Je suis un artiste de la Grèce antique

Coppin (A.-S.), Ekpo (D.), Je suis un artiste de la Grèce antique. – Paris : Mila éditions, 2022. – 32p. – ISBN : 9782378791377

Crédit image. Première de couverture – Mila éditions

Je suis un artiste de la Grèce antique est un cahier d’activités de 32 pages, destiné au jeune public et publié par Mila éditions. Il s’agit d’un ouvrage richement illustré par Dorine Ekpo, dans un style rappelant l’esthétique de certains mangas : peu de lignes franches et traits du visage disproportionnés avec des yeux extrêmement grands et nez et bouche de dimensions très réduites. Les enfants se retrouvent ainsi dans un cadre familier, les personnages rappelant les illustrations de nombreux autres médias leur étant destinés.

Les très courts textes d’Anne-Sophie Coppin servent à introduire différents éléments constitutifs de la culture grecque : géographie, institutions, productions artisanales et artistiques et surtout, mythologie.

Le cadre géographique est présenté sur deux pages (p. 2-3). Dans un premier temps, la Grèce est placée sur une mappemonde puis on propose une carte de la Grèce en gros plan. L’imprécision de la représentation, ainsi que l’absence de tout nom de lieu, ne permet pas aux lecteurs et lectrices de situer les cités-États mentionnées dans le texte. Cinq « objets », probablement jugés emblématiques, sont toutefois placés sur la carte : le cheval de Troie en Turquie, une amphore ornée d’une pieuvre en Crète, un temple en Attique, un casque à Sparte et une montagne sur le Mont Olympe. Il est peu probable que le jeune public comprenne, sans aide extérieure, la signification des images placées sur les sites. Par ailleurs, le mélange d’un objet mythologique (le cheval de Troie), d’un élément naturel (le Mont Olympe) et d’objets du quotidien de différentes époques (casque, amphore et temple) n’aide pas à situer la représentation dans un cadre chronologique.

En pages 4 et 5, les enfants découvriront les vêtements et sandales portés dans l’Antiquité grecque. Malheureusement, le péplos, vêtement représenté sur le personnage féminin de la page 4, n’est pas évoqué dans le texte.

Le thème le plus largement abordé dans l’ouvrage est la mythologie. Une dizaine de pages sont consacrées aux principaux mythes grecs et aux personnages mythologiques. Les pages 8 et 9 présentent les 12 dieux olympiens et introduisent le concept d’attributs permettant de reconnaître le dieu ou la déesse représentés. Si les explications proposées en page 8 permettent d’associer chaque dieu à son ou ses attributs, il est dommage que les noms des six Olympiens représentés en page 9 ne soient pas indiqués sous les personnages, de ce fait, les enfants ne peuvent se familiariser avec leur iconographie. S’il semble logique que l’Iliade (p. 16) et l’Odyssée (p. 17) soient abordées sur deux pages, tout comme le mythe des Argonautes (p. 18-19), on s’étonnera des deux pages dévolues au dieu Morphée, qui n’occupe qu’une place mineure dans le Panthéon antique (p. 14-15). Les pages 20 et 21 sont consacrées aux monstres : Minotaure, Cerbère, Gorgone, Pégase et centaures. On regrettera que la sirène de la page 17 possède à la fois la queue de poisson des mythes nordiques et les ailes des sirènes grecques, cette hybridité excessive portant à confusion.

Les institutions et les productions artisanales occupent une place similaire dans le cahier. Deux pages sont consacrées à la démocratie (p. 6-7) et deux autres à la philosophie (p. 28-29), piliers de la civilisation grecque, ou plutôt de la société athénienne. Les différents éléments constitutifs de la démocratie athénienne – demos, boulè, ecclésia – sont clairement, bien que rapidement, présentés. La philosophie est incarnée par ses deux représentants les plus iconiques auprès du grand public : Socrate et Platon. Les jeux olympiques, bien connus, occupent les pages 12 et 13.

Le jeune public à qui est destiné ce livret pourra découvrir le monde dans lequel vivaient les Anciens à travers certaines de leurs productions les plus emblématiques, telles que les temples (p.10-11), les sculptures (p. 24-25) et les productions céramiques (p. 22-23).

Les pages dévolues à l’architecture sont principalement consacrées au Parthénon d’Athènes. Si la mention de la polychromie constitue une bonne surprise, il est dommage que les trois ordres architecturaux – dorique, ionique, corinthien – soient nommés « styles » et, surtout que le Parthénon soit présenté comme l’archétype du temple grec alors qu’il n’en remplit pas la fonction. En effet, le Parthénon est un trésor, lieu où l’on entrepose les offrandes faites à la divinité, de dimensions particulièrement colossales et non un temple. Les pages 26 et 27 abordent la question du lien entre architecture et paysage dans l’Antiquité et ouvrent des perspectives intéressantes pour le public. Le thème n’est ici abordé qu’à travers l’exemple particulier du temple de Poséidon au cap Sounion, mais il encourage toutefois les enfants à considérer les bâtiments et l’environnement qui les entoure comme un ensemble cohérent. On s’interrogera toutefois sur la phrase « Les paysages de la Grèce antique se caractérisent par des temples en ruine dans des paysages magnifiques » (p. 26) puisque dans l’Antiquité, les monuments n’étaient pas (encore) en ruine.

La riche histoire de la céramique grecque est abordée aux pages 22 et 23. Les formes et les usages des amphores, cratères et œnochoés sont rapidement présentés et les techniques des figures noires et des figures rouges sont mentionnées. La sculpture antique n’est présente dans l’ouvrage qu’au travers de la Victoire de Samothrace (à laquelle deux pages sont consacrées, p. 24 et 25) et certaines plaques de la frise du Parthénon (p. 31).

Certaines œuvres sont précisément reproduites et donc reconnaissables : le Discobole de Miron (p. 12), le tableau « In the Arms of Morpheus » de Sir W. Reynolds-Stephens (p. 14), une amphore du Peintre d’Antiménès (Londres, British Museum B226, p. 23), la Victoire de Samothrace (Paris, Musée du Louvre, Ma2369, p. 24 et 25), « l’École d’Athènes », peinte dans les Stanze du Vatican par Raphaël (6306a, p. 29), des plaques de la frise du Parthénon (Londres, British Museum, p. 31) et une adaptation de la Diane de Versailles (Paris, Louvre, Ma589, p. 32).

En raison du format même du livret, il s’agit d’un cahier d’activités récréatives plus qu’un ouvrage pédagogique, le texte occupe une place limitée laissant la majorité de l’espace aux illustrations. Je suis un artiste de la Grèce antique encourage les jeunes lecteurs et lectrices à dessiner : soit à reproduire de façon fidèle des images proposées par les auteures, soit à employer leur imagination tout en s’inspirant des informations données sur les pages concernées. À ce titre, ce petit volume satisfera les personnes qui recherchent un fascicule permettant aux enfants de dessiner, tout en découvrant les principaux aspects de la culture grecque. Cette publication pourra également constituer un point de départ pour tout adulte qui désirerait aborder la culture grecque avec des enfants ou préparer ces derniers à des visites de sites archéologiques ou de musées.

Virginie Nobs,

Docteure en Archéologie classique – Université de Bâle


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Virginie Nobs (27 février 2023). Je suis un artiste de la Grèce antique. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc8b


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search