays et à travers de nombreuses époques. Les Japonais de l’époque d’Edo, qui ne connaissaient presque rien de l’Occident, réussirent à réceptionner la littérature occidentale grâce à ce genre, la fable. Même pendant la période de l’isolationnisme, grâce à cette œuvre, les Japonais n’étaient pas coupés du monde extérieur dans un certain sens. Les Fables d’Ésope constituent une œuvre de grande valeur en tant que première littérature occidentale traduite en japonais, mais on peut sûrement l’évoquer également en tant que premier pont dans les relations internationales entre l’Occident et le Japon. Si les enfants japonais des premiers âges connaissent le nom d’Ésope, c’est bien parce que, comme nous l’a enseigné Jean-Noël Robert, cité par Ikue Koyabu, « l’activité des missionnaires européens, reprise par la créativité japonaise, transformée par la modernisation, a su créer une véritable tradition ésopique japonaise, qui est sans doute la plus belle réussite de l’hellénisme que l’on pourrait qualifier de populaire ».

Tout ce qui concerne Isoho et sa descendance nous rappelle avec clarté qu’il y a dans les morales ésopiques non pas uniquement des sortes de lieux communs comme certains pourraient être tentés de le croire superficiellement, mais l’expression d’un ensemble de valeurs universellement adaptables aux différentes cultures de l’humanité, même lorsqu’elles semblent très éloignées les unes des autres. Il y a bien eu, selon la formule de Jean-Noël Robert reprise par Ikue Koyabu, « un épisode de la mondialisation culturelle » avec « l’intégration en profondeur de la matière ésopique dans la culture japonaise ».

Il y a donc quelque chose de proprement exemplaire dans l’histoire, dans l’aventure d’Ésope-Isoho au Japon et peut-être d’unique dans les relations entre la littérature grecque et la pensée de l’Empire du Soleil Levant, quelque chose à découvrir ou à redécouvrir pour certains sans doute rares initiés et à méditer, afin d’admirer les leçons que donnent conjointement, et chacun à sa manière propre, le génie des Grecs de l’Antiquité et celui des Japonais de l’époque moderne et contemporaine.

Jean-Pierre Levet,

Professeur émérite – Université de Limoges

[1] « La constitution d’une tradition grecque au Japon du XVIIe au XIXe siècle », Cahiers de la Villa Kérylos, Paris, 2016, pages 361-386.

Citer cet article comme : Jean-Pierre Levet, Les fables d’Ésope dans la tradition culturelle du Japon, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 13/07/2022, https://reainfo.hypotheses.org/25710.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search