Itinéraire d’un masque

Brunet (P.), Itinéraire d’un masque. – Lausanne : éditions Favre, 2022. – 190p. – 9782828919412

Crédit image. Première de couverture – Editions Favre

Le masque est mort, vive le masque : une représentation empêchée renaît de ses cendres, l’interdiction de se masquer fait mettre à nu ses intentions, la censure du théâtre est à l’origine d’un discours sur le théâtre, ce « lieu de la métamorphose » qui ne saurait être « refuge des identités » à moins de s’abolir dans l’éternel retour du Même. Le livre de Philippe Brunet, directeur et fondateur du Théâtre Démodocos, est né en réponse aux attaques essuyées par sa mise en scène des Suppliantes d’Eschyle dont quelques photos diffusées sur Internet avant la représentation avaient fait scandale : des organisations se réclamant de l’antiracisme dénonçaient, dans le maquillage et les masques bruns et dorés des personnages égyptiens de la pièce, un acte de « blackface », cette pratique raciste des minstrel shows, spectacles populaires ambulants nés aux États-Unis dans les années 1820 et qui, jusqu’au XXe siècle, tournèrent en dérision des personnages noirs souvent esclaves, joués à l’origine par des acteurs blancs au visage barbouillé par des bouchons brûlés. Ainsi le crime d’un autre temps avait à ce point réussi son œuvre qu’il projetait son ombre sur l’histoire de la création humaine jusqu’à Eschyle et condamnait les efforts d’un geste artistique singulier, cherchant depuis notre époque à en atteindre une autre, sans la reconstituer strictement (le plus sûr moyen de rejouer la tragédie sous la forme d’une farce), mais en rassemblant toute une constellation de signes, masque , masque javanais, rythmes grecs, français, mètres transposés et travestis par-delà le temps et l’espace, cinq continents de costumes et de musiques. Le spectre de l’esclavage était devenu, pour détourner le titre anti-aristotélicien de Florence Dupont, le vampire du théâtre grec. Le communiqué publié par Philippe Brunet quelques jours avant le spectacle pour expliquer son intention artistique (et dont le texte est présenté en annexe de l’ouvrage, avec deux autres communiqués et une tribune datant du printemps 2019, au moment de « l’affaire ») n’a pas empêché le blocage de la représentation du 25 mars 2019 par des groupes militants qui invectivèrent comédiens et spectateurs accusés de racisme. Face à cette censure, et devant le soutien de bon nombre d’artistes, chercheurs et professeurs, le Théâtre Démodocos fut convié par la direction de Sorbonne Université et les ministères de la Culture et de l’Enseignement à rejouer le 19 mai 2019 dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, devant un public composé uniquement d’invités et sous protection policière. Dans cette soirée à l’atmosphère tendue et fébrile, l’acoustique fut chaotique : le lieu avait été choisi par et pour l’institution et le symbole, non la dramaturgie, qui faisait résonner la voix en grand mais gommait la signification. Les mots inaudibles des Suppliantes disent à quel point la fièvre médiatique, l’embrasement autour d’une image (assorti du refus, de la part des détracteurs, de voir réellement le spectacle) occultent la démarche artistique. D’où L’itinéraire d’un masque. Ce n’est à proprement parler ni une autobiographie ni un essai, plutôt un « portrait de l’artiste en masque ». D’une lecture fluide, charriant mille références à des spectacles antérieurs, à une myriade de chercheurs, de musiciens, plasticiens, traducteurs, peintres, danseurs, chorégraphes, éclairagistes, poètes, scénographes, étudiants, réalisateurs, rencontrés en plus de vingt-cinq ans de théâtre et de jeu en France, en Grèce, au Niger, en Éthiopie, le livre évite l’acrimonie en choisissant (plutôt que de dénigrer l’adversaire à qui l’auteur demandait dans son premier communiqué de ne pas se tromper d’ennemi) de dire d’où est né le Théâtre Démodocos, ce qu’il a fait, et comment il a vécu, plusieurs décennies durant, de la création collective.

Le prologue rappelle les circonstances de « l’affaire » des Suppliantes ; partie la plus à charge du livre (à charge de revanche, en quelque sorte), elle critique vivement l’assignation identitaire de la part d’un certain militantisme, sans s’embarrasser d’ailleurs de distinguer entre théorie et pratique, entre l’appareillage intellectuel, la recherche universitaire ou la paranoïa, la remise en question de codes de représentation et l’aveuglement idéologique, chose du monde la mieux partagée. S’il cite aussi bien le rapport Freemuse 2020 que les travaux de William T. Lhamon, Philippe Brunet ne s’en tient pas à la rigueur d’une réfutation en ordre. Ce n’est d’ailleurs pas l’objet de ce prologue qui prend la forme d’un plaidoyer pour la liberté de création (le parallèle est tout tracé avec le blocage des spectacles Exhibit B et Kanata).

À ce bouleversement et cette colère bien personnels, l’auteur se refuse pourtant à laisser le dernier mot. Prenant à bras-le-corps l’injonction faite de dire qui l’on est pour justifier de ce que l’on fait, Philippe Brunet retrace, dans la partie « Itinéraire », son enfance placée sous le signe d’une double culture française et japonaise, ou plutôt une enfance française irriguée par la mémoire d’une culture autre, sa formation intellectuelle au gré des lectures, des études et des amitiés. Le lien avec André Markowicz forgea sa résolution de traduire l’Iliade en hexamètres, de faire renaître l’audace de la Renaissance en modelant le français sur un autre rythme dans un travail, selon le mot des formalistes russes, d’étrangéisation de la langue qui est aussi un rapprochement, un pas vers l’autre langue que l’on croyait hors d’atteinte, perdue mais toujours éperdue et prête à toutes les métamorphoses pour vivre encore.

La partie la plus longue, « Naissance du théâtre », traverse toutes les créations du Théâtre Démodocos, d’À quand Agamemnon ? (1997) à la mise en scène des sept pièces conservées d’Eschyle en 2018, en passant par Les pleurs d’Ariane, Ulysse chez Circé, Orphée, Érechthée, Lysistrata, la création des Perses à Athènes puis à Niamey, les Grenouilles, les récitations « marathoniennes » d’Homère, Antigone abyssinienne à Avignon et Addis-Abeba, Amphitryon, les Bacchantes ou Œdipe roi, la pièce « maudite » par excellence où le héros comprend trop tard que l’autre qu’il traque n’est que lui-même. Cette partie constitue une source précieuse sur le Théâtre Démodocos ; elle évoque en détail les choix de mise en scène, la composition changeante de la troupe et les aléas du spectacle qui, contraignant à remplacer dans l’urgence un comédien ou une comédienne manquant à l’appel, forcèrent à expérimenter l’interchangeabilité des masques dans un théâtre proche du rituel où le masque symbolise le chaos intérieur et en même temps lui impose ses frontières, où le narcissisme de l’acteur doit déposer les armes devant le travestissement contradictoire qui empêche l’appropriation du rôle et le désir complaisant de s’identifier, où le même, la même, joue l’assassin et sa victime, Clytemnestre et Agamemnon.

La partie sur « Les Suppliantes entre fiction et réalité », si elle raconte une fois encore les circonstances d’une création empêchée puis reconduite, porte bien davantage sur le travail artistique du masque, les décisions du metteur en scène mais aussi l’élaboration collective au fil des répétitions, et s’achève sur un long parallèle entre le comédien et le militant dans leur rapport à l’histoire, à la mémoire, leur projection dans la vie et la chair d’un autre rêvé, mythique, par-delà les contradictions du temps. La comparaison exalte les mystères du masque et la déprise de soi, le mélange fécond de l’expérience intime et d’une mémoire impersonnelle ou plutôt sur-personnelle (au sens du sur-réalisme qui embrasse le rêve et le rêve de l’autre, se dés-ancre des paupières fixes du rêveur). On trouvera peut-être qu’elle ne rend pas justice à ce qu’est, ce que peut être un militant. Reste que l’épilogue, où l’on retrouve le texte prononcé le soir des Suppliantes par Philippe Brunet et la comédienne gréco-égyptienne Dido Lykoudis qui échangèrent leurs masques, leurs noms et leurs origines, appelle à poursuivre comme une lutte ce « rêve de théâtre » dont le mot d’ordre serait à n’en pas douter : Artistes de tous les pays, unissez-vous.

Louise Routier-Guillemot,

ENS-PSL

Citer cet article comme : Louise Routier-Guillemot à propos de Itinéraire d’un masque, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 12/09/2022, https://reainfo.hypotheses.org/26043.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search