Contacts et emprunts ou histoire partagée ?

Depuis au moins une génération, sur presque tous les terrains auxquels touche l’Antiquité gréco-romaine telle qu’on l’entend de manière usuelle, les chercheurs s’attachent à identifier des contacts, des échanges, puis des emprunts et des transferts, enfin les ressorts de l’hybridation culturelle. Sans doute ce mouvement prend-il son essor dans les deux terrains favorables que sont les colonies archaïques d’Occident et de Mer Noire, où les rapports entre « Grecs » et « indigènes » sont depuis longtemps une question essentielle, et l’Orient hellénistique dans son sens le plus vaste, où la domination gréco-macédonienne crée des situations économiques et culturelles complexes. On doit à ces recherches la démonstration de l’inanité des grandes oppositions culturelles : il n’y a pas de « Grecs » et d’ « indigènes » qu’on puisse opposer comme des ensembles cohérents, il n’y a pas de logique historique culturellement fondée qu’on puisse supposer transcendante à toutes les situations concrètes de contacts, d’échanges et de conflits. Nous avons désormais, par des chemins qui intègrent toutes les sources antiques, textuelles, iconographiques ou matérielles, une connaissance précise et fine de bien des situations qui impliquent de manière concrète des rapports de tous ordres, des rapports de production à la domination culturelle. Certes, de temps à autre, on peut regretter l’atmosphère un peu irénique dans laquelle les emprunts semblent se faire, ce qui est lié à une conception un peu abstraite des sociétés antiques, peut-être un peu plus brutales que ce qu’on tend à imaginer. Mais dans l’ensemble, nous avons largement progressé. La diversification des champs d’étude a permis d’accrocher nos grandes civilisations classiques à ce qui était leur véritable univers, à toutes les échelles de la micro-région aux dynamiques continentales. Cet effet en retour, qui souligne la diversité des Grecs et des Romains, est essentiel. L’étude de la colonisation archaïque en Occident a depuis longtemps montré que les Phocéens n’ont pas suivi le modèle chalcidien, et que parfois une colonisation agraire et territoriale met fin à un autre type de présence grecque. Les Eubéens ou Ioniens installés à l’Incoronata ont autant souffert que les Oenôtres de la destruction du site après la fondation achéenne de Métaponte.

C’est donc l’ensemble clos des civilisations classiques qui se trouve mis en question par là. C’est bien là que se trouve l’enjeu, comme le montre le surgissement de quelques formes d’incompréhension, caricaturales d’un point de vue scientifique mais bien motivées d’un point de vue politique, visant à réactiver le lien exclusif entre les « Grecs » et l’ « Occident », les derniers étant non seulement les héritiers des premiers mais aussi leurs seuls héritiers légitimes1. Une tradition manuscrite coupée par une décision arbitraire et infondée de ses ramifications arabes, parmi d’autres, et une culture matérielle et artistique isolée des autres sont le prix à payer pour cette exclusivité, qui apparaît de plus en plus exorbitant2. Ce type de débats, qui déplace la question des contacts concrets vers des grandes lignes de division historiques (de ‘comment se passe le contact entre Grecs et Egyptiens à telle époque’ à ‘qui fut Grec, et qui est son héritier légitime aujourd’hui’) appelle aussi un autre type de réflexion sur l’Antiquité. Il ne s’agit plus seulement de contacts, pacifiques ou hostiles, et d’emprunts, mais de chemins historiques partagés ; il ne s’agit plus seulement de s’interroger sur les modes de contact mais de mettre en question les frontières avec lesquelles nous travaillons. Il y a évidemment des passages d’un type de question à l’autre, comme on vient de le voir. Mais d’un point de vue historiographique, les deux démarches ont été relativement distinctes. Les spécialistes de l’âge du Bronze sont habitués à étudier les palais mycéniens, leur bureaucratie et leurs archives, en parallèle avec des palais du Proche Orient, de manière indépendante des études portant sur les échanges et transferts culturels et techniques, également très riches pour cette époque. Le palais d’Ougarit, référence usuelle dans les comparaisons entre palais mycéniens et orientaux, se trouve sur un site où la céramique égéenne et chypriote est très courante, mais le site de Nuzi, autre référence courante, n’a pas livré de témoignages d’échanges avec l’Egée, alors que son organisation économique est très proche de celle des palais mycéniens. Le palais de Hattusa, comme ceux de Pylos et Cnossos, organise le travail des artisans métallurgistes en leur confiant des matériaux à transformer, et procède à des distributions de terres grevées d’obligations envers le palais ; pourtant les contacts directs entre les deux, s’ils ont eu lieu, ont été hostiles et marginaux. Ce type de démarche reste peu courant parmi les spécialistes de l’Antiquité classique, qui préfèrent les situations d’échange concrètes ; peu d’entre nous prennent vraiment au sérieux les analogies entre cités étrusques, phéniciennes, puniques, et grecques. Pire : tenter de parler de cité à propos des Phéniciens ou des Etrusques est parfois pris comme un nouveau signe d’impérialisme grec, réduisant à un même modèle des situations très différentes.

Il reste cependant que les « frontières de l’Antiquité » sont aussi des frontières très actuelles, qui sont fabriquées, héritées d’une longue tradition de séparation de l’Antiquité gréco-romaine, et dont il faut se méfier. Notre époque vit une passion des particularismes, qui met l’accent sur les différences locales plutôt que sur les tendances communes, notamment à travers l’espace méditerranéen, ce qui ne facilite pas les interrogations d’un type qui relèverait plutôt de ce qu’on appelle l’histoire partagée ou l’histoire globale, bien que ces étiquettes tiennent parfois plus du slogan que de la position scientifique. Il se trouve que des réflexions de cet ordre ont bien été élaborées, puis oubliées, à propos de l’Antiquité. Un livre récent de Jan Assmann a tracé la généalogie de la notion d’âge axial, depuis Anquetil-Duperron, découvreur de l’Avesta, jusqu’à Karl Jaspers. Cet âge se définit comme un moment pivot dans l’histoire de l’humanité, celui où les figures de Confucius, du Bouddha et de Socrate la font passer de l’immédiateté à la réflexivité. Cette notion d’histoire de la philosophie peut-elle être utile aux antiquisants d’aujourd’hui ? Certainement, si on suit le geste de Vernant qui cherche l’origine de la pensée rationnelle grecques – dans les termes alors en vigueur – dans la structure politique et sociale de la cité3. Cela amène donc à questionner les aspects communs et les divergences, dans un ordre de choses qu’on appellera structurel pour le distinguer de l’ordre des échanges et des emprunts, dans l’urbanisation, l’organisation des pouvoirs, l’évolution agricole des plantes nouvelles comme le blé dur et le riz, l’apparition du fer et de la documentation écrite de la pratique, et bien d’autres aspects des processus économiques et sociaux qui transforment certaines aires de l’ancien espace de l’âge du Bronze, de la Méditerranée à la Chine du nord, dans la première moitié du premier millénaire avant notre ère.

Un cadre pour une première tentative dans ce sens a été offert par les liens multiples entre l’université de Fudan et l’Ecole normale supérieure, constitués par Michel Espagne depuis près d’une décennie et entretenus envers et contre tout pendant la pandémie. Un volume rassemblant les contributions de deux colloques de 20018 et 2019 sur la notion de classique vient de paraître4. Les contributions portent sur la notion de classique dans les deux aires, et dans nombre de champs culturels et scientifiques. Elles ouvrent des questions nombreuses sur la philosophie chinoise et la manière dont il faut la concevoir hors de la tradition philosophique occidentale mais aussi loin du seul déterminisme linguistique, qui est un différentialisme douteux. Un article de Guo Yongbing, du département de chinois de l’université de Fudan, amène à réfléchir sur les traditions philologiques constituées en Chine et en Europe5. La pratique de la critique textuelle prend son origine à peu près au même moment, pour Homère dans le monde grec, pour les Cinq Classiques en Chine, dans l’Alexandrie hellénistique et à l’époque des Royaumes combattants, avec dans chaque cas des antécédents, liés à la transmission manuscrite elle-même, que nous saisissons mal. Cela est bien connu. Guo Yonbing s’attache à présenter un type de critique lié de manière essentielle à l’histoire et à la nature de l’écriture chinoise. Avant l’unification existaient des traditions et des standards graphiques parfois divergents, selon les lieux et les époques, de telle sorte qu’on pouvait confondre deux caractères (ou remplacer l’un par l’autre) en un lieu et un temps x, qu’on ne pouvait ni confondre ni substituer en un autre temps et lieu. Il donne deux exemples de critique par les erreurs et substitutions, amenant à dater et situer des versions du Classique des documents – celui des Cinq classiques qui rassemble des documents publics et officiels depuis l’époque Shang (le Bronze récent). Ce type de raisonnement, fondé sur ce que l’Europe appelle épigraphie et la Chine science des textes excavés, c’est-à-dire l’écriture sur bronze et l’écriture sur bambous, semble d’une redoutable efficacité mais est difficilement transposable. Ce qui pourrait l’être est une tendance typique du champ de recherches chinois à ne pas opposer trop strictement tradition manuscrite (nos textes « littéraires ») et épigraphie, mais c’est une autre histoire. Dans des contextes très différents, une même conscience des impératifs de la transmission amène le développement de champs et de méthodes analogues mais pas semblables.

Un autre exemple de l’intérêt à la fois méthodologique et substantiel, en termes d’approche comme de résultats, est donné par la monnaie. Les numismates de la Grèce et de Rome conçoivent leur objet comme la monnaie concrète, frappée, semblable aux pièces courantes aujourd’hui. L’histoire économique se débat dans les difficultés posées par l’existence de formes de monnaie non frappée, ce qui a amené nombre de notions fausses et trompeuses (pré-monnaies, proto-monnaies, etc), et il est toujours très difficile de faire de la réalité matérielle des monnaies frappées un élément d’une histoire des formes monétaires plutôt que la forme souveraine et achevée de toute circulation monétaire. Le Proche-Orient offre une situation bien différente, où la circulation de monnaie de métal pesé est bien connue ; mais un passage par l’Inde ancienne ou la Chine ancienne, mondes de grande diversité des formes monétaires, est au moins pour la méthode une vraie source d’inspiration pour l’historien de la Méditerranée. A l’époque des Royaumes combattants coexistent des monnaies de diverses formes et techniques, couteaux ou bêches selon les endroits, fabriqués par coulée et non frappées. Longtemps, les cauris servent de monnaie au point d’être fabriqués en bronze par endroits. Un retour aux réalités méditerranéennes fait voir différemment les fonctions des broches en fer ou des pointes de flèche coulées et non utilisées trouvées en dépôts dans les Carpathes et sur le littoral de la Mer Noire, parmi d’autres exemples.

Il y a donc aussi une véritable dimension méthodologique, qui n’apparaît pas clairement à la seule lecture de travaux sur d’autres aires de recherche, mais prend forme dans les échanges scientifiques directs. Il ne s’agit pas d’une question de « culture générale » de l’historien, bien que cela ait son importance, mais bien de travail en commun. C’est dans cet esprit qu’un atelier franco-chinois sur les « Antiquités comparées » a eu lieu en juin dernier, montrant à quel point discuter concrètement des questions essentielles, de la métallurgie à l’urbanisation, entre chercheurs disposant chacun d’une connaissance directe des textes et des terrains, est aujourd’hui essentiel.

Ce n’est pas un jouet pour les seuls historiens de l’économie, qui dans leur chapelle renoueraient avec la vieille passion pour les structures profondes, dans l’adoration de Braudel et Labrousse. Cela permet d’élaborer de manière scientifique, sur le terrain historique, des questions cruciales dans le monde d’aujourd’hui. Amartya Sen, dans un petit livre intitulé La démocratie des autres, a montré ce qui est clair pour les spécialistes de l’Inde ancienne, mais pour eux seuls ou presque6 : les cités-Etats, de gouvernements qu’on peut appeler démocratiques, étaient courantes dans l’Inde du premier millénaire avant l’ère. Travailler les frontières de l’Antiquité, c’est donc comprendre que « la » démocratie n’est pas « née » à Athènes et que les voies historiques empruntées ici et là ne sont pas incompatibles et irréductibles les unes aux autres. La conséquence en est que cette réalité peut et doit être constituée en objet historique, et pas seulement de débats identitaires plus ou moins bien définis ; et que cela n’est possible que par un travail commun de chercheurs de toutes origines.

Julien Zurbach,

Maître de conférences en histoire grecque – ENS PSL

3 J.-P. Vernant, Les origines de la pensée grecque, Paris 1962.

4 Xie Jing et Julien Zurbach (éd.), Passés croisés, passés composés, Paris, Kimé, coll. “Détours littéraires”, 2022

5 Guo Yongbing, Un aperçu des caractéristiques temporelles et spatiales du Classique des documents, p. 81-93 du volume cité.

6 Amartya Sen, La démocratie des autres. Pourquoi la liberté n’est pas une invention de l’Occident, traduit de l’américain par Monique Bégot, Paris, 2006 (original 1996). Voir évidemment aussi le superbe petit livre de J. Goody, The Theft of History, 2006, trad. fr. Le vol de l’histoire, 2011.

Citer cet article comme : Julien Zurbach à propos de Contacts et emprunts ou histoire partagée ?, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 31/08/2022, https://reainfo.hypotheses.org/25919.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search