Proserpina, regina infernorum. Proserpine, reine des Enfers

Demassieux (B.) et de Chantal (L.), Proserpina, regina infernorum. Proserpine, reine des Enfers. – Paris : Les Belles Lettres, 2023. – 130p. – ISBN : 9782377750481

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

Petits Latins deviendront grands… Une fois encore, le dernier volume de la collection « Les Petits Latins », publié aux Belles Lettres, se propose de relever un défi de taille : nous donner le plaisir de lire un texte en latin.

Car c’est bien la notion de plaisir qui est cœur de la ligne éditoriale telle que l’a tracée Laure de Chantal, directrice de la collection. Pourquoi attendre le terme d’un long et difficile apprentissage de la langue latine pour recueillir enfin le fruit de son labeur, et goûter la satisfaction de lire des textes authentiques ? Pourquoi ne pas, au contraire, commencer par là ?

Voici donc le pari de Laure de Chantal : offrir aux latinistes débutants la possibilité de savourer, dès les premiers pas de leur apprentissage, la volupté des sonorités, des mots venus tout droit de l’antiquité romaine.

Tous les ouvrages de la série se divisent en deux parties : la première, bilingue, met en regard le récit en langue latine et sa traduction ; la deuxième, unilingue, le même récit uniquement accompagné d’un support lexical et étymologique.

L’apprentissage se veut donc progressif : d’abord une familiarisation avec le texte, au travers de la pratique du « petit latin »,  avant une lecture plus autonome des mêmes extraits.

Conçus par des enseignants, ces ouvrages pédagogiques répondent aux exigences des programmes de langues anciennes pour le collège ou le lycée. Ils sont d’ailleurs classés en trois catégories : « débutant », « confirmé » ou « avancé », pour épouser aux mieux les attentes des enseignants de latin, ainsi que le niveau des élèves auxquels ils pourront s’adresser.

L’ouvrage auquel nous nous intéressons aujourd’hui, Proserpina, regina infernorum,  est estampillé « niveau avancé ». Ce qui explique sans doute que, dès les premières lignes, Benjamin Demassieux et Laure de Chantal, les auteurs de cet opus, fassent une large place à des extraits originaux du Rapt de Proserpine écrit à la fin du IVe siècle par l’auteur alexandrin Claudien.

Le texte est divisé en treize courts chapitres qui offrent à lire, de manière chronologique, la destinée de Proserpine : d’abord le récit de sa conception, puis son enfance, protégée par la jalouse affection de sa mère Cérès, son enlèvement par Pluton, le pacte conclu entre ce dernier et Cérès pour se partager sa présence, quelques anecdotes sur son règne « infernal », et enfin, en guise de conclusion, une ouverture sur les mystères d’Éleusis.

Au-delà du plaisir de lire en latin un grand classique de la mythologie gréco-romaine, la grande richesse du volume, comme pour tous ceux de la collection, ce sont les petits chapitres intercalaires. Intitulés, dans la première partie, « Du latin au français », ils proposent des points étymologiques, mythologiques et culturels. On y apprend, par exemple, l’origine des noms de Cérès et de Proserpine ; le récit de la retraite sicilienne de Proserpine justifie un arrêt sur l’île des cyclopes ; le chapitre consacré à la douleur de Cérès en quête de sa fille disparue et qui embrase des cyprès pour éclairer la nuit, sera l’occasion d’un détour vers le mythe de Cyparrissos et d’un point orthographique sur le y en français. Les nymphes, dieux ou déesses qui croisent le chemin de la reine des Enfers se voient eux- aussi gratifiés d’un petit point explicatif : pourquoi les Enfers sentent-ils  bon la menthe ?  pourquoi les roses sont-elles roses ? C’est ce que l’on saura en lisant les récits consacrés à Mintha et à Adonis. 

Ces chapitres intermédiaires sont aussi l’occasion d’un dialogue avec d’autres grandes œuvres antiques, particulièrement l’Énéide de Virgile, les Métamorphoses d’Apulée, ou les Métamorphoses d’Ovide.

Ils mettent également au jour les liens culturels qui unissent encore notre société à la société antique. Mythe à dimension étiologique pour expliquer l’alternance des saisons,   le conte de Proserpine est également un conte floral, qui donne aux auteurs de l’ouvrage l’occasion d’interroger le rapport des hommes aux fleurs, présentes dans les rituels de mariage mais aussi de deuil, dans l’antiquité comme aujourd’hui.

Enfin, le chapitre intitulé « Séduire comme un dieu » pose en des termes très simples la question de l’érotisation du viol dans la culture antique et ne manquera pas de faire écho à des problématiques sociétales actuelles, telles que la notion de consentement, qui sont au cœur des préoccupations du public adolescent auquel l’ouvrage s’adresse en priorité.

Dans la seconde partie, unilingue, les chapitres intercalaires sont consacrés à des points grammaticaux et lexicaux qui offrent toujours des passerelles entre la langue latine et la langue française. Ainsi, une explication sur le comparatif en latin permettra-t-elle d’expliquer l’irrégularité apparente de « meilleur » en français » ; une allusion, dans le texte latin, à la poma Punica, la grenade, dont les trois grains croqués lièrent à jamais Perséphone à son souterrain époux, sera-t-elle l’occasion d’expliquer que si « pomme » se dit en latin malum, le mot pomum, qui est pour les Romains le nom générique des fruits, est bien à l’origine de notre mot « pomme ».

Nos auteurs s’autorisent également quelques plaisants détours du côté de la langue grecque, en proposant, par exemple, l’étymologie des termes « mystère » ou « alphabet ».

Ainsi, comme nous venons de le voir, tout, dans ce petit volume, est pensé pour offrir au latiniste en herbe une lecture agréable : les chapitres intermédiaires ménageant les pauses nécessaires à l’effort que demande une lecture intégrale en latin.

Un léger regret demeure: c’est que ce très plaisant Proserpina, regina infernorum se fasse si discret sur Le Rapt de Proserpine de Claudien auquel il emprunte de nombreux extraits.

Benjamin Desmassieux et Laure de Chantal ont fait le choix de la prosification des vers de Claudien, sans doute afin de faciliter la lecture, mais il aurait été intéressant de consacrer quelques lignes à la prosodie latine, et de donner quelques repères sur la scansion de l’hexamètre dactylique.

Né à Alexandrie, dans un empire romain déjà largement christianisé, Claudien fut l’un des derniers païens, lui qu’Augustin qualifie d’ « adversaire du nom du Christ »[1] . Son poème inachevé sur le rapt de Proserpine est « la première épopée mythologique latine depuis Stace, mais aussi la dernière dans le monde occidental[2] ». Ce chant épique consacré au mythe étiologique expliquant l’alternance des saisons par la force de l’amour du dieu des enfers pour une déesse-fleur était un dernier feu allumé à l’autel des dieux païens.

Une brève présentation de la vie et l’œuvre de Claudien aurait donc été bienvenue. Mais dans le fond, est-ce si grave ? Comme tous les bons livres, le mérite de ce Proserpina, regina infernorum est d’ouvrir une fenêtre sur d’autres ouvrages.

On le referme, on a envie de relire Ovide, de découvrir le méconnu Claudien. On a mordu à la grenade.

Elise Fundoni,

Doctorante – Université Bordeaux Montaigne

[1] […] a Christi nomine alienus, Augustin, La Cité de Dieu, V, 26.

[2] J. L. Charlet, « Claudien, poète épique dans le De raptu Proserpinae », dans Vita Latina n° 156, 1999, p. 42-49.



Citer ce billet
Elise Fundoni (2023, 17 avril). Proserpina, regina infernorum. Proserpine, reine des Enfers. Actualités des études anciennes. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc99

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search