Rome par les textes. Anthologie

Rome par les textes. Anthologie. – Édition de Sylvie LAIGNEAU-FONTAINE. – Paris : Le Livre de Poche, 2023. – 413 p. – ISBN : 978-2-253-10438-4.

Crédit image. Première de couverture – Le livre de poche

            Voulez-vous acquérir de la culture dans le domaine romain rapidement et facilement ? Alors ce livre est pour vous ! Son auteur, Sylvie Laigneau-Fontaine, est professeure de Littérature latine à l’Université de Bourgogne – Franche-Comté. Elle a été, — elle est encore —, membre du jury de plusieurs concours universitaires. L’idée de cet ouvrage lui est venue du constat que les étudiants ou les candidats qu’elle avait en face d’elle maîtrisaient mal, pour diverses raisons, l’histoire événementielle et l’histoire littéraire de Rome. À ce lectorat ciblé en premier, peuvent s’en ajouter d’autres, comme le suggère l’avant-propos (p. 8-9) : des enseignants qui ont à parler du latin pour des motifs variés en tireront profit ; le grand public qui rencontre un peu partout, dans ses distractions, non seulement culturelles, mais aussi touristiques, et même dans la vie quotidienne, des références plus ou moins claires à la civilisation romaine pourra ainsi profiter plus pleinement de celles-ci… ou simplement briller en société !

          

Après une introduction qui retrace en une vingtaine de pages de format « livre de poche » les grandes lignes de l’histoire de Rome et de sa littérature vient une anthologie de cent textes répartis en cinq chapitres et regroupés par sujet : « Rome avant Rome », « La fondation de Rome (21 avril 753 av. J.-C.) », « La Royauté (753-509 av. J.-C.) », « La République (509-27 av. J.-C.) », « L’Empire romain (27 av. J.-C.- 476 apr. J.-C.) », certains contenant des subdivisions, comme celui sur la Royauté avec quatre rubriques « Romulus », « Tullus Hostilius », « Tarquin l’Ancien », « Tarquin le Superbe », celui sur la République dont les sous-titres sont « Les institutions et la société de la République romaine », « La lutte de l’État romain pour sa survie (509-272 av. J.-C.) », « Rome à la conquête du monde (272-121 av. J.-C.) », « Les conséquences des conquêtes », « Un siècle de guerres civiles et étrangères ». Le chapitre concernant l’Empire romain, quant à lui, est ainsi réparti : « Le siècle d’Auguste (27 av. J.-C.-14 apr. J.-C.) », « Les Julio-Claudiens (14-68 apr. J.-C.) » avec des textes sur chacun d’entre eux, « Les Flaviens (69-96) », ici encore avec des extraits se rapportant au règne de chacun présentés dans l’ordre chronologique ; même présentation pour les passages retenus à propos « [d]es Antonins (96-192) » et « [d]es Sévères (193-235) » ; vient ensuite « L’anarchie du IIIe siècle (235-284) » suivie de la dernière subdivision « L’Antiquité tardive (284-476) ». Comme on le constate, notre collègue martèle les dates, car un des premiers défauts dont elle a été témoin est le flou chronologique. C’est sans doute la raison pour laquelle dans ses annexes elle a inséré un tableau très clair intitulé « Histoire de Rome : dates principales ».

            Le panorama sur l’histoire, la littérature et la civilisation romaines est donc brossé au moyen d’extraits d’une trentaine de lignes en moyenne, pour la plupart célèbres et que tout un chacun doit connaître, tirés des grands écrivains grecs et latins dont pratiquement tout le monde a entendu parler un jour ou l’autre. Cependant, pour rafraîchir les souvenirs, S. Laigneau-Fontaine a placé en annexe un index des auteurs anciens cités où chaque nom est accompagné d’une courte présentation qui dit l’essentiel. Tous ces passages sont fournis uniquement en traduction française. Lesquelles traductions sont en grande majorité celles trouvées dans les éditions Les Belles Lettres (mais une comparaison avec les originaux révèle quelques infidélités dans les transcriptions). Leurs références sont indiquées à la fin du livre sous le titre « Crédits » en même temps que la liste des 4 textes dont la version adoptée provient d’autres maisons d’édition, et des 9 textes traduits par S. Laigneau-Fontaine elle-même. Notre consœur a choisi d’offrir une anthologie non seulement pour donner l’occasion à ceux qui les ignoreraient de découvrir ces grands écrivains et leurs œuvres, mais également parce que événements et personnages apparaissent plus vivants au travers de ces récits que dans un exposé. Chaque chapitre commence par une présentation rapide, très bien faite, de la période dont il traite, qui rapporte la doctrine couramment admise, mais n’omet pas de signaler les tendances les plus récentes de la recherche et même parfois des interprétations qui ont eu cours et ont été abandonnées. Viennent les textes, chacun étant précédé d’un paragraphe qui le situe et suivi d’un commentaire d’environ une cinquantaine de lignes qui en dégage les principaux centres d’intérêt, selon le cas dans les domaines historiques, psychologiques, religieux, philosophiques, stylistiques, rhétoriques etc. Malgré la brièveté volontaire, on y trouve des analyses excellentes et de fines remarques qui susciteront l’intérêt des spécialistes eux-mêmes. L’universitaire signale les expressions françaises qui renvoient à des faits évoqués dans le passage, met en lumière des étymologies, rappelle les œuvres plastiques (en indiquant où les voir), les ouvrages littéraires ou cinématographiques ou télévisuels ou musicaux inspirés par tel ou tel récit depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Un « Index des noms de personnages et des lieux cités », renvoyant aux pages où figurent des renseignements sur ceux-ci et ajoutant parfois des indications supplémentaires facilite les recherches des lecteurs curieux. Chaque terme un peu technique ou spécialisé et chaque allusion sont expliqués. Une bibliographie de quelque treize pages aux ouvrages très bien choisis clôt le volume ; en outre, au fil de l’ouvrage sont données des références pour qui voudrait en lire davantage. Dans cet ensemble figurent les grandes études « classiques », mais aussi des travaux moins connus, certains très récents (jusqu’à être parfois pratiquement contemporains de ce Rome par les textes), beaucoup disponibles en ligne.

            Pour être pratique, ce livre devait être bref. Malgré tout, certaines affirmations auraient dû être étayées, car on ne les lit pas partout ; c’est le cas p. 44, à propos d’Énéide, 8, 50-57 : « comme l’a précisé le dieu-fleuve, Anchise est grec d’origine (l’Arcadie est une région de Grèce) ». S. Laigneau-Fontaine aurait dû indiquer la source de son assertion. Dans le passage virgilien cité, il est question d’Évandre.  S’agit-il d’une confusion ?

            Autre libellé qui fait s’interroger le lecteur : dans le discours qu’Auguste tient à Cinna, on lit p. 191 : « je t’ai pourtant sauvé la vie et je t’ai laissé tout mon patrimoine ». S. Laigneau-Fontaine déclare, p. 396, qu’elle recopie ici la traduction de F.-R. Chaumartin ; or, si on se reporte à ladite traduction de F.-R. Chaumartin, on trouve « je t’ai sauvé, je t’ai laissé l’ensemble de ton patrimoine ». Quel est alors l’auteur de la version qui figure dans Rome par les textes ? Et faut-il retenir « ton » ou « mon » ?

            Il vaudrait mieux rendre plus précises certaines affirmations. Par exemple, dans la note 1 de la p. 185, notre collègue écrit « Augustus est le participe passé passif du verbe augere, “augmenter” », ce qui n’est pas tout à fait exact ; si Augustus est bien de la même famille qu’augere, le participe passé passif (dérivé en *-to-) de ce verbe est auctus ; augustus est un dérivé avec le même suffixe *-to– de augur, nom du type fulgur formé sur le même radical que augeo (augustus atteste l’existence dans cette famille d’un thème neutre en *-s, comme on peut le lire dans le Dictionnaire étymologique de la langue Latine d’A. Ernout et A. Meillet, Paris, 1959, p. 56). Si pour des néophytes, il n’est peut-être pas utile d’entrer dans ces détails techniques, il faut cependant leur enseigner des choses rigoureuses. Autre exemple de manque de précision p. 53 : « Les modernes expliquent que les murailles (on parle en latin de pomerium) sont en quelque sorte une ligne séparant symboliquement le civil du militaire », formulation qui ne permet guère à des profanes de comprendre que le pomerium est un espace vide sacré soumis à certaines interdictions, comme celle de construire, d’enterrer les défunts, de labourer etc.

            Dans l’ensemble, cependant, ces petites imperfections n’enlèvent rien à la valeur de ce livre que je ne saurais trop recommander : il atteint pleinement l’objectif que son auteure s’était fixé et, de plus, avec un ton enjoué et à un prix abordable (dans les 8 €) !

Lucienne Deschamps,

Université Bordeaux-Montaigne, UMR 5607 Institut Ausonius



Citer ce billet
Lucienne Deschamps (2023, 24 avril). Rome par les textes. Anthologie. Actualités des études anciennes. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc9e

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search