« Miroir mon beau miroir…» : Antinoüs, favori impérial à la beauté éternelle

Crédit image. Méganne Moulon

Antinoüs, un des visages les plus connus de l’Antiquité, continue d’afficher sa beauté éternelle avec plus d’une centaine de portraits conservés. Ils constituent la troisième plus grande collection de portraits romains après ceux des empereurs Auguste et Hadrien. Ces portraits aussi nombreux que variés rendent hommage à la réputation du jeune homme, connu pour sa grande beauté et rappellent son destin aussi tragique qu’exceptionnel.

Lors d’un voyage en Bithynie en 130 p.C., province grecque de l’Empire romain, l’empereur Hadrien croise le chemin d’un jeune esclave nommé Antinoüs. Très peu d’informations concernant l’adolescent nous sont parvenues, mais toutes les sources s’accordent pour dire qu’il est d’une grande beauté, et que sa jeunesse et ses remarquables aptitudes physiques ont su séduire l’empereur. Hadrien décide immédiatement d’en faire un membre de la cour qui l’accompagne pour la suite de son voyage. La rumeur colporte que les deux hommes ont entretenu une relation amoureuse, ce qui ne serait pas surprenant de la part d’Hadrien qui n’avait pas pour habitude de cacher ses aventures extra-conjugales, aussi bien avec des femmes que des hommes. Quoi qu’en disent les rumeurs, nous sommes certains qu’ils partageaient une affection réciproque.

Hélas, leur romance fulgurante pris fin rapidement dans des circonstances dramatiques. Antinoüs, alors âgé d’une vingtaine d’années, disparu tragiquement noyé dans les eaux du Nil. Une mort aux circonstances mystérieuses qui submerge l’empereur d’une tristesse outre mesure, qui le poussa à multiplier les hommages à son compagnon disparu. Il pousse même l’extravagance au point de le faire diviniser arbitrairement. La plus précise des maigres sources qui nous parlent d’Antinoüs est un passage tiré de l’Histoire Auguste, qui témoigne de la réaction d’Hadrien après la perte de son bien-aimé : « Tandis qu’il naviguait sur le Nil, il perdit son Antinoüs, qu’il pleura avec toute la faiblesse d’une femme »1.

Bien qu’un tel discours ne soit plus d’actualité, cet extrait sous-entend l’inconvenance de la relation passionnelle qu’entretenaient l’empereur et son favori. La suite de l’extrait ne fait que le confirmer : « On expliquait de diverses manières la conduite d’Hadrien : les uns assuraient qu’Antinoüs s’était dévoué pour prolonger ses jours ; les autres trouvaient dans la beauté de ce jeune homme, et dans l’infâme passion d’Hadrien, l’unique cause de cette excessive douleur »2. Ce passage nous permet de soulever un point important, mystère qui restera irrésolu et qui contribue à la fascination qui entoure Antinoüs : comment est-il mort ?

Plusieurs théories existent, de la plus prosaïque à la plus mystique. La version officielle donnée par Hadrien est celle de l’accident. Même si Antinoüs était un jeune homme vaillant qui accompagnait l’empereur dans des chasses au lion, l’hypothèse de la noyade, bien que peu romanesque, est tout à fait plausible, d’autant plus que rien ne nous garantit qu’il savait nager. Une autre hypothèse, celle évoquée dans l’Histoire Auguste, est celle de la mort volontaire. Antinoüs se serait donné la mort, de son propre chef ou sous la contrainte. Le suicide n’est pas exclu, mais la légende évoquée ici, dit qu’Antinoüs se serait sacrifié par altruisme ou passion, pour prolonger la vie de l’empereur. Hadrien aurait appris par des oracles que le sacrifice d’un proche parent pour l’empereur lui aurait assuré un règne long et prospère. Hadrien s’intéresse certes à toute forme de magie et de mysticisme, il aime se faire initier aux différents cultes qu’il rencontre, comme les mystères d’Eleusis, mais à l’inverse de la noyade, cette version nous parait trop romanesque, et est sans doute une anecdote imaginée par ses contemporains pour discréditer l’empereur et dénoncer son comportement indigne.

Quelles que soient les circonstances, la douleur a poussé Hadrien à diviniser son amant perdu. Dès lors, le culte d’Antinoüs est adopté dans plusieurs régions de l’Empire, principalement en Egypte, en Bithynie et en Grèce, et les portraits représentant le jeune homme vont inonder le paysage artistique romain. Et qui ne souhaiterait pas avoir un bel Antinoüs chez soi ? De larges boucles fournies qui encadrent ce visage rond au regard nostalgique, symbole d’une jeunesse fauchée… Hadrien ne s’en est pas privé et a multiplié les portraits du jeune homme dans sa villa de Tibur. Si d’autres Romains ont fait de même, c’est sans doute davantage pour affirmer leur loyauté à l’empereur que par dévotion pour ce nouveau culte. La beauté ne fait pas tout… Malgré tout, certains sanctuaires vont adopter le nouveau dieu, principalement dans les régions qui ont un lieu direct avec le jeune homme, comme en Bithynie dont il est originaire ou encore en Egypte où il est mort et où le culte a été fondé en même temps que la ville d’Antinoé qui porte son nom.

La postérité d’Antinoüs est d’autant plus grande que sa vie a été courte. Ses portraits sont toujours sujets de fascinations et font l’objet, comme très récemment encore, d’expositions3 en son honneur. Il restera une figure à jamais marquée par le mystère irrésolu de sa mort, dont même l’emplacement de la tombe reste inconnu4. Une inscription dans le sanctuaire de Diane de Lanuvium, où le culte d’Antinoüs s’est rattaché, nous renseigne toutefois sur sa date d’anniversaire, le 27 novembre. Hasard du calendrier, voyez ma contribution comme un hommage à mon idole, car la mise en place de jeux funèbres en son honneur, comme c’était le cas en Bithynie, serait peut-être un peu désuet de nos jours !

Méganne Moulon,

Doctorante – U.M.R Ausonius

1 Histoire Auguste, Vie d’Hadrien, XIV,82.

2 ibid

3 « Antinous: Boy made God », Ashmolean Museum in Oxford, 25/09/2018 – 24/02/2019.

4 Son obélisque cénotaphe égyptien est aujourd’hui conservé à Rome mais nous ne connaissons pas son emplacement d’origine.

Citer cet article comme : Méganne Moulon, à propos de « Miroir mon beau miroir…» : Antinoüs, favori impérial à la beauté éternelle, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 07/12/2022, https://reainfo.hypotheses.org/27170.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search