CARPE DIEM. Petite initiation à la sagesse épicurienne

SENARD (C.), CARPE DIEM. Petite initiation à la sagesse épicurienne. – Paris : Les Belles Lettres, 2022. – 183 p. : bibliogr. – ISBN : 978-2-251-45346-0.

 

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

            Comment être heureux ? Question que les humains se sont toujours posée, et que nous nous posons peut-être avec plus d’acuité aujourd’hui, en ces temps où nous nous voyons cernés par des calamités de toutes sortes, présentes ou attendues. C’est la question que pose aussi Charles Senard dès la première phrase de son livre… Et tout le reste de ses quelque 180 pages propose une réponse. La réponse dépend évidemment de la personnalité de celui qui la donne. C. Senard, qui dès le début fraternise avec son lecteur, qu’il tutoie, qu’il interpelle, auquel il fait des confidences, se décrit lui-même p. 13 :

 Cher lecteur, tu as devant les yeux, entre les mains, l’ouvrage d’un jeune papa, amateur de poésie (amoureuse en particulier[1]) et latiniste[2], non celui d’un vieux philosophe féru d’abstraction.

Cette personne, moderne et « normale » si l’on peut dire, tout à fait représentative du lecteur lambda, a très tôt perçu tout ce qu’on pouvait tirer des penseurs anciens et ce diplômé de l’ESSEC, consultant en management et certifié en coaching, a publié à Bruxelles en 2020 un livre intitulé Coacher avec les stoïciens. Travailler sur soi, accompagner les autres en collaboration avec Jordi Pià – Comella, maître de conférences à la Sorbonne Nouvelle, spécialiste de philosophie antique. Cependant, à la réflexion, le stoïcisme ne s’est pas révélé à l’auteur comme la clé parfaite de la félicité (p. 10) :

 Il m’est cependant, peu à peu, apparu qu’il convenait non seulement d’endurer au mieux les difficultés, en faisant preuve de cette discipline promue par les grands stoïciens ; mais aussi de préserver intacte notre capacité à jouir pleinement de l’existence et de ses plaisirs.

C’est pourquoi il s’est tourné vers l’épicurisme, « un système qui prône, pour atteindre le bonheur, une forme d’ascèse qui n’empêche pas l’épanouissement d’une certaine sensualité » (p. 10).

 

Le secret du bonheur tient dans l’expression forgée par le poète latin Horace qui sert de titre à cet ouvrage : carpe diem, « cueille le jour », c’est-à-dire vis pleinement le présent sans penser au passé ni à l’avenir en détachant cet instant, tel un fruit qu’on prélève de son arbre pour le savourer avec délectation sur le champ, sans se soucier de tout ce qui l’a précédé et de tout ce qui pourra se passer ensuite. La manière d’y arriver ? C. Senart la montre à son lecteur en partant de textes non seulement théoriques, comme ce qui reste de l’enseignement d’Épicure, mais aussi de passages d’auteurs divers. Les plus utilisés sont les poètes grecs et surtout latins – particulièrement Lucrèce, épicurien revendiqué, Virgile et Horace dans leurs vers inspirés par l’épicurisme – mais aussi divers écrivains au cours des siècles dans les passages où ils décrivent précisément comment certaines heures ont été pour eux des moments de bonheur et de plénitude (Valla, Pontano, Érasme, Montaigne, Thomas More, La Fontaine, Rousseau, Stendhal, Proust etc.)

            Attention ! Un effort est nécessaire, celui de se limiter et de concentrer son attention sur le présent, car tout instant contient une parcelle de bonheur qu’il faut découvrir pour en jouir. C. Senard donne des pistes : ce qui importe, ce n’est pas ce qu’on fait, mais comment on le fait : il convient que cette action mobilise toute la conscience ; la mort étant inéluctable, il sied de l’aborder dans l’état d’esprit d’un être « rassasié et repu » (p. 39) ; il faut opérer un tri parmi nos désirs et les borner. C. Senard examine l’attitude des épicuriens face à l’amour-passion (qu’ils condamnent), l’amour physique, l’amour conjugal. Il montre comment la poésie est capable de créer l’ataraxie, tout comme l’amitié. Un lieu agréable, tel qu’un beau jardin ou un joli coin à la campagne, sera également source de sérénité absolue. De bonnes choses comme le vin bu d’une façon raisonnable auront le même effet. Enfin même dans les journées les plus difficiles, subsiste la possibilité de s’abstraire et de se souvenir de moments heureux, ce qui est une façon détournée d’atteindre la béatitude. Naturellement l’auteur indique comment appliquer à l’existence d’aujourd’hui tous ces conseils découverts dans les textes anciens[3].

            Cependant, plus qu’une accumulation de préceptes, ce livre se présente comme une promenade à travers des extraits littéraires où l’on sent que l’auteur se fait plaisir, et il fait plaisir à son lecteur. Toutes les citations sont en français ; les traductions des morceaux de poésie (accompagnés de leur version originale), de C. Senard[4], sont en prose et correspondent à notre façon de parler habituelle, de sorte que ce livre, d’où tout jargon est banni, est très facile et très agréable à lire[5].

            On se souviendra peut-être qu’a été publié il y a quelque temps l’essai de Michel Onfray, La Conversion. Vivre selon Lucrèce (Paris/Bordeaux 2021) sur un sujet un peu similaire[6]. Le lecteur curieux se demandera sans doute ce qui distingue ces deux productions. Elles n’ont pas les mêmes caractéristiques. Les pages de M. Onfray sont plus philosophiques, plus rationnelles, plus théoriques ; elles prennent en compte l’ensemble de l’enseignement épicurien ; elles conduisent à une conversion. Celles de C. Senard sont moins approfondies, plus pragmatiques ; elles partent d’exemples offerts par des passages littéraires où il reconnaît une couleur épicurienne ; on pourrait dire qu’elles offrent des « recettes pratiques » applicables dans les situations de la vie courante. Un livre optimiste montrant que, pour peu qu’on en ait la volonté, le bonheur est à portée de main !

Lucienne Deschamps,

Université Bordeaux – Montaigne, UMR 5607 – Institut Ausonius

           

[1] C. Senard a publié, entre autres, Vénus et Priape. Anthologie de poésie érotique néo-latine du Quattrocento, Droz, Genève 2017. Il annonce p. 178 qu’il prépare une édition de poèmes de Pietro Crinito chez le même éditeur.

[2] C. Senard est docteur en études latines.

[3] Voir, par exemple, une de ces transpositions p. 61 : « N’est-ce pas là aujourd’hui le sens de l’État-providence ou de l’aide humanitaire ? » ; p. 94, il parle de « Doliprane ou de Nurofen sucre » comme équivalents actuels du miel qui fait passer l’amertume du remède chez Lucrèce.

[4] Contestable est sa traduction dans l’ode d’Horace I, 20 des vers 3 et 4 Graeca quod ego ipse testa / conditum leui par « <vin> que j’ai moi-même enfermé dans une amphore légère », p.113 ; en effet la métrique de la strophe sapphique (qu’emploie ici Horace) exige que e de leui soit long, or leuis, « léger », a un e bref. Leui est ici la 1ère personne du singulier du parfait de l’indicatif de lino, « enduire, cacheter ». En outre, si l’on prend leuis comme un adjectif, la proposition relative n’a plus de verbe et devient grammaticalement impossible à traduire. La métrique interdit également de traduire le vers 15 de l’ode I 7 sic tristis affatus amicos par « et, triste, (Teucer) s’adressa ainsi à ses amis » comme C. Senard p. 118, car ici le second i de tristis est obligatoirement long, ce qui en fait un accusatif pluriel se rapportant à amicos et entraîne le sens : « et il s’adressa ainsi à ses amis affligés » (qu’il cherche justement à réconforter). À la p. 153, dans la traduction de l’ode 30 du livre III dans laquelle Horace se vante d’avoir avec ses poèmes élevé un monument que rien ne saurait faire disparaître, je ne crois pas qu’il faille traduire avec C. Senard « ni la pluie rongeuse ni l’Aquilon impuissant ne pourront le détruire », car « impuissant » est bizarre dans ce contexte ; dans Aquilo impotens, impotens a plutôt son sens : « qui n’est pas maître de soi, effréné, emporté ».

[5] Quelques fautes d’impression à corriger : p. 131, il faut écrire « amoenae » et non « « amonenae » ; p. 132, il faut écrire « le havre de paix » (et non pas « l’havre ») ; p. 170 manque la note 65.

[6] Voir Lucienne Deschamps à propos de Lucrèce, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 21/03/2022.

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, à propos de CARPE DIEM. Petite initiation à la sagesse épicurienne, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 31/10/2022, https://reainfo.hypotheses.org/26582.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search