Le Complexe du Sphinx. Les Mythes grecs, une machine à penser et à vivre

Seys (P.), Le Complexe du Sphinx. Les Mythes grecs, une machine à penser et à vivre. – Bruxelles : Racine, 2022. – 136p. – ISBN : 9782390252306

 

Crédit image. Première de couverture – Racine

Dans Le Complexe du Sphinx, sous-titré Les mythes grecs, une machine à penser et à vivre, Pascale Seys se donne pour tâche d’interroger les mythes des anciens Grecs pour dévoiler la sagesse intemporelle qu’ils recèleraient et dont il faudrait tirer des enseignements.

L’ouvrage est composé d’un avant-propos dans lequel l’autrice explique son projet, puis de vingt-sept chapitres de deux à quatre pages qui couvrent un large spectre de sujets allant de la voix inaudible de Cassandre, au talon d’Achille, en passant par le cheval de Troie, le fil d’Ariane, le narcissisme, etc.

Dans chaque chapitre, une expression ou un mot de la langue française donne lieu à un récit et à son interprétation allégorique de la part de l’autrice. Tous les chapitres ne se valent pas : certains offrent d’intéressantes réflexions sur le sens de la vie (comme « Une histoire sans fin », pages 115 à 119, ou « ces vies qui ne tiennent qu’à un fil », pages 123 à 126), tandis que d’autres manquent de cohérence, les liens entre les différents éléments étant parfois très aléatoires. C’est par exemple le cas du chapitre sur Charybde et Scylla (pages 85 à 88) où Pascale Seys fait une curieuse allusion à la tragédie grecque, dont Charybde et Scylla sont pourtant absentes, tout en lui appliquant le principe du dilemme, qu’on retrouve certes dans le théâtre du XVIIe siècle mais pas chez les Tragiques grecs.

Notons également qu’il est dommage que les traductions d’Ovide et d’Homère, indiquées en notes de bas de page, soient datées du milieu du XIXe siècle lorsqu’il en existe de plus récentes et surtout de plus justes[1].

Il est également regrettable qu’un ouvrage traitant des mythes et portant le mot « mythe » dans son sous-titre et en tête de son avant-propos, n’en propose pas de définition. Il faut donc en déduire, à partir des comparaisons avec le « roman métaphysique », le poème ou le conte (pages 7-8), que l’autrice emploie le terme dans son sens le plus commun et le moins technique : un mythe est, pour Pascale Seys, un récit concernant un personnage ou un événement. Si cette conception très vague permet en effet à l’autrice de dire que les mythes comportent des leçons dont nous devons faire usage, elle occulte totalement le fait qu’un mythe antique est en réalité constitué d’une multitude de versions, en concurrence ou qui se répondent, et que certaines versions peuvent être éloignées l’une de l’autre de plusieurs centaines d’années. Par exemple, concernant le héros Achille (pages 80 à 84), Pascale Seys combine des éléments présents dans la tradition homérique et qui remontent donc au moins au VIIIe siècle avant notre ère (le traitement qu’il réserve au corps d’Hector par exemple), avec des détails que l’on trouve chez le poète latin Stace[2] à la fin du premier siècle de notre ère (l’invulnérabilité d’Achille et son talon comme unique point faible). La version relatée par Pascale Seys est donc en réalité un condensé de plusieurs auteurs (qu’elle cite rarement, voire pas du tout) appartenant à des époques différentes et répondant à différents objectifs. Ce qu’elle propose est en fait une nouvelle version qui ne correspond pleinement à aucune des versions antiques.

Ces mythes reconstitués par l’autrice contiennent-ils donc un « enseignement salvateur » (page 9) qui doit nous apprendre à vivre ? Si c’est le cas, Pascale Seys défend bien maladroitement sa thèse : si son but en effet est que nous tirions des enseignements des récits du passé, il aurait fallu qu’elle établisse des liens entre les maux actuels et les histoires qu’elle raconte, et qu’elle en tire des conclusions. Si la Cassandre de la poésie archaïque et classique – qui n’a rien à voir avec la Cassandre de Ronsard à laquelle elle est pourtant associée par l’autrice – n’était en effet pas entendue par les Troyens, à l’instar de figures modernes qui alertent sur le dérèglement climatique, on aurait apprécié une conclusion nous enjoignant, par exemple, d’ouvrir les yeux aux catastrophes environnantes (pages 15 à 19).

L’ouvrage comporte par ailleurs un grand nombre d’erreurs. Les références au grec ancien manquent de rigueur : les substantifs sont souvent pris pour des verbes ou inversement (par exemple page 58). Des fautes d’orthographe en grec entraînent des confusions dommageables entre certains termes (par exemple κύδος, « le reproche », pour κῦδος « la gloire », page 83). D’autres erreurs ponctuent l’ouvrage : si l’on peut mettre la graphie de Lafontaine au compte des erreurs typographiques (une erreur qui se répète pourtant p. 54, 55, 63), on pardonne beaucoup moins le fait que Plutarque, philosophe, moraliste et biographe grec, devienne, sous la plume de Pascale Seys, un « poète latin » (page 29).

Il faut néanmoins relever que l’ouvrage a le mérite de faire revivre de nombreuses expressions de notre langue actuelle dont l’origine se trouve dans la mythologie grecque. Les anecdotes linguistiques sont nombreuses et intéressantes par le fait qu’elles convoquent parfois plusieurs langues. L’autrice parcourt également les époques, nous faisant voyager par d’abondantes références à Ronsard, Wilde, Rilke ou encore Camus. Le ton est léger, ce qui rend la lecture fluide et dynamique. Quelques illustrations viennent également agrémenter la lecture.

Le livre est donc destiné à des lecteurs non pas soucieux d’exactitude, mais curieux de redécouvrir des histoires antiques, dans une version synthétisée et revisitée par l’autrice, qui ont inspiré certaines expressions de notre langue.

Fanny Maréchal,

Doctorante en Lettres classiques – Laboratoire HALMA – UMR 8164 (Univ. Lille, CNRS, MC)

[1]La traduction de Marie Cosnay des Métamorphoses d’Ovide, parue aux éditions l’Ogre, date par exemple de 2017.

[2]Stace, Achilléide, I, 133-134.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Fanny Maréchal (6 mars 2023). Le Complexe du Sphinx. Les Mythes grecs, une machine à penser et à vivre. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc8g


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search