Libre comme une déesse grecque

Chantal (de) (L.), Libre comme une déesse grecque. – Paris : Stock, 2022. – 300p. – ISBN : 9782234090613

Crédit image. Première de couverture – Stock

Par ces temps qui tentent de courir après la liberté et la dignité des femmes, l’Antiquité n’a pas toujours bonne presse. On a pu lire, sous la plume d’auteures féministes, des réquisitoires violents contre le machisme des cultures gréco-romaines. Bien sûr, leurs arguments ne sont pas dénués de tout fondement, mais trop souvent leur propos partial, exagéré ou mal informé manque sa cible. Pourquoi, par exemple, accuser Homère de mépriser les femmes ? Les héroïnes de l’Iliade et de l’Odyssée sont, malgré des situations souvent tragiques, des personnages inoubliables : elles sont intelligentes, actives, courageuses, attachantes, et leurs caractères sont diversifiés[1].

C’est donc une entreprise originale, la défense de la mythologie par une féministe, que propose le dernier ouvrage de Laure de Chantal. Si l’engagement est ferme, passionné et éloquent, le point de vue est à l’opposé des réquisitoires à la mode : les déesses et les héroïnes des mythes antiques sont pour les femmes contemporaines des modèles de liberté, d’indépendance et d’épanouissement.

Il ne s’agit pas d’une recherche universitaire surchargée de références, mais plutôt d’une sorte de pamphlet, sérieux dans son fond, souvent amusant, écrit toujours avec légèreté. Les déesses et les héroïnes sont regroupées selon leur principal caractère : les « Créatrices » à commencer par Gaïa, la Terre, les « Guerrières » dont les Amazones et Athéna, bien sûr, les « Savantes » comme Mètis, les « Battantes » – Artémis, mais aussi Circé et Médée, « Celles qui disent oui » comme Léda ou Hélène, « Celles qui disent non » comme Antigone, « Les reines » comme Junon, Clytemnestre ou Hécube.

Les louanges d’Athéna, d’Antigone ou de Pénélope ne constituent pas une véritable nouveauté ; Stésichore, Gorgias, Euripide, Isocrate et Théocrite avaient pris, chacun à sa façon, la paradoxale défense d’Hélène. Les chapitres qui m’ont particulièrement intéressé ou amusé sont ceux qui relèvent d’un paradoxe original, parfois insolent. Junon-Héra est réputée pour son mauvais caractère, ses terribles colères qui épouvantent son époux, et Virgile lui-même ? Cela en fait une « méchante » qui « fait toute la qualité de l’histoire », comme dans les James Bond… D’ailleurs c’est Zeus le coureur de jupons (ou de chitons) qui est responsable ; et comme lui, Héra est l’incarnation du pouvoir souverain.

L’auteure va jusqu’à défendre Médée, et aussi Clytemnestre, la « tueuse de mâle ». Elle a gardé le souvenir du cri déchirant de Maria Casarès, « qui disait l’indignation d’une mère face à l’injustice »[2]. Elle conclut : « Une femme n’a pas le droit de se conduire aussi mal qu’un homme : voilà la cruelle leçon que nous donne Clytemnestre ».

Je ne suis pas toutes les démonstrations de Laure de Chantal, qui relèvent parfois du plaidoyer d’avocat(e) plus que d’un propos scientifique. Il arrive que le professeur grognon qui sommeille en moi veuille relever une négligence, rétablir un contexte ou corriger quelque étymologie aventureuse, mais ces interventions seraient sans doute mal venues : le dessein de l’auteure était de prouver à un large public, dans un style vivant et plaisant proche de l’oralité, que les textes mythiques de l’Antiquité ne sont en rien condamnés par le développement des luttes pour l’égalité des genres, qu’ils gardent tout leur sens pour qui sait les lire et regarder notre monde en face.  

Pierre Sauzeau,

Professeur émérite – Université Paul Valéry

[1] Sur l’Iliade vue du côté féminin, on lira avec émotion le beau roman de Pat Barker, Le silence des vaincues, Paris, 2020.

[2] Il s’agit, je pense, de la représentation de l’Oreste d’Alfieri au Château d’O, à Montpellier, en 1992.

Citer cet article comme : Pierre Sauzeau, à propos de Libre comme une déesse grecque, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 28/11/2022, https://reainfo.hypotheses.org/26945.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search