Agricola

Tacite, Agricola. Paris : Editions Rue d’Ulm, 2022. -195 p. -ISBN : 978-2-7288-0788-8

Scénario et traduction du texte latin d’Edouard Michel, dessin de Sacha Cambier de Montravel, révision graphique de Kevin Neves Pinto, mise en pages de Chloé Vanderstraeten, colorisation d’Audrey Lucido

Crédit image. Première de couverture – Rue d’Ulm

Ce travail original et de très grande qualité est une adaptation illustrée de l’ouvrage de Tacite, Agricola, qui est une biographie de son beau-père.

Peu de temps après l’accession au pouvoir de Trajan, en 98, Tacite (né vers 54 après J.-C.) fit paraître un ouvrage De uita et moribus Iulii Agricolae pour rendre hommage à la figure de celui qui était à la fois son beau-père, son protecteur politique dont l’influence (jointe à son mérite personnel) lui avait permis d’accéder au consulat, et le général qui mit la dernière main à la conquête de la Bretagne, commencée sous César sans succès vers 55 avant JC, puis poursuivie à partir de 43 après JC, sous Claude. Agricola, nommé gouverneur de la Bretagne en 77, à peu près au moment du mariage entre Tacite et Julia, y restera jusqu’en 84 (ou 85). Il prolonge les succès militaires remportés par ses devanciers, notamment Frontin. Il « pacifie » le pays de Galles et s’avance jusqu’en Ecosse (Calédonie) ; son action comprend également le premier tour complet de l’île en bateau, en compagnie du géographe Marinos de Tyr. Il rentre à Rome vers 85 et meurt en 93, alors que Tacite et Julia étaient absents de Rome. Dès cet instant, son gendre eut l’idée de consacrer un livre à sa mémoire. Ce sera sa première publication, alors même qu’il vient de mettre en chantier ce qui sera son premier ouvrage d’envergure, les Histoires, et qu’il fera paraître la Germanie à la fin de cette année 98, bien avant les Annales, sommet de son œuvre (parues en 110).

L’ouvrage se compose de trois grandes parties : une adaptation dessinée de l’Agricola(p.4-88), un lexique : Tacite de A à V (p.91-129), le texte latin et sa traduction (p.133-193).

          La bande dessinée reprend le point de vue et les mots exacts du narrateur, Tacite, qui jette un regard rétrospectif sur le règne de Domitien (et la plupart de ceux qui l’ont précédé) pour en déplorer l’abjection et la terreur. A la faveur de la sérénité retrouvée avec le principat de Nerva (96-98), il se sent enfin en mesure d’écrire et plus précisément de porter témoignage sur la vie de son remarquable beau-père. Commence alors le récit biographique proprement dit. Les origines de la famille d’Agricola dans la colonie de Fréjus, les tragédies familiales (mort du père sous Caligula, puis de la mère tuée lors des troubles des années 68-69) sont rapidement évoquées ainsi que les premières missions d’Agricola en Bretagne, puis en Asie et en Aquitaine. A l’occasion de la nouvelle nomination d’Agricola en Bretagne (77), rappel historique des étapes de la conquête de cette île par les Romains. Des planches en pleine page suggèrent la révolte de Boudicca (60 après JC), les thermes de Bath, la configuration générale de l’île dont la connaissance a progressé depuis la première incursion de Jules César. L’apport personnel d’Agricola est la conquête de la Calédonie. Il s’y trouve confronté à la révolte menée par le chef Calgacus. La bataille se conclut par une victoire romaine au pied du mont Graupius (84). Agricola se voit donc décerner une statue à Rome, où il est rappelé peu après par Domitien. Les dernières années sont celles de la relégation, après les honneurs et avant une fin entachée d’un soupçon d’empoisonnement, comme celle de Germanicus. Les auteurs ont bien rendu, à la fois dans le choix des passages de Tacite qui fournissent le texte, dans les dessins et leur coloris sombre et nuancé, les dangers et les rebondissements d’une époque troublée, où l’on est plus en sûreté à l’extérieur, malgré les dangers de la conquête, que dans une Rome gouvernée par un tyran. Le dessin de Sacha Cambier de Montravel, expressif et nerveux, donne un dynamisme à cette histoire jalonnée de tragédies.

          Le lexique présente admirablement tous les personnages de cette histoire, mais aussi les lieux de la conquête de la Bretagne et ceux associés en Italie à l’exercice du pouvoir. Les auteurs ont ici « digéré » quelques titres essentiels de la bibliographie sur Tacite, ce qui leur permet de faire des remarques bien ajustées qui éclairent le contexte de la bande dessinée et certaines de ses planches. Ainsi, les illustrations pleine page des pages 26-27 et 45 concernent-elles, comme on s’en doutait, les thermes de Bath mais cela est confirmé dans l’entrée Aquae Sulis (Bath), p. 93-94. Les manies de villégiature des empereurs romains (Tibère à Capri, Domitien à Albe) sont évoquées p. 92 sous l’entrée Alba. Des parallèles enrichissants sont tracés avec les autres œuvres de Tacite, comme le Dialogue des Orateurs (sous l’entrée Julia Procilla, mère d’Agricola, est rappelée la substance de la première éducation romaine, délivrée par les femmes). Certains articles sont un bonheur de lecture comme celui consacré à Julius Graecinus, le père d’Agricola, (p. 108) ou celui consacré au mont Graupius (p. 109), dont on apprend la bizarre postérité onomastique.

          Comme expliqué dans l’avant-propos de la traduction, aux pages 133-135, le texte latin est emprunté à l’édition de l’Agricola dans la collection de la Cambridge University Press, procurée par Anthony Woodman en 2014. La tradition typiquement britannique de l’édition commentée est expliquée et mise à profit par les auteurs, qui l’ont bien intégrée et « digérée » dans cet ouvrage.

La traduction elle-même sera évidemment pour les lecteurs les plus érudits le noyau du livre. Comment la qualifierons-nous  ? Très personnelle, subtile, elle est marquée par une volonté affichée de modernisation, donnant lieu à des adaptations parfois contestables. Ainsi au chapitre 5, le groupe trucidati ueterani est-il traduit par « lynchages de vétérans » ; incensae coloniae par «collectivités incendiées », la traduction de colonia par « collectivité » pose problème (p. 141). Au chapitre 27, illi modo cauti ac sapientes prompti post euentum ac magniloqui erant est traduit par « les champions de la veille en matière d’attentisme deviennent proactifs après coup ». Passe encore pour la transposition de l’imparfait au présent, mais le surgissement de « proactifs » nous fait un peu grincer des dents, évoquant davantage un prospectus publicitaire qu’une version latine… (p. 166-167) A la page 173, j’avoue que le rendu de la phrase Ac, sicut in familia recentissimus quisque seruorum… me paraît un peu loin du texte original, et dans le détail et dans la structure d’ensemble de la phrase de Tacite. Le rendu notamment de uetere famulatu par « enfer esclavagiste » me laisse perplexe.

Bref, ces discussions de détail sur la traduction ne doivent pas nous faire oublier l’énorme mérite de l’ouvrage, dont la conception ingénieuse se décline en deux facettes, l’une en bande dessinée, accessible au grand public et même aux enfants (ou plutôt aux adolescents dès 11 à 12 ans), l’autre réservée aux spécialistes ou au public cultivé, les deux facettes étant reliées par ce Lexique d’une lecture si claire et agréable, qui donne toute sa cohérence à l’ouvrage. C’est cette cohérence, visible après la lecture de l’ensemble sans s’arrêter à l’étape séduisante de la mise en images, qui fait tout le prix de l’entreprise originale, ce mariage réussi de pédagogie et d’érudition.

Marie-Françoise Delpeyroux,

MCF de Langue et littérature latines, Université Paul Valéry – Montpellier 3



Citer ce billet
Marie-Françoise Delpeyroux (2023, 27 mars). Agricola. Actualités des études anciennes. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc8v

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search