L’Inde vue de la Grèce

L’Inde se dit en grec Ἰνδία. C’est un dérivé de Ἰνδός, “l’Indus,“ l’équivalent grec du vieux-perse Hindu, qui est lui-même un emprunt au sanskrit Sindhu. Pour Hérodote, Ctésias puis les compagnons d’Alexandre, l’Inde se limitait à la région de l’Indus ; les géographes alexandrins l’ont ensuite étendue à ce que nous appelons le sous-continent indien ; puis, à l’époque impériale romaine, lInde a débordé de son cadre vers l’ouest au point de passer pour un pays limitrophe d’une autre extrémité du monde, l’Éthiopie1. Les limites de l’Inde ont donc beaucoup varié au fil des siècles. L’image que se firent les Grecs de ce pays du Far-East a elle aussi fluctué entre réalités connues ou mal comprises et projections fantasmatiques.

L’Inde est d’abord apparue aux Grecs comme un pays où regorgent les θαύματα, les objets d’étonnement et d’émerveillement. La première merveille de l’Inde consiste dans son climat à la fois chaud et humide qui rend la terre plus fertile et les animaux plus grands que partout ailleurs2. L’Inde produit ainsi des arbres extraordinaires : certains donnent “une laine plus belle et plus solide que celle des moutons“ 3 (le coton), d’autres ont une ombre large de 5 plèthres (les figuiers banyans)4.

un martichoras – MS-Bodley.764

La faune indienne constitue pour les Grecs un kaléidoscope chatoyant : chez Ctésias, le martichoras (un écho déformé du tigre ?) est d’un rouge vif comparable à celui du mercure ; l’âne sauvage a le corps blanc, la tête pourpre et les yeux bleu sombre5. Chez Elien, les oiseaux sont très pittoresques, qu’il s’agisse du catreus aux pattes rouges et à la tête gris bleu ou du marabout au plumage cendré avec du jaune pâle à l’extrémité des ailes 6.

un catreus walichii

Face à cette faune bariolée, les Grecs éprouvent des émotions diverses : crainte et répulsion envers des animaux dangereux tels les dragons, les serpents géants ou les scorpions. Sympathie pour les animaux très utiles et fort intelligents que sont les éléphants. Mais surtout fascination pour des animaux qui ont des comportements quasi-humains : non seulement les perroquets reproduisent si bien l’élocution humaine qu’ils sont considérés comme des oiseaux sacrés7, mais les singes se rangent en ligne de bataille, voire séduisent les Indiennes8 .

A cette flore et cette faune extraordinaires, il faut ajouter des ressources minières exceptionnelles et un réseau hydrographique extrêmement dense.

Ces conditions naturelles très favorables ont donné aux compagnons d’Alexandre l’impression que l’Inde était un pays où la vie est agréable et facile.9

Au Ier siècle ap. J.-C., Dion de Pruse renchérit en faisant de l’Inde une sorte de terre miraculeuse où l’âge d’or aurait perduré :

“Je ne connais point de cité plus heureuse et d’habitants dotés d’une vie meilleure que ceux de l’Inde ; car les fleuves qui y coulent, dit-on, ne comportent pas d’eau, mais l’un est de lait, un autre de vin clair, un autre de miel, un quatrième d’huile. Ils jaillissent des collines comme des mamelles de la terre.“10

Cette terre nourricière qui donne d’elle-même ce qui est ailleurs le produit de l’agriculture sera même assimilée au début du Vème siècle par l’évêque Palladios au paradis terrestre : il affirme que le Gange n’est autre que le Pishôn, l’un des quatre bras du fleuve qui sort du jardin d’Eden dans la Genèse.11

Dans cette Inde bien plus favorisée que le monde méditerranéen vivent des habitants dont l’altérité n’a cessé d’étonner les Grecs. Elle se manifeste à la fois dans leur apparence physique, leurs mœurs et leur organisation sociale.

Tous les Indiens diffèrent des Grecs en ce qu’ils ont la peau noire 12et une longévité exceptionnelle, mais certains groupes ethniques sont particulièrement étranges.

Ainsi, les Indiens des montagnes connaissent un processus de développement pileux au rebours de celui des autres hommes : leurs enfants ont des sourcils et des cheveux blancs à la naissance qui ne commencent à foncer qu’à l’âge de trente ans. Ces Indiens non-vieillissants se distinguent aussi par le développement hyperbolique de certaines parties de leur corps : ils ont huit doigts à chaque main et à chaque pied et des oreilles qui recouvrent leur bras et cachent leur dos.13

La bizarrerie d’autres peuplades indiennes tient au contraire à l’absence complète d’organes qui nous sont indispensables : Mégasthène mentionne ainsi des Sans-bouche et des Sans-narines14.

un Cynocéphale – Chroniques de Nuremberg de 1493

Il existe d’autre part selon Ctésias un peuple de Cynocéphales qui semblent être des hybrides mi-chiens, mi-hommes. Leur dénomination vient peut-être des svapâka qui en sanskrit désignent les « nourrissons de chiens », ces individus très méprisables qui n’appartiennent à aucun groupe social ; en tout cas, elle indique nettement qu’ils ont une tête de chien, mais Ctésias suggère que les marques d’animalité s’étendent à d’autres parties de leur corps : ils ont des griffes longues et crochues15.

Les auteurs grecs qui ont décrit l’Inde veulent donc donner à leurs lecteurs l’image d’une population radicalement différente des Grecs, et parfois si étrange qu’elle semble être à peine humaine. Pour souligner son altérité, nos auteurs recourent aux moyens traditionnels de la mythification : l’inversion, l’amplification, la restriction et l’hybridation.

L’apparence physique parfois étrange des Indiens va de pair avec un style de vie souvent opposé à celui des Grecs.

Dans le domaine alimentaire, les Indiens ne sont pas comme les Grecs des mangeurs de pain, mais d’une étrange petite graine, ὄρυζα, le riz. Les Indiens des marais ne se nourrissent que de poissons crus16. Leur ignorance de la cuisson suggère une certaine sauvagerie, mais elle est moins répugnante que les coutumes anthropophagiques des Callaties qui considèrent comme normal de manger leurs parents morts17. Le nom de cette tribu semble être la transposition grecque des Kirata, une ethnie himalayenne non-aryenne dont l’endocannibalisme répondait sans doute à une préoccupation rituelle de ne pas abandonner les corps de leurs défunts. Hérodote décrit aussi d’autres Indiens qui eux “ne tuent aucun être animé“ pour s’en nourrir. Hérodote a donc perçu que le végétarisme d’une grande partie de la population indienne s’explique par la doctrine religieuse de l’ahimsa, la “non-violence“.

Dans le domaine vestimentaire, la plupart des Indiens s’habillent de tissus multicolores, mais les Sibes sont vêtus de simples peaux de bêtes qui les font passer pour des descendants des soldats d’Héraclès18.

Cette société indienne d’une grande diversité ethnique est divisée selon Mégasthène en sept classes, qu’il appelle γένη, “familles“, ou μέρη, “parties “ :

  • Les philosophes

  • Les paysans

  • Les guerriers et chasseurs

  • Les artisans et commerçants

  • Les guerriers

  • Les inspecteurs

  • Les conseillers

Ces sept classes sont étanches : nul n’a le droit d’épouser un(e) conjoint(e) issu d’une classe différente de la sienne ; nul ne peut changer de métier. Celte stricte spécialisation des tâches rappelle la répartition des métiers que prône Platon dans la République19. Mais elle est aussi conforme aux règles d’endogamie et de spécialisation professionnelle que la tradition brahmanique imposait aux quatre varna de la société indienne, les Brahmanes, les Kshatriya, (guerriers), les Vaishya (agriculteurs, artisans et paysans) et les Shudra (les “ non-aryens “ serviteurs des trois premières classes)20.

il serait en revanche anachronique d’y voir une description exacte du système des castes qui n’a été fermement établi que dans la seconde moitié du premier millénaire de notre ère.

Au total, l’image que les auteurs grecs donnent de l’Inde a peu varié, alors même que la possibilité de connaître l’Inde réelle augmentait à mesure que s’intensifiait le commerce maritime. D’Hérodote à Palladios, leur vision ne cesse d’être celle d’un pays des merveilles ; elle s’explique à la fois par la volonté de dépayser le lecteur par un maximum d’exotisme et par le rêve utopique d’une société immobile et parfaitement organisée.

Claire Muckensturm-Poulle,

ISTA, EA 401 – Université de Franche-Comté

1 Voir Schneider, P., (2004) : L’Éthiopie et l’Inde. Interférences et confusions aux extrémités du monde antique (viiie siècle avant J.-C.-VIe siècle de notre ère), Rome.

2 Strabon, 15.1. 22.

3 Hérodote, 3.106.

4 Arrien, Inde,7.2.

5 Ctésias, Indica, F45.15 et 45.

6 Elien, N.A. 12.23 ; 16.4.

7 Elien, N.A. 12,18.

8 Strabon 15.1.29 ; Elien, N.A. 15.14.

9 Diodore de Sicile, II.16.4.

10 Dion de Pruse, 35.18.

11 Palladios, Lettre sur les Brahmanes, I.1 et Genèse, 2.10.

12 Hérodote, 3.101 ; Ctésias, Indica, F. 45.19 et Strabon, 2.1.2.

13 Ctésias, Indica, F45.50.

14 Strabon, 15.1.57.

15 Ctésias, Indica, F45.37.

16 Hérodote, 3.98.

17 Hérodote, 3.38.

18 Arrien, Inde, 16.1 ; Strabon, 15.1.8.

19 Platon, République, 2.370b

20 Voir Deliège, R. (2006) : Le système indien des castes, Lille, 33-57.

Citer cet article comme : Claire Muckensturm-Poulle à propos de L’Inde vue de la Grèce, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 10/08/2022, https://reainfo.hypotheses.org/25781.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search