Les Éternels

Passé relativement inaperçu au cinéma en novembre 2021 malgré son score correct au box-office mondiale et français (plus de 1,7 million de spectateurs dans l’hexagone), le blockbuster américain Les Éternels de Chloé Zhao[1] offre une énième version de superhéros surpuissants et très gentils défendant l’humanité contre le mal absolu. Dans tout cet engrenage de films Marvel et DC Comics, pourquoi alors s’attarder sur celui-ci, qui évoque 10 défenseurs de l’humanité quasi-inconnus du grand public ? C’est qu’il s’agit d’une relecture contemporaine à peine voilée de personnages mythologiques souvent secondaires avec notamment une certaine Sersi et un beau Ikaris qui ne sont que les pendants de la déesse Circé et du héros Icare. Et si nous tenions finalement là une des meilleures adaptations américaines de mythes grecs ? Prévenons cependant que, pour des raisons évidentes, nous allons beaucoup divulgâcher les éléments scénaristiques du film.

Simplifions déjà l’intrigue très manichéenne mais avec son lot de noms complexes. Arishem, le premier des Célestes, une race à l’origine du monde, a créé les Éternels, des personnages humanoïdes et immortels. Leur mission ? Protéger la Terre contre les méchants Déviants, des sortes de monstres zoomorphes voulant détruire la civilisation humaine. On suit ainsi le parcours de dix Éternels, de la fin de la Préhistoire à nos jours. Premier indice mythique, leurs noms, mélange de radicaux venant de nombreuses cultures mais où la civilisation grecque a la première place : Ajak, Ikaris, Gilgamesh, Sersi, Makkari, Druig, Kingo, Théna, Phastos, et Sprite. L’orthographe est tordue dans tous les sens. Si Gilgamesh garde toutes ses lettres, Athéna perd son « a » dans Théna et Héphaïstos quelques syllabes dans Phastos tout comme Ajak-Ajax, Circé-Sersi et Icare-Ikaris ; Makkari est, elle, une lointaine évocation de Mercure.

Leurs aspects sont bien différents de leurs inspirations gréco-romaines, ils ont tous des combinaisons[2] en latex ou en matière extraterrestre, de couleurs métalliques et ont parfois un genre différent de leurs modèles. Ajak est jouée par l’actrice d’origine mexicaine Salma Hayek et Makkari par l’actrice américaine sourde Lauren Ridloff. A contrario leurs pouvoirs, armes et psychés sont assez cohérents avec leurs sources d’inspiration. Si Makkari court très vite tel Mercure pour apporter des messages, Théna possède une lance et un bouclier pour attaquer ses ennemis. Quant à Phaistos, joué par l’acteur noir américain Brian Tyre Henry, il est l’inventeur du groupe, créant notamment une machine clouant sur place un adversaire, tel le fameux siège aux liens puissants qu’Héphaïstos avait offert à sa mère Héra pour se venger de son abandon[3].

Il y a donc un véritable patchwork d’influences et de couleurs censées représenter l’humanité dans son ensemble. On voit à l’écran des acteurs d’origines diverses avec des éléments scénaristiques souvent peu représentés comme un couple homosexuel avec enfant ou une personne sourde. La réalisatrice Chloé Zhao est coutumière du fait, elle qui dans ses précédents films a cherché à montrer la condition complexe des Amérindiens[4] et des nouveaux nomades de la crise économique[5] aux Etats-Unis. L’associer avec des super-héros et des éléments d’origines gréco-romains en vient ainsi à valoriser ces minorités en en faisant métaphoriquement des héros de notre quotidien.

Attachons-nous maintenant plus en détails à deux personnages et leurs homonymes issus de la mythologie grecque : Sersi-Circé et Ikaris-Icare. Dans le film, après une longue introduction qui nous fait aller devant la porte d’Ishtar à Babylone en 575 av. n.è[6] puis dans les temples aztèques de Tenochtitlan lors de la conquête espagnole, nous arrivons à notre époque en suivant principalement le personnage de Sersi. Et c’est là où connaître ses textes antiques devient intéressant. Belle et immortelle, elle est présentée comme une personnage solitaire, travaillant comme professeur et chercheuse au Musée d’histoire naturelle de Londres[7]. On peut rapprocher ce nouveau métier de la description que fait Ovide de la sorcière Circé : « c’est elle qui sait à quoi peut servir chaque feuille, quelle combinaison efficace forme leur mélange ; et elle surveille avec soin la pesée des herbes »[8]. Si Circé est connue pour avoir transformé les marins d’Ulysse en cochons, Sersi possède, elle, le pouvoir de modifier la structure des éléments : un mur en poussière, de l’eau en glace… Après la mort d’un autre personnage, elle devient aussi la seule à pouvoir communiquer avec son créateur, le Céleste Arishem. Cela renvoie dans la mythologie au fait que Circé, fille du dieu Hélios, avait un statut intermédiaire entre les hommes et les dieux, immortelle et divine mais exilée loin de tout. L’île d’Ééa d’Homère perdue au milieu des flots devient la planète Terre, petit astre noyé dans l’immensité de l’univers. Puis apparait dans l’histoire Ikaris, un autre Éternel. Lui et Sersi ont eu une longue histoire d’amour avant qu’il ne la quitte pour accomplir son destin sous d’autres horizons… comme Ulysse abandonnant Circé après plusieurs mois de vie commune.

Ikaris partage lui aussi beaucoup de points communs avec son double Icare, jeune garçon vivant sur l’île de Crête sous l’égide du roi Minos et qui mourut en s’approchant trop près du soleil avec ses ailes faites de plumes et cire d’abeilles [9]. Si Icare est le fils du célèbre architecte Dédale, on peut aussi considérer qu’Ikaris est le fils de l’architecte de l’univers, Arishem. Ikaris est un personnage sûr de lui et de ses convictions, à la limite d’un certain égoïsme et individualisme. Il possède d’ailleurs deux pouvoirs qui le distinguent des autres : il sait voler et projeter des rayons d’énergie hors de ses yeux. Il a un rapport étroit avec le ciel, la lumière, le soleil et donc avec son double grec. Cela est renforcé par un dialogue dans le film. En effet, l’Éternelle Sprite (secrètement amoureuse d’Ikaris) avoue avoir inventé elle-même le mythe d’Icare quand elle et Ikaris étaient en mission à Athènes durant l’Antiquité[10]. La fiction américaine rejoint aussi le mythe jusque dans la fin funeste des personnages puisque le superhéros se suicide à la fin du film en fonçant littéralement dans le soleil. Comme les dieux gréco-romains, les Éternels ne sont pas soumis aux aléas de la vieillesse et des maladies propres aux humains mais peuvent souffrir suite à des blessures causées par eux-mêmes, des paires ou des guerriers exceptionnels (tel le héros Diomède blessant Arès et Aphrodite lors de la Guerre de Troie). Ikaris se rapproche cependant plus d’Ulysse que d’Icare dans son rapport aux dieux. S’il éprouve pour son créateur Arishem un respect intransigeant et ne remet jamais en cause ses décisions[11] (ce qui causera une scission avec les autres Éternels menés par Sersi), Icare fait preuve, de son côté, d’hybris en s’envolant toujours plus haut dans le ciel, pensant pouvoir égaler les dieux.

On le voit, les comparaisons mythologiques sont nombreuses dans Les Éternels et il faudrait plus d’un article pour toutes les citer et en chercher les origines[12]. Cela en fait-il pour autant un bon film, singulier et original ? Force est de constater que Chloé Zhao reste empêchée par la « machine » Marvel de déployer pleinement tout son univers. Le film, comme la quasi-totalité de ses 25 prédécesseurs, obéit à un cahier des charges très balisé et manichéen : il n’y a aucune surprise dans la résolution des intrigues et les caractérisations et motivations des protagonistes restent toujours les mêmes. Il n’en reste pas moins que le film ose poser une nouvelle mythologie (10 nouveaux héros !) inspirée justement et littéralement des légendes antiques. Pour tout passionné de mythes gréco-romains, les 156 minutes se regardent sans déplaisir et sont comme une grande cour de récréation où l’on s’amuse à chercher et décortiquer la moindre référence. Il faut donc saluer le travail d’écriture des quatre scénaristes : Chloé Zhao elle-même ainsi que Patrick Burleigh, Matthew K. Firpo et Ryan Firpo. Le film ose aussi aborder des sujets sociétaux forts et permettant une visibilité à de nombreuses minorités qui sont montrées comme super héroïques : le symbole en est Sersi, une femme dont l’actrice Gemma Chan est une Britannique d’origine asiatique (de là à en faire une double de la réalisatrice, Chinoise vivant aux États-Unis, il n’y a qu’un pas). Bref, un film pas forcément original et marquant dans la galaxie Marvel mais un objet visuel passionnant sur la relecture par la Pop Culture de l’héritage des déesses et héros grecs.

Cyrille Ballaguy,

Docteur en muséologie
Chercheur associé – Univ. Lille, CNRS, UMR 8529-IRHiS, F-59000 Lille

[1] A partir de personnages créés par le célèbre dessinateur Jack Kirby en 1976.

[2] Certains sont même créés en effets spéciaux.

[3] L’épisode est narré chez Pausanias, Description de la Grèce (I, XX, 3).

[4] Les chansons que mes frères m’on apprises (2015) et The Rider (2017).

[5] Nomadland (2020), oscars du meilleur film et de la meilleure réalisatrice en 2021.

[6] Voir l’analyse à ce sujet d’Aurélie Paci et Olga Popova, “Babylone, Mésopotamie et Marvel : la représentation de l’Orient Ancien dans The Eternals (MCU, 2021)“, in Fabien Bièvre-Perrin (éd.), Antiquipop, Lyon, 28/04/2022 [ISSN 2553-4114].

[7] Elle n’est pas la seule superhéroïne travaillant dans un musée : l’amazone Wonder Woman, dans le film éponyme de 2017 réalisée par Patty Jenkins, était, elle, conservatrice au musée du Louvre.

[8] Ovide, Les Métamorphoses, 2002, livre XIV, v. 268-270.

[9] Pour une récente adaptation de ce mythe au cinéma, voir le film d’animation Icare, Carlo Vogele, 2022.

[10] Elle n’est pas la seule référence explicite à la mythologie grecque. Théna s’amuse aussi sur le fait qu’elle a été prise pour la déesse de la guerre à Athènes et que les Athéniens ont d’ailleurs rajouté un « a » à son nom.

[11] Comme Ulysse vis-à-vis de sa déesse tutélaire Athéna.

[12] On pourrait évoquer notamment la folie qui prend Théna et qui se rapproche de celle du héros Ajax, narrer dans la célèbre tragédie de Sophocle.

Citer cet article comme : Cyrille Ballaguy à propos de Les Éternels, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 21/11/2022, https://reainfo.hypotheses.org/26882.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search