L’enfance des héros

Brisou-Pellen (E.) et Chrismann (T.), Persée. – Paris : PKJ, 2022. – 102p. – ISBN : 9782266314862

Brisou-Pellen (E.) et Chrismann (T.), Héraclès. – Paris : PKJ, 2022. – 102p. – ISBN : 9782266314879

L’enfance des héros de la mythologie grecque ? L’idée est originale, et bienvenue. Comment intéresser des enfants d’âge scolaire à des mythes de l’Antiquité gréco-romaine, qui font pourtant partie des fondements de notre culture contemporaine ? Le grec ancien ne s’étudie plus guère, mais les héros antiques sont toujours bien présents dans notre imaginaire. Achille, Ulysse, le Cheval de Troie, Thésée et le Minotaure, les Travaux d’Hercule, en passant par les aventures débridées des différents dieux de l’Olympe, tous restent encore aujourd’hui une référence incontournable.

Il fallait donc les présenter sous un jour nouveau, qui renouvelle la trame du récit, apte à captiver l’attention d’enfants entre 8 et 12 ans (ou plus !), et l’entreprise est parfaitement réussie. La langue adoptée d’abord, vive, précise sans longueurs inutiles, proche du langage courant sans pour cela sombrer dans la banalité, et surtout le ton adopté, très humoristique. On sourit souvent, et surtout on ne s’ennuie pas… Quant aux péripéties multiples, elles tiennent efficacement en haleine le lecteur. Examinons de plus près les deux héros en question, Héraclès et Persée.

Crédit image. Première de couverture – PKJ

1 – Héraclès

Héraclès, devenu Hercule chez les Romains, est une de ces figures exemplaires qui a traversé les siècles sans perdre une once de sa présence médiatique. Les Douze Travaux sont une valeur sûre, même si certains sont plus connus que d’autres (l’Hydre de Lerne, ou le Lion de Némée par ex.). Mais ce n’est pas ce dont il est question ici, puisque l’histoire s’arrête aux enfances du héros. Le texte va donc expliquer aux jeunes lecteurs la façon dont il a été conçu par tromperie par son père Zeus, lequel avait pris l’apparence d’Amphitryon, le mari de sa mère Alcmène, pour la séduire, et la formidable colère d’Héra qui en résulta, jusqu’à la mise à mort des serpents envoyés par la déesse dans le lit du jeune héros et de son frère Iphiclès. La trame du récit provient essentiellement du poème d’Hésiode, daté du VIIIème siècle av.n.è., la Théogonie, que l’autrice a attentivement suivi. Mais une sensibilité et une morale plus contemporaines pointent sous les péripéties du mythe. Héraclès, petit garçon turbulent, doit apprendre à contrôler sa force immense et à maîtriser ses impulsions. Pris de colère après la gifle infligée par son professeur, il le tue accidentellement en lui envoyant un tabouret à la figure. Et là, interprétation de la loi et conscience individuelle s’opposent. Les juges admettent en fonction d’une loi attribuée au Crétois Rhadamante (« œil pour œil, dent pour dent », la même que dans la Bible) que l’enfant pouvait être considéré comme non coupable. Amphitryon, lui, estime qu’une punition s’impose néanmoins et envoie Héraclès garder les moutons… La morale l’emporte sur une justice incertaine. L’enfant Héraclès s’incline devant cette décision d’autant plus volontiers qu’il aspire à une vraie justice, celle de la conscience.

Autre sentiment largement analysé dans le texte, la jalousie et ses conséquences néfastes. Celle d’Héra, proverbiale, va injustement poursuivre le héros durant toute sa vie, lui dont la seule faute est d’être né. Héra n’a pas le beau rôle, même si sa colère envers son époux volage est sur le fond assez légitime. Mais le modèle à suivre est alors celui Amphitryon, l’époux bafoué par Zeus, qui surmonte vaillamment sa frustration et sa jalousie initiale pour reconnaître qu’Alcmène n’est pour rien dans cette affaire, et devenir par la même occasion le meilleur des pères. Dernier élément positif enfin, l’amour fraternel. Héraclès aime et protège son (faux) jumeau Iphiclès, bien plus faible que lui car simplement mortel. Les enseignements portés par le récit sont universels et intemporels.

2 – Persée

Crédit image. Première de couverture – PKJ

Persée, un autre fils de Zeus, est une figure moins connue qu’Héraclès, son mythe a eu moins de succès sur le long terme, même s’il a également traversé les siècles jusqu’à nous. Connu déjà d’Homère et d’Hésiode, où il apparaît sous forme de simples allusions, il est l’objet de multiples variantes, qui toutefois en résument la trame de la façon suivante : le roi d’Argos, Acrisios, est averti par un oracle delphique que son petit-fils le tuerait. Il a une fille, Danaé, qu’il fait aussitôt enfermer avec sa nourrice au fond d’une sorte de bunker souterrain afin qu’elle ne puisse jamais enfanter un fils. Danaé implore les dieux de la sauver, et Zeus en profite pour aller la féconder sous forme d’une pluie d’or passant au travers des grilles qui masquent le trou. Mais le roi entend un jour des cris d’enfant monter de la geôle, et il y découvre sa fille et son petit-fils. Ne pouvant se résoudre à les tuer (un bon point pour lui) il se contente de massacrer la nourrice, et les enferme tous les deux dans un coffre qui va dériver jusqu’à l’île de Sériphos, où un pêcheur, Dictys, frère du roi de l’île, va les recueillir sous son toit et élever l’enfant.

En fait les enfances de Persée pourraient s’arrêter là. Car la suite du mythe met plutôt en scène un jeune adulte, qui se marie à la fin avec la belle jeune fille (Andromède) qu’il a évidemment sauvée. Mais le scénario dans ce cas était un peu maigre, et l’autrice a préféré attribuer l’ensemble de l’histoire à l’enfant Persée, quitte à prendre quelques libertés avec le décalage temporel. Résumons l’essentiel : le frère de Dictys, le roi Polydecte, tombe amoureux de Danaé (qui ne l’aime pas). Pour sauver sa mère de cette union, Persée, piégé par le vilain roi, va s’engager à lui rapporter la tête de la seule Gorgone mortelle, Méduse. Les trois Gorgones ont cette intéressante particularité qu’elles pétrifient tous ceux qui croisent leur regard. Les approcher semble une difficulté insurmontable. Persée y parviendra pourtant, heureusement aidé dans cette tâche par Athéna et Hermès, (dont il ne sait pas qu’ils sont sa fratrie), qui lui fournissent les moyens d’y parvenir (casque d’invisibilité, sandales ailées, bouclier-miroir…). Il décapite Méduse avec l’aide d’Athéna et s’enfuit avec sa tête. Le cheval Pégase, né du sang de Méduse, lui sert de monture commode pour le retour, et il trouve encore le moyen sur sa route de délivrer la belle Andromède, fille du roi des Ethiopiens, promise en sacrifice à un monstre marin, avant de rejoindre Argos. Là il ne trouve pas son grand-père Acrisios, parti opportunément en voyage, et pétrifie allègrement son grand-oncle Proétos qui en avait profité pour s’emparer du trône. Mais l’oracle devait s’accomplir, et par un lancer de disque maladroit au cours d’un concours sportif, il tue accidentellement Acrisios. Il renoncera alors à la royauté d’Argos et finira sa vie comme roi de Tirynthe.

Les péripéties dans leur détail sont dignes d’un film à grand spectacle ou d’un jeu vidéo complexe, et ont certainement ravi des générations d’enfants (et de plus grands) dans le monde gréco-romain. Ceux de notre époque ne seront pas en reste.

Ce mythe présente des similarités avec d’autres, les métamorphoses de Zeus qui ne manque pas d’inventivité pour s’accoupler avec un nombre incalculable de belles jeunes femmes (Io, Léda et tant d’autres) et procréer éventuellement des demi-dieux dont les aventures nourrissent une mythologie foisonnante. L’oracle auquel on ne peut échapper est également un topos, d’Homère aux Tragiques, de Cassandre ou Polydamas qui disent une vérité à laquelle on ne croit jamais, à Œdipe, qui comme Persée l’accomplira sans le vouloir en tuant accidentellement son père. Ce drame est l’essence même de la tragédie grecque.

Mais il y a aussi un enseignement beaucoup plus contemporain à tirer de cette histoire, à savoir qu’il ne faut pas contraindre les femmes à se marier contre leur gré. Danaé se trouve poursuivie, harcelée même par Polydecte, ce qui pousse Persée à s’engager dans cette périlleuse aventure pour la soustraire à ce destin. Elle incarne la figure d’une héroïne discrète, à la fois jeune fille digne et mère exemplaire, qui peut encore toucher les enfants d’aujourd’hui.

Quelques mots sur le monde polythéiste des dieux grecs tels que présenté dans chacun de ces petits livres. Il est joyeusement croqué avec une désinvolture qui réjouit le lecteur, et qui certainement n’était pas de mise dans le monde antique. Quoique… Xénophane au Vème siècle avant notre ère s’insurge contre la manière peu respectueuse dont Homère traite tout ce petit monde, traversé par autant de haines, mesquineries, jalousies et conflits que celui des hommes. Mais c’est pour postuler l’existence d’« un seul grand dieu, au-dessus des dieux et des hommes », dont « ni l’aspect ni la pensée ne sont ceux des humains ». Religion et mythologie grecques n’ont pas fini de nous étonner, par leur diversité et leurs controverses internes. Et Evelyne Brisou-Pellen ne commet pas de contresens dans sa vision du monde des dieux qu’elle modernise à portée d’enfant sans réellement la dénaturer.

En conclusion, ces petits livres, à mettre dans toutes les mains, sont d’excellentes introductions à un monde perdu et pourtant si proche, qui a nourri une bonne partie de notre imaginaire et qui certainement perdurera encore longtemps dans notre société technologique.

Annie Schnapp-Gourbeillon,

Maître de conférences HDR – Université de Paris 8



Citer ce billet
Annie Schnapp-Gourbeillon (2022, 7 novembre). L’enfance des héros. Actualités des études anciennes. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc65

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search