Demokratia. Une histoire de la démocratie

Cartledge (P.), Demokratia. Une histoire de la démocratie, traduit de l’anglais par Simon Duran. – Paris : Passés composés, 2023. – 386 p. – ISBN : 9782379335587

Crédit image. Première de couverture – Passés Composés

Paul Cartledge propose, dans Demokratia, de démêler « les » démocraties de la Grèce ancienne et leurs trajectoires jusqu’à nos jours. L’essentiel de l’ouvrage est consacré aux démocraties grecques cependant, avec l’ambition de mettre en lumière les spécificités des démocraties grecques par rapport à nos régimes contemporains.

Dès le début de l’ouvrage, l’auteur signale la difficulté du sens à donner à « démocratie » au sein même des sources anciennes souvent hostiles à ce type de régime : si le demos est le peuple (mais quel peuple ? L’ensemble des citoyens ? « La classe majoritaire des plus pauvres » ?), kratos est tout aussi ambigu, désignant tout autant le « pouvoir » que la « maitrise » (des organes du pouvoir ? de la minorité qui tient les affaires ?). Pour tenter de répondre à ces questions préliminaires, l’auteur revient longuement sur les origines de la démocratie dans le monde grec, et en particulier à Athènes, et sur ses évolutions. On apprécie l’attention portée aux définitions des termes utilisés par les Anciens qui rendent l’ouvrage clair et accessible bien au-delà des spécialistes : cet aspect pédagogique tient sans doute du fait qu’avant d’être un livre, Demokratia fut un cours donné à Cambridge.

Après un retour sur les origines de la démocratie athénienne avant même les réformes de Clisthène, « l’Acte II » du livre met en valeur la « marche vers l’intégration politique du dèmos » : le mot demokratia n’apparait certes que dans les années 420, mais le phénomène apparait clairement dès le milieu du Ve siècle. L’auteur discute ainsi tant la mise en place effective d’un pouvoir démocratique que l’émergence des réflexions théoriques sur ce qu’est la démocratie à cette époque. On lui sait gréer de rappeler notamment que la documentation athénienne sur la démocratie, dont on discute pourtant souvent avant tout de la forme au temps de Périclès, date essentiellement de la fin du IVe siècle. À cette période, les Athéniens gravent beaucoup sur pierre et les travaux de l’école d’Aristote discutent abondamment de cette forme de régime politique. Or, comme le souligne bien Cartledge, la démocratie du IVe siècle n’est pas celle du Ve siècle : les institutions ont évolué, les modes de fabrication de la loi aussi. On regrettera seulement que les pratiques de la politique à l’échelon infra-civique ne soient que trop rapidement évoquée, car elles constituent, dès le Ve siècle, un élément important de la vie démocratique comme l’ont montré des travaux récents. Quoi qu’il en soit, ce milieu du IVe siècle est, pour l’auteur et on le suit volontiers, bien davantage « l’âge d’or » de la démocratie grecque, et a fortiori athénienne, que le « siècle de Périclès ». Son ouvrage est l’occasion de montrer la variété possible des formes de démocratie à l’époque classique, y compris au sein d’une même cité.

Cette discussion des formes démocratiques s’accompagne d’un retour sur les pratiques sociales et culturelles des Athéniens. Ces passages constituent un rappel bienvenu. Il s’attache à bien mettre en lumière l’importance des tribunaux et ce que les procès révèlent sur les évolutions du régime athénien. Il s’attarde également rapidement sur les catégories exclues de la pratiques de la politique, même si l’ouvrage, paru en anglais en 2016, ne bénéficie pas des avancées de la recherche depuis lors, mais aussi sur les « heurts et malheurs » de la démocratie à l’époque classique.

À partir de « l’Acte IV », Cartledge avance dans la chronologie. On apprécie ainsi le chapitre sur la démocratie à l’époque hellénistique, trop peu souvent mise en avant dans les ouvrages à l’attention d’un public éclairé. Cartledge souligne que, dans un monde de rois, c’est malgré tout la forme démocratique qui prime alors dans la cité grecque, sous l’impulsion et avec l’assentiment d’Alexandre le grand puis de certains (mais pas tous) de ses successeurs. Cependant, ce n’est pas une démocratie au sens athénien de l’époque classique : les magistrats, par exemple, sont élus et non tirés au sort ; à Milet, aucun amendement n’est connu aux décrets votés, ce qui questionne sur la nature effective du pouvoir du démos. Cartledge prend certes davantage le parti d’un déclin de la forme démocratique car « faisaient défaut les éléments fondamentaux de l’égalité politique et de la liberté » (p.245), même s’il signale la part importante d’interprétation dans certains arguments et les désaccords qui peuvent exister parmi les historiens à ce sujet : ce prudent pas-à-pas est une démarche qui honore son auteur.

Enfin, dans un dernier acte, l’auteur parcours les siècles et un certain nombre de régimes pour questionner les héritages, ou non, de la forme démocratique grecque, marquée par un longue période d’éclipse. Il rappelle ainsi bien qu’avant l’époque moderne, la démocratie, quand elle existait, était toujours directe et non représentative : c’est cette forme que prend la démocratie lors de sa remise en avant dans les débats politiques progressivement à partir du XVIIe siècle en Europe et aux États-Unis, et plus encore lors de sa réhabilitation en Angleterre par George Grote et John Stuart Mill. Il propose une « brève histoire de la démocratie », même si on pourra regretter l’aspect rapide de ce tour d’horizon. La bibliographie succincte en fin d’ouvrage permettra cependant au curieux lecteur et à la curieuse lectrice de poursuivre, s’iel le désire, cette exploration.

L’ensemble de l’ouvrage propose un panorama historiographique riche et précis sur la démocratie sous toutes ses formes, tout en étant accessible et très clair. Ce bel essai vient rappeler à bon droit l’importance de mieux connaître les démocraties grecques, si souvent convoquées dans le début public contemporain sans être comprises. À l’image de l’épilogue et de la postface, Cartledge affirme bien, et ce n’est pas le moindre mérite de cet ouvrage en ces temps politiques troublés, que leur compréhension ne peut qu’enrichir nos propres pratiques et conceptions de nos démocraties contemporaines.

Romain Guicharrousse,

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne / Laboratoire AnHiMA (UMR 8210)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Romain Guicharousse (15 mai 2023). Demokratia. Une histoire de la démocratie. Actualités des études anciennes. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc9r


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search