Quand les Dieux rôdaient sur la Terre

Au bonheur des mythes !

Bonne nouvelle pour toutes celles et tous ceux que l’Antiquité intéresse ! Chaque semaine, sur France Inter, le samedi entre 11h04 et 12h, le grand philologue Pierre Judet de La Combe anime « Quand les dieux rodaient sur la Terre ! », une émission qui propose de colporter les histoires des dieux, déesses et autre demi-dieux du monde grec. Proclamés immortels par les Grecs, ils ont pourtant bel et bien disparus, heureusement en laissant des traces, nombreuses, dans des poèmes, des récits, des tragédies. Ils restent donc leurs histoires qui fascinent encore les petits et parfois même les grands. Comment expliquer une telle fascination ? Et pourquoi l’histoire aujourd’hui leur fait-elle une place réduite, quand elle leur en laisse une ? Le récit n’y est pas pour rien. Les divinités ont leur lexique et leur syntaxe, fixées pour toujours. Mais voilà, les historiens ne veulent plus d’histoires, ils prétendent à l’histoire, une science des événements et des réalités passées, dont l’existence requiert la mise à distance de la mythologie, l’inscription dans un territoire familier, celui de la religion. Les Grecs avaient la leur, nous avons les nôtres.

Faut-il se contenter de l’exotisme ? L’antienne qui en découle est bien connue. Décidément, ils n’étaient pas comme nous ! Leurs histoires paraissent alors naïves, comme s’ils ne s’étaient jamais arrêtés de croire au Père Noël. Les Modernes, eux, ne sont plus des enfants. Bien sûr, il est aussi possible de se demander s’ils n’ont jamais cru à leurs mythes, au nom de la pluralité des vérités chère aux années 1970[1]. Une autre voie consiste à y chercher des considérations sur la nature humaine, des vérités universelles sur les hommes et les femmes. Le tragique, catégorie forgée par le romantisme allemand au XIXème siècle, en fut une manifestation[2]. L’humanité aurait été confrontée depuis toujours aux catastrophes. Le destin humain se révèlerait avec l’effondrement du sens et son corollaire, le caractère illusoire de la raison. Dans les années 1960, Claude Lévi-Strauss préféra voir dans les mythes la manifestation d’un même esprit humain, d’une grammaire universelle[3].

Mais ces récits sont là et doivent bien témoigner de quelque chose, d’un sens construit sur la réalité du monde qui était celui des Grecs. Sinon, pourquoi auraient-ils perduré si longtemps, pendant plus de mille cinq cents ans ? Quel sens donc ? Tel est le chemin qu’emprunte avec cette émission Pierre Judet de La Combe. Quel récit et quel(s) sens(s) ? Une question se pose alors, du moins pour celles et ceux qui connaissent les histoires, qui les ont parfois racontées à de plus petits. Quel est ce plaisir que cette réécoute provoque ? Car il est impossible de se détacher du récit que propose le philologue. Pourtant, cette première émission (3 septembre) commence avec Prométhée, un standard, sans surprise donc, sans les retournements qui scandent la grammaire des séries dont nous sommes si friands aujourd’hui. Émettons une hypothèse. Ne sommes-nous pas, à notre manière et pendant une heure, des spectateurs des tragédies athéniennes, écoutant sans relâche des histoires, libérés de leur récit puisque tout suspens est aboli ? Et grâce à cette expérience, ne pouvons-nous pas commencer à comprendre ce que les mythes faisaient aux Grecs, qu’ils y aient cru ou non ?

Alors, peut-être, le sens commencera-t-il à se forger dans nos esprits, celui des Anciens bien sûr. Mais par le plaisir de l’écoute, c’est aussi une interrogation sur notre propre monde qui s’élabore, associant émotion et raison. Par ses actes, la tentative de tromper Zeus et le vol du feu, Prométhée a ébauché le territoire propre de l’humanité[4]. Les divinités se sont éloignées et ont abandonné, au moins partiellement, les humains à leurs affaires. En un sens libérés, ceux-ci n’en sont pas moins condamnés à vivre leur vie et à en chercher perpétuellement le sens, autrement dit à le construire. En faisant appel aux dieux, ou non ; trop éloignés désormais pour transmettre une interprétation définitive de ce qui est et de ce qui doit être. Et puis, s’ils sont si loin, comment ne pas douter de celui qui se proclamerait proche d’eux ? Voilà donc, peut-être, l’un des sens que le mythe de Prométhée élabore et que les émotions que nous continuons à ressentir nous laissent deviner, comme s’il s’agissait d’un savoir enfoui. Les humains sont libres d’agir mais ils sont condamnés à le faire ensemble, en acceptant de construire collectivement le sens, puisque personne n’en sait plus que les autres, sauf à se croire habitant du monde d’avant, lorsque les divinités étaient là. Désormais, comme le dit si joliment le titre de l’émission, les dieux rodent. Et nous invitent à réfléchir, sans bouder notre plaisir.

Christophe Pébarthe,

Université Bordeaux Montaigne

[1]Paul Veyne, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?, Paris, 1983.

[2]Pierre Judet de La Combe, Les tragédies grecques sont-elles tragiques ? Théâtre et théorie, Paris, 2010.

[3]Claude Lévi-Strauss, Mythologiques, quatre volumes, Paris, 1964-1971.

[4]Il faut rappeler aux érudits que le forfait du Titan se produit à Mékonê, le lieu même des noces de Cadmos et de Harmonie, dernier banquet réunissant les divinités et les humains.

Citer cet article comme : Christophe Pébarthe à propos de Quand les Dieux rôdaient sur la Terre, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 09/09/2022, https://reainfo.hypotheses.org/26025.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search