Spartacus symbole d’une lutte qui traversa les âges

Beaucoup de personnages de l’Antiquité m’ont marqué mais si je dois n’en choisir qu’un seul, mon choix se porte indéniablement sur le Thrace Spartacus, connu de la majorité d’entre nous comme le gladiateur qui s’opposa à Rome. Bien qu’initialement mon intérêt soit dû, comme pour beaucoup, à l’image fictionnelle et romancée du guerrier, il éveilla chez moi une vraie passion pour la gladiature, devenu ensuite sujet de prédilection de ma recherche.

Spartacus…un nom connu, évoquant la force et le courage d’un homme qui fit une armée de ses compagnons esclaves, avec qui il combattit la puissance de la République Romaine. L’histoire de cet homme, né libre, fait prisonnier, vendu comme esclave, entrainé à la gladiature[1], avant d’organiser une révolte et de s’opposer à Rome au cours de plusieurs combats est une histoire passionnante. Ce qui nous fascine tant chez lui est le courage qu’il démontra en se révoltant, ainsi que sa capacité à galvaniser et rassembler ses compagnons afin de former une « armée » de combattants. Il mena ses troupes avec deux de ses compagnons, aussi gladiateurs, Crixus et Œnomaos. Ce n’est ni plus ni moins que l’image d’un meneur, d’un leader. Par sa révolte, Spartacus transcende son simple statut d’homme et devient une idole que beaucoup transposèrent dans leurs propres combats. Pour certains, il symbolise la révolte pour la liberté tel un « Che Guevara » antique, « le gladiateur-esclave-révolté brisant ses chaines et se levant seul face à Rome, puissance cruelle et dominatrice. Éternel combattant pour la liberté, [devenant] alors une icône révolutionnaire »[2] ; pour d’autres, il est la figure d’un « “ proto-Christ ” inspiré, prophète de l’inéluctable déclin de Rome avec cinq siècles d’avance…à moins qu’il ne soit un nouveau Moïse guidant son peuple vers une inaccessible Terre promise » [3]. Transposé dans notre monde moderne, il devient le symbole de la lutte des classes, de la lutte marxiste. Il est important de prendre conscience que l’image actuelle que nous avons de Spartacus, incarnation de multiples combats et idéaux, n’est véhiculée que par des fictions, (films ; séries ; etc.) créant un symbole dont notre réception est romancée voire faussée. Comme le résume l’historien Yann le Bohec : « l’étude des faits a été excessivement faussée par l’idéologie »[4].  

Nos connaissances de la vraie histoire de ce combattant et de ses compagnons sont beaucoup plus fragmentaires à cause du manque de sources littéraires et iconographiques. Notons que ces rares textes sont postérieurs aux faits ; ce sont donc des documents indirectes ou secondaires. De ces rares sources, quatre auteurs pourraient être qualifiés de « principaux »[5]. Parmi eux se trouvent deux auteurs latins, Salluste (ca. 87/86-35 av. J-C.), le plus ancien et la plus proche des faits, et Florus (ca 100-150 apr. J-C.) ; ainsi que deux auteurs grecs, Plutarque (ca. 40-120 apr. J-C.) et Appien (ca. 90-160 apr. J-C.).

Salluste, dans son œuvre, Histoire, est un des seuls avec Florus à évoquer des caractéristiques du combattant qu’il qualifie de « grand par son courage et sa vigueur »[6]. Il place Spartacus en leader, exhortant ses camarades à se révolter : « Spartacus appelle tous les esclaves à la liberté »[7]. Il livre des indications sur la férocité de ses compagnons: « Rien n’est sacré, rien ne paraît trop criminel à la fureur de ces barbares, à leur naturel d’esclaves Spartacus, ne pouvant empêcher ces excès, malgré des prières réitérées… »[8], ou sur des épisodes guerriers de la révolte : « Varinius est entraîné lui-même par cette ardeur inattendue ; il met de côté les précautions, puis, des soldats novices, non encore éprouvés, et tout préoccupés des revers de leurs camarades, il les conduit néanmoins contre le camp des fugitifs. »[9] Bien qu’incomplet, ce récit livre de nombreuses informations sur Spartacus.

Dans son Abrégé d’histoire romaine, œuvre de compilations sur les guerres de Rome, l’historien romain Florus relate la révolte que mena Spartacus. Bien que livrant un texte moins précis que celui de Salluste, Florus présente une vision plus « hostile »[10] aux événements. Cette œuvre est le témoignage d’un homme libre sur l’histoire de sa propre civilisation et plus spécifiquement sur les guerres que Rome mena contre ces esclaves qualifiés d’« infâmes »[11] :  « On peut encore supporter le déshonneur d’une guerre contre des esclaves (…) Mais quel nom donner à la guerre de Spartacus ? à cette guerre où les esclaves étaient soldats, où les gladiateurs étaient généraux ? (…) non content d’avoir pris la fuite, ils veulent encore être affranchis. »[12]

Dans les Vies parallèles de Plutarque, cet ensemble de biographies comparées « des hommes illustres de l’histoire grecques et romaine Spartacus, ne fait pas l’objet d’un chapitre à part entière, mais il apparaît brièvement dans les livres sur Crassus, Pompée et Caton[13].

Appien[14] au sein de son œuvre de compilations des Guerres civiles, consacre six paragraphes dans lesquels il résume la vie Thrace. Tout comme son homologue grec, le ton est relativement neutre et les faits sont exposés dans leur généralité. Le récit est rapide mais important car il apporte de nouveaux éléments. Il mentionne ainsi que le Thrace avait « servi dans quelque légion (…) »[15]. Ce point de l’histoire de Spartacus fait encore débat et divise toujours les chercheurs aujourd’hui.

D’autre auteurs que nous pourrions qualifier de mineurs sont Ampélius, Eutrope, Cicéron ou encore Pline l’Ancien, Tacite, Frontin, et Sidoine Apollinaire[16], etc. Ils évoquent tous la guerre que mena le guerrier Thrace et signalent dans une certaine mesure l’impact qu’il eut dans l’histoire de Rome ainsi que sur ses contemporains. Le ton de ces textes fait souvent « l’écho d’une peur intense » des Romains et hommes libres face à cette révolte « de gens indignes, de pillards et surtout d’esclaves » qui mit en péril « l’ordre social romain »[17]. Parmi les arguments négatifs de ces auteurs, signalons les accusations de saccage en Italie, de cruauté, allant jusqu’à qualifier ouvertement le Thrace d’« ennemi de Rome ». Seul Plutarque et Appien semblent relater les faits avec une relative neutralité de leurs propos. Spartacus paraît être alors un symbole ambigu entre source d’inspiration meneur d’hommes et ennemie de Rome, et des Romains ; symbole négatif pour les hommes libres et positif pour les esclaves.

Cependant, une difficulté majeure se pose dans cette recherche : la multiplicité des informations, souvent très lacunaires, ne concordent pas forcément, se contredisent parfois et ne se rejoignent finalement que peu souvent.

Il est possible de retracer dans les grandes lignes le portrait et la vraie l’histoire de notre combattant tant fantasmé, tout en relevant les différents débats qu’il a soulevés. Salluste, Florus ou encore Plutarque font de Spartacus, un homme fort et courageux[18]. Cependant aucune description détaillée de son apparence ni aucune représentation figurée ne nous sont parvenues. Il nous est donc impossible de recréer le visage de cet homme, qui ne nous est connu que part le visage fictif des acteurs l’ayant incarné à l’écran. Nous avons néanmoins des informations sur sa biographie. Spartacus serait vraisemblablement né en homme libre au Ier siècle avant notre ère, probablement vers 93 av. J-C en Thrace[19] (actuelle Bulgarie). Nous le connaissons sous le patronyme de « Spartacus ». Mais était-ce son vrai nom ou un simple nom de scène comme plusieurs gladiateurs ? Nous savons que de nombreux noms de gladiateurs étaient choisis par le laniste[20] donc l’hypothèse d’un pseudonyme n’est pas à exclure. Cependant le nom de « Spartacus » semble avoir été courant en Thrace, donc on ne peut pas non plus exclure que ce soit son propre nom. Un des débats les plus vif sur Spartacus concerne sa profession et ses activités avant d’être fait prisonnier, esclave puis vendu et condamné à devenir gladiateur. Florus et Appien parlent d’un passage dans l’armée[21] puis de désertion ou encore de brigandage avant d’être capturé, fait prisonnier et condamné à la « damnatio ad gladium »[22]. Une version différente se trouve dans une œuvre de Varron[23] disparue et connue grâce à des citations d’autres auteurs. Selon celle-ci, Spartacus aurait « été capturé injustement, puis transféré à Rome et, malgré ses protestations, vendu comme esclave et enfermé dans une caserne de gladiateurs. »[24] Plus tard, Plutarque adhéra à cette version dans son ouvrage[25]. Quoi qu’il en soit, une des informations dont nous sommes sûrs est que Spartacus fut acheté pour le laniste Lentilus Batiatus[26] qui possédait un ludus à Capoue, en Campanie[27]. C’est donc au sein de ce ludus campanien que Spartacus fut formé et entrainé à la gladiature. Cette discipline était organisée en différentes catégories, également nommées armaturae. A cette époque, il n’existait que les trois armaturae dites ethniques : Samnite, Gaulois et Thrace[28]. Bien que l’on soit tenté de faire un lien direct entre l’origine du combattant et les différentes armaturae, nous ne possédons pas d’information précise nous permettant d’affirmer que Spartacus ait été un combattant de la catégorie Thrace. Dans ce même ludus, selon Florus, Plutarque et Appien, il réussit à former avec Crixus et Œnomaos un premier groupe de combattants près à se soulever[29]. Grâce aux différentes sources antiques nous savons ainsi que certains de ses compagnons réussirent à s’enfuir du ludus campanien avec Spartacus en 73 av. J-C. L’entrainement que ces combattants reçurent dans l’école de Capoue fut assez performant pour leur permettre de s’opposer à Rome durant deux années, tout en étoffant leur rang au cours de plusieurs guerres et batailles. Parti du ludus avec une bande[30] de combattants, c’est au cours de ses principales victoires contre les préteurs Glabeur, Varinius ainsi que les consuls Lentulus et Gellius que Spartacus finit par constituer une réelle armée. Selon Plutarque, au cours de sa révolte contre Rome, Spartacus tenta de rentrer dans sa patrie d’origine, la Thrace[31] ; sans y parvenir. C’est dans la confrontation avec le préteur Marcus Licinius Crassus, général et homme politique romain, que la révolte de Spartacus s’acheva. Selon, Eutrope et Ampélius, la dernière bataille du Thrace se déroula en mars 71 av. J-C entre la Lucanie et l’Apulie[32]. Crassus qui accompagné d’une armée « suffisante en quantité et en qualité »[33] vainquit Spartacus. Le Thrace mourut dans cette dernière bataille au côté de nombreux de ses hommes[34]. Quelques survivants tentèrent de s’enfuir mais ils furent massacrés par Rome ; plus précisément par Pompée.

Pour conclure, la révolte de Spartacus, de nos jours fantasmée et romancée, fut courte mais importante pour l’histoire romaine. Le soulèvement « servile » que fomenta Spartacus, ne fut pas le premier de l’histoire de Rome, qui en avait connu deux autres auparavant. Mais il fut certainement le plus important. Il dura de 73 à 71 av. J-C et dévasta l’Italie. Cette révolte marqua une réelle rupture dans la gladiature, faisant prendre conscience aux Romains que surentrainer des esclaves, en en faisant des combattants performants pouvait être dangereux. C’est également, en partie, en répercussion de ces événements que la gladiature commença à évoluer et que la condition des esclaves fut améliorée. L’histoire de Spartacus ne mourut pas avec le Thrace, elle eut des répercussions sur la postérité[35]. Même si cette révolte ne laissa que peu de traces dans les ouvrages qui nous sont parvenus, ce combattant est devenu un symbole, un emblème de résistance.

Camille Prieur,

Doctorante EPHE – UNIFR

 

Pour en savoir plus : 

Bibliographie :

Sources antiques :

Appien, Guerres civiles à Rome, Tome I, Avec la contribution de : Combes-Dounous, J.-I., Texte établi et traduit par Voisin, C., et Torrens, P., première édition, Paris, 1993.

Florus, Abrégé de l’histoire romaine, Livre III, Traduction de Jules Pierrot, première édition, Paris, 1865.

Plutarque, Vies, Tome VII : Cimon-Lucullus. Nicias-Crassus, Avec la contribution de : Juneaux, M., Texte établi et traduit par : Chambry, E. ; Flacelière, R., première édition, Paris, 1972.

Plutarque, Vies, Tome VIII : Sertorius-Eumène. Agésilas-Pompée, Avec la contribution de : Avec la contribution de : Juneaux, M., Texte établi et traduit par : Chambry, E. ; Flacelière, R., première édition, Paris, 1973.

Salluste, Fragments des Histoires, Texte établi et traduit par Ernout, A., première édition, Paris, 1968.

Tacite, Annales, Tomes III et XV, Texte établi et traduit par : Le Bonniec, H., première édition, Paris, 1992.

Ouvrages :

BRADLEY, K., Slavery and Rebellion in the Roman World, 140 B.C.-70 B.C., Bloomington, 1989.

BRISSON, J.-P., Spartacus, Paris, (première édition 1959), 2015.

FITZGERALD, W., Slavery and the Roman Literary Imagination, Cambridge, 2000.

GARNSEY, P., Conceptions de l’esclavage d’Aristote à Saint Augustin, traduction française, Paris, 2004.

GILBERT, F., Devenir gladiateur. La vie quotidienne à l’école de la mort, Lacapelle-Marival, 2013.

GILBERT, F., Gladiateurs : chasseurs et condamnés à mort : le spectacle du sang dans l’amphithéâtre, Lacapelle-Marival, 2013.

GILBERT, F., Les gladiateurs : des origines à la fin du Haut-Empire, Arles, 2014.

LAVAN, M., Slave to Rome: paradigms of empire in Roman culture, Cambridge, 2013.

LE BOHEC, Y., Spartacus, Chef de guerre, Paris, (première édition 2016), 2022.

MARSHALL, B. A., Crassus, Amsterdam, 1976.

PAOLUCCI, F., Gladiatori i damnatio della spectacolo, Florence, 2003.

RUDILOSSO, G., RUDILOSSO, R., Gladiatores categories and fighting techniques, Milan, 2015.

SCHIAVONE, A., A la recherche de Spartacus, traduction française, Paris, 2014.

SHAW, B. D., Spartacus and the Slave Wars. A brief History with Documents, St. Martin’s, 2001.

TEYSSIER, E., Gladiateurs : des sources à l’expérimentation, Paris, 2005.

TEYSSIER, E., La mort en face. Le dossier gladiateurs, Arles, 2009.

TEYSSIER, E., Spartacus : entre le mythe et l’histoire, Paris, 2012.

VILLE, G., La gladiature en Occident des origines à la mort de Domitien, Rome, 2014.

 

Etude / Mémoire :

PRIEUR, C., Etude de la décoration de l’armement défensif des gladiateurs, mémoire de Master 1 recherche, sous la direction de M. SAURON Gilles, Université Paris-Sorbonne IV, Paris, 2016.

 

[1] Il est important de garder à l’esprit que « tous les esclaves n’étaient pas gladiateurs et tous les gladiateurs n’étaient pas esclaves », (LE BOHEC, 2022 : p.65) ; PRIEUR, 2016 : pp. 15-16 et 18 : « Le gladiateur est dans la pensée commune, un esclave. Tacite, Annales, III, 43 : (adduntur e servitiis gladiaturae destinati) « Il y joignit les esclaves destinés au métier de gladiateur (…) ». (…) « François Gilbert parle de ces gladiateurs comme étant d’anciens « prisonniers de guerre, esclaves achetés sur les marchés ou directement dans les ergastules des grands domaines fonciers, hommes libres et volontaires, citoyens ou pérégrins, mais aussi vrais gladiateurs achetés, loués, voire hérités, acquis auprès de magistrats ayant déjà satisfait à leurs obligations » ». (GILBERT, 2013 : p. 24).

[2] TEYSSIER, 2012 : p.7.

[3] Ibidem.

[4] LE BOHEC, op. cit. : p.19.

[5] D’autres mentions existent mais sont plus qu’allusives. C’est pour cela que de nombreux chercheurs ont pris le parti de citer ces quatre auteurs principalement et de se référer aux autres auteurs en compléments.

[6] Salluste, Histoires, III, CCXCVI :  Ingens ipse virium atque animi. ; Florus, Abrégé d’histoire romaine, III, XXI, Bellum Spartacium : « Spartacus, d’abord Thrace mercenaire ensuite soldat, déserteur, brigand et enfin gladiateur à cause de sa force physique » (Nec abnuit ille de stipendiario Thrace miles, de milite desertor, inde latro, deim in honorem virium gladiator)

[7] Salluste, op. cit., III, CCXCV-CCXCVII.

[8] Salluste, op. cit., III , CCCI  : neque sanctum aut nefandum quicquam fuit irae barbarorum et servilii ingenio. Quae Spartacus nequiens prohibere multis precibus quo moraret (quum oraret) celeritate praevertere…nuntios (…).

[9] Salluste, op. cit,, III, CCCI.f : Qua Varinius contra spectatam rem incaute motus novos incognitosque, et aliorum casibus perculsos milites, ducit tamen ad castra fugitivorum

[10] TEYSSIER, op. cit. : p. 8.

[11] Florus, op. cit., III, XXI.

[12] Florus, op. cit, III, XXI : enimvero servilium armorum dedecus feras: (…) Bellum Spartaco duce concitatum quo nomine appellem nescio ; quippe quum servi militaverrint, gladiatores imperaverint (…) non modo effugisse contenti, jam vindicari volebant.

[13] Plutarque, Vies parallèles des hommes illustres, Tome III, « Vie de Crassus », IX – XV.

[14] Appien, Guerres civiles, Tome I, 116 – 121.

[15] Appien, op. cit., I, 116 : Σπάρτακος Θρὰὰξ ἀνήρ, ἐστρατευμένος ποτὲ Ῥωμαίοις, ἐκ δὲ. 

[16] Ampélius, Mémorial, XVL ; Eutrope, Abrégé de l’histoire romaine, VI, 7, 2 ; Cicéron, Parad. Stoic., IV, 30 ; Phil., III, 21 ; IV, 15; XIII, 22; Har. Rest., XII ; Pline l’Ancien, H.N., XV, 38-39 ; XXXIII, 49 ; Tacite, op. cit,, III ; XV; Frontin, Les Stratagèmes, I, 20-22 ; II, 34 ; Sidoine Apollinaire, Carmina, II, 247-248 ; IX, 249-250 ; Epistulæ, III, 13,10 ; TEYSSIER, op. cit. : p.9.

[17] LE BOHEC, op. cit. : p. 167.

[18] Salluste, op. cit., III, CCXCVI ; Florus, op. cit.,  II, 8, 14 ; Plutarque, op. cit., III, VIII.

[19] Plutarque, op. cit., III, 8, IX ; Appien, op. cit., I, 116.

[20] PRIEUR, op. cit. : pp. 10-11 « Un laniste [lanista, lanistae], signifiant « maître de gladiateur », « directeur de combat, [celui qui oppose des adversaires l’un à l’autre] ». (…). Ces riches propriétaires formant des troupes de gladiateurs existaient dès l’époque de la République. Avoir des gladiateurs, ne différenciait pas tellement du fait d’avoir un esclave pour toutes autres tâches telle qu’un musicien ou un esclave de maison. » ; VILLE, 2014 : p.272.

[21] Florus, op.cit., III, XXI ; Appien, op. cit., I, 116 ; Notons, qu’une confusion existe sur l’armée dans laquelle servit Spartacus, certains parle de l’armée romaine et d’autre d’une armée contre Rome.

[22] La « damnatio ad gladium » ou « damnatio ad gladium ludi » est si l’on veut simplifier l’idée une condamnation à gladiature, à périr dans l’arène. Il s’agit presque d’une condamnation à mort par le combat dans l’arène.

[23] Nous connaissons cette citation de Varron grâce au grammairien Flavius Sosipater Charisius, Artis grammaticae, I, 33, 19. On retrouve cette idée plus tard dans les écrits de Plutarque.

[24] LE BOHEC, op. cit.: p.36 ; Florus, op.cit., III, XXI; Appien, op. cit., I, 116.

[25] Plutarque, op. cit., III, 8, IX.

[26] Ibidem.

[27] Le terme ludus peut se traduire par « l’école » ou « caserne » de gladiateur.

[28] PRIEUR, op. cit.: pp.7 et 28-36 « Ces combattants étaient classés selon des armaturae (armatura, ae) « ensemble des armes » soit l’équipement. (…) Les quelques sources que nous possédons montrent que les gladiateurs étaient partagés en plusieurs catégories, selon leur ethnie, leur armement ainsi que leur façon de combattre. ».

[29] Florus, op. cit., III, XXI ; Appien, op.cit., 116; Plutarque, op. cit., III, 8, IX ; SHAW, 2001 : p.154.

[30] LE BOHEC, op. cit. : p. 176.

[31] Plutarque, op. cit., III, 8, IX.

[32] Eutrope place cet événement en Apulie et Ampélius en Lucanie (Eutrope, op. cit., VI, 6 ; Ampélius, op. cit.,  XVL).

[33] LE BOHEC, op. cit :  p. 177.

[34] SHAW, op. cit. : p.155. « Spartacus himself died fighting bravely at the front of his men, just like a true general. ».

[35] LE BOHEC, op. cit. : pp.165 et 175 « La révolte de Spartacus et [des] esclaves suscita des réaction dans la suite des temps, et jusqu’à aujourd’hui. (…) Le mythe de Spartacus s’est créé et il subsiste encore. ».

Citer cet article comme : Camille Prieur, à propos de Spartacus symbole d’une lutte qui traversa les âges, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 03/12/2022, https://reainfo.hypotheses.org/27036.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search