Scipion l’Africain, le vainqueur d’Hannibal qui sauva Rome

Mary (L.), Scipion l’Africain, le vainqueur d’Hannibal qui sauva Rome. – Paris :Nouveau Monde éditions, 2022. – 278p. – ISBN : 9782380942712

Crédit image. Première de couverture – Nouveau Monde éditions

À l’évidence, le livre de Luc Mary, auteur prolifique et éclectique d’une quarantaine d’ouvrages (sur la conquête de l’espace comme sur Raspoutine ou Jeanne d’Arc), entend toucher un large public. En témoignent ses notes de bas de page rares et concises (destinées à définir utilement personnages et institutions), sa courte bibliographie (limitée aux ouvrages majeurs sur la période), mais aussi son louable souci de clarté dans le style comme dans la structure (en cinq parties découpées en quelques chapitres toujours précédés d’une courte citation et d’un bref résumé).

       L’auteur entend combler une lacune historiographique : il regrette en introduction qu’aucune biographie de Scipion l’Africain n’ait été rédigée depuis 1926, oubliant celle de H. H. Scullard parue en 1970 (pourtant citée en fin d’ouvrage) et plus récemment, en 2017, celle de G. Breccia (Scipione l’Africano. L’invincibile che rese grande Roma). La mise en parallèle – sans cesse revendiquée – des parcours d’Hannibal et de Scipion, « deux hommes à la fois semblables et ennemis » était d’ailleurs déjà au cœur de l’essai de G. Brizzi (Scipione e Annibale. La guerra per salvare Roma, Rome, 2007).

       Le sous-titre (Le vainqueur d’Hannibal qui sauva Rome) est révélateur du prisme retenu : il s’agit pour l’essentiel de retracer les exploits militaires de Scipion, au prix de descriptions parfois fastidieuses des batailles ibériques, italiennes et africaines, laissant trop à l’arrière-plan les pratiques innovantes du stratège en matière politique et religieuse, imprégnées des usages hellénistiques et annonciatrices des dérives institutionnelles d’imperatores ultérieurs. Plus pesante encore que l’empreinte militaire est l’ombre d’Hannibal, envahissante au fil des pages au point que l’on se demande souvent si Luc Mary n’est pas en train d’en réécrire la biographie, ou plutôt de faire le copier-coller de celle qu’il lui a consacrée naguère (plusieurs dizaines de lignes sont reprises telles quelles tout au long du livre).

       Plus fâcheuse sur le plan historique est l’admiration sans borne et sans cesse proclamée à l’égard du « premier des Romains de son siècle et des siècles suivants » (pour reprendre la citation d’Eutrope, placée en exergue du livre).  Tous les poncifs véhiculés par des sources trop peu soumises à une critique exigeante se retrouvent sous la plume de l’auteur : « générosité » et « grandeur d’âme », « génie militaire » et « sagesse politique » caractérisent à ses yeux ce héros qui a su « allier l’humilité et le talent ». Le style souvent grandiloquent vient renforcer cette vision hagiographique de « Scipion <qui> fait son entrée sur la grande scène de l’Histoire » (p. 25), de ce « grand vaincu de la mémoire collective » – autant d’expressions hyperboliques qui contrastent singulièrement avec des formules plus triviales : on voit ainsi que « Magon tente un coup de poker » (p. 110), que « Scipion use à la fois de la carotte et du bâton » (p. 119) et qu’« Hannibal ‘snobe’ Carthage » (p. 161).

       Frustrante enfin est la quasi absence d’illustrations qui auraient pu donner un peu de chair au propos : seule figure une carte des principales batailles de la deuxième guerre punique, significative du contenu de ce livre qui pourra, à cet égard, constituer une bonne propédeutique à la connaissance du contexte guerrier et géopolitique au sein duquel s’est illustré Scipion l’Africain. Pour une approche complète et approfondie du personnage, il conviendra de se tourner encore vers les biographies italiennes ou anglaises, sans oublier l’ouvrage que Henri Etcheto  a consacré à l’ensemble de la famille des Scipions (Les Scipions : famille et pouvoir à Rome à l’époque républicaine, Bordeaux, 2012), emblématique de cette République aristocratique romaine à un moment crucial de son histoire.

Jean-Claude Lacam

Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne – UMR 8210 – ANHIMA



Citer ce billet
Jean-Claude Lacam (2022, 24 octobre). Scipion l’Africain, le vainqueur d’Hannibal qui sauva Rome. Actualités des études anciennes. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc5w

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search