Lettre à Ménécée et autres œuvres

Épicure, Lettre à Ménécée et autres œuvres, Introduction, traduction et notes par Jean-Louis Poirier, Illustrations d’Hubert Le Gall. Paris : Les Belles Lettres, 2022. – 112p. – ISBN : 9782251453590

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

Cet ouvrage, recueillant une partie des écrits originaux attribués à Épicure, s’inscrit dans une ligne éditoriale que la maison Les Belles Lettres semble vouloir poursuivre, offrir, en dehors de ses collections classiques, de beaux livres peu onéreux illustrant la tradition philosophique antique. J’emploie l’adjectif « beau » du fait de la recherche esthétique qui préside à cette entreprise, grand soin apporté à la confection des ouvrages, qui paraissent luxueux malgré leur prix, et recours pour chaque volume à un illustrateur proposant un travail original. Nous disposions ainsi depuis 2015 d’une réédition des Pensées pour moi-même de Marc Aurèle, dont la traduction reprenait celle donnée par A. I. Trannoy en 1925 dans la Collection des Universités de France, revue et complétée par M. A. Jagut. En 2019 vint le tour d’Épictète (Entretiens, Manuel) dans la traduction, elle-même déjà donnée, de Joseph Souilhé. Les deux grands classiques du stoïcisme sont désormais rejoints par les textes fondateurs de la philosophie du Jardin.

La quatrième de couverture vante l’opuscule qui rassemble ces écrits « dans la présentation qui convient à une sagesse : accessibles à tous, proches et utiles, permettant d’avoir toujours auprès de soi le précieux ouvrage comme un nécessaire de philosophie ». L’utilité paraît prévaloir dans cette démarche puisque, à côté de ces grands classiques de la sagesse, le même éditeur avait aussi offert en 2017 une reprise de L’art culinaire d’Apicius, faisant appel à l’un de ses illustrateurs « maison », Scott Pennor’s, le même qui avait exercé son talent au service du texte de Marc Aurèle. Les recettes d’Apicius peuvent être un guide pratique à conserver toujours à portée de main, au même titre que les conseils de vie des philosophes. La qualité esthétique des ouvrages doit inviter à leur consultation régulière, le plaisir des yeux pouvant encourager les fréquentes relectures.

Cette nouvelle livraison est d’une plus grande originalité car elle ne se contente pas de reprendre une version déjà traduite mais nous fait bénéficier d’une nouvelle traduction par Jean-Louis Poirier, commentateur et traducteur reconnu de la pensée antique. Ayant participé à la traduction du volume consacré aux Épicuriens dans la Bibliothèque de la Pléiade (Gallimard, 2010), il renoue ici avec une école qu’il fréquente assidûment et de longue date. La traduction est accompagnée d’une introduction rappelant les fondements de l’éthique épicurienne, une quête du bonheur où le plaisir et la douleur font l’objet d’une attention scrupuleuse.

Les deux premières pages donnent le ton, celui d’une démarche résolument éloignée de l’acribie philologique : « Avec l’amoncellement infini des corrections, la philologie ouvre la voie au nihilisme. L’occasion est belle, certes, de se libérer de tout cet appareil, mais le texte en quelque sorte brut auquel nous sommes reconduits paraîtra aussitôt abrupt, exactement impénétrable : […] tout honte bue, on se résoudra à lire Épicure en rétrospection, en partant de la tradition épicurienne, selon une lecture faussement ingénue qui est celle que nous proposons et dont nous assumons les choix. (p. 9-10) »  Cette posture assumée, que je pourrais qualifier de principe d’authenticité de l’acte de lecture, porte autant sur le choix du texte de référence (l’édition de Hermann Usener pour la Lettre à Ménécée et les Maximes capitales, celle de Miroslav Marcovich pour les Sentences vaticanes) que sur la traduction, directe et vernaculaire – sans se laisser aller à la facilité ou l’excès d’actualisation. Par ailleurs, les notes sont réduites au strict rappel des éléments de contexte indispensables. Il s’agit ici de laisser la pensée du maître se déployer par elle-même sans l’obscurcir ou la charger des scories qui viendraient affaiblir sa force persuasive. L’érudition pourra parfois objecter, tout en ne perdant pas de vue que le traducteur est lui-même un « spécialiste », mais c’est un lecteur sincère que l’on cherche à toucher ici.

 

Frédéric Le Blay,

Nantes Université



Citer ce billet
Frédéric Le Blay (2023, 3 avril). Lettre à Ménécée et autres œuvres. Actualités des études anciennes. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc90

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search