Mène ton enquête – Aux temps des pyramides

Grossetête (C.) et Artemisia (illustrateur), Mène ton enquête – Aux temps des pyramides. – Paris : Fleurus, 2021. – 96p. – ISBN : 9782215166160

Crédit image. Première de couverture – Fleurus

Mène ton enquête est une collection de romans-jeux illustrés des éditions Fleurus. La collection, débutée en 2019, compte une dizaine de titres rédigés pour l’un d’eux par Sophie de Mullenheim et pour les autres par Charlotte Grossetête, auteure prolixe des éditions Fleurus. Chacun des romans auquel contribuent différents illustrateurs promet un dépaysement temporel, imaginaire ou sportif via une enquête à hauteur d’enfants (le symbole de la collection est d’ailleurs une loupe à manche qui ouvre chacun des chapitres). Ils comptent parmi les nombreux livres-enquêtes qui forment une des principales catégories des livres-jeux. L’originalité de cette collection est de transformer chacun des volumes en un objet qui se situe entre le livre et le jeu. Il est ainsi proposé à la sagacité du lecteur différents messages codés ou à déchiffrer à l’aide d’un miroir, des cartes à gratter, des pages à découper (dans d’autres volumes de la collection, ce sont des loupes ou des réglettes qui sont fournies), des détails à relever dans les illustrations. Toutefois, contrairement à ces deux entités -livre et jeu- Mène ton enquête est à usage unique : une fois les pages découpées ou les cartes grattées, l’ouvrage perd de son piquant ! Pour autant un grand soin est apporté à la couverture épaisse, rigide. Peut-être une réalisation en papier recyclé et une couverture moins épaisse seraient plus judicieuses pour un tel usage et comme c’est souvent le cas pour les livres-jeux. Un autre point démarque cette collection des livre-jeux, l’importance donnée au texte qui est composée comme un véritable roman et non comme une suite de textes introduisant des énigmes ou des jeux. C’est là la force de cette collection.

Le volume présenté ici s’intitule Au temps des pyramides ; il se compose de 86 pages de roman suivies des solutions aux énigmes qui ponctuent l’enquête. De prime abord, le titre laisserait penser que le lecteur va être projeté dans la période de l’Ancien Empire (environ 2700 à 2200) ; or, il n’en est rien. L’intrigue se déroule en fait au début du Nouvel Empire (environ 1550 à 1069) comme le révèlent d’ailleurs les noms des protagonistes : Hatchepoust et Thoutmosis, demi-sœur et demi-frère qui mènent l’enquête. La référence aux pyramides s’explique sans doute par l’association quasi systématique de cette forme architecturale à l’Egypte ; un épisode du roman se déroule toutefois sur le plateau de Giza, entre sphinx et pyramide de Khéops dans laquelle un des méchants souhaite enfermer nos héros ! Ceux-ci sont présentés comme étant les enfants de Thoutmosis II. Le règne de ce pharaon compte parmi les courtes périodes de pouvoir de la XVIIIe dynastie, sans doute limité à 3 années. Six enfants de Thoutmosis Ier sont connus et parmi eux Hatchepsout, née d’Ahmès, et Thoutmosis, né de de Moutnéfert, qui n’est autre que le futur Thoutmosis II. Thoutmosis II et Hatchepsout eurent une fille, Néférouré. Le futur Thoutmosis III naît d’Iset. Une confusion apparaît donc dans les noms des protagonistes et leur filiation. Outre ce point, l’intrigue consiste en un complot de Hyksos contre le couronnement du futur pharaon qui les a récemment vaincus. Si le Nouvel Empire égyptien s’ouvre en effet par la victoire du royaume de Thèbes sur les Hyksos (nom donné par l’historien égyptien Manéthon aux envahisseurs sans doute originaires du Levant installés dans le nord-est du Delta du Nil d’où ils règnent), et par la réunification du pays. Le règne de Thoutmosis II est pour sa part marqué par des opérations militaires en Nubie comme le rapporte la stèle de l’an I gravée sur un rocher entre Assouan et Philae. On retrouve ici une incohérence historique qui échappe bien entendu aux jeunes lecteurs.

Quoi qu’il en soit, pour déjouer le complot qui menace ce Thoutmosis II bien peu historique, les héros du roman doivent résoudre un certain nombre d’énigmes consistant en inscriptions à déchiffrer ou en messages cachés rédigés sur… parchemin au pays du papyrus !

Une partie de ces messages sont de « curieux dessins [qui] ressemblent à des hiéroglyphes ». Il s’agit bien de hiéroglyphes, mais c’est leur interprétation comme de simples éléments phonétiques qui est restrictive mais non totalement erronée puisqu’elle reprend certaines des réflexions du plus éminent des égyptologues – il est vrai toutefois que l’écriture ptolémaïque recourt fréquemment à des écritures phonétiques en utilisant de préférence des signes unilitères. En effet, comme l’écrit en 1822 Champollion à Dacier dans sa célèbre lettre de 1822 : « ce système n’est point une écriture purement alphabétique, si l’on doit entendre en effet par alphabétique une écriture représentant rigoureusement, et chacun dans leur ordre propre, tous les sons et toutes les articulations qui forment les mots d’une langue ». La difficulté pour les énigmes du roman tient également au fait que les phonogrammes de l’écriture hiéroglyphique ne retranscrivent que les consonnes et non les voyelles. Bien avant notre auteure les scribes se confrontaient à cette difficulté dans les textes bilingues de l’époque ptolémaïque. Elle reprend donc une partie de ces retranscriptions tardives qui sont dès lors anachroniques. Ainsi, le signe représentant un lion couché (U 13) correspond au phonème rw et tardivement seulement à notre son « l » ; de même la mèche de lampe tressée ne correspond pas à notre son « v », mais à un h… A nouveau ces points ne peuvent qu’échapper aux jeunes lecteurs. C’est en cela qu’il serait sans doute souhaitable que figurent comme annexes quelques paragraphes présentant les principes du système hiéroglyphique, une frise chronologique détaillant les grandes périodes de l’histoire égyptienne et pourquoi pas une courte bibliographie pour aller plus loin…. Il faut aussi rappeler aux jeunes lecteurs que le plaisir de la lecture était bien peu répandu dans l’Antiquité (on estime à moins de 3% la part des Egyptiens capables de lire les hiéroglyphes, un peu plus celle de ceux pouvant lire les écritures cursives).

Florence Saragoza,

Conservatrice du patrimoine – Ministère de la Culture – Direction générale des patrimoines

Citer cet article comme : Florence Saragoza à propos de Mène ton enquête – Aux temps des pyramides, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 19/09/2022, https://reainfo.hypotheses.org/26105.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search