La littérature géographique antique chez les géographes arabes

Introduction

Au sein du legs antique à la culture et aux sciences arabes médiévales, on peut distinguer la littérature géographique en sachant que celle-ci ne formait pas une catégorie particulière dans les classements des sciences tardo-antiques. En outre, gardons à l’esprit que ce sont surtout des auteurs traitant du cosmos et de l’organisation de l’ɶkumène qui sont passés en arabe comme Ptolémée, et nullement des géographes descriptifs tels que Strabon ou Pline. Par exemple, les Météorologiques d’Aristote alimentèrent la réflexion en géographie naturelle sur l’habitabilité de l’ɶkumène aux alentours de l’équateur. Quant aux lieux et aux périodes de cette translatio studii, ce sont respectivement Bagdad au IXe siècle et Cordoue au Xe siècle qui en furent les théâtres.

Ptolémée

Le legs scientifique de Ptolémée (m. 168) fut prépondérant pour donner l’image du cosmos et de l’ɶkumène qui furent ceux que les géographes arabes développèrent par la suite. Si l’Almageste fut déterminant en astronomie, la Géographie1 donna les principes de la géographie mathématique, à savoir la localisation selon les coordonnées en longitude et latitude, mais aussi « l’image » du disque terraque ou d’une région que l’on peut dessiner en reliant ces points et en tenant compte de la projection. Il ne semble pas que la Géographie ait été traduite en arabe mais ce serait plutôt une carte en syriaque qui aurait été dessinée à partir d’elle et qui fut relevée en arabe, à Bagdad vers 833. Les tables qui en sont issues sont attribuées à al-Khwārizmī (m. ca 850) et permettent de reconstituer la carte en question2. C’est aussi cet ouvrage qui imposa une division de l’ɶkumène en climats, c’est-à-dire en sept bandes longitudinales définies par les latitudes, à partir de l’équateur. Cependant, les composantes de la carte montrent aussi l’existence au nord de l’Europe de deux îles dites des Amazones, telles qu’elles inconnues des sources antiques mais sans doute issues d’une interprétation rapide du Roman d’Alexandre. Quant au Tétrabiblos, sa connaissance fut fondamentale pour l’astrologie mais sa description liminaire de l’ɶkumène est responsable d’une division du monde en quatre quadrants, avec les toponymes afférents. La preuve de l’influence diffuse de Ptolémée est aussi la mention chez le philosophe hellénisant al-Kindī (m. 873) de l’île de Thulé, ultime avatar de l’ultima Thule des sources antiques, île non identifiée de l’Atlantique nord au-delà de laquelle il n’y aurait eu plus de vie. L’image du monde issue des ouvrages ptoléméens et son organisation en régions imaginaires constituent un modèle qui fut adapté selon les pérégrinations des voyageurs arabes à partir du IXe siècle ou sur les informations recueillies par les géographes en chambre, mais jamais totalement récusé. Au mieux, dans le premier quart du XIe siècle, al-Bīrūnī (m. 1048) élabore l’hypothèse que l’Afrique ne serait pas si étendue vers l’orient et que sa circumnavigation serait possible.

Hippocrate et Galien

Il est étonnant de voir ici convoquer les deux plus fameux représentants de la médecine antique, mais un texte d’Hippocrate et surtout son commentaire par Galien furent fondateurs du déterminisme géographique, il s’agit du traité hippocratique Des airs, des eaux et des lieux3. Le texte grec hippocratique fut traduit en arabe en des circonstances inconnues tandis que son commentaire par Galien le fut par le médecin Ḥunayn ibn Iṣḥāq (m. 873) en collaboration avec son neveu et disciple, Ḥubayš. Rappelons qu’Hippocrate voulait donner aux médecins itinérants un manuel destiné à les aider lorsqu’ils arrivaient dans une nouvelle cité à déterminer les maladies prédominantes. Les facteurs à prendre à compte étaient l’orientation de la localité selon les vents et l’exposition au soleil, la nature de l’eau et du sol, comme les occupations des habitants. Le traité développait finalement des considérations à propos de phénotypes physiques et sur le moral des populations dues à des effets de la géographie et les appuyait sur des observations « ethnographiques » notamment vis-à-vis des Européens et des Scythes. Dans la version arabe, ces derniers deviennent des Turcs. Plus globalement, Galien systématise les influences environnementales supposées par le truchement de la théorie des quatre humeurs. Et ce sont ces outils conceptuels que l’on retrouve chez les auteurs arabes qui ont tâché d’expliquer les différences somatiques – couleurs de peau, corpulence, agilité, taille, – et morales observées parmi les hommes, depuis al-Mas‘ūdī (m. 956) jusqu’à Ibn Khaldūn (m. 1406).

Paul Orose et Isidore de Séville

Les sources latines4 constituent une partie congrue et à vrai dire peu prépondérante dans l’établissement des matériaux géographiques primitifs, cela du fait de leur traduction en Andalus au Xe siècle et de l’anachronisme de leur toponymie difficilement conciliable avec le monde connu d’alors. Notons que ces traductions depuis le latin ne sont pas directement réalisées pour assouvir la curiosité des savants musulmans de la péninsule ibérique mais d’abord des chrétiens mozarabes qui, du fait de leur arabisation, ne sont plus capables de lire directement les ouvrages latins. Ainsi, le prologue géographique de l’Histoire contre les païens d’Orose (m. ap. 417) livre une description du monde qui est passée en arabe à Cordoue, mais qui ne fut pas développée. En revanche, les livres 14 et 15 des Etymologies d’Isidore de Séville (m. 636) qui concernent la géographie générale et régionale ont été traduits dans les mêmes circonstances et ont alimenté la description de la Macédoine, de Chypre ou encore de la Sicile. Ceci dit, en sachant d’une part qu’Isidore répète des auteurs latins antérieurs et que, d’autre part, la version arabe se retrouve chez al-Bakrī (m. 1094), lui-même source de Qalqashandī (m. 1418), on se rend compte qu’un savoir d’origine latine s’est insinué indépendamment de la langue jusqu’au Caire du XVe siècle !

Conclusion

Finalement, alors qu’en physique et en philosophie, l’apport hellénistique fut séminal, en géographie il donna l’image de l’ɶkumène mais la description des parties de celui-ci revient bien à des observateurs médiévaux arabes.

Jean-Charles Ducène,

EPHE-PSL

1 Ducène, J.-Ch., « Ptolemy’s Geography in the Arabic-Islamic Context », Hiatt, A. (dir.), Cartography between Christian Europe and the Arabic-Islamic World 1100-1500, Leyde, 2021, 74-90.

2 Ducène, J.-Ch., « La mappemonde d’al-Ma’mūn d’après al-Khwārizmī », dans Denoix, S. et Renel, H. (éds), Atlas des mondes musulmans médiévaux, Paris, 2022, 16-17,

3 Strohmaier, G., « La question de l’influence du climat dans la pensée arabe et le nouveau commentaire de Galien sur le traité hippocratique des Airs, eaux et lieux », dans Hasnawi, A., (éd.), Perspectives arabes et médiévales sur la tradition scientifique et philosophique grecque, Leuven-Paris, 1996, 209-216.

4 Ducène, J-Ch., L’Europe et les géographes arabes du Moyen-Âge, Paris, 2018, 54-57.

Citer cet article comme : Jean-Claude Ducène, La littérature géographique antique chez les géographes arabes, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 03/08/2022, https://reainfo.hypotheses.org/25763.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search