Néron. Le pouvoir et la scène

Cosme (P.), Néron. Le pouvoir et la scène. – Paris : Armand Colin, 2022. – 204 p. – ISBN : 978-2-200-63090-4.

Crédit image. Première de couverture – Armand Colin

Dans un récent article, Olivier Devillers montrait comment chaque auteur configurait (si l’on peut dire) son « Néron »1. Voici donc le Néron de Pierre Cosme. Raconter ce qui a conduit à l’effondrement de cet empereur, telle a été pendant des siècles la démarche des études sur ce prince. Pierre Cosme, professeur d’Histoire ancienne à l’Université de Rouen, pense qu’il faudrait plutôt inverser la perspective et « non pas tenir la chronique d’une chute annoncée, mais se demander comment ce jeune homme inexpérimenté a réussi, vaille que vaille, à conserver cette position éminente pendant quatorze ans » (p. 1). C’est ce qu’il a tenté de faire dans ces quelque 200 pages où non seulement il s’appuie sur les historiens antiques, mais où il met également à profit l’épigraphie et la numismatique pour montrer que ceux-ci n’ont pas toujours dit la vérité ou pour apporter des informations supplémentaires ; c’est ainsi, par exemple, qu’il étudie une guerre en Ukraine, évoquée seulement par une inscription de la fin du Ier siècle trouvée à Tivoli (p. 95 et suivantes).

Il a choisi d’exposer les faits en suivant l’ordre chronologique. Aussi le premier chapitre « Des parents terribles » résume-t-il les traits notables des principaux ascendants du prince à partir de 496 av. J.-C., date à laquelle apparaît dans sa lignée le surnom Ahenobarbus, et s’arrête en 39 de notre ère, date du décès du père de Néron qui a alors 2 ans. Le chapitre 2 peint rapidement les personnages qui ont environné sa jeunesse, comme Messaline, Agrippine, Sénèque et bien d’autres encore ainsi que leurs agissements, jusqu’à la mort de Claude en 54. Le chapitre 3, intitulé « Le quinquennat de Néron : un nouvel âge d’or ? », couvre les années 54 à 59 et raconte l’investiture du nouvel empereur, les débuts du règne, le jeu des influences respectives d’Agrippine, de Sénèque et de Burrus. P. Cosme explique la question arménienne, relate les opérations militaires dans cette région ainsi qu’en Germanie et montre comment et pourquoi ce jeune homme qui n’a jamais été vu à l’armée reçoit des honneurs militaires. Le chapitre 4 met en lumière l’évolution qui se manifeste au grand jour à partir de la mort d’Agrippine en 59 jusqu’en 64 dans plusieurs domaines (spectacles et création des Augustiani, politique extérieure vis-à-vis des peuples jouxtant les confins de l’Empire romain, ou parfois plus proches, et conflits, gestion des scandales à Rome, remise en vigueur de la « loi de Majesté » et élimination de tous ceux qui auraient pu menacer le pouvoir de Néron), tout comme la volonté de glorifier la grandeur romaine. Le chapitre 5 débute par l’incendie de Rome de 64 et ses conséquences, explore le problème des finances, expose la conjuration de Pison et tout ce qu’elle a entraîné, narre le couronnement romain de Tiridate, le voyage en Grèce de Néron, la révolte de la Judée et se clôt sur le retour triomphal du prince en Italie, à la toute fin 67-début 68. Le chapitre 6 décrit les événements du printemps 68 qui conduisent au suicide de l’empereur en juin, puis évoque les trois « faux Nérons » qui se sont manifestés après sa disparition et se termine par ce qu’on pourrait appeler la « survie » de la figure de Néron en montrant comment il est devenu « à la fois un objet de fascination et de répulsion » (p. 162) en même temps qu’une source d’inspiration pour de nombreux artistes dans des domaines très divers. L’auteur se livre à de fines analyses psychologiques sans jamais aller toutefois jusqu’à la psychanalyse. Il décrit les mœurs, les habitudes, la vie privée des personnages sans jamais utiliser le ton aguichant et racoleur qu’on rencontre parfois sous d’autres plumes.

Tout ceci est exposé succinctement (on aimerait parfois que ce soit un peu plus développé2), néanmoins d’une façon très claire et très pédagogique. P. Cosme prend soin, chaque fois qu’il raconte un fait, d’indiquer quelles étaient les habitudes sur ce sujet et, par suite, ce que révèle le fait en question. Il porte sur chaque événement un regard perçant, l’analyse et suggère ce qui, à son avis, pourrait en être l’explication. Sous forme de questions, il émet de nombreuses hypothèses d’interprétations fort séduisantes. C’est ainsi que, par sa solidité, ce livre apportera beaucoup de connaissances et parfois de vues nouvelles en même temps qu’une méthode pour aborder l’histoire. Grâce à cette façon de procéder, la conclusion remet en cause nombre d’idées largement admises. Selon P. Cosme, « Néron a voulu avant tout s’inscrire dans la tradition augustéenne et non pas se présenter comme l’héritier d’une prétendue idéologie antonienne » (p. 167). « Quant à l’engouement du prince pour les spectacles, plus que la conception de nouveaux fondements idéologiques du pouvoir impérial, il manifestait l’appartenance de Néron à une génération de jeunes hommes bien nés qui partageaient ses goûts » (p. 167), — alors que Tacite et Suétone, si durs à l’égard de cet empereur, composèrent leurs œuvres à une époque où « l’esprit du temps avait changé » (p. 169) —. Autre récusation des jugements sévères, « la documentation épigraphique révèle un prince soucieux du bon approvisionnement de sa capitale et témoigne d’une politique cohérente en la matière » (p. 169). Pour autant, il ne faut pas faire de Néron le « prince de la plèbe », car « à aucun moment il n’eut l’idée de bouleverser l’ordre établi et les hiérarchies sociales » (p. 169). Néron n’était pas mal vu de ses sujets : P. Cosme insiste sur le fait que « pendant assez longtemps, il réussit à concilier appui de l’armée, bienveillance du Sénat et soutien populaire » (p. 169-170). C’est qu’il avait hérité de Claude une administration efficace, dirigée par des affranchis en général compétents. Notre collègue montre pourquoi, au fil du temps, les diverses composantes de la population se détachèrent de l’empereur. Il pointe l’effet de la réactivation de la « loi de Majesté » en 62 (p. 170), de la mise à mal des finances à partir de 64 qui entraîna une augmentation de la pression fiscale en particulier pour les notables des provinces qui la supportaient principalement, du manque d’héritier légitime ou consensuel. De plus, en s’abstenant de paraître à l’armée, Néron a laissé s’installer la compétition entre les chefs militaires ambitieux. P. Cosme juge qu’on a « peut-être noirci à l’excès le portrait de Tigellin » et qu’on n’a « pas assez souligné le choix désastreux de C. Nymphidius Sabinus comme préfet du prétoire en 65 » (p. 171). En face des difficultés, le prince eut tendance « à fuir les réalités d’un monde qu’il jugeait sans doute hostile » et à devenir « prisonnier d’un entourage qui l’isolait plus qu’il ne le soutenait » (p. 171), ce que selon l’historien traduirait l’évolution des Augustiani; la création, vers 60, de ce groupe de 500 jeunes gens, dont l’origine se trouverait, d’après lui, dans les associations de jeunesse (p. 73), « permettait d’associer la jeunesse de l’ordre équestre au consensus recherché par le prince » (p. 74). Mais à ces 500 chevaliers, il adjoignit en 64 cinq mille plébéiens, claque dont les applaudissements au cours des spectacles coupèrent Néron du public dont il n’entendait plus les réactions. (À propos de ces Augustiani P. Cosme n’entre pas dans les détails et n’indique pas les incertitudes que signale par exemple E. Cizek3).

Ce livre équilibré présente un Néron ni tout blanc ni tout noir ; fruit d’une érudition passée au crible d’une réflexion pénétrante et d’un jugement nuancé, il est destiné à tous. Il intéressera les spécialistes qui, par exemple, y découvriront une réfutation de certaines vues de l’illustre Néronien que fut Eugen Cizek. Ainsi, lorsque P. Cosme nie que Néron ait adopté une idéologie antonienne, il s’oppose, sans le nommer, au savant roumain qui déclarait ce prince « partisan décidé du modèle antonien de monarchie absolue »4. Toutefois ce volume plaira aussi au grand public, non seulement grâce à la volonté patente d’en faire un ouvrage agréable, au style alerte, éclairé par des illustrations bien choisies et parfois commentées dans le texte, mais aussi à cause des outils d’une grande utilité qu’il renferme : chronologie, cartes et plans, arbre généalogique (qui ne contient pas cependant tous les personnages évoqués ici), bibliographie de six pages seulement, offrant nonobstant les études les plus récentes sans oublier les ouvrages essentiels plus anciens. Est-ce pour rendre la lecture plus facile, il n’y a aucune note ni aucune référence ; toutes les citations d’auteurs antiques sont en français sans leur version originale. La langue a des accents modernes avec des formules du type « génération Néron » (p. 75). Quelques clins d’œil instaurent même une sorte de jeu plaisant avec le lecteur, comme le titre du chapitre 1 « Des parents terribles » qui n’est pas sans faire penser à la pièce de Jean Cocteau « Les parents terribles », celui d’une sous-partie du chapitre 5 « Un mariage, un couronnement et beaucoup d’enterrements », ou encore l’expression « mai 68 » dans l’intitulé du chapitre 6 « De mai 68 à la fabrique d’un monstre » (lequel raconte les événements du printemps 68 en commençant par ceux du mois de mars, et non par ceux du mois de mai).

Un petit bémol cependant pour terminer : il est regrettable que n’aient pas été corrigées les nombreuses étourderies qui déparent le texte. Des lettres et même des mots entiers ont été omis ici et là5. Parfois, au contraire, des lettres ou des mots sont en trop6. À la p. 64, les Ampsivariens de la sixième ligne deviennent Amspivariens à la ligne 197. Sur la quatrième de couverture, on peut lire « Néron (37 – 68 a.C.) » ; or l’abréviation « a.C. » est généralement celle de « ante Christum » — après Jésus-Christ s’abrégeant en français en « ap. J.-C. » et en latin en « p.C. » — ; pourtant l’existence de Néron se place dans l’ère chrétienne. À la p. 5, on relève une confusion entre « champ » (dans la campagne) et « champ de bataille » ; en effet, relatant l’anecdote rapportée par Suétone sur l’origine du surnom Ahenobarbus, P. Cosme écrit : « Alors qu’un Romain revenait du champ de bataille, il fut abordé par deux jeunes cavaliers qui lui demandèrent d’annoncer la victoire de la cité au Sénat » (il s’agit de la victoire du lac Régille), tandis que le texte de Suétone (Nero, 1, 1) est : rure quondam revertenti. À la p. 173, on lit : « 24 janvier 41 […] avènement de Claude […] Naissance de son fils, le futur Britannicus » et à la ligne suivante : « 11 ou 12 février 41 : naissance de Britannicus, fils de Claude et de Messaline ».

C’est un peu agaçant à la longue, mais ce ne sont que de menus détails n’altérant nullement la valeur de ce livre qui sera une invitation séduisante en même temps qu’une solide introduction à des études néroniennes.

Lucienne Deschamps,

Université Bordeaux Montaigne, UMR 5607 Ausonius

1 O. DEVILLERS, Néron(s), in Actualités des études anciennes, ISSN : format électronique 2492.864X, 23/12/2022.

2 Ainsi c’est le cas en ce qui concerne Pétrone, l’auteur du Satyricon, (p. 76, 116 et 130), pour ne citer qu’un exemple.

3 E. CIZEK, Néron, Paris 1982, p. 186-189.

4 E. CIZEK, Néron, Paris 1982, p. 407.

5 Par ex., p. 170 : « …une politique étrangère plus aventureuse, qui se solda par des échecs infligés les Parthes ».

6 Exemples : « la vie du dernier Julio-Claudiens » (p. 163) ; « accusé de comploter avec Agrippine par en 55 par Junia Silana » (p. 79).

7 À la p. 12, on lit une fois la forme correcte « M. Aemilius Lepidus » et trois fois « M. Aemlius Lepidus ».


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lucienne Deschamps (30 janvier 2023). Néron. Le pouvoir et la scène. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc7s


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search