Méduse, de Hésiode à Assassin’s Creed

Date butoir. Mercredi 15 mars 2023

APPEL À CONTRIBUTION |Méduse, de Hésiode à Assassin’s Creed. Représentations et réception historique d’une figure emblématique de la mythologie grecque

Le personnage de Méduse est vraisemblablement l’un des personnages issus de la mythologie grecque parmi les plus populaires, aux côtés de héros tels qu’Achille, Hector ou Ulysse, pour ne citer que les plus connus de la geste homérique. Cette popularité tient sans doute à l’omniprésence de la monstresse dans notre société et dans ses médias : théâtre, opéra, peinture, sculpture, romans, bandes dessinées, films, séries télévisées ou encore jeux vidéo en sont des exemples qui n’épuisent cependant pas le répertoire où l’on cerne avec plus ou moins d’acuité l’ombre menaçante de Méduse.

Dans l’Antiquité déjà, Méduse cochait sans aucun doute l’intégralité des cases du personnage mythologique fondamentalement polysémique : la menace que faisait peser le regard de la monstresse était telle qu’elle justifia son utilisation comme un puissant sème apotropaïque, convoqué pour conjurer et éloigner le mauvais sort. Tandis que les récits épiques de l’époque archaïque fixent les grands traits de son mythe et la cantonnent au rôle de victime de Persée, son nom devient dans le théâtre un synonyme de terreur mais peut-être plus encore un marqueur de stigmatisation pour les personnages ou les situations que les dramaturges veulent rendre aussi terribles qu’elle. En parallèle de la fixation de son mythe, elle est introduite à la fin de l’époque archaïque dans les arts figurés grecs, où elle contribue par son pouvoir de pétrification à la puissance d’Athéna dont l’égide est ornée de la tête découpée de la monstresse.

C’est l’étude de la réception de cette figure polysémique que la journée d’étude qui s’est tenue à l’Université de Rouen-Normandie le 14 avril 2021 cherchait à explorer, et que nous proposons désormais de publier. Montrant qu’il existait déjà une forme de réception de la figure de Méduse dès l’époque hellénistique et romaine, dépassant le rôle purement apotropaïque dans lequel on l’a trop souvent cantonnée, les contributeurs s’étaient attachés à mettre en avant les nombreuses réutilisations de la monstresse sur une vaste amplitude chronologique, du Moyen Âge jusqu’au XXIe siècle. Pour autant, cette journée est loin d’avoir épuisé le champ des possibles vis-à-vis des études de la réception de ce personnage. C’est pour cela que nous initions cet appel à contributions.

Pour la publication de l’ouvrage, qui se fera dans la collection « Changer d’époque », aux Presses Universitaires de Rouen et du Havre, nous souhaiterions maintenir ce qui avait fait la signature de la journée d’étude de 2021, à savoir l’étude du personnage sur le temps long, sur tout type de support, et dans toutes les disciplines des recherches en sciences humaines et sociales. Il nous semble tout particulièrement judicieux d’adopter plusieurs grilles de lecture complémentaires permettant de cerner le personnage de Méduse et sa réception dans toutes ses dimensions. Il s’agira en effet de réfléchir sur la manière de représenter et d’évoquer Méduse. Si elle est tantôt représentée directement, comme une immonde et terrifiante monstresse coiffée d’une chevelure serpentine, elle est aussi parfois simplement évoquée par des vocables ou par des références renvoyant plus ou moins explicitement à elle : l’expression française « rester médusé » en est un exemple tout à fait parlant.

Les propositions de contributions sont à adresser aux éditeurs au plus tard le 15 mars 2023. Elles seront composées au moins d’un titre et d’un résumé d’une dizaine de lignes de l’article proposé.

Les éditeurs du volume :
Timothy Boillet (timothy.boillet@etu.univ-rouen.fr)
Manon Boudekhane (manon.boudekhane@etu.univ-rouen.fr)
Sous la direction d’Enora Le Quéré (enora.le-quere@univ-rouen.fr)

Télécharger l’appel complet en PDF

Source



Citer ce billet
admin (2023, 15 février). Méduse, de Hésiode à Assassin’s Creed. Actualités des études anciennes. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc84

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search