Trésors du fond des mers

Date. Du samedi 22 octobre 2022 au lundi 20 février 2023

Lieu. Musée Arles Antique

Une exposition en partenariat avec le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (Drassm, ministère de la Culture) reconnue d’intérêt national par le ministère de la Culture et placée sous le patronage de la Commission nationale française de l’UNESCO.
Corps

Au travers la présentation de plus 300 objets et d’une trentaine de sites archéologiques, l’exposition dévoile la réalité et la diversité des patrimoines immergés. Loin des trésors sous-marins fantasmés, il s’agit le plus souvent d’objets modestes provenant d’épaves mais aussi de sites portuaires, de pêcheries et même de forêts englouties. Ce patrimoine exceptionnel demeure toutefois fragile et en proie à de multiples dangers.

Quelles sont ces menaces ? De quels moyens dispose-t-on pour protéger ces biens culturels maritimes ? Cette exposition, dont le champ chronologique s’étend de la Préhistoire à la seconde guerre mondiale, vous invite à le découvrir à travers un voyage dans les eaux maritimes françaises.

Les trésors sous-marins, entre fantasmes et réalités

Formidables machines à rêves, les épaves n’ont cessé d’alimenter l’imaginaire des chercheurs de trésors comme celui des romanciers, des dessinateurs ou des réalisateurs, nourrissant ainsi l’illusion de galions chargés d’émeraudes et de pièces d’or… Si la réalité rejoint parfois la fiction, la réalité des patrimoines immergés est toute autre… et le trésor, en vérité, est ailleurs.

Épaves et autres sites immergés

À travers la présentation de dix sites archéologiques et la découverte d’objets isolés (torque en or, casque militaire, brique de houille…), la réalité des patrimoines immergés se révèle dans toute sa diversité. Un film d’une dizaine de minutes, réalisé par Gedeon Programmes, nous entraîne en parallèle au plus profond des abysses à la découverte d’épaves et autres sites engloutis.

Les menaces qui pèsent sur le patrimoine immergé

Bien que l’Unesco estime à plus de 3 millions le nombre d’épaves au fond des mers et des océans du globe, les sites archéologiques immergés sont fragiles et menacés. Les dangers sont de natures diverses et se conjuguent les uns aux autres. Menaces naturelles (altérations, corrosions…), environnementales (remontée du niveau marin, érosion des côtes et multiplication des tempêtes) et anthropiques (pillages, destructions…) font peser une pression croissante sur le patrimoine immergé à des profondeurs de plus en plus importantes.

Dans cette section, objets archéologiques, visuels, son de la corrosion, extraits de films et interviews témoignent de ces dangers et de leurs conséquences.

Les moyens dont on dispose pour préserver les biens culturels maritimes

La France dispose d’une législation et d’institutions propres à protéger les « biens culturels maritimes » (Code du Patrimoine, article L532-1).

La présentation de ces institutions, notamment du Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (Drassm) et de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), de l’archéologie jusqu’à grande profondeur et de la protection pénale du patrimoine – à travers des maquettes, des objets de saisies et des dispositifs multimédias – permettra de mieux comprendre l’organisation de l’archéologie sous-marine en France.

La convention de l’UNESCO de 2001 sur la protection du patrimoine culturel subaquatique doit permettre de renforcer la sauvegarde des sites immergés à travers le monde et de sensibiliser les publics aux bonnes pratiques

La main dans le sac

“La main dans le sac” est une proposition destinée aux familles qui souhaitent visiter l’exposition en s’amusant. Un sac est remis aux participants. Il contient divers outils et une mystérieuse boîte fermée à clef… L’objectif : partir à la recherche d’un trésor englouti disparu !

Informations pratiques
> Enfants à partir de 7 ans, 6 personnes maximum
> Durée : 1h
> Gratuit, disponible sur demande à l’accueil du musée en échange d’une pièce d’identité – dernier prêt à 16h45
> Attention : en cas de forte affluence dans l’exposition, le dispositif peut être momentanément indisponible.

En lien avec l’exposition

9 films d’animation de l’école MoPA* (Motion Pictures in Arles) ont été réalisés par les étudiants de 2e année (voir programmation du 22 octobre).

*MoPA : école d’enseignement supérieur formant aux métiers d’animation 3D.

Source


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
admin (21 octobre 2022). Trésors du fond des mers. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc5v


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search