Hommage à Claude Mossé

Commençons par une banalité : Claude Mossé fut, et le restera sans doute longtemps, une des grandes figures de la recherche en histoire grecque, au niveau international. Elle a su ouvrir des voies majeures aussi bien dans le domaine économique qu’institutionnel, tout en s’intéressant à l’anthropologie sociale et à des thèmes souvent négligés à son époque, comme celui de la famille ou encore de l’histoire des femmes. Une inlassable curiosité et une ouverture d’esprit peu communes expliquent sans doute la quantité remarquable de ses travaux, (dix-huit livres et de très nombreux articles) qui allient une érudition sans limites à une clarté d’exposition susceptible de toucher un public beaucoup plus vaste que celui des seuls spécialistes.

Son parcours, pourtant, fut loin d’être facile. Née dans une famille de juifs français absolument non pratiquants, elle est contrainte dans sa jeunesse au port de l’étoile jaune, imposé en 1942. La famille échappe assez miraculeusement à la déportation, mais Claude ne peut se présenter au concours de l’Ecole Normale Supérieure en raison des lois raciales. Elle est admise à la Sorbonne en vertu d’une loi vichyste qui autorise un quota de 3% de juifs français depuis au moins cinq générations… Elle commence alors, en 1942, une licence d’histoire et suit les cours d’André Aymard, qui va jouer un rôle décisif dans son orientation future, à un moment où elle hésite entre l’histoire ancienne et l’histoire contemporaine, celle de la Révolution française. L’angoisse permanente de la rafle qui pèse sur elle et son milieu familial, le danger des simples déplacements dans Paris, ne font que renforcer son ardeur au travail et ancrer sa conviction profonde de l’universalité du modèle de la démocratie athénienne.

Après la guerre elle est reçue première à l’agrégation d’histoire (1947) et commence une thèse avec André Aymard. Elle prend à cette époque sa carte au Parti Communiste Français qu’elle quittera quelques années après, tout en restant fidèle à ses convictions de gauche et elle s’impliquera par la suite dans les mouvements anticolonialistes et le soutien aux indépendantistes algériens. Sa thèse La fin de la démocratie athénienne, Paris 1962, porte les marques d’une doxa marxiste orthodoxe qu’elle critiquera elle-même assez vite. Professeur de lycée à Rennes, puis assistante d’histoire ancienne à l’université de cette même ville, après un bref passage au CNRS elle est nommée à la Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand (1959), qu’elle quittera en 1968 pour participer à l’aventure du Centre Expérimental de Vincennes, future Université de Paris VIII où elle enseignera jusqu’à sa retraite.

Plusieurs rencontres sont déterminantes au début des années soixante pour la poursuite de ses travaux, celles de Jean-Pierre Vernant, Pierre Vidal-Naquet et Moses I. Finley à Cambridge. Quand Jean-Pierre Vernant et Ignace Meyerson créent à Paris le Centre de Recherches Comparées sur les Sociétés Anciennes, devenu plus tard le Centre Louis Gernet, Claude Mossé en devient immédiatement membre fondateur. D’après J.P.Vernant lui-même, qui a souvent fait part de son admiration pour elle, elle apporte d’une façon décisive ce qui fait parfois défaut à des chercheurs travaillant essentiellement sur le mythe et la tragédie, l’indispensable dimension historique, institutionnelle et économique.

Claude Mossé va alors jouer un véritable rôle de passeur entre les différentes branches de la recherche historique et y apporter un souffle nouveau. Elle conteste la vision de G.Glotz, référence absolue de l’époque, qui envisage l’histoire d’Athènes comme un processus de déclin et de crise, le Vème siècle l’âge d’or de la démocratie, le IVème comme une sorte de descente aux enfers. Pour elle rien de tel n’apparaît dans les sources avant la prise d’Athènes par Philippe de Macédoine et le maintien d’une vie démocratique largement formelle. Athènes dans la plus grande partie du IVème siècle connaît au contraire un développement économique remarquable, et Claude Mossé renverse les idées reçues dans ce domaine en adhérant à la théorie de K.Polanyi, reprise par Moses I. Finley, selon laquelle l’économie est « embedded » dans le fonctionnement de la cité, intégrée au politique et sans autonomie propre.

Elle n’adhère pas davantage à un vieux schéma marxiste qui instaure en principe une lutte des classes entre hommes libres et esclaves, qui n’est nulle part sensible dans les textes ou les récits de cette époque. Elle met aussi en cause l’idée très répandue selon laquelle il n’y aurait pas eu de citoyens dans l’armée, mais de simples mercenaires, et argumente contre la différence postulée par de nombreux historiens entre politeuomenoi et idiotai. La force du démos apparaît dans toute sa lisibilité dans les deux affaires de Mytilène (427) où le discours de Diodote à l’ekklesia renverse le vote obtenu la veille par Cléon sur la mise à mort de tous les habitants de l’île, et de la flotte de Samos, qui se constitue en assemblée pour destituer les stratèges ralliés à l’oligarchie et rompre avec Athènes (411).

Claude Mossé a exploré toutes les facettes de l’histoire de la Grèce classique, au travers de livres aussi érudits que plaisants à lire, de la tyrannie à la colonisation grecque, de l’analyse des institutions politiques à la notion de travail en Grèce, avec des portraits pleins de vie comme celui de Périclès, une analyse approfondie du procès de Socrate, sans oublier l’image de l’Antiquité dans la Révolution française, et d’autres encore. Elle a su innover aussi sur de nombreux thèmes restés très largement inexplorés comme l’histoire des femmes. Pourquoi s’intéresser à des personnages absents de l’histoire politique, pensait-on avant elle ? Claude Mossé s’est mise à l’écoute d’historiennes comme Michelle Perrot et en a tiré un beau livre sur La Femme dans la Grèce antique (1983). Peu d’historiens ont su comme elle ouvrir ainsi le champ de leur spécialité sans sombrer dans la superficialité.

Il reste à parler de l’expérience de Vincennes, qui tint une place centrale dans la vie et l’œuvre de Claude Mossé. A l’université de Clermont-Ferrand elle avait eu comme collègue l’historien Jacques Droz, qui fut chargé, après les événements de mai 1968, de fonder un nouveau centre de recherche universitaire axé sur l’histoire contemporaine. Elle su le persuader de la nécessité d’intégrer les autres périodes de l’histoire au schéma de la nouvelle licence, dont la plus grande part toutefois resterait consacrée au monde contemporain. Mais surtout Vincennes fut un espace de liberté et de création sans équivalent dans l’université française, avec le refus des cours magistraux dispensés depuis de grands amphis au profit de petits groupes de travaux dirigés, l’accueil d’étudiants salariés non bacheliers, une interaction constante des étudiants avec les enseignants. Il y eu bien sûr quelques assemblées générales de trop dans les débuts de la vie vincennoise, mais Claude Mossé se sentit tellement à l’aise dans cette atmosphère nouvelle qu’elle ne chercha jamais, à l’encontre de nombreux collègues, à regagner des lieux plus conventionnels et vus comme plus prestigieux, comme la Sorbonne ou l’EHESS…Dans les premières années de Vincennes, elle acceptait avec le sourire le tutoiement des étudiants aussi bien que les réunions souvent agitées du département d’histoire. Elle accordait sa totale confiance aux (très) jeunes enseignants qu’elle contribuait à recruter, comme je le fus moi-même. Sa gentillesse, non dépourvue d’humour, sa distinction naturelle, sa simplicité d’accès, tout cela cadrait à merveille avec l’ambiance de l’époque, et il en fut ainsi jusqu’à la fin de sa vie.

Après avoir commencé par une banalité, terminons avec une autre, tout aussi évidente pourtant: le vide qu’elle laisse n’est pas prêt de se combler.

Annie Schnapp-Gourbeillon,

Maître de conférences HDR – Université de Paris 8



Citer ce billet
Annie Schnapp-Gourbeillon (2023, 20 avril). Hommage à Claude Mossé. Actualités des études anciennes. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc9c

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search