Artémise. Une femme capitaine de vaisseaux dans l’Antiquité grecque

Sebillotte Cuchet (V.), Artémise. Une femme capitaine de vaisseaux dans l’Antiquité grecque. – Paris : Fayard, 2022. – 400p. – ISBN : 9782213718002

Crédit image. Première de couverture – Fayard éditions

Spécialiste des femmes et du genre, Violaine Sébillotte-Cuchet offre au public un nouvel ouvrage questionnant la participation des femmes dans la société grecque. Le titre de l’ouvrage, Artémise, une femme capitaine de vaisseaux dans l’Antiquité grecque, nous invite d’emblée à penser qu’il s’agit d’une biographie historique de la reine carienne. Quel défi, à première vue, de vouloir retranscrire la vie de cette femme dont les actions sont seulement connues grâce au bref passage qu’Hérodote lui consacre dans ses Histoires. VSC contourne aisément le problème, ou plutôt propose une alternative intéressante : mettre en parallèle les fragments de vie d’Artémise avec ceux d’autres femmes issues du monde hellénophone.

Le fil conducteur de cet ouvrage est la volonté pour l’autrice de déconstruire les stéréotypes de genre mais aussi identitaires. Il ne s’agit pas seulement de reconstituer l’histoire de la reine d’Halicarnasse mais de présenter une « histoire mixte », comme le dit l’autrice elle-même, une porte d’entrée vers des questions sur l’altérité : la construction identitaire en miroir de l’autre, Barbares, « Mixo-Barbares » et Grecs, dans un monde décrit par des Grecs et la place des femmes dans un monde décrit par des hommes. L’enquête de VSC met ainsi en lumière l’articulation complexe des différentes formes de dominations au sein des sociétés grecques avec le constat que le masculin ne l’emporte pas toujours, comme l’illustre le personnage d’Artémise. Son approche permet un changement de point de vue bienvenu, qui questionne la vision hellénocentrée, voir athénocentrée, des sources sur l’histoire du monde grec, en décalant notre regard vers l’Asie Mineure et en particulier à Halicarnasse.

L’ouvrage se découpe en cinq chapitres qui font voyager habilement le lecteur entre Athènes et l’Asie Mineure. VSC y présente un nombre considérable de sources qui illustrent la plupart du temps des exemples concrets et en contexte. Il est cependant dommage que les sources iconographiques n’aient pas plus été convoquées, en particulier pour montrer la participation des femmes aux activités de la cité athénienne. Certains sujets, comme la vie conjugale, ne sont évoqués qu’à travers les textes littéraires alors que de nombreux vases attiques, par exemple, témoignent volontiers de cette intimité.

C’est tout naturellement que l’enquête de VSC débute avec le témoignage d’Hérodote dans une première partie intitulée « L’Artémise d’Hérodote ». Originaire lui-même d’Halicarnasse, son point de vue diffère considérablement des autres auteurs, comme Plutarque par exemple. Alors qu’Hérodote glorifie la reine dont il met en avant les exploits militaires à Salamine, Plutarque, au contraire, est interloqué qu’une femme puisse être au centre d’un tel récit, ce qui le fait douter de sa véracité. Décrite comme une héroïne d’épopée, elle est comparable à une Amazone, alors même que le récit d’Hérodote fait bien référence à une réalité historique : une reine d’Halicarnasse qui a participé lors de la seconde guerre médique à une expédition menée par le grand roi Xerxès et qui s’est illustrée par sa ruse. Elle aurait fait couler un vaisseau de son propre camp en faisant croire que c’était un vaisseau de l’armée adverse (pour que ses poursuivants la croient de leur côté), devant le Grand Roi. S’en suivi une confusion générale en mer. Hérodote fait habituellement l’éloge des Athéniens et de la Grèce mais l’anecdote épique sur Artémise fait exception car l’action de la reine est un pied de nez aux Grecs (humiliés par une femme, de surcroit barbare). L’anecdote est d’autant plus intéressante que c’est le seul acte de guerre de Salamine qu’il raconte et qu’Artémise est mise en scène de la même manière que les autres personnages de son récit ; c’est son statut de commandante qui importe ici, pas le fait qu’elle soit une femme. Ce point de vue est donc en total décalage avec celui des Athéniens qui mettent sa capture à prix car elle occupe, selon eux, une place inacceptable pour une femme.

VSC étudie également les discours sur cette figure populaire qui alimentent les stéréotypes mettant en opposition les hommes et les femmes, les Grecs et les Barbares. Le rapprochement dépréciatif est toujours fait entre les femmes et les Barbares, surtout sous le prisme athénien. Les réceptions postérieures à Hérodote ont par ailleurs altéré le souvenir héroïque forgé par l’historien et deux personnages se confondent peu à peu dans les sources (car elles portent le même nom et sont toutes les deux cariennes) : Artémise I, l’héroïne de Salamine et Artémise II, l’épouse et sœur du satrape carien Mausole. Même si les deux ont été reines de Carie, la première n’est associée à aucun roi et devient célèbre pour ses actions politiques et guerrières ; la seconde est toujours associée à Mausole, même après sa mort, puisqu’elle aurait œuvré pour sa mémoire avec le Mausolée. Elles incarnent deux symboles opposés : l’une est une femme à contre-courant, au comportement choquant pour les lecteurs grecs, notamment athéniens ; l’autre est une épouse dévouée, incarnation de la femme grecque idéale. Est-il dès lors surprenant que la mémoire d’Artémise I ait été peu à peu effacée et cachée dans l’ombre de la reine hécatomnides Artémise II, jusqu’à ce que les études historiques sur les femmes et le genre se développent dans le courant du XXe siècle ?

Le deuxième chapitre, « La nouvelle Amazone », est consacré aux Amazones. L’association d’Artémise aux mythiques guerrières est un topos : elles sont courageuses et à ce titre elles incarnent l’andreia (comme les hommes). Dans l’épopée ce n’est d’ailleurs pas une valeur spécifiquement masculine. Les deux suscitent ainsi des réactions contradictoires, chez les hommes notamment, admiration et stupeur, terreur et moqueries.

La légende amazonienne est fixée vers le VIIe siècle a.C. dans la littérature chez Homère et dans l’iconographie : c’est le thème de l’amazonomachie qui est très populaire à Athènes (représenté sur de nombreux vases et décors sculptés comme le Parthénon). Elles sont souvent mises en scène combattant les héros épiques grecs tels qu’Héraclès, Achille ou encore Bellérophon. Les Athéniens revendiquent les avoir combattues dès le VIe siècle a.C. C’est en particulier dans le contexte de l’inauguration du culte héroïque de Thésée, le héros fondateur d’Athènes, que se sont manifestés les signes les plus marqués de la réinterprétation collective du mythe des Amazones. Leur représentation change à partir du VIe siècle a.C., elles se distinguent désormais des héros grecs par leur apparence barbare (pantalons, bottes, tenues moulantes et bariolées, bonnet phrygien, armées d’une hache, d’un arc et d’un bouclier en croissant de lune et souvent à cheval). L’amazonomachie représente l’allégorie des conflits entre les Grecs et les Perses. Il est donc facile de faire le rapprochement entre ces guerrières et Artémise.

L’existence de ces héroïnes épiques n’est pas remise en question chez Hérodote, tout comme celle des autres héros mythiques. Selon lui, elles seraient à l’origine des Saraumates, peuple issu des unions des Amazones et des Scythes, dont les coutumes décrites par Hérodote sont en partie confirmées par les découvertes archéologiques. Les Amazones de l’épopée sont des héroïnes glorieuses, égales aux hommes en courage, puis elles deviennent, à cause de la geste théséenne, l’ennemi juré et illégitime des Grecs, et surtout des Athéniens, dans le domaine guerrier. Le même sort est réservé à Artémise. Ces femmes guerrières illustrent ainsi le fantasme d’une gynécocratie dans un monde exotique et dans un passé très lointain, donc légendaire. VSC rappelle, à juste titre, que la vraie question à se poser n’est pas celle de leur existence mais qu’il s’agit de comprendre ce que ces figures mythiques révèlent sur les comportements des sociétés face à des femmes combattantes et puissantes.

Dans le chapitre 3 intitulé « Artémise, une femme ordinaire », il est question des femmes de manière générale, que VSC qualifie d’« ordinaires », et de leur place dans la société grecque. Que ce soit les Amazones ou Artémise, toutes les sources s’accordent pour dire qu’elles n’étaient pas des femmes ordinaires. VSC propose ici de comprendre si elles étaient pour autant des exceptions et montre que beaucoup de préjugés sont responsables de descriptions stéréotypées sur les femmes grecques souvent considérées comme une catégorie unique. Hors, elles n’avaient bien entendu pas toutes le même statut ni les mêmes libertés. Où se donc situe Artémise dans ce paysage hellénophone ?

VSC revient sur la définition de la femme idéale selon la documentation grecque : une épouse obéissante et discrète qui s’occupe de la maison et donne des héritiers. Cette position concerne dans l’ordre patriarcal les femmes de condition libre et les épouses légitimes. C’est notamment le mythe de Pandore, chez Hésiode, qui illustre cet idéal. De manière générale, les différentes sources littéraires (traités médicaux, philosophiques, historiques, poétiques) s’accordent sur l’idée que les différences de qualités attribuées aux hommes et aux femmes ne sont pas basées sur des critères physiques mais sur des valeurs portées par des éléments naturels (eau, air). Les discours sur le genre sont fondés sur l’idée que les hommes et les femmes ont des tempéraments différents par nature.

Il est malheureusement impossible de connaitre les effets de ces stéréotypes sur les populations antiques mais il est possible d’analyser le contexte de leur énonciation, comme le fait VSC avec grande justesse. On remarque ainsi que le vocabulaire connoté féminin est souvent employé pour désigner des hommes de façon négative mais qu’il ne s’agit pas d’une injure de genre. Par exemple, l’inverse d’un homme courageux est un lâche, pas une femme chez Thucydide. C’est plutôt chez les orateurs du IVe siècle a.C. et Plutarque que l’on trouve les injures de genre comme norme. Même si les stéréotypes de genre ne faisaient pas toujours autorité, on constate qu’ils ont été souvent pris au premier degré et généralisés par les historiens. Ceci est d’autant plus surprenant que les stéréotypes des barbares ont été déconstruits, alors que les préjugés de genre restent, produisant un discours généraliste et simplifié sur la place des femmes. Selon VSC, c’est sous ce prisme qu’Artémise a pu surprendre et être décrite comme une exception au lieu d’être vue comme la preuve que les femmes du monde grec pouvaient avoir une diversité de statuts et ne se réduisaient pas à de tels stéréotypes.

Si ce chapitre est passionnant et tout à fait indispensable à la compréhension de la vie d’Artémise et de la vision que ses contemporains avaient d’elle, il est dommage que les exemples, pour la plupart relativement abstraits, ne soient issus presque qu’exclusivement des sources littéraires et n’illustrent pas plus le contexte micrasiatique. Il aurait été plus intéressant ici de confronter davantage de types de sources et tout particulièrement de Carie et de l’Asie Mineure en général.

Dans le chapitre 4, « Artémise, une Grecque de Carie », VSC analyse une documentation plus hétérogène et les exemples sont bien plus pertinents que ceux qui précèdent car issus du contexte carien. VSC revient sur les raisons qui ont amené la postérité à oublier la reine Lygdamide Artémise I au profit de la reine hécatomnide Artémise II.

L’exemple de la dynastie des Hécatomnides, au IVe siècle a.C., est passionnant à plus d’un titre car il témoigne que d’autres femmes ont exercé un pouvoir politique et militaire en Carie. S’agit-il d’une tradition régionale ? Artémise I est par ailleurs une référence prestigieuse pour la population d’Halicarnasse, donc pour les Hécatomnides. Elle a donc pu également inspirer ces reines cariennes. La première reine hécatomnide connue est Aba, fille d’Hyssaldomos. On ignore tout des fonctions précises qu’elle a pu occuper mais on suppose qu’elle régna avec son frère et époux Hécatomnos. La plus connue et celle qui nous intéresse en particulier est Artémise II : les textes épigraphiques témoignent qu’elle partageait le pouvoir avec son frère et époux Mausole. Elle reçut les honneurs, comme des statues de son vivant, de la même manière que les autres membres de la dynastie (même s’il apparait clairement dans les textes que les deux souverains n’étaient pas détenteurs des mêmes pouvoirs, Mausole ayant reçu plus d’honneurs qu’elle). Après la mort de Mausole, elle conserva seule le pouvoir, ce qui prouve qu’elle était considérée comme plus légitime que son frère pour régner. D’après Démosthène, elle détenait aussi le commandement militaire et politique lors de la prise de Rhodes. Sa sœur Ada a également exercé un pouvoir partagé avec son frère et époux Idrieus. De la même manière que sa sœur ainée, elle régna seule après la mort d’Idrieus avant d’être évincée par leur dernier frère, Pixodaros. Ada négocia avec Alexandre une alliance pour reprendre le pouvoir : elle le déclara comme étant son fils et Alexandre la laissa régner sur la région après avoir repris la Carie à son gendre Orontobatès.

Les honneurs étaient ainsi rendus en Carie aux deux époux, Artémise II et Mausole ainsi qu’Ada et Idrieus, avec des statues et les inscriptions de leurs noms sur les monuments publics. Leurs fonctions royales sont perçues comme tout à fait normales dans les sources. Les Hécatomnides se revendiquaient les héritiers des Lygdamides, donc d’Artémise I. Que leur lien de parenté soit réel ou non, il peut expliquer en partie le choix de Mausole de déplacer la capitale de Carie, auparavant Mylasa, à Halicarnasse. Pourtant, la perception des deux Artémise diffère. Hérodote présente Artémise I comme une Grecque alors que les Hécatomnides sont des locaux, des Cariens donc des Barbares pour les Grecs. Halicarnasse est elle-même considérée comme une cité grecque située en terres barbares alors qu’il s’agit en réalité d’une cité multiculturelle, comme les Hécatomnides.

Le dernier chapitre, « Les compagnes d’Artémise. Dynastes et citoyennes des cités grecques » fait écho au chapitre 3. La situation d’Artémise est mise en parallèle avec d’autres exemples de femmes ayant exercé un pouvoir ailleurs dans le monde grec et en particulier à Athènes.

C’est dans le contexte perse (dont la Carie est intégrée à l’empire), lui-même inspiré de la Mésopotamie, que VSC va puiser les premiers témoignages de femmes qui ont eu des fonctions politiques et économiques importantes. Les comparaisons ici encore avec Athènes semblent moins pertinentes, en particulier quand l’analyse de l’autrice ne porte que sur des sources littéraires qui sont les plus à même de diffuser des stéréotypes. A partir de l’époque hellénistique, les sources montrent que les femmes issues de l’élite, et en particulier les reines, ont joué des rôles politiques de premier plan, comme par exemple la dynastie macédonienne. De manière générale, c’est dans le contexte religieux qu’elles occupent les fonctions civiques les plus importantes.

La cité athénienne étant réputée pour exclure les femmes de la vie civique, il semble normal que les Athéniens aient vu Artémise comme une figure incompréhensible, donc barbare. Pourtant, chez Aristote, on trouve le terme de politides, qui peut se traduire par « citoyennes », c’est-à-dire filles de citoyens (sans référence à une fonction civique dont elles sont exclues, car selon Aristote, le mâle est supérieur à la femelle par nature). Elles peuvent néanmoins transmettre la citoyenneté et exercer des magistratures dans le cadre religieux. VSC emploi aussi le terme de citoyenne (politis) qu’elle justifie par leur participation à la vie collective, leur reconnaissance publique et leur condamnation pour leurs actions. Selon l’autrice, l’exclusion des femmes de la vie de la cité et du politique vient d’une vision masculiniste des régimes politiques. L’emploi du mot « citoyenne » dans le contexte de la cité grecque mériterait certainement d’être employé avec plus de prudence et de nuance. S’il est évident que les femmes occupaient certaines fonctions civiques, elles n’en étaient pas moins exclues de la plupart d’entre elles et des institutions assurant le fonctionnement de la cité.

VSC montre également que les Athéniennes contemporaines d’Artémise exercent des formes multiples d’autorité dans la cité, comme l’explique notamment Aristote et Xénophon : à la maison (maitresse d’esclave et maitresse de maison) ; elles peuvent aussi avoir une certaine autorité sur le plan économique (achat et vente de terres par exemple). C’est seulement dans le contexte religieux qu’elles n’ont pas besoin d’un représentant légal, le kurios, sorte de garant. Leur autonomie est donc diminuée et leurs pouvoirs limités par la nécessité d’avoir une présence masculine devant les instances collectives. Ces inégalités sont encore plus grandes selon le statut de chacune dans la cité : les femmes libres et issues de familles privilégiées occupent plus de place dans la sphère publique.

Au terme de cette passionnante enquête, le lecteur aura eu la chance de faire la connaissance d’une femme exceptionnelle dont l’existence relève d’un fait historique mais qui reste dans la mémoire collective une figure héroïque digne des épopées homériques. Ce n’est pas seulement la vie de cette « nouvelle Amazone » que VSC a mis en lumière ici mais c’est aussi toute la vision que les sources antiques et contemporaines ont porté sur les femmes au pouvoir et l’altérité, notamment barbare. Artémise, bien qu’elle soit une femme hors normes et fascinante, n’en reste pas moins un prétexte pour l’autrice qui profite de cette biographie pour redonner aux femmes grecques leur véritable place dans la société, loin des stéréotypes diffusés sur leur situation depuis l’Antiquité. VSC conclut elle-même son livre ainsi : « En éclairant une femme si puissante qu’elle en est presque surréelle, c’est l’ensemble des femmes des cités, les riches, les pauvres et les esclaves, qui d’un coup prennent la pleine lumière ».

Joy Rivault,

Docteure en Histoire, Civilisations et Archéologie des Mondes antiques

A l’occasion des Rendez-vous de l’Histoire de Blois, en octobre 2022, Violaine Sébillotte Cuchet avait accepté de répondre à quelques-unes de nos questions. Nous la remercions chaleureusement. L’enregistrement a été réalisé dans les jardins de l’Hôtel de ville de Blois ce qui explique les imperfections sonores dont nous nous excusons. 

 



Citer ce billet
Joy Rivault (2023, 2 janvier). Artémise. Une femme capitaine de vaisseaux dans l’Antiquité grecque. Actualités des études anciennes. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc7a

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search