Zénon de Kition, fils de marchand phénicien et fondateur du stoïcisme

Rien ne prédestinait Zénon, le fondateur de la Stoa, à devenir l’un des scholarques athéniens les plus réputés. Il était en effet le fils d’un marchand de pourpre phénicien, Mnaséas, qui jouissait certes d’une grande aisance financière ayant sans doute d’étroites relations avec la communauté phénicienne établie dans le Pirée mais qui n’était pas introduit dans les cercles intellectuels athéniens. Diogène Laërce rapporte que le premier maître du jeune Zénon, Cratès de Thèbes, le surnommait phoinikidion, le « petit Phénicien » (Vies des philosophes, VII, 3), terme à la fois péjoratif et marqueur d’identité, car cette étiquette lui colla à la peau pour le distinguer dans le foisonnant paysage philosophique athénien de la fin du IVe siècle av. J.-C. Selon l’auteur des Vies et doctrines des philosophes illustres, citant les Homonymes de Démétrios de Magnésie, c’est par le biais des réseaux commerciaux de son père qu’il découvrit Athènes et fut initié à la paideia grecque : « Mnaséas, du fait qu’il était marchand, se rendait souvent à Athènes et rapportait à Zénon, qui était encore enfant, de nombreux ouvrages des Socratiques. Ainsi avait-il reçu un entraînement déjà dans sa patrie » (VII, 31). Après avoir commencé sa carrière comme associé d’affaires de son père, plusieurs versions de sa conversion à la philosophie circulaient (perte de sa cargaison près du Pirée, la consultation de l’oracle de Delphes, l’audition des Mémorables de Xénophon dans une librairie d’Athènes), mais il est plus probable qu’attiré par la culture grecque il débarqua à Athènes avec une somme conséquente (selon Diogène Laërce, VII, 13, cette somme se serait élevée à 1000 talents) qu’il prit le soin d’investir dans des affaires maritimes. L’aisance matérielle ainsi obtenue lui permit de se consacrer à l’étude de la philosophie.

On comprend ainsi que son intérêt pour la philosophie commença en même temps que son intérêt pour la langue et la culture grecques, ses détracteurs l’accusant d’avoir gardé toute sa vie son accent phénicien en dépit de son long séjour à Athènes où il finit par ailleurs ses jours. Il y fut honoré à sa mort, datée de 262/261, d’un décret honorifique, dont le contenu est reproduit par Diogène Laërce au début du livre consacré aux Stoïciens (VII, 10-12). Il reçoit ainsi un éloge poignant de la cité dont il rehaussa la renommée culturelle : « Puisque Zénon, fils de Mnaséas, de Kition, qui pendant de nombreuses années a exercé la philosophie dans la cité, a été, par ailleurs, jusqu’à la fin, un homme de bien et qu’en incitant à la vertu et à la modération ceux des jeunes gens qui venaient se confier à ses soins il les exhortait aux plus belles choses, ayant offert en exemple à tous sa propre vie qui était en accord avec les discours qu’il tenait, il a paru bon au peuple – si la Fortune est favorable ! – de louer Zénon, fils de Mnaséas de Kition, et de le couronner d’une couronne d’or (…) et de construire pour lui au Céramique un tombeau aux frais de l’État ». Il semble qu’une statue avait été érigée en son honneur également dans sa cité d’origine (Vie des philosophes, VII, 3 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XXXIV, 92), ce qui montre que la mobilité dont les intellectuels d’époque hellénistique faisaient preuve pour se former et, pour certains, pour s’affirmer dans l’un des centres culturels réputés, ne signifiait pas la fin de toute relation avec leur patrie. Ce fut le cas aussi de Xénocrate de Chalcédoine, scholarque de l’Académie ayant succédé à Speusippe, neveu et successeur à son tour de Platon, qui ne cessa de se rendre dans sa cité du Détroit en dépit de sa place prééminente dans la vie culturelle athénienne. Aussi bien Xénocrate que Zénon ne semblent jamais avoir reçu la citoyenneté athénienne. Dans les inscriptions ayant gardé la trace de son nom, le décret mais aussi une stèle où il apparaît avec l’épithète de « philosophe », le fondateur du stoïcisme demanda d’être désigné à l’aide de son ethnique : il resta ainsi, pour la postérité, Zénon de Kition.

            Le philosophe dans la cité se distingue par ses qualités morales et par le service rendu à la communauté, au terme desquels les honneurs sont également politiques. Zénon fut par ailleurs impliqué dans la vie politique par sa familiarité avec le dirigeant macédonien Antigone Gonatas, maître d’Athènes à cette époque, mais sans qu’on puisse avancer avec des arguments un quelconque collaborationnisme avec l’occupant. Il refusa par ailleurs de se rendre à la cour de Pella, mais envoya deux de ses disciples. Cependant, son grand mérite et sa principale contribution à l’histoire culturelle d’Athènes en particulier et de la philosophie antique en général fut la création autour de lui d’un cercle de jeunes gens intéressés par l’étude de sa doctrine, basée sur des vertus comme la frugalité, l’endurance, la gravité, la retenue, la concision. Ses disciples furent d’abord appelés les « zénoniens », puis les « Stoïciens », du fait qu’ils étudiaient avec Zénon dans la Stoa poikilè, le portique peint au nord de l’agora. Parmi ceux qui ont les premiers suivi les leçons de stoïcisme comptent, outre Cléanthe d’Assos qui prit la direction de l’école, Persaios de Kition, l’un de ses compatriotes – preuve du lien entretenu avec sa cité située sur la côte phénicienne de Chypre – et Sphaïros de Borysthène, fameux conseiller du roi Cléomène III dans ses efforts de réformer l’agôgè spartiate. Selon certaines traditions, Zénon aurait dirigé son école pendant cinquante-huit ans, ce qui le ferait mourir à l’âge très avancé de 98 ans. Le représentant le plus illustre du stoïcisme fut néanmoins le successeur de Cléanthe, Chrysippe de Soles, cité en Cilicie connue pour le maniement fautif du grec, ce qui lui valut l’origine du terme solécisme. Zénon, à l’instar de Cléanthe, de Chrysippe et tous les autres philosophes cités, était l’un des nombreux scholarques étrangers, largement majoritaires, qui s’affirmèrent à la tête des écoles philosophiques athéniennes et contribuèrent de manière éclatante au rayonnement de cette cité des arts et de la culture.

Madalina Dana,

Professeur d’histoire grecque, Université Jean Moulin Lyon 3/HiSoMa

Pour aller plus loin :

  1. Erskine, The Hellenistic Stoa. Political Thought and Action, Londres, 1990.

J.-B. Gourinat, s.v. Zénon de Citium (Z 20), dans R. Goulet (dir.), Dictionnaires des philosophes antiques, VII, Paris, 2018, p. 364-393.

  1. Yon, « Zénon, citoyen de Kition », dans Mélanges Olivier Masson, Centre d’Etudes Chypriotes, Cahier 27, Paris, 1997, p. 165‑172.


Citer ce billet
Madalina Dana (2022, 14 décembre). Zénon de Kition, fils de marchand phénicien et fondateur du stoïcisme. Actualités des études anciennes. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc6z

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search