Rostovtzeff, l’Empire romain et les Soviets

En 1926 paraissait à Oxford un livre intitulé The Social and Economic History of the Roman Empire, dont on peine à imaginer à quel point il était novateur et sembla extraordinaire à ceux qui le découvrirent. C’était la première grande synthèse consacrée à cette question, et à ce jour c’est encore la seule. Surtout, et alors que l’École des Annales naissait à peine, l’idée même d’une histoire spécifiquement économique et sociale était encore largement inédite. Très vite traduit en plusieurs langues, le livre ne tarda pas à s’imposer comme un manuel de référence dans les universités. Mais il était bien plus que cela, car en associant le déploiement d’un vaste savoir et la clarté de son style à une grande cohérence intellectuelle, c’était une œuvre qui défendait des idées bien précises. Autre nouveauté : l’étude avait la particularité de ne pas se limiter aux seuls auteurs anciens et de manier avec un égal bonheur l’ensemble des sources archéologiques, épigraphiques et papyrologiques. Les notes et les index du livre en témoignent, sans parler des dizaines de planches illustrées et commentées qui constituaient également une innovation extraordinaire pour l’époque. Pour la première fois, et grâce aux progrès de la photographie, le lecteur n’était pas considéré comme un pur esprit auquel était adressé un discours abstrait, mais aussi comme un spectateur promené dans les villes et les campagnes de tout l’Empire romain.

L’auteur était un historien russe : Mikhaïl Ivanovitch Rostovtzeff. Il était né en 1870 à Kiev, où il avait suivi des études classiques au gymnase puis à la faculté d’histoire et de philologie, avant d’achever sa formation à l’université de Saint-Pétersbourg. Il enseigna ensuite quelques temps au lycée impérial de Tsarskoïé Selo puis obtint une bourse qui lui permit de séjourner dans les grandes villes universitaires d’Europe, Vienne, Paris, Londres, et de visiter l’Italie, la Grèce, la Turquie puis l’Espagne, la Tunisie et l’Algérie. À Rome, il fréquenta l’Institut archéologique allemand et se rendit à Pompéi. Très influencé par la science allemande, comme beaucoup de savants russes de l’époque, il manifesta cependant très tôt les tendances originales de ses recherches : le lien entre l’histoire et l’archéologie – une archéologie plus proche du terrain que de l’histoire de l’art en cabinet – , l’intérêt pour la vie économique et sociale, et surtout un point de vue périphérique sur l’histoire du monde romain, c’est-à-dire non pas à partir du centre du pouvoir mais depuis les provinces voire les marges de l’Empire.

Au terme de son long séjour en Europe occidentale, Rostovtzeff fut nommé en 1898 à l’université de Saint-Pétersbourg, alors la capitale de l’Empire russe, et après ses thèses de magistère et de doctorat, consacrées respectivement à l’histoire de la ferme d’État dans l’Empire romain et aux tessères de plomb, il y obtint en 1903 une chaire de professeur. Suivirent alors vingt années d’une belle carrière d’universitaire et de « notable de la culture », marquée par des séjours à l’étranger et de nombreuses publications, qui culmina avec son entrée à l’Académie des sciences de Russie en 1916. Rostovtzeff s’intéressa aussi à la politique russe, alors en pleine ébullition. De tendance libérale, il s’inscrivit après la révolution de 1905 au parti constitutionnel démocrate, ou kadet, dirigé par un autre historien, Paul Miljukov, qui fut ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement provisoire d’Alexandre Kerenski. Mais la révolution d’Octobre 1917 interrompit tout cela. Rostovtzeff choisit l’exil et quitta la Russie au printemps 1918 pour n’y plus revenir.

Pourquoi cette décision ? Rostovtzeff était un modéré qui ne partageait évidemment pas les orientations du nouveau pouvoir bolchevique. Surtout, dans une ville comme Petrograd (nouveau nom donné à Saint-Pétersbourg en 1914), les violences qui suivirent le coup d’État et l’hostilité populaire encouragée par les nouvelles autorités vis-à-vis des bourjoois, les bourgeois, et contre tout ce qui suggérait l’ordre ancien, déterminèrent beaucoup de gens à quitter le pays. Pour Rostovtzeff, il s’y ajouta la crainte de ne plus pouvoir voyager librement, alors qu’il considérait que c’était là une dimension essentielle de son activité scientifique. Comme d’autres grands savants et intellectuels du XXème siècle, Ernst Kantorowicz, Karl Polanyi et plus tard Moses I. Finley, Rostovtzeff mena donc une large partie de sa carrière scientifique en tant qu’exilé. Il séjourna brièvement à Oxford, avant de rejoindre les États-Unis en 1920. Accueilli d’abord par l’université du Wisconsin à Madison, il se fixa à partir de 1925 à l’université de Yale dans le Connecticut. Il y prit sa retraite en 1939 et s’éteignit en 1951.

C’est durant les années de Yale, dans la dernière période de sa carrière, qu’il parvint à un degré de notoriété scientifique internationale comparable à celui de Mommsen un demi-siècle auparavant. S’il est possible, comme l’a écrit Jean Andreau, « que l’exil l’ait davantage stimulé que détruit », il n’en demeure pas moins que la Social and Economic History of the Roman Empire porte les stigmates d’une révolution qui l’avait personnellement atteint autant qu’elle avait dû ébranler les valeurs sur lesquelles s’était construite sa position sociale et culturelle.

On sait que le projet d’écrire cette synthèse remonte à 1914 (une autre était prévue sur le monde hellénistique qui parut en 1941). Sa publication en 1926, parallèlement à des dizaines de titres parus depuis 1918, montre que les vicissitudes qu’il traversa n’affectèrent pas trop son travail. Et de fait, il y a quelque chose de fulgurant dans ce livre qui semble à bien des égards comme une réaction à la tragédie russe. On dit souvent, et à bon droit, qu’il est un manifeste du « modernisme » c’est-à-dire de la tendance pour un historien à rapprocher l’économie antique de celle du monde moderne, en rejetant l’idée contraire d’une altérité fondamentale entre ces deux époques qu’on appelle le « primitivisme ». Cette orientation s’était manifestée assez tôt chez Rostovtzeff, lorsqu’il avait pris position contre l’économiste allemand Karl Bücher et sa conception linéaire de l’évolution économique de l’humanité, pour adopter au contraire une vision cyclique empruntée à l’historien Eduard Meyer, pour lequel l’Antiquité méditerranéenne avait connu des périodes extrêmement proches des siècles modernes. Dans cette perspective, Rostovtzeff décrivait l’Empire romain comme un monde dans lequel existaient une « bourgeoisie » urbaine, s’enrichissant par l’activité privée, et un État libéral, qui par son action favorisait l’épanouissement économique de cette bourgeoisie. Pour lui, le commerce était le secteur clé de la modernité économique et c’était l’attitude des agents en même temps que le degré de commercialisation qui déterminaient l’existence d’un capitalisme antique. Tous ces éléments s’étaient trouvés réunis entre la période finale de la République romaine et le Principat augustéen des deux premiers siècles de l’Empire. Ensuite, l’époque des Sévères puis la crise du IIIème siècle, la « monarchie militaire » et l’« anarchie militaire » pour reprendre les mots de Rostovtzeff, marquèrent une rupture très négative et engagèrent le déclin de l’Empire.

Que s’était-il passé ? Selon Rostovtzeff, la crise résultait d’un violent mouvement social. Les élites urbaines avaient exploité à l’excès les masses paysannes pauvres et peu romanisées sans que celles-ci puissent trouver de protection du côté de l’État. À partir de la fin du IIème siècle, les classes inférieures s’opposèrent de plus en plus aux élites et trouvèrent un soutien inattendu du côté de certains empereurs comme Septime Sévère ou Maximin le Thrace, parce que ceux-ci avaient besoin du soutien de l’armée, elle-même essentiellement issue des couches paysannes des provinces frontières. Cette révolution finit par triompher, même si elle ne profita pas à ceux qui l’avaient déclenchée : les valeurs et la pensée politique et sociale des élites furent absorbées par les masses populaires tandis que le pouvoir impérial reconstruisait l’État sur des bases absolutistes : c’est la barbarisation du monde antique. Les masses rurales y avaient joué un rôle déterminant, comme elles le firent dans la Russie de 1917. Certes le parti bolchevique n’était pas, loin de là, un parti paysan, mais il sut instrumentaliser la soif de terre et le désir de paix des paysans russes en les laissant s’emparer des terres, et confisqua finalement le pouvoir à son profit. Comme Rostovtzeff l’écrivit en 1919 dans une feuille politique publiée à Londres : « Ils [les bolcheviques] veulent nous ramener dans la voie qui fut parcourue au moment de la décadence de l’Empire romain ».

Quelques années plus tard, les dernières lignes de la Social and Economic History of the Roman Empire reprirent cette idée : « Les tentatives violentes d’égalisation n’ont jamais aidé à élever les masses. Elles ont anéanti les classes supérieures, et n’ont fait qu’accélérer le processus de barbarisation. Mais le problème ultime continue de nous hanter à jamais : est-il possible d’étendre une civilisation avancée aux classes inférieures sans l’avilir et l’amoindrir jusqu’à l’évanouissement complet ? Toute civilisation n’est-elle pas condamnée à décliner dès qu’elle commence à pénétrer les masses ? ». À travers cet avertissement très pessimiste adressé à ses contemporains, la réponse de l’historien confronté aux dévastations de l’histoire révélait toute l’amertume et le désarroi de l’exilé.

Jérôme France,

Professeur émérite d’histoire ancienne – U.M.R Ausonius

Citer cet article comme : Jérôme France, à propos de Rostovtzeff, l’Empire romain et les Soviets, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 06/12/2022, https://reainfo.hypotheses.org/27160.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search