Athéna : the wise and unhinged is back in the archaeological game

Photo personnelle, Artiste : OphelieTaki, Inspiration : œnochoé, -425/-375, inv. CA2192, Musée du Louvre.

L’histoire d’Athéna commence par un oracle donné à Zeus selon lequel, uni à Métis, sa première femme, engendrerait deux descendants : une fille aînée, Tritogénie qui serait égale « en fougue et en sagesse » à son père, et un garçon « au cœur violent » qui, suivant le schéma parricide des générations divines précédentes, le détrônerait. (Hésiode, La Théogonie, 887-900) Suivant une logique imparable, Zeus ingurgite son épouse alors enceinte d’Athéna, terminant la grossesse lui-même et annihilant tout risque d’être détrôné. C’est ainsi qu’Athéna voit le jour, avec fracas, adulte et entièrement armée, affirmant, dès ses premiers cris, son caractère impétueux (Hésiode, La Théogonie, 923-926). Variées sont les expressions dressant un portrait explosif d’Athéna. Hésiode (La Théogonie) et Homère (l’Iliade et l’Odyssée) rivalisent notamment d’originalité pour la décrire: « déesse aux yeux pers », « prudente », « aux beaux cheveux », « éveilleuse de tumulte », « infatigable conductrice d’armée », « déesse qui se plaît aux clameurs, aux guerres, aux combats », « la ramasseuse de butins », « la Vierge  aux yeux pers », « gardienne de la ville », « folle exécrable », « chienne  impudente ».

Dans l’esprit des Grecs, Athéna est certes une déesse vierge et guerrière par excellence, mais elle revêt un panel de fonctions bien plus large qui lui assurent une place de choix dans le panthéon olympien, notamment celle de déesse poliade, où en tant que Polias (Protectrice des cités) et Poliouchos (Gardienne des murs), elle est garante de l’harmonie socio-politique de la polis. Formidable, sage, réfléchie et prudente, elle se révèle également impitoyable, vengeresse, rancunière et redoutable envers ceux qui l’offensent, qui osent douter de sa puissance et qui nuisent à ses protégés. Tout en faisant appel à la ruse et à l’intelligence, elle n’hésite pas à laisser libre cours à sa fureur à de nombreuses reprise. Athéna apparaît ainsi comme éminemment ambivalente.

L’importance qui lui est accordée est renforcée par la place particulière que lui réserve Zeus sur l’Olympe: souvent assise à ses côtés, Athéna revêt librement l’égide, attribut originel de Zeus « Porte-Egide » (αἰγιόχοιο Διὸς) et elle bénéficie d’une indulgence de la part de son père à laquelle les autres dieux n’ont pas droit. À de nombreuses reprises celle-ci le défie ouvertement, par le verbe ou par l’action, sans s’en attirer les foudres… Son rang privilégié chez les Olympiens se retrouve au sein du panthéon des cités grecques: Athéna pourrait ainsi apparaître comme la parèdre de son père, le roi des Dieux, dans le monde des humains puisque c’est elle qui préside à la protection de toutes les cités et des citoyens, sous autant d’épiclèses qu’elle a de rôles: Promachos (Première au combat), Parthénos(Vierge), Pallas (Jeune Fille), Ergâné (Ouvrière), Machanis (Ingénieuse), etc.

C’est sous sa forme d’Athéna Polias ou Poliouchos qu’on la retrouve honorée dans la majorité des cités grecques, souvent dans des sanctuaires d’acropoles (akro : haute – polis : ville). Si l’on connaît l’importance de la déesse d’un point de vue mythologique, on constate avec surprise le manque d’analyses archéologiques concernant son culte. Un certain nombre de grands sanctuaires, célèbres dès l’antiquité, ont donné lieu à d’importants programmes de recherche dès les premiers travaux archéologiques en Grèce au début du XXe siècle. Entre autres, ceux de l’Acropole d’Athènes, des acropoles de Lindos à Rhodes, d’Ilion (Troie), de Pergame., etc. Bien que l’importance de ces sanctuaires soit indéniable, comme en atteste la richesse du matériel archéologique livré, ils ne sont qu’une goutte d’eau dans le paysage des sanctuaires dédiés à Athéna.

C’est cette majorité de sanctuaires d’acropoles « locaux » dédiés à la déesse que j’ai voulu remettre à l’honneur afin d’éclairer l’importance de son rôle, dès les époques archaïque et classique, dans l’horizon religieux des cités du monde grec. C’est le point de vue archéologique et topographique qui a semblé le plus pertinent pour analyser l’importance de la déesse dans la vie de la cité à travers l’implantation de ses sanctuaires. Il a déjà été démontré que l’emplacement et l’aménagement des sanctuaires dans les cités étaient directement liés au rôle et aux préférences des divinités. Ainsi Athéna obtient très souvent une place de choix dans la topographie des cités, en tant que divinité poliade, l’acropole est pour elle un moyen de surplomber la cité qu’elle protège ainsi que les citoyens qui y vivent et qui l’honorent.

Les premières données attestant d’un culte à Athéna Polias ou Poliouchos remontent au moins au VIIIe siècle av. n.è., époque où les sanctuaires étaient encore inclus dans les espaces d’habitat, comme à Emporio (Chios) ou à Koukounaries (Paros). Au VIIe siècle av. n.è., lorsque la monumentalisation des sites religieux se répand dans le monde grec, les sanctuaires d’Athéna sont eux aussi mieux délimités, situés en dehors des espaces d’habitats mais toujours sur le territoire des cités et migrent vers des espaces plus larges. L’importance et la particularité du culte d’Athéna ressort alors quand ses sanctuaires survivent à l’abandon des habitats et que le culte perdure dans les structures existantes attestant de l’ancienneté de la cité. Dans la même veine, un grand nombre de cités où Athéna est poliade, place leurs colonies sous sa tutelle protectrice. Ainsi Thasos, colonie de Paros où Athéna Polias est tutélaire, lui dédie dès le VIIe siècle av. n.è., donc dès l’installation des colons pariens, un des plus grands et importants sanctuaires de la cité sur l’acropole qui la surplombe. Dès l’Antiquité, Athéna était aussi fortement associée à Athènes, et si elle est omniprésente dans toutes les cités grecques, sa côte de popularité baisse à vue d’œil lorsqu’Athènes construit son empire maritime à travers la Ligue de Délos. Athéna est ainsi associée à la puissance tyrannique athénienne. Quand certaines cités érigent de nouveaux sanctuaires en son honneur, d’autres adoptent une approche contestataire. Thasos en est un parfait exemple, suite au siège Athénien, la cité interrompt les travaux d’embellissement de l’Athenaion, sans supprimer son culte; mieux vaut ne pas provoquer le courroux de la déesse outre-mesure…

Mon intérêt pour Athéna vient d’une fascination pour son caractère complexe et de premier abord contradictoire. Vierge et guerrière, elle demande le célibat éternel à Zeus toute vêtue des attributs guerriers qui font la fierté du citoyen grec. Femme, elle se rallie pourtant peu souvent à la cause féminine. Méduse en fait les frais, prêtresse d’Athéna, elle est transformée en monstre par la déesse pour avoir été violée. Au contraire, Athéna aide Coropis à échapper à Poséidon en la transformant en corneille. Mais cet intérêt est aussi motivé par le paradoxe qui en fait l’une des divinités les plus célèbres mais en vérité les moins connues et étudiées du point de vue archéologique. « Athéna ? Mais on connait tout sur elle, non…? » Depuis huit années, ma première impression a été oblitérée car Athéna et sa chouette, qui sont devenues mes idoles, ont encore beaucoup de secrets archéologiques à révéler.

Alice Ognier,

Doctorante – U.M.R Ausonius


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Alice Ognier (11 décembre 2022). Athéna : the wise and unhinged is back in the archaeological game. Actualités des études anciennes. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc6w


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search