Pattie et la colère de Poséidon

Après l’excellent Icare sorti l’année dernière, voici une nouvelle proposition de long métrage d’animation mythologique. Elle vient cette fois du studio toulousain TAT à qui l’on doit le dessin animé et la série à succès Les As de la jungle. David Alaux s’empare-il alors aussi bien des dieux et monstres grecs que des pingouins tigrés et autres koalas ? Dans un film clairement adressé au jeune public, peut-on à la fois satisfaire des enfants de 6 ou 7 ans et des passionnés d’épopées homériques ? C’est ce que nous allons voir…

L’histoire se passe quatre-vingts ans après l’épopée des Argonautes. Jason a réussi à ramener la toison d’or et sa cité de Iolcos vit dans le bonheur et l’insouciance. Or, après que ses habitants aient érigé une magnifique statue à Zeus, Poséidon, jaloux, décide de les punir : s’ils ne lui dédicacent pas au plus vite une œuvre aussi belle, il provoquera un cataclysme dans la cité. Jason, grabataire, et ses Argonautes sortis de terres partent donc chercher un trident en saphir pour achever la statue du dieu des mers. C’est là qu’entrent en piste les héros de l’histoire : Pattie une petite sourie de bibliothèque, Sam son chat-père adoptif, le rat ninja Luigi et Chicos un vieux goéland. Ensemble ils aideront le vieux Jason et vivront une nouvelle épopée pour ramener à temps le trident.

D’un point de vue visuel, le graphisme est très colorée rendant assez bien le climat de la Mer Égée avec ses eaux turquoises et son soleil de plomb. La cité de Iolcos est très bien rendue avec beaucoup de couleurs sur les bâtiments, s’inscrivant ainsi en faux contre le stéréotype d’une Antiquité toute blanche1. L’animation est très fluide avec un très beau rendu de l’eau et de ses mouvements (vagues, écume…) Les monstres comme les animaux et leur pelage sont parfaitement mis en mouvement, ce qui a dû être assez compliqué avec parfois de nombreux animaux – dont une centaine de rats – à l’écran (lors d’une scène chantée). A l’inverse, les humains et les dieux ont un rendu un peu lisse, sans rides et aux corps bodybuildés (les dieux) ou assez peu différenciés (les habitants de Iolcos).

Concernant le scénario, l’histoire se suit agréablement dans son enchaînement chronologique. Le personnage de Pattie est très attachant et véhicule de belles valeurs d’abnégation, de courage et d’amitié. Son nom est d’ailleurs une référence à la philosophe Hypatie d’Alexandrie ayant vécu au IVe siècle2. Comme elle, Pattie est très intelligente, vit dans une bibliothèque et son rêve est d’aller à Alexandrie. L’élément perturbateur est aussi très convaincant et se joue autour de la brouille entre les deux frères divins. Poséidon est en effet un dieu très belliqueux qui souvent dispute sans succès à d’autres le patronage de cités grecques comme Athènes, Naxos ou Égine…3

Pour un adulte, le film fourmille de références dont la principale est le peplum classique Jason et les Argonautes de Don Chaffey sorti en 1963 avec les magnifiques effets spéciaux de Ray Harryhausen. On y retrouve la même vision des dieux de l’Olympe en toge blanche, le robot qui avance presque comme en stop motion, les squelettes… Mais aussi des références aux Dents de la mer, aux manga Naruto ou au personnage de films d’horreur Jason Voorhees4.

Nous avons cependant plusieurs réserves personnelles sur les aspects mythologiques du long-métrage. Dans l’interview donnée dans le dossier de presse5, le réalisateur se refuse à « toute violence » et ne veut pas « effrayer » son public. Ce point de vue explique ainsi un certain nombre d’adaptations dans les aventures de Jason. La petite introduction (vraiment magnifique, dessinée de manière stylisée avec un effet de peinture antique sur papyrus) qui narre les premières aventures de Jason6 ne fait pas mention du personnage pourtant central de Médée ni du retour compliqué de Jason à Iolcos, qui dut fuir sa patrie natale pour se réfugier à Corinthe. Nous comprenons l’idée de faire un film destiné au plus grand nombre mais gommer à ce point le mythe dont s’inspire le film est, selon nous assez dommageable. Une partie de la mythologie est fondée sur des épreuves insurmontables, des personnages complexes, des monstres terrifiants. Or de manière générale le film n’est jamais surprenant ou sujet à un quelconque suspens car tous les éléments perturbateurs sont très vite dédramatisés par leur graphisme et leurs actions. Le kraken, l’hydre, le griffon, les cyclopes…ressemblent tous à de mignonnes peluches qu’on voudrait serrer dans nos bras et non à de terribles adversaires pouvant réellement empêcher Pattie et ses amis de réussir leur mission. Les résolutions sont presque toujours traitées de manière comique, mention spéciale à l’hydre, et si cela est drôle une fois pour un adversaire, le systématisme du procédé finit par lasser. Si on pouvait reprocher à l’Hercule de Disney7 sa transformation aléatoire des mythes dont il s’inspirait, au moins avait-il quelques morceaux de bravoure et des passages épiques et émouvants, avec l’hydre justement ou certains aspects tragiques du personnage de Megara.

Il en va de même pour les passages avec les dieux qui relèvent pour nous du gadget et de l’anecdotique au-delà de leur rôle comique (Hermès en adolescent faignant, Apollon qui fait à chaque apparition une technique de bodybuilder différent…). Leur présence s’explique pourtant dans le mythe par leurs liens avec les héros. Chez Apollonios, Athéna aide les Argonautes tandis que dans le film de Don Chaffey, Héra a son visage représenté sur le bateau et accorde des souhaits à Jason. Ici, il n’y a aucun lien entre les dieux et les animaux centraux de l’histoire. Poséidon intervient mais uniquement à l’adresse des habitants humains de Iolcos et Zeus réalise deux interventions dont, à la fin, un littéral deus ex machina ; mais là encore plus en lien avec le navire et Jason qu’envers Pattie et ses acolytes. On ne parle donc ni de prière, ni de croyance, de culte ou de sacrifices ; est-ce là aussi une adaptation pour plaire au très jeune public de ne pas vouloir évoquer le phénomène religieux qui régit pourtant toute la mythologie grecque ?

Encore une fois, nous ne sommes pas contre les adaptations des mythes qui ont pour nature d’être modifiés par les différentes expressions artistiques, mais nous avons ici une œuvre qui en cherchant à être consensuelle perd une partie de ce qui fait la spécificité et la richesse de son matériau d’origine.

En conclusion, nous sommes assez partagé sur ce film. Si les fans de mythologie de plus de 12 ans resteront peut-être de marbre face à son scénario rempli de trop de bons sentiments, les aventures de Pattie restent un honnête divertissement familial, bien calibré pour les enfants et qui permet une première entrée colorée et attrayante dans la mythologie gréco-latine.

Cyrille Ballaguy,

Docteur en muséologie
Chercheur associé – Univ. Lille, CNRS, UMR 8529-IRHiS, F-59000 Lille

1 Lire à ce propos, Philippe Jockey, Le mythe de la Grèce blanche : histoire d’un rêve occidental, Belin, Paris, 2015.

3 Plutarque, Œuvres morales, Propos de table, Livre IX, chapitre 6.

4 Le premier, Vendredi 13, de Sean S. Cunnugham est sortie en 1980.

6 Tel que racontées dans l’épopée, Les Argonautiques, d’Apollonios de Rhodes au III siècle av. J.-C. 

7 De John Musker er Ron Clements, 1997.



Citer ce billet
Cyrille Ballaguy (2023, 6 février). Pattie et la colère de Poséidon. Actualités des études anciennes. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc7x

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search