L’hellénisme en Bactriane

L’hellénisme, amené en Bactriane par les conquêtes d’Alexandre entre 329 et 327 av. J.-C., et ensuite sous les Séleucides, a duré environ deux siècles. Il s’épanouit sous des dynasties gréco-bactriennes qui disparurent vers 130 av. J.-C. lorsque des populations venues des steppes installèrent un nouveau pouvoir. Alors les Grecs de Bactriane s’en furent vers le Sud de l’Hindou-Kouch, dans des royaumes dits « indo-grecs », qui survécurent jusqu’au tout début de notre ère. L’hellénisme gréco-bactrien fut connu de la science européenne grâce à quelques passages des sources grecques et latines et aux trouvailles numismatiques à partir du XVIIIe siècle. Longtemps, aucune fouille ne put retrouver la trace des Grecs, même lorsqu’Alfred Foucher, premier directeur de la Délégation archéologique française en Afghanistan, entailla profondément dès 1923 la butte de la citadelle de l’ancienne Bactres, la capitale de la « Bactriane aux mille villes ». Il en revint déçu par ce qu’il croyait n’avoir été qu’un « mirage bactrien ». En 1960, Daniel Schlumberger publia un article exposant avec une savante limpidité le raisonnement sur la nécessaire existence d’une Bactriane hellénisée. En 1964, la découverte de la ville gréco-bactrienne d’Aï Khanoum (Afghanistan) trancha la question. Les fouilles conduites par Paul Bernard jusqu’en 1978, furent suivies de nombreuses études, puis de nouvelles fouilles à Bactres sous la direction de Roland Besenval de 2003 à 2008. Ce sont là, avec les fouilles du sanctuaire de Takht-i Sangin au Tadjikistan, les principales recherches qui ont permis de caractériser l’hellénisme de la Bactriane.

Crédit image. Plan d’Aï Khanoum indiquant les principaux monuments. Relevés de M. Le Berre et J.-Cl. Liger mis au net par G. Lecuyot.

Deux constatations s’imposent. D’abord cet hellénisme n’était pas une simple translation de celui de la Méditerranée appliqué sur les rives de l’Oxus, il était composite. Ensuite, il a survécu après 130 av. J.-C. et le départ des dirigeants grecs, mais en évoluant au contact des nouvelles populations steppiques.

En Bactriane gréco-bactrienne, à Aï Khanoum, l’on découvrit des éléments purement grecs comme un gymnase et un théâtre, ou comme un usage précis et raisonné de la langue et de la littérature, ainsi que des systèmes de mesure, de poids, du temps (cadrans solaires, calendrier) mais encore un grand apport de techniques. Cependant, des traditions pré-grecques subsistaient. Aussi l’architecture y était-elle mixte, gréco-orientale, avec ses murs en briques crues et ses plans transmis de la période perse achéménide, comme au palais. Pourtant, le décor architectural était grec, et l’on a mis au jour des chapiteaux corinthiens, ioniques et doriques, des tuiles et des antéfixes à la mode grecque, ainsi que des salles d’eau ornées de mosaïques aux décors réalisés à la mode macédonienne.

Si les divinités grecques figuraient au revers des belles monnaies frappées au droit du portrait du souverain, les divinités orientales ne furent pas ignorées, telle celle de l’Oxus, apparaissant dans des dédicaces du sanctuaire qui lui est voué à Takht-i Sangin, et dans des anthroponymes d’administrateurs du palais à Aï Khanoum. Il convient de rappeler ici aussi les monnaies indo-grecques frappées par Agathocle, qui montrent son intérêt pour la religion indienne dès 190-180 av. J.-C. En outre, l’élément hellène était lui-même hétérogène. Il faisait place à des noms originaires de la Grèce du Nord (Macédoine, Thessalie) et l’on sait que l’Asie Mineure fournissait des colons, au premier rang desquels le roi Euthydème Ier, originaire de Magnésie du Méandre.

Dans l’art, l’on admire des productions de marbre d’une grande qualité, probablement dues au ciseau d’artistes de talent, soit venus sur place, soit ayant expédié des œuvres à assembler (statues composites ou acrolithes). L’utilisation de l’argile et du stuc modelés permettait de s’entourer à moindre frais de statues et de reliefs, certainement impressionnantes dans la pénombre fraîche des temples et des palais. Dans ce désir d’art hellénique, une place importante était réservée aux moulages de l’orfèvrerie, moyen facile et très transportable d’obtenir des copies d’images de la mythologie ou de l’Iliade. Parallèlement, un art gréco-bactrien local produisait des représentations d’apparence grecque plus « provinciale », comme un Héraclès se couronnant ou un sphinx en ivoire. L’ivoire justement, obtenu certainement en abondance de l’Inde conquise, était tourné pour profiler des éléments de pieds de trône ou de klinè. Les techniques grecques mises en œuvre étaient remarquables, tant pour la taille et l’assemblage de la pierre dans l’architecture, que pour la distribution de l’eau dans la ville, comme le montre la conception d’une fontaine construite au pied du rempart de l’Oxus.

Le domaine de la littérature théâtrale, avec la découverte au palais d’un fragment d’une pièce de Sophocle copiée sur parchemin permit de mesurer le prix que ces Grecs du bout du monde attachaient à leur culture lettrée. Plus encore, le reste d’un papyrus (support nécessairement apporté à Aï Khanoum) porte les restes d’un fragment d’Aristote, du Περὶ φιλοσοφίας. C’est encore à l’école d’Aristote qu’appartenait Cléarque de Soloi qui très probablement apporta à Aï Khanoum la copie des maximes de la sagesse delphique pour les faire graver sur une stèle dressée sur l’hérôon intra-muros de l’oikiste, Kinéas.

Cet hellénisme de la Bactriane, imposé par la force des armes de la conquête, s’est maintenu en forgeant une alliance avec des élites centrasiatiques. Antiochos Ier, le Séleucide, était le fils de la reine Apamè, princesse bactrienne très respectée. Si l’histoire de l’hellénisme bactrien n’est que celle d’un lent déclin, il fut parfois illuminé de fulgurants retours, comme sous Eucratide qui donna son nom (Eucratideia) à Aï Khanoum et tenta à grands frais de rendre plus grecque. Ce fut un échec, les chantiers furent soudainement délaissés et la ville abandonnée livrée aux pillages. Cependant le caractère gréco-oriental relevé ci-dessus assura peut-être sa survie, car tout ne disparut pas après le départ des dirigeants et des colons grecs. En effet, les nouveaux-venus des steppes, installés, en devinrent les héritiers, pour une partie choisie, à l’époque pré-kouchane appelée Saka-Yuezhi, entre env. 130 av. J.-C. et 100 ap. J.-C. L’alphabet grec, par exemple, resta utilisé jusqu’au règne de Kanishka, tandis que l’art retenait, comme des échos du passé grec, des techniques, des thèmes (ex. Athéna, Aphrodite, Héraclès ou Tychè) ou des motifs (colonnes, acanthes, diverses sortes de frises, etc.). Mais ils étaient alors plongés dans un nouvel univers de pensée et de mythologie, d’essence steppique et iranisante. En Inde du N-O déjà conquise, les Grecs avaient émigré emportant leur hellénisme, lequel contribua à la formation de l’art « gréco-bouddhique » du Gandhāra.

Henri-Paul Francfort,

Directeur de recherches émérite au CNRS, Membre de l’Institut

Bibliographie sélective :

Bernard, Paul, 2022, Opera selecta, 2 vols, Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris (sous presse).

Bernard, Paul, 2009, « La découverte et la fouille du site hellénistique d’Ai Khanoum en Afghanistan: comment elles se sont faites », Parthica, 11, p. 33-56.

Bernard, Paul, 1982, « Alexandre et Aï Khanoum », Journal des Savants, p. 125-138.

Francfort, H.-P., 2018, « Les archéologues, le climat et l’environnement », in : Colloque Vie et climat d’Hésiode à Montesquieu, (Cahiers de la villa “Kérylos”, vol. 29), J. Jouanna, Chr. Robin, et M. Zink (Dir.), Paris, Diffusion de Boccard, p. 205-245.

Francfort, H.-P., 2020, « Sur quelques vestiges et indices nouveaux de l’hellénisme dans les arts entre la Bactriane et le Gandhāra (130 av. J.-C.-100 apr. J.-C. environ) », Journal des Savants, (janvier-juin), p. 3-114.

Francfort, H.-P., Grenet, F., Lecuyot, G., Lyonnet, B, Martinez-Sève, L., et Rapin, Cl., 2014, Il y a 50 ans… la découverte d’Aï Khanoum. 1964-1978, fouilles de la Délégation archéologique française en Afghanistan (DAFA), Paris, Diffusion de Boccard.

Hoffmann, Ph., 2016, « La philosophie grecque sur Les bords de l’Oxus : un réexamen du papyrus d’Aï Khanoum », in : La Grèce dans les profondeurs de l’Asie, (Cahiers de la Villa “Kérylos”, vol. 27, J. Jouanna, V. Schiltz, et M. Zink (Dir.), Paris, de Boccard, p. 167-228.

Martinez-Sève, L., 2016, « Aï Khanoum. Échanges et résistances », in : Asie centrale. Transferts culturels le long de la Route de la soie, M. Espagne, S. Gorshenina, F. Grenet, et S. Mustafayev (Dir.), Paris, Vendémiaire, p. 97-114.

Rougemont, G., 2012, « Les inscriptions grecques d’Iran et d’Asie centrale. Bilinguismes, interférences culturelles, colonisation », Journal des Savants, janvier-juin, p. 3-27.

Rougemont, G., 2014, « Grecs et non Grecs dans les inscriptions grecque d’Iran et d’Asie centrale », Studia Iranica, 43, p. 7-39.

Citer cet article comme : Henri-Paul Francfort, L’hellénisme en Bactriane, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 20/07/2022, https://reainfo.hypotheses.org/25720.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search