Maxence, le dernier empereur « augustéen » de Rome (306-312)

La narration historique se construit le plus souvent à partir du récit des vainqueurs. Malheur à ceux qui ont bravé les futurs rédacteurs de la vulgate. Octavien, le héros d’Actium (2 septembre 31 avant notre ère), puis de la prise d’Alexandrie, après le double suicide de Marc Antoine et Cléopâtre (1er août 30), peut ainsi réécrire l’histoire romaine depuis la fin de la dernière guerre civile et livrer à son successeur Tibère, à sa mort en 14 de notre ère, une version officielle sous la forme des fameux « Hauts faits du Divin Auguste », lus in extenso par Tibère et son fils Drusus en séance sénatoriale devant les patres conscripti dont certains étaient les descendants des Pompéiens, des Césaricides ou des partisans d’Antoine. Ce texte ne cite aucun nom d’adversaires et voile les dissensions en faisant référence dans son premier paragraphe introductif, présentant l’entrée dans la carrière publique du jeune César, de l’automne 44 à l’automne 43, à une faction qu’il a défaite afin de rendre la liberté à la République[1].

Portrait de Maxence, Stockholm, National Museum, inv. no 106

Près de trois siècles après la mort du fondateur du principat, l’Imperator Caesar Augustus, le jeune fils d’un des Augusti de la première Tétrarchie, Maximien Hercule, et d’Eutropia, né peut-être en Syrie vers 275-278, dénommé M(arcus) Valerius Maxentius, se déclare à Rome Maxentius princeps inuictus, et dans le monnayage carthaginois Nobilissimus Caesar[2]. Il a une petite trentaine d’années et commence une aventure impériale de courte durée, de 306 à 312, très exactement d’un 28 octobre à un autre 28 octobre, en se voulant d’abord respectueux du collège tétrarchique (comme le souligne le revers de la monnaie romaine) et portant un titre faisant référence à son statut de fils d’Auguste. Son principat éphémère peut toutefois à bon droit être considéré comme le tout dernier exemple d’un prince « augustéen », résidant à Rome et revendiquant par son comportement et ses res gestae le lointain héritage du fondateur de la res publica impériale. Dans un contexte de délitement du modèle mis en place par Dioclétien, dyarchique puis tétrarchique, après l’organisation de son abdication en compagnie de Maximien, le père de notre héros, le 1er mai 305, la seconde tétrarchie peine à s’imposer, tant le principe d’hérédité impériale semble vouloir concurrencer les structures par trop alambiquées d’une collégialité choisie : aux deux Augustes, Constance et Galère, ont été associés deux Césars, Sévère et Maximien Daïa, alors que deux fils d’Augustes, Constantin et Maxence, s’estiment bien placés pour recevoir la pourpre impériale et prendre ainsi place dans la structure étatique quadripartite.

Les titulatures impériales, les émissions monétaires et l’œuvre monumentale du fils de l’Auguste Herculius me semblent converger vers une posture augustéenne qui atteste la volonté du jeune prince de se doter d’une identité impériale au sein de l’Vrbs, certes déjà bien contestée en sa qualité de caput imperii, capitale d’empire, destinée à recueillir les suffrages du populus Romanus, des sénateurs, et confirmer dans leur choix les prétoriens, ce corps de troupe urbaine en charge de la protection du prunce qui est à l’origine de sa désignation. Fils d’empereur, il associe à son pouvoir son propre fils en 308, désigné nobilissimus uir, qui porte le surnom (cognomen) fort opportun de Romulus. L’un et l’autre partagent le consulat en 308 et 309, année de la disparition prématurée de l’héritier présomptif. Formellement, Maxence s’affirme M. Aurelius Valerius Maxentius P(ius) F(elix) Inuictus (et Aeternus) Augustus, grand pontife, père de la patrie, revêtu de la puissance tribunicienne, du consulat, du proconsulat, et peut-être du cognomen paternel Herculius, au début de l’année 307, peut-être en avril[3].

Le détail des années 306-312 à Rome et dans le ressort territorial sous le contrôle de Maxence – l’Italie, la Sicile, la Sardaigne, la Corse et l’Afrique, avec des évolutions multiples : tentative avortée de reconquête de l’Italie par Sévère qui échoue et trouve la mort en avril 307, usurpation africaine de Lucius Domitius Alexander en 308-310 –, ne nous retiendra pas, ni même les relations complexes entre père et fils, le premier hésitant sans cesse entre son gendre Constantin et son fils, entre Rome et la Gaule (pour les données chronologiques et événementielles, Kienast 20176, p. 279-281, CAH XII2, p. 75-93 et 783-784 et Christol 20062, p. 215-227). C’est la relation privilégiée du prince et de sa Cité, ainsi que la politique menée par Maxence, le dernier à entreprendre une œuvre urbanistique d’envergure et à traduire son action par une légende très significative de « Sauveur de sa Ville » (Conseruator Vrbis Suae)[4] qui m’apparaît essentielle. L’appropriation semble conduite à son terme, tandis que les liens particuliers entre le princeps et son populus sont réaffirmés, comme le suggère l’analyse de ce court règne romain du fils du tétrarque Maximien par Cullhed 1994, à partir des données numismatiques[5]. D’Auguste à Maxence, politique monumentale, programme frumentaire et exaltation de la personne du prince en un lieu et au sein d’une communauté donnés vont de pair afin de rendre précisément compte de cette histoire d’une identification progressive d’un homme et d’une cité (Benoist 2005 ; 2020).

À la veille de l’entrée triomphale de Constantin à l’issue de la bataille du pont Milvius, fin octobre 312, une base de statue découverte dans le cirque du complexe de Maxence sur la Via Appia illustre une forme très classique de culte impérial d’expression « augustéenne ». Cet ensemble monumental est une excellente introduction à la réalité des résidences impériales de la fin du IIIe et de tout le IVe siècle, même si le précédent intra pomœrium du dernier des Flaviens Domitien offre déjà une anticipation du rapport étroit entre résidence, salles de réception et lieux de spectacula. Un document commémore le fils de l’empereur Maxence. L’inscription invoque plusieurs membres de la famille impériale divinisés et nomme le jeune prince décédé le diuus Romulus. À cette date, après mai 311 puisque Galère, grand-père du défunt, sa fille Valeria Maximilla étant mariée à Maxence, est divinisé (il est dénommé Maximien minor), il est important de prendre en compte le formulaire[6].

Toutefois, les processus d’une reconstruction mémorielle a posteriori sont en route : le vainqueur va prendre le costume du vaincu, condamné de mémoire, ses inscriptions étant martelées, ses portraits transformés (fig., avec Varner 2004 et 2008). La basilique, les thermes et la reconstruction du temple de Venus et Rome, au cœur de cette identité pérenne d’une cité fêtée annuellement le 21 avril par les Romaia depuis Hadrien et qui aurait dû commémorer de nouveaux jeux séculaires, sont désormais attribués à Constantin, tandis que l’œuvre monumentale personnelle de ce dernier s’attache plus au Latran et à ses édifices chrétiens, ou bien à l’arc de triomphe monumental qui offre aux contemporains une nouvelle lecture de l’histoire millénaire de la Rome éternelle (Benoist 2016).

Stéphane Benoist,

Univ. Lille, CNRS, Ministère de la Culture, UMR 8164 – HALMA

 

Références bibliographiques :

Benoist 2005 : S. Benoist, Rome, le prince et la Cité. Pouvoir impérial et cérémonies publiques (ier siècle av. – début du ive siècle ap. J.-C.), Paris.

Benoist 2016 : S. Benoist, Rome. Des origines au vie siècle de notre ère (Une histoire personnelle), Paris.

Benoist 2020 : S. Benoist, Le pouvoir à Rome : espace, temps, figures (ier s. av. – ive s. de notre ère), douze variations (scripta varia), Paris.

Benoist et al. 2008 : S. Benoist & A. Daguet-Gagey (dir.), Un discours en images de la condamnation de mémoire, Metz.

CAH XII: A. K. Bowman, P. Garnsey & A. Cameron (dir.), Cambridge Ancient History, XII2, The Crisis of Empire (A.D. 193-337), Cambridge, 2005.

Christol 20062 : M. Christol, L’empire romain du iiie siècle. Histoire politique (192-325 après J.-C.), Paris [1997].

Cullhed 1994 : M. Cullhed, Conservator Urbis Suae, Studies in the politics and propaganda of the emperor Maxentius, Stockholm.

Keinast 20176 : D. Keinast, W. Eck et M. Heil, Römische Kaisertabelle. Grundzüge einer römischen Kaiserchronologie, Darmstadt, 6e édition [1990].

Scheid 2007 : J. Scheid, Res Gestae Diui Augusti. Hauts faits du divin Auguste (Coll. des Univ. de France), Paris.

Varner 2004 : E.R. Varner, Mutilation and Transformation. Damnatio memoriae and Roman imperial portraiture, Leyde, Boston.

Varner 2008 : E.R. Varner, « Memory Sanctions, Identity Politics, and Altered Imperial Portraits », in Benoist et al. 2008, p. 129-152.

[1] « À l’âge de 19 ans, j’ai levé, par décision personnelle et à mes frais, une armée qui m’a permis de rendre la liberté à la République opprimée par une faction. » (Scheid 2007, RGDA 1.1)

[2] Cf. RIC, VI, Rome, 147, aureus, 306-307 : au droit MAXENTIVS PRINC INVICT (Maxence prince invaincu), tête de Maxence laurée à droite, et au revers HERCVLI COMITI A-VGG ET CAESS NN (à Hercule, compagnon des deux Augustes et des deux Césars), Hercule debout à droite, tête à gauche, appuyé sur sa massue avec la main droite et tenant l’arc et la peau de lion dans la main gauche ; et RIC, VI, Carthage, 47, aureus, 306-307 : au droit MAXENTIVS NOB C (Maxence très noble César), tête laurée à droite, et au revers FELIX KA-RTHAGO (L’heureuse Carthage), Carthage debout de face, drapée, la tête à gauche, portant des fruits dans ses deux mains.

[3] Cf. pour une nomenclature épigraphique, CIL, XI, 5967b, Luni (La Spezia), 307-312 : « Au grand et invaincu Empereur César M. Aurelius Valerius Maxence Pieux Heureux Auguste, grand pontife, revêtu de la puissance tribunicienne, père de la patrie, proconsul, l’ordre des Lunenses, dévoué à son numen (puissance divine) et à sa majesté ». 

[4] Par exemple ce multiple de deux aurei de Maxence, Rome, vers 308-309 (RIC VI, n° 166) avec au droit IMP. MAXENTIVS P. F. AVG. (l’Empereur Maxence pieux heureux Auguste), tête à g. coiffée d’une peau de lion et au revers CONSERVATOR VRB. SVAE – P*R, Roma assise à g. sur un bouclier décoré de la louve et des deux jumeaux, tenant à main g. un sceptre et présentant un globe à Maxence debout en habit militaire à dr.

[5] RIC VI, Rome, n° 173, pour Romae Aeternae auctrici Aug. n. (à Rome éternelle, créatrice de notre Auguste), Rome assise sur un bouclier s’appuyant sur un sceptre tendant un globe à Maxence en toge tenant un bâton qui lui fait face à droite et Ostie, nos 39-42, pour l’Aeternitas Aug. n. (l’éternité de notre Auguste), avec les dioscures et la louve ; enfin deux folles avec des dédicaces à Maximien et Romulus et la mention de la « mémoire éternelle » (Aeternae Memoriae), RIC VI, Rome, nos 243-257. Dans les deux cas, un autel hexastyle ou tétrastyle, surmonté d’un dôme avec un aigle à son sommet, est représenté, allusion à la consecratio.

[6] CIL VI, 1138 (ILS 673) : « Au divin Romulus, homme de très noble mémoire, deux fois consul ordinaire, fils de notre seigneur Maxence invaincu et perpétuel Auguste, petit-fils du divin Maximien senior et du divin Maximien minor ».



Citer ce billet
Stéphane Benoist (2022, 16 décembre). Maxence, le dernier empereur « augustéen » de Rome (306-312). Actualités des études anciennes. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc71

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search